Trollistes & Compagnie

Jeux de Rôles, de sociétés, cartes et figurines (Association)
 
AccueilPortailGalerieCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Vendredi 15 Décembre à 20h30 Soirée Jeux de Sociétés. Faite passer l'information !

Partagez | 
 

 [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 23 Sep 2013 - 18:11

J'ouvre ce nouveau topic afin de répertorier les différents chapitres de jeu représentants les parties effectuées sur Terrä avec les amis Trollistes.
Ainsi, les autres membres pourront connaître l'essentiel de l'avancée des joueurs et pourront également commenter ou questionner ces derniers.
Anathème souhaite romancer ses parties donc je ne proposerai probablement pas de résumés (tu me diras Joachim). Pour Mr Cactus c’est à lui de me dire ! Je vais commencer avec l’elfe Elrohir joué par Dominique.
Un résumé de la partie accompagnera le titre du chapitre ainsi que les personnages importants rencontrés.



Elrohir, Elfe sylvain (Dominique)

Chapitre 1 (Introduction): Les adeptes de Jadnar.

Les Sylvains n'ont plus de nouvelles des Chamans de Zilmaar, de grands guérisseurs chimérans adeptes d'une chimère de la flore. Après avoir glané diverses informations dans le port d'Eclin, Elrohir rejoint un petit hameau dans les bois plus au nord où sont censés se trouver les premiers Zilmaars. L'endroit révèle plusieurs traces de lutte ainsi qu'une fuite, plus que probable, des Chamans vers la forêt des Vandrills, où se trouve le village caché des Zilmaars. Une étrange plante aux magnifiques fleurs d'un puissant rouge écarlate semble parasiter une partie de la flore locale... ainsi que les êtres vivants se trouvant à sa proximité...
Guidé par les Gardiens de la forêt, l'elfe découvre l'inhabituelle présence de personnes aux bures étrangères dans un village déserté, qui se nomment eux-mêmes: les adeptes de Jadnar.

Elrohir comprend rapidement que la situation semble délicate. A la faveur de la nuit, il parvient à infiltrer le temple de Zilmaar dans lequel il va s'empresser de libérer une chamane retenue captive pour des raisons encore obscures. Une fois la victime en sécurité, l'elfe retourne au village, malgré quelques réticences, pour en apprendre plus sur les agresseurs des Zilmaars.

Un combat s'engage rapidement après que l'elfe ait décoché ses premières flèches. Elrohir doit pourtant se replier vers la forêt lorsqu'une certaine Ifrasia aux yeux écarlates, capables d'invoquer d'inconnues créatures de la flore, décide de répliquer avec force. Mutuellement blessés, Ifrasia trouve refuge dans une chaumière du village alors qu’Elrohir s’en retourne vers la caverne où il avait laissé Serë, la chamane libérée désormais en sécurité…
Personnages importants :

Le vieux Tulgar : Apothicaire du port d’Eclin, il commerce avec les shamans de Zilmaars et s’inquiète lui aussi de l’absence de nouvelles de leur part. Il aiguille Elrohir dans sa quête.

Ambrelierre : Gardien du bosquet de la forêt des Vandrills qu’Elrohir a réveillé pour obtenir des conseils.

Golem chimérique (nom inconnu) : puissante créature qui a accepté d’escorter Elrohir au village caché des Zilmaar.


Chapitre 2 : Les ronces d’Ifrasia.

Après une nuit passée à l’abri d’une caverne, Elrohir panse ses blessures et prodigue quelques soins à la chamane qui semble se remettre rapidement. L’elfe ausculte Serë et ne dénote bienheureusement aucune blessures graves, ni aucune marque de torture. Pourtant, un étrange hématome placé sur le plexus solaire de la chamane semble inquiéter le sylvain.

Les deux en profitent pour faire plus ample connaissance alors que Serë remercie encore les elfes d’être venus l’aider. Elrohir avoue agir seul, s’inquiétant juste, au départ, de ne plus avoir de nouvelles des Zilmaars depuis plusieurs mois. Serë admet n’avoir aucune idée des intérêts de ces adeptes de Jadnar ; ni qui ils sont, ni d’où ils viennent. Elle reconnaît en revanche leurs méthodes sournoises et ces atroces plantes parasites qu’ils semblent utiliser à leurs profits. Elle est persuadée que les Jadnars sont la cause de la fuite de ses frères chamans.

Serë souhaitant s’assurer que certains trésors de son clan n’ont pas été subtilisés, ils décident de repartir vers le village, pensant également pouvoir trouver quelques informations sur la direction prise par les Zilmaars lors de leur fuite.
De retour au village, Elrohir et Serë découvrent que la chaumière dans laquelle s’est réfugiée Ifrasia est désormais encerclée de milliers de ronces épaisses et sauvages, formant une épineuse protection et condamnant toutes les entrées. Le reste du village étant incroyablement calme et désert, les deux compagnons d’infortune en profite pour visiter les chaumières voisines et récupérer ce qui peut encore l’être.

Elrohir décide de s’infiltrer dans la chaumière de ronce en passant sous les pilotis. Il gagne rapidement une trappe en bois, placée sous la maisonnée, lui permettant d’accéder à l’intérieur de la chaumière. L’elfe y découvre un pot de Mandragore parasité par une Sharkavar, cette plante aux fleurs écarlates, alors qu’Ifrasia semble directement reliée à son bulbe, inconsciente mais étrangement guérie de ses blessures… Elrohir décide de détacher la Jardar de cette plante et de mettre le feu à la chaumière pour endiguer toute contamination, supportant au passage la violente réaction de cette magie des ronces. Etant donnée la situation qu’elle a vécu, Serë a du mal à comprendre le geste de l’elfe, mais elle reconnaît cependant la nécessité d’interroger la magicienne.

Ils regagnent le temple et ligotent Ifrasia sur une chaise pour l’interroger sans risque. Elrohir la questionne mais accepte de laisser la Jadnar s’exprimer pour comprendre la situation. Ses intérêts semblent encore assez obscurs, pourtant, après discussion, Elrohir décide de la libérer, désarmée, malgré les mises en garde de Serë…
Personnages importants :

Ifrasia : Adepte de Jadnar et magicienne. Les raisons pour lesquelles elle cherche les Chamans de Zilmaars sont encore obscures. Elle voue un culte à une chimère de la flore parasite. Elle semble être la chef de ce groupe de Jadnar.

Serë : Chamane de Zilmaar. Herboriste et commerçante. Elle était partie fournir les commerçants du port d’Eclin lorsque les événements se sont déroulés. Elle ne sait pas vraiment qui sont ces adeptes de Jardnars, mais elle n’a aucune confiance en eux depuis qu’ils l’ont séquestré. Elle ne sait pas non plus pourquoi sa communauté a fuit… Elrohir l’a libéré dans une salle du temple de Zilmaar.


Dernière édition par NeoZell le Jeu 30 Avr 2015 - 20:04, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vachkyrie
Shaman Orque
avatar

Association : ESB phase terminale
Nombre de messages : 67
Age : 31
Localisation : Dans mes verts pâturages

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Netjerou & Valaari
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mar 24 Sep 2013 - 11:18

Oué oué oué ! Attends un peu que je débarque !

Domi penses à ton joker ! (le coup de fil à un ami)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 29 Sep 2013 - 21:31

Chapitre trois : Une Sharkavar dans la serre.

Elrohir défait les liens d’Ifrasia… Cette dernière se montre plutôt reconnaissante et explique que le conflit qui a éclaté entre eux n’est dû qu’à un quiproquo. Apparemment, les Jadnars rechercheraient un moyen de se guérir d’un mal obscur qui les ronge… Seul les Chamans de Zilmaar disposeraient du remède car seuls les chimérans de la flore sont sensibles à la chose… Elle souhaiterait récupérer ses effets personnels donnant sa parole qu’elle ne lèverait pas la main sur l’elfe ou la chamane. Elle apprécierait également que son compagnon soit relâché et se porte garante de sa bonne conduite. Elrohir accède à ses requêtes malgré les réticences assumées de Serë.

La Jadnar semble reconnaissante, ne se montre plus hostile et préfère s’occuper son compagnon de route sérieusement amoché par le Sylvain lorsqu’un appel de l’extérieur se fait entendre. Elrohir et Serë décident de sortir voir prenant soin de fermer la porte à clef derrière eux ; Serë refusant d’accorder toute confiance aux Jardnars.

Ils font alors une rencontre incongrue. Un nain des terres du nord souhaitant prospecter sur le Pelevien a suivit d’étranges traces de pas le menant tout droit vers le village des Zilmaars. Le barbu, parfaitement étranger aux événements, indique toutefois que des râles suspects semblent provenir des serres du village et invite rapidement nos amis à s’inquiéter de la présence d’une curieuse et imposante créature végétale qu’il a entr’aperçu en arrivant.

Le groupe rejoint les serres et avancent en catimini lorsqu’une incantation prononcée par une voix féminine se fait entendre. L’elfe reconnaît immédiatement le timbre de voix d’Ifrasia et comprend rapidement que cette dernière n’a pas perdu de temps pour trouver la sortie du temple et retourner sa veste.

Le groupe se trouve enfermé dans la serre alors que d’innombrables ronces parcourent les murs de verre. Tous tentent de se frayer un passage à travers les épaisses ronces afin de briser ce verre mais une monstrueuse plante mouvante semble avoir d’autres plans pour eux.

L’elfe et le nain comprennent que la magie qui les retient prisonniers de la serre est liée à cette calamité végétale. Un combat éprouvant s’engage, toutefois, l’elfe fini par planter sa lame dans le cœur de la créature après avoir ouvert son bulbe lui servant d’abdomen, quand au nain, il forcera la bête à cracher son dernier souffle, sa hache enfoncée en plein coup.

Blessés et dégoulinants d’un miasme visqueux et presqu’irritant, le groupe profite de la fin du combat pour se laver quelque peu et panser leurs blessures. Serë paraît cependant en petite forme depuis plusieurs heures et son état semble empirer. L’elfe et le nain vont l’aliter dans sa chaumière  faisant le point sur la situation et réfléchissant à leurs actions futures…

Personnages importants :

-Doriak : Nain des terres du Nord (joué par Greg). Victime des événements malgré lui, il va cependant apporter une précieuse aide à Serë et Elrohir, il manie la hache avec vigueur et tente de comprendre ce qu’il se passe en ces lieux…


Dernière édition par NeoZell le Sam 7 Déc 2013 - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 6 Oct 2013 - 13:36

Chapitre 4: Les yeux écarlates.

Elrohir propose de se partager les tours de garde avec Doriak. A leur chevet,  Serë tombe dans un profond sommeil. Au petit matin, alors que l’elfe s’assoupie presque, Serë est miraculeusement déjà debout, plein d’entrain. L’elfe décide d’ausculter la chamane pour s’assurer de sa bonne santé, heureux de voir qu’une bonne nuit de sommeil l’a remise d’aplomb. L’hématome qu’elle avait sur la poitrine a disparu, mais Elrohir, trop occupé à vérifié l’état de santé du corps de la Zilmaar, n’avait pas encore remarqué l’éclat écarlate qu’arboraient à présent les pupilles de cette dernière…

Serë vérifie le changement de couleur de ses yeux dans un miroir alors qu’Elrohir ne peut cacher son inquiétude. La priorité est de déterminer si la chamane a bien été contaminée, même si ses yeux ne laisse présager aucune bonne fortune. Elrohir met au point un test en utilisant l’essence de Sharkavar qu’il avait récupéré et des bulbes de Moëra, plante ô combien précieuse en herboristerie. En étudiant la teinte et l’odeur du résultat, voilà l’elfe parfaitement à même de vérifier si le sang de la chamane est contaminé. Le verdict est sans appel : après comparaison des solutions obtenues, Serë est irrémédiablement touché par le fléau de Jadnar…

L’inquiétude grandit chez nos deux amis lorsque la chamane explique le curieux changement de comportement chez Heron, un autre Zilmmar, qui avait manifesté les mêmes symptômes. Il avait fini par s’en prendre aux autres membres de sa communauté, sans raisons apparentes, pour finalement disparaître dans la nature. Aussi, tous deux craignent que ce Fléau altère l’esprit de sa victime pour le faire basculer, à terme, du côté des adeptes de la Chimère parasite…

Nos amis récupèrent un morceau de parchemin alors qu’ils étaient allés au temple de Zilmaar pour une ultime prière aux puissances de la nature. Le message a été laissé par les Chamans avant leur départ et semble expliquer l’endroit où ils se sont rendus. Toutefois, les Zilmaars ont utilisé un curieux code floral, certainement dans le but de s’assurer de n’être retrouvés que par les leurs. Tous deux finissent par décoder le message et comprennent que les Chamans ont quitté la forêt par le Nord pour rejoindre le refuge d’alliés. Ces derniers arborent une feuille pourpre comme insigne. Nos amis doivent se rendre dans une province où pousse une espèce d’arbre précise : l’Acarin. Il s’agit selon toute vraisemblance de la province de Sérévian, comté du royaume humain de Baram.

Ils décident de se mettre en route sans plus attendre et pressent le pas. Au bout d’une heure de marche seulement dans la forêt des Vandrills, Elrohir détecte des traces de pas, probablement des gnomes au vue de la taille des empreintes. Serë indique à l’elfe que les seuls gnomes présents dans cette forêt sont les Zarnacks, des gnomes de mauvaise réputation, qui, d’ordinaire, ne s’aventurent jamais aussi loin de leur domaine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 13 Oct 2013 - 16:58

Chapitre 5 : La remontée du Pelevien.

Les traces de pas attirent la curiosité de notre groupe surtout lorsque l’elfe croit entendre des chants provenant de derrière un talus rocheux. Une petite grotte se dessine et les chansons se font plus vigoureuses. Nos amis décident d’aller à la rencontre de ces êtres dont les paroles moqueuses s’en prennent volontiers aux magiciens, aux chamans et au roi des elfes..

Les gnomes s’arrêtent brusquement de chanter lorsqu’ils entendent le nain, sans aucune discrétion, crier leur arrivée dans la grotte. Le groupe rencontre de petits êtres qui ne semblent pas vraiment apprécier la vue de l’elfe et de la chamane. Les gnomes de Zarnacks parlent beaucoup entre eux, tantôt se reculant, tantôt s’approchant de nos amis. Les petites créatures remarquent que notre groupe est affublé de plusieurs armes brillantes et de bourses bien remplies, ce qui ne manque pas d’attirer leur attention. Après moult discussions endiablées, les gnomes acceptent étrangement de partager quelques victuailles avec nos amis. A ce titre, l’elfe et la chamane ne semblent pas extrêmement enclin à les suivre, surtout lorsque l’un des gnomes s’empresse de subtiliser l’une des épées courtes d’Elrohir qu’il aura d’ailleurs du mal à récupérer.

Autour du feu, Doriac et l’elfe vont faire chauffer quelques rations qui ne seront pas vraiment du goût des petites créatures. Alors que plusieurs d’entre eux tentent ça et là d’emprunter les effets personnels des membres du groupe, l’un des gnomes sort une étrange flûte courbe et commence à jouer. Elrohir parvient à ressentir une vibration magique émanant de l’instrument. Le nain, quant à lui, va rapidement piquer du nez et s’endort profondément, la barbe dans son écuelle. Les deux amis vont alors porter le nain léthargique hors de la grotte sous le regard et les commentaires amusés des gnomes. Alors qu’Elrohir et Serë tentent de réveiller le courtaud, les Zarnacks prennent la poudre d’escampette avec la belle bourse bien pleine de Doriac.

Le groupe reprend sa marche vers l’Est pour atteindre rapidement le Pelevien. Ils finissent par longer la rive en direction du Nord lorsque le Sylvain entend le froissement d’un arc tendu. Elrohir use de l’elfique pour annoncer leur présence et assurer leurs intentions pacifiques lorsque plusieurs éclaireurs Hauts Elfes sortent des fourrées. Après un entretient disputé essentiellement en langage des Elfes, ce qui exaspère rapidement le Nain, Alnoril, chef de ces éclaireurs, indique que le groupe de Zilmaar qu’ils recherchent dispose d’environ trois jours d’avance sur eux et qu’ils auront bientôt gagné la Plaine du jour. Le Haut Elfe propose à nos amis de leur prêter un de leur canot de manière à remonter aisément le Pelevien par un bras sûr et ainsi gagner un temps précieux.

Embarqué sur frêle esquif, Elrohir et Serë vont pagayer avec entrain alors que le Nain va s’empresser de regagner les bras de Morphée. Ils finissent par passer sous un premier pont, construit par les Elfes, qui jouxte le Temple d’Impéria. Le groupe continu son périple sur le Pelevien lorsque la nuit commence à tomber. Rapidement, l’Elfe entend des bruits provenant de la rive Ouest, Serë reconnaît rapidement les couinements des Gobelins. Heureusement, le second pont, gardé par les Hauts Elfes, pointe à l’horizon et assurerait au groupe un lieu de repli. Quelques flèches gobelines vont se perdre dans les eaux sombres du Pelevien alors que les flèches elfiques ne vont pas manquer de calmer les viles créatures.

Arrivé au second pont, nos camarades sont accueillis par un autre groupe Haut Elfe. Alfir, seigneur Svartalheim, propose son hospitalité à nos amis, proposition que le nain ne manque pas de saluer, car la rive Est semble grouiller de Gobelins. Après un échange fructueux, le seigneur Alfir emmène nos amis dans un poste avancé où ils pourront se reposer en toute sécurité jusqu’au petit matin. Le seigneur Haut Elfe ausculte la chamane et donne son verdict : au grand étonnement d’Elrohir, même la magie des Elfes ne peut venir à bout de ce mal. Il est à l’origine un fléau des Chimères de la flore et elles seules disposent du secret de ce remède. De plus, il semblerait que les jours de Serë soient désormais dangereusement comptés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 20 Oct 2013 - 17:01

Chapitre 6 : Le sanctuaire de Palidor et la mine d’argent.

Après une bonne nuit de repos, le groupe décide de gagner rapidement le sanctuaire de la Lumière. Nos amis seront escortés par le seigneur Alfir et ses éclaireurs qui ne manqueront pas d’apprendre quelques ficelles sur la dissimulation en milieu forestier ; techniques qu’Elrohir apprendra avec aisance.

Arrivée au sanctuaire de Palidor, nos amis peuvent apprécier l’atmosphère bienfaitrice des lieux. Alors qu’Alfir explique à nos camarades l’histoire du temple, Serë, qui semble très fatiguée aujourd’hui, en profite pour se reposer et prier les anciennes Chimères. Le courtaud est intrigué par un livre, large et très vieux. Il s’agit d’une sorte de recueil dans lequel les pèlerins ont l’habitude de laisser un message après leur passage. La dernière note est écrite en runes chimériques et l’elfe reconnaît dans la signature la feuille d’Oëfra, la plante des Zilmaars.

Serë retranscrit le message et indique que ses compagnons sont bien passés par là. La chamane ressent un certain soulagement à l’idée qu’ils sont sur le bon chemin. Doriack, quand à lui, va s’empresser de laisser un message en runes naines dans ce livre d’or après avoir remarqué qu’aucun nain n’était passé par là, probablement depuis des siècles.

Le seigneur Alfir indique au groupe le chemin à prendre pour rejoindre au plus vite la cité en ruine de Derval’Amaris. Avant de prendre congé, il fournira à Elrohir des flèches Svartalheim en Ethylien, l’alliage réputé des elfes, ainsi qu’un cor lui permettant d’appeler de l’aide dans les zones sous protection elfique.

Le groupe reprend sa marche sur les bords de l’Elen, un des bras du Pelevien qui prend sa source aux monts d’Elmeen dans le compté de Sérévian. Le courtaud aperçoit rapidement ce qui semble être une vieille pioche de minage à proximité d’un massif rocheux. D’après la topologie des lieux, une ancienne mine d’argent devrait se trouver dans le coin. Le nain trouve rapidement l’entrée de la carrière mais Elrohir tempère l’engouement de Doriack lorsqu’il aperçoit des traces de pas de gobelins à l’entrée. Ces derniers n’ont pas l’air d’être nombreux et il n’en faut pas plus au nain pour souhaiter aller à la rencontre de la vermine.

Le groupe avance prudemment, le nain en tête, dans la noirceur de la mine désaffectée. Ils aperçoivent, en contrebas, de la lumière provenant de braseros. Les yeux d’Elrohir distinguent environ une dizaine de gobelins, peut-être plus, qui semblent avoir pris possession des lieux. L’ancienne carrière d’argent à été aménagée sur trois étages d’échafaudages en bois vieillots et mal entretenus ; des poulies et des cordages permettaient de faire remonter le précieux minerai des différents niveaux.

Elrohir, ne souhaitant pas prendre de risque, préfère décocher ses premières flèches avant d’être aperçu. Il leur faut affronter les gobelins par petits groupes et éviter d’être submergé. La flèche de l’elfe, qui frappe de plein fouet un des gobelins, provoque désordre et incompréhension chez les créatures verdâtres. Le nain se lance alors à corps perdu dans la bataille, n’hésitant pas une seule seconde à descendre seuls dans les étages inférieurs.

Un long combat s’engage alors entre nos amis et la douzaine de gobelins qui grimpent sur les cordes et les parois de roches pour atteindre les membres du groupe. Elrohir reste à l’étage supérieur afin de garder en vue l’ensemble de la fosse et de protéger Serë qui semble de plus en plus affaiblie. Doriack, particulièrement l’aise dans cet environnement, ne fera qu’une bouchée des gobelins qu’il rencontrera même si l’un d’entre eux, particulièrement véloce, échangera plusieurs passes avant que le courtaud n’en vienne à bout. L’elfe mettra plus de temps à prendre ses marques dans ces lieux et devra essuyer plusieurs blessures alors qu’il souhaitait protéger Serë.

Le dernier gobelin, qui sera délesté de sa main gauche suite au combat, sera retenu captif par le nain qui découvrira dans une tente quelques morceaux de parchemins sur lesquels se trouvent des runes méta-trolliques, parfois employées grossièrement par les gobelins. Le message est si mal écrit que le courtaud n’en comprendra que certains éléments : « sous la cascade, passage de droite, tunnel »…

Personnages importants:

Alfir: Seigneur Haut Elfe, capitaine des archers de la Lune d'Argent. Il aide nos amis à rejoindre le sanctuaire de la Lumière et se montre bienveillant à leur égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 4 Nov 2013 - 21:24

Chapitre 7 : Le tunnel sous la cascade

Elrohir, Doriac, Serë et un gobelin retenu captif remontent l’Elen, un des bras du Pelevien, en direction de la cité perdue de Derval’Amaris. D’après les écrits des gobelins que le nain a trouvé dans la mine d’argent désaffectée, il semblerait qu’un tunnel menant sous la cité se trouverait non loin de là, caché sous une cascade.

En longeant le fleuve, les oreilles de l’elfe se dressent alors qu’il entend le craquement d’une branche suivit de la chute d’une créature d’origine encore inconnue, qui semblait les épier, cachée dans les fourrés. Il ne s’agissait pas là d’un gobelin, surtout que le soleil pointait encore à l’horizon, mais plutôt d’une créature humanoïde d’apparence féminine.

Le groupe engage la conversation avec ce qui semble être une chimérane se présentant, selon la coutume chimérique, comme appartenant à la communauté des « Sylphayar » (connu plus familièrement sous le nom de « Featherfolk » ou « hommes-ailés »). Elle est accompagnée d’un petit griffon qui la suit partout. Serë, intriguée, se rapproche tout en lui demandant pourquoi elle ne porte pas d’ailes. Hiva, car c’est comme cela qu’elle se nomme, éclairera le groupe sur sa particularité en expliquant à nos amis qu’elle se dirige vers les terres du Nord en direction d’une académie de magie dont elle a entendu parler. La chamane de Zilmaar, qui semble assez bien connaître l’académie en question, lui indique qu’elle se trouve en Sérévian, cette même province que leur groupe compte bien atteindre sous peu.

La compagnie agrandie rejoint rapidement la cascade alors que le soleil commence à se coucher. Ils décident alors de trouver refuge dans le tunnel sous la cascade. Le courtaud humecte l’endroit sans ressentir la présence récente de gobelins. Ils décident de bivouaquer alors que l’elfe part en éclaireur dans les tunnels environnants pour s’assurer que le lieu est sans danger. Le nain part de son côté chercher du bois et relâche le gobelin manchot, considérant le fait qu’il ne représente plus une menace. Hiva, voyant le gobelin se carapater, voit là une belle occasion de nourrir son petit griffon. Un micro combat s’engage alors que le gobelin tente d’escalader un pan de falaise. La chimérane utilisera ses sorts de vents pour le faire basculer à terre, laissant la créature à la merci du griffon.

De retour dans le tunnel principal, Elrohir indique à ses compagnons qu’il se trouve, en amont, une salle plus spacieuse où ils pourront se reposer plus sereinement. Dans cette nouvelle salle, ils vont pouvoir se sustenter quelque peu. Toutefois, ils remarquent la présence de deux morts-vivants inertes dans une salle avoisinante, séparée par une herse en fer forgé. Les deux zombies ne représentent pas en soi une réelle menace, aussi nos amis en profitent pour se reposer.

Tout à coup, le sylvain semble entendre la grille de l’entrée grincer et fini rapidement par entr’apercevoir plusieurs gobelins arpenter eux aussi le fameux tunnel. Entendant cela, Doriac lance un cri de défi aux créatures ce qui ne manque pas de les faire entrer dans une frénésie sans nom...

Nos amis se rendent vite compte que les gobelins sont venus en masse et décident de battre en retraite vers les salles voisines, surtout lorsqu’ils remarquent que la grille en fer forgé qui les sépare des gobelins commence dangereusement à sortir de ses gonds sous le poids de la horde. Ils tentent de traverser rapidement les salles, sautant des ponts, se débarrassant des zombies, bloquant les herses pour ralentir l’avancée de leurs poursuivants.

Le groupe atterri dans une pièce dans laquelle se trouvent plusieurs leviers et plusieurs issues. Un autre problème se pose lorsque l’elfe aperçoit une brèche dans un mur, assez large, laissant apparaître sur les berges de l’Elen, sous la cité Derval’Amaris, un nombre croissant de morts-vivants affamés par les siècles…

La compagnie hésite longuement quant à la marche à suivre, ne souhaitant pas abaisser un mauvais levier qui les ferait rencontrer une horde de morts-vivants alors qu’ils essaient déjà d’échapper à une masse de gobelins en colère. C’est alors qu’Hiva démontre quelques capacités étonnantes: elle ferme les yeux et baisse la tête. Elle réagit comme si elle percevait des choses que les autres ne ressentent pas. Lorsqu’elle rouvre ses yeux, elle abaisse rapidement un des leviers ce qui entrouvre une nouvelle herse, et encourage le groupe à suivre ce chemin comme si elle connaissait parfaitement les lieux…

Les autres ne se font pas prier pour avancer alors que les gobelins accentuent leur percée en direction du groupe. Une vieille échelle en bois, qui fini en partie par céder sous le poids de nos amis forts pressés, semble donner vers la surface, à l’intérieur même de la cité perdue de Derval’Amaris. Elrohir ne parvient pas à ouvrir la valve rouillée qui les sépare de la surface. Le courtaud arrivera à la faire tourner en coinçant sa hache pour faire levier.

Le groupe atteint, dans l’urgence, la surface. Cependant, nos amis se trouvent à présent dans un bâtiment encore inconnu de Derval’Amaris mais qui semble toutefois  miraculeusement debout. Le nain refermera la valve derrière lui laissant le groupe dans le noir absolu… Elrohir allume sa lampe à huile car même ses yeux d’Elfe sont incapables de percevoir le monde dans un noir total…

Personnages importants:

Hiva: Une étrange chimérane, se déclarant Sylphayar mais ne portant pas d'aile, fini par se joindre au groupe. Elle souhaite, elle aussi, atteindre le comté de Sérévian afin de rejoindre l'académie de magie de Thamasa pour des raisons encore inconnues...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 10 Nov 2013 - 14:15

Chapitre 8 : Un spectre dans la nuit.

Le groupe tente de repérer les lieux. La pièce sombre dans laquelle ils se situent est sans dessus dessous. La poussière ambiante est épaisse ; personne ne semble avoir mis les pieds ici depuis des siècles. Nos amis en profitent, prudemment, pour repérer les lieux et s’assurer qu’il n’y a aucun danger. Ils arpentent les salles silencieuses à la recherche de quelques informations.

Il semblerait que nos amis se trouve dans un ancien bâtiment d’administration militaire fluviale. Les objets de batelerie sont nombreux, les cartes maritimes jonchent le sol ça et là. Alors que le nain sécurise une pièce pour permettre au groupe de se reposer, Elrohir, comme à l’accoutumée, part en éclaireur à l’étage supérieur du bâtiment en compagnie d’Hiva. Cette dernière va d’abord s’assurer que les issues du rez-de-chaussée sont sûres avant de rejoindre l’elfe à l’étage. Le sylvain manque presque de se tordre une cheville à la faveur d’un escalier vieillissant et craquelé.

A l’étage, certaines pierres semblent s’être déchaussées des murs laissant apparaître, par endroit, la cité de Derval’Amaris sous le clair de lune d’Azura. Elrohir repère des lumières, torches ou braseros, en direction du nord-ouest, qui finissent par disparaître rapidement. Au sud, le bâtiment a souffert du poids des âges, toutefois, une maison, en face, leur permettrait de sortir assez aisément tout en restant dans les hauteurs de la ville.

Hiva s’assure que le sylvain se porte bien et qu’il n’a pas fait d’étranges rencontres à l’étage. Au contraire, ce dernier à trouvé, dans une sorte de bureau aux murs ouvragés de magnifiques tapisseries délavées par les siècles, un registre de l’époque appartenant à un commandant Amarilien, un certain Dracir S. Au-dessus du bureau, encore accrochée au mur, une sublime carte de la région signée Dracir D., malheureusement obsolète de nos jours, ne manque pas d’attirer l’œil de l’elfe. Ce dernier prend avec lui le registre afin d’en apprendre un peu plus sur l’ancienne cité.

De retour au rez-de-chaussée, nos amis vont organiser des tours de garde malgré le silence assourdissant de la cité en ruine. Le nain va prendre le premier tour alors que l’elfe feuillette les dernières pages du registre. Apparemment, les derniers mots du commandant expriment la souffrance occasionnée par la perte de sa fille, nommée Impéria en l’honneur d’une grande princesse d’Amaris, ainsi que la dernière bataille qu’il compte livrer alors que la ville est assiégée par les troupes d’Harbringer…

Le groupe fini par s’endormir lorsque le nain voit apparaître une forme spectrale descendre du plafond de la pièce. Il réveille rapidement Elrohir qui reste stoïque mais méfiant à l’égard de la chose. Le nain, sans réfléchir, sort sa hache et entend bien en découdre avec les jambes du spectre, en vain… Le fantôme  porte une tunique et des insignes militaires et se montre tantôt vindicatif, tantôt intrigué par les visiteurs...ce qui fini par réveiller Hiva qui tente malgré tout d’engager prudemment la conversation.

Ils finissent par comprendre, malgré l’instabilité croissante du spectre, qu’il s’agit du commandant Dracir S., celui-là même auteur du registre, qui erre sans fin depuis des siècles à la recherche de sa fille… Tout à coup, les trésors de nos amis se mettent à briller, et la pièce se met à vibrer dans un torrent venteux s’engouffrant par la cheminée. Une lumière aveuglante apparaît alors au centre de la pièce, aspirant le groupe en son sein alors que le spectre du commandant leur crie, avec sa voix d’outre-tombe : « Trouvez-la ! ».

Lorsque nos amis rouvrent leurs yeux. Ils se trouvent dans un magnifique bureau, sans poussière ni éboulements, qu’Elrohir reconnaît être la pièce qu’il avait visité à l’étage, celle avec la somptueuse carte accrochée au mur : le bureau du commandant Dracir. Regardant par la fenêtre au dehors, ils aperçoivent une magnifique cité des Hildans, pleine de vie… Toutefois, ils remarquent rapidement qu’ils ne sont que trois à avoir effectué le voyage : Elrohir, Doriac et Hiva. Aucune trace de dame Serë ou du griffon d’Hiva… Ont-ils voyagés à travers les siècles ou est-ce là une illusion crée par le spectre ?

Le commandant, en chair et en os, fait son entrée se trouvant nez à nez avec nos trois amis. Ces derniers tentent, plus ou moins maladroitement, d’expliquer leur présence dans ce bureau. S’ensuit une étrange discussion ou cours de laquelle le groupe explique de but en blanc au commandant qu'il viennent du futur et que tous vont mourir, lui et sa fille........

A ces mots,  le commandant ne sait s’il doit les considérer comme des fous ou de simples originaux venus prêter main forte à la cité. Il hésite par deux fois à appeler la garde pour faire sortir, séance tenante, ces énergumènes « venus du futur »… Toutefois, certains détails sur sa famille, énoncés par Hiva, ne vont pas manquer de semer le doute dans l’esprit du commandant. Devant la ferveur des trois acolytes, Dracir va accepter de donner l’adresse de son frère afin que nos amis vérifient par eux-mêmes qu’Impéria est en pleine forme, actuellement chez son oncle, dans le quartier de Bas-Puy en Derval…

Personnages importants :

Dracir S. : Spectre en souffrance errant dans Amaris. Il s’agit de l’esprit d’un ancien commandant de la flotte de l’Elen-Pelevien, qui n’a pas trouvé le repos après sa mort lors du siège de Derval-Amaris par les troupes d’Harbringer. Il s’en veut de ne pas avoir pris soin sa fille avant qu’il ne soit trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 17 Nov 2013 - 10:32

Chapitre 9 : Au milieu du Chaos.

Alors que le nain part de son côté à la forge d’Ocrefer voir ses compatriotes et faire quelques emplettes, Elrohir et Hiva décident de partir vers le quartier où l’oncle d’Impéria est sensé habiter. Guidés par les panneaux de la ville, notre duo va rapidement gagner les maisonnées du coin. Ils en profiteront pour s’arrêter chez un apothicaire faire, eux aussi, quelques courses.

Elrohir frappe à la porte de chez Dracir mais un long silence indique que la bâtisse est vide… Hiva interpelle une dame pour demander si elle sait où se trouve le peintre. Cette dernière indique au groupe que sieur Dracir est certainement à une représentation théâtrale très en vogue en ce moment dans le quartier de Rivegauche. Nos amis décident de regagner le théâtre de Rieufort lorsqu’un cor sonne par deux fois, indiquant que les feux d’alerte de la garnison de Melchiora sont allumés…

L’effervescence commence à gagner la ville et les militaires se regroupent rapidement. Dans la cohue, Elrohir va entendre certains officiers parler. Ces derniers discutent de l’avancée de l’armée d’Harbringer, grand seigneur chaotique. Le front du Nord n’était qu’un leurre, le Chaos marche sur Derval’Amaris, les troupes seront là à la nuit tombée… Le groupe continue ses recherches mais ils perdent un temps précieux étant donné qu’ils ne connaissent pas la cité.

Tout à coup, un cor grave sonne par trois fois, apportant cette fois la funeste nouvelle que les armées du Chaos sont en vue et prêtes à engager la cité. La panique s’empare de la ville alors que les boulets et les flèches commencent à pleuvoir de part et d’autre. Des élémentaires d’Ombre sont envoyés en Derval alors que les mages Khantaristes incantent des sortilèges d’illusions collectives pour inciter la peur dans les esprits des assiégés. Dans tous ce brouhaha, il devient extrêmement difficile pour le groupe de trouver Impéria. Les Généraux de Derval vont rapidement donner l’ordre au peuple de fuir en Amaris voyant la masse des armées chaotiques déferler sur leurs remparts.

Nos deux amis décident de se séparer au cas où la petite fille aurait fuit avec son oncle en direction de Bas-Puy. Elrohir prend donc la direction du Sud alors qu’il aperçoit des aberrations rampantes escalader les murs des arcades de la cité. Il affronte certaines de ces créatures tout en se frayant un chemin à travers la populace en panique. Le Sylvain repense au fait qu’Impéria se trouvait au théâtre et que ce dernier a été évacué par le nord. Aussi, il fait volte-face et reprend la direction des arcades. L’elfe va sauver une petite fille d’une chute mortelle avant de la rendre à sa mère au beau milieu d’un chaos sans nom. La ville brûle et les bâtiments s’effondrent sous les boulets enflammés lancés par les armes de sièges chaotiques.

Le Sylvain aperçoit un homme ayant comme un air de famille avec le capitaine Dracir, affolé, qui crie sans cesse le nom d’Impéria. D’un bond, Elrohir escalade les arcades et rejoint l’homme en question. Il se dirige vers le nord de la cité, cependant, un élémentaire d’Ombre lui fait face et bloque le chemin des remparts. Affaibli par les attaques des mages Dervaliens, l’élémentaire a un genou posé à terre tout en se tenant aux créneaux. Elrohir va s’empresser de grimper sur le monstre pour l’attaquer en pleine face grâce aux pouvoir d’Azura, le faisant basculer en arrière. Il manque de se faire attaquer par un être démoniaque ailé, un Zohar, qui n’a pas dit son dernier mot. Une fois l’élémentaire à terre, l’Elfe poursuit sa route vers les remparts du nord, là où le peuple de Rivegauche à été évacué. Il affrontera quelques aberrations sur la route, se frayera un passage dans la masse du peuple qui fuit vers Amaris et trouvera, à quelques mètres de là, une petite fille perdu au milieu de tout ce chaos, à deux doigts de se faire happer par un Zohar...

Avant cela, Hiva était partie en direction des remparts du nord. Les boulets de feu pleuvaient au-dessus de sa tête. Elle tente, tant bien que mal, de repérer la petite fille au beau milieu de la cohue. Hiva est la seule à connaître le visage d’Impéria qu’elle a aperçu dans ses visions. Des dizaines de personnes se pressent sur les remparts empêchant son avancée. La chimérane va courir sur les créneaux et sauter de remparts en remparts, négligeant souvent sa propre sécurité. Tentant sa chance en criant le nom de la petite, elle fini par apercevoir, au beau milieu des fuyants, une fille qui semble réagir à son appel. Hiva va se débarrasser de certaines aberrations menaçantes tout en essayant de rejoindre la masse du peuple en proie à la débandade. Elle aperçoit un énorme boulet enflammé arriver en direction des arcades qu’elle tentera de dévier, sans succès… La chose ira s’écraser sur une catapulte et la pulvérisera d’un trait.

C’est alors qu’Hiva se trouve face à la vision qu’elle avait eu quelques heures auparavant. Elle avait vu la petite fille se faire emporter par une créature ailée d’origine inconnue. Oubliant toute forme de raison, Hiva fonce en direction d’Impéria, et, la voyant agrippée par le Zohar, bondi dans la hâte en essayant d’attraper le démon volant. Elle manquera la créature de peu et fera une chute vertigineuse qui sera, bienheureusement, amortie par une caravane de commerce de tissu qui se trouvait par chance en contrebas.

Elrohir voyant la scène décoche l’une de ses meilleures flèches sur le Zohar. Ce dernier, d’un air de défis, fait volte-face, Impéria dans ses serres, et se dirige avec une incroyable vélocité en direction du Sylvain. A ce moment-là, Hiva, craignant pour la vie de l’enfant, est prise d’une intuition. Les yeux fermés, elle visionne plusieurs séquences de la bataille qu’elle est en train de vivre. Sur la fin, elle voit le Zohar lâcher, à pleine allure, la petite fille dans les bras d’Elrohir, faisant basculer, sous l’impact, le Sylvain par-dessus le rempart…

La vision de la chimérane se réalise, le Zohar largue la fillette alors que l’Elfe n’a d’autre choix que de la réceptionner tant bien que mal. Rapidement Hiva va utiliser ses dernières ressources magiques pour créer un souffle suffisamment puissant pour retenir Elrohir dans son élan… Grâce à la réaction d’Hiva, l’Elfe et Impéria évitent une chute certainement mortelle. Elrohir, blessé à la tête, remarque que la fillette a perdu connaissance. Il s’empressera de la soigner dès qu’il aura recouvert ses sens.

Hiva aperçoit une Sylphayar survoler la cité et l’interpelle dans sa langue maternelle. La guerrière ailée, plongera vers la chimérane pour lui porter secours. Les troupes chaotiques avancent dangereusement dans Derval, aussi, la Sylphayar emporte Hiva au-dessus des arcades, permettant à nos amis de se rejoindre. Impéria a été retrouvée, Elrohir s’occupe de panser ses blessures. La fillette est inconsciente mais sauve… au milieu du chaos…

Personnages importants :

Impéria : Fille du Commandant Dracir. Son oncle l’avait emmené au théâtre Rieufort lorsque les troupes chaotiques ont fait marche sur la cité. Quand il a été évacué, l’oncle a fini par perdre sa nièce dans la foule en panique, la laissant seule au milieu de la cohue en détresse.

Sieur Dracir Dotus : Frère du Commandant Dracir, artiste peintre et cartographe de profession. Il cherche désespérément sa nièce qu’il a perdue au milieu du chaos…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nazer
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
avatar

Nombre de messages : 236
Age : 26
Localisation : Montauban

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mar 3 Déc 2013 - 18:41

Chapitre 10 : La chute de Derval-Amaris


Séparé des ses compagnons de voyages avant le début des hostilités, Doriak achetait une statuette à ses congénères des forges d'Ocrefer lorsque les combats éclatèrent. Tandis que les autres nains emportaient dans la précipitation leurs armes, richesses et de nombreux barils de poudre, le prospecteur secouru deux familles d'habitants et les escorta jusqu'en Amaris, loin des combats. Là, il leur confia toutes affaires encombrantes inutiles au combat et se précipita vers le front, retraversant le pont que ses semblables dardaient d'explosifs. Il affronta au passage un chaotique isolé, et écopa de quelques blessures. La masse de chaotique progressait rapidement depuis le sud-ouest, malmenant les soldats de la ville à tel point que Derval s'avéra vite perdue, le cor allié sonnant la retraite avant que l'intrépide nain ait pu prendre part au gros des combats.

En haut des murailles proches, Hiva et Elrohir récupérèrent une Impéria inconsciente mais bien vivante, et partirent à la rencontre de son oncle resté un peu au sud de la muraille. Les minutes étaient comptées : déjà, ils apercevaient les nains en train de poser les barils de poudre sur les ponts pour condamner cette partie de la citée. La sylphayar qui leur avait porté secours à la jeune femme refusa de perdre plus de temps à les aider, repartant combattre les créatures ailées ennemies.

En chemin, l'elfe et Drasir portèrent secours à un soldat écrasé sous une poutre, grâce à un ingénieux système de levier et à des soins sommaires. C'est ainsi chargés de blessés qu'ils abordèrent l'escalier en flammes qui leur permettrait de rejoindre la place en contre-bas. Usant de sa magie, Hiva priva le feu d'air pour l'étouffer, et ils parvinrent en bas sans trop de dommage, rejoignant leur camarade nain dans la cohue des soldats en plein repli.

Franchisant le pont à la dernière minute, ils furent soufflés par son explosion mais parviennent en Amaris vivant, tous réunis, avec une Imperia de nouveau consciente et son oncle. Sur l'autre berge, les malheureux qui n'avaient pu traverser furent utilisés comme bouclier humain par les chaotiques, si bien que les canonniers de la ville hésitaient à ouvrir le feu. Pragmatique, Hiva les déclara de toute façon perdus et convainquit les soldats de tirer.

Au dessus du carnage se dégagea une silhouette canine monumentale à trois têtes préparant un bond gigantesque, bien décidée à ne pas se laisser arrêter par le fleuve. Elrohir, Doriak et Drasir décidèrent avec sagesse de partir le plus vite possible vers la capitainerie pour ramener l'enfant à son père, mais la jeune chimérane usa sur un coup de tête toutes ses dernières réserves d'énergie pour envoyer une onde de choc sur la bête, tentant de la précipiter dans le fleuve en plein saut. Touché de plein fouet, l'immense cerbère ne fut pourtant que peu déstabilisé par cette faible magie opposée à son impressionnante masse et se contenta de se raccrocher de justesse au bord de la rive. Une de ses monstrueuses têtes se tourna vers Hiva, visiblement décidée à lui faire payer son intervention.

Indécise quand au chemin à prendre pour s'enfuir avec Imperia et incapable de faire un choix devant les passages tous périlleux, la jeune femme entra en transe, cherchant désespérément dans sa clairvoyance la voie à suivre. Mal lui en prit : le cerbère se redressait déjà, toute sa fureur dirigée vers elle sans qu'elle ne soit encore sortie de son état apathique. Bien décidé à la protéger et à en découdre avec de la vermine chaotique, Doriak se précipita à l'étage d'un bâtiment proche pour se hisser à la hauteur de la bête. Tandis que le monstre se précipitait vers eux, il effectua un saut prodigieux vers la plus proche des trois têtes, assenant un coup de hache fulgurant sur son front, au niveau d'une gemme qu'il avait préalablement remarquée. Son intuition était bonne : une fois amputée de la pierre, cette tête se mit à pendre sans vie à côté de ses jumelles.

Une seconde gueule se précipitait néanmoins sur une Hiva impuissante, et c'est l’intervention in-extremis d'Elrohir qui lui épargna de finir en amuse gueule canin. Faisant jaillir des plantes sous la bête, il entrava sa mâchoire, parvenant à la lui fermer de force. Dans son élan, le monstre frappa tout de même la jeune fille qui, sortant enfin de son état second, attrapa Impéria et s'enfuit vers les  berges du fleuve. L'elfe parvient à maintenir son piège végétal quelques temps, après quoi il se précipita à la suite de Drasir pour rejoindre la capitainerie par la place centrale. Doriak, grisé par le combat, resta pour affronter l'impitoyable créature déjà malmenée et que l’intervention de soldats et mages alliés aidait à affaiblir. La créature commença alors à se défendre à coup d'ondes de choc électrique, mettant à mal ses adversaires, mais un puisant coup de hache du nain en plein poitrail lui infligea à nouveau une blessure conséquente. Survint alors une créature ailée qui déposa sur le dos de la bête une silhouette féminine, à moitié dénudée mais d'aspect redoutable. D'un unique geste, elle exécuta plusieurs des soldats qui persécutaient son animal.
Voyant qu'elle ne semblait pas l'avoir remarqué, le nain sacrifia sa hache à deux mains en la lui projetant de toutes ses forces, la blessant à l'épaule. Conscient de s'attaquer, désormais désarmé, à un adversaire bien trop redoutable, Doriak tourna les talons sans demander son reste. Il s'appropria en chemin une hache abandonnée dans le chaos de la retraite. Une fois sur la place, il dut constater que la famille à qui il avait confié ses effets avait été évacuée. Il tenta de la retrouver quelques temps mais la tâche s’avéra rapidement impossible.

Pendant ce temps là, Hiva et Impéria réussirent à se frayer un passage jusqu'à la capitainerie, où elles furent rapidement rejointes par Drasir Dotus et Elrohir. Le commandant, stupéfait mais fou de soulagement de revoir sa fille et son frère, consentit cette fois à croire tout ce que ses étranges visiteurs avaient à dire. Ils parviennent facilement à le convaincre que la ville était perdue et qu'il fallait sonner une retraite définitive, sauvant ainsi le maximum de personnes. Le militaire lui-même refusa de quitter son poste, mais encadra l'évacuation de sa fille, de son frère, de la famille royale et de son escorte dans les souterrains de la ville. Alors qu'Hiva et Elrohir s’apprêtaient à repartir par ce chemin qui les avait mené à Derval-Amaris six cent ans plus tard, l'étrange tourbillon temporel qui leur avait fait changé de siècle les saisit à nouveau, les ramenant à leur propre époque. La pièce avait légèrement changé, plus endommagée que dans leur souvenir. Le spectre n'était plus là, Serë et le griffon d'Hiva s'avérèrent introuvables. Au dehors, le jour s'était levé. Du temps avait donc passé pendant leur absence, sans moyen de savoir ce qu'il était advenu de leurs compagnons.

Ils ignoraient également que Doriak avait lui aussi retraversé le temps. Plus à l'Est dans Amaris, il finissait tranquillement une bière dans la taverne où il avait trouvé refuge après ses recherches infructueuses, un tonneau d'alcool sous le bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nazer
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
avatar

Nombre de messages : 236
Age : 26
Localisation : Montauban

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mar 7 Jan 2014 - 22:53

Chapitre 11 : Sur leurs traces

Elrohir et Hiva se retrouvaient donc recrachés dans un présent altéré par leur excursion dans le temps, sans traces de leur compagnon nain, ni même de dame Sëre ou d'Ad'jin, le jeune griffon.

L’Elfe mit la main sur une fiole laissée à leur intention par la chimérane, contenant un étrange message de fumée. Elle y indiquait ne pas pouvoir les attendre plus longtemps et spécifiait vouloir contourner cette cité maudite par l’Est. Paniquée pour son grand poussin, la sang-mêlé demandait frénétiquement à partir à leur recherche, sans même chercher Doriac ou prendre le temps d'un repos plus que mérité.

Malgré ces résolutions, leur attention à tout deux fut tout de même attirée par le registre du commandant Drasir, qui luisait d’un éclat bleu étrange quoi que visiblement non magique. En l’ouvrant, le sylvain remarqua directement que le texte de la dernière page s’était métamorphosé. Le soldat y disait son soulagement de savoir sa fille et son frère saufs, secourus par d’étranges visiteurs. Ceux-là même qu’il avait d’abord cru fous avaient au final contribué à évacuer la cité, sauvant plusieurs vies dont celle de son enfant. La ville n’en restait pas moins perdue, lui-même combattrai jusqu’à la mort, mais il le ferait l’âme en paix, et non sans laisser de quoi se défendre à tout allié trouvant son journal. C’est sur ces indications qu’Hiva et Elrohir trouvèrent une armure et une lame d’officier, ainsi qu’une coquette somme d’or, adroitement dissimulés derrière la grande carte du bureau.

Ainsi équipés, les deux voyageurs se lancèrent à la poursuite des deux disparus, pistant leurs traces jusqu’à l’enceinte de la ville, puis dans la forêt alentour. Au fur et à mesure de leur remonté vers le Nord, le nombre de morts-vivants parsemant leur chemin se mit à s’accroître, de même que les traces de combats. Une grande traînée de sang affola quelque peu Hiva, avant qu’ils n’arrivent à déterminer qu’il s’agissait de celui d’un Zallärd. Ce que faisait un chiméran reptilien dans les parages, l’histoire ne le dit pas... Toujours est-il que les deux compagnons reprirent leur traque vers le Nord sans hésiter.

Une des crises de clairvoyance de la jeune chimérane leur apprit que la prochaine porte de la citadelle vomissait des flots de morts vivants sur leur route. Désireux d’avertir au plus vite leurs compagnons du danger qui les attendait plus au Nord, Elrohir et Hiva abandonnèrent toute prudence pour filer les rejoindre, se faisant rapidement repérés par des guetteurs sur les murailles. Or, comme dit l’adage : ce qui vit court majoritairement plus vite que ce qui est mort ! Les deux amis n’eurent aucun mal à distancer leurs assaillants putréfiés et ce jusqu’à ce que d’autres commencent à leur barrer la route.

S’en suivit un combat violent mais bref, écourté par l’intervention de Sëre. Attirée par les bruits de combats, la jeune femme les avait retrouvés en compagnie d’un petit Ad’jin intacte. La petite troupe recommença sa fuite éperdue, mais vers le Nors-Est cette fois, pour éviter autant que possible la marrée de squelettes et autres Zombis sans trop s’approcher des dangereuses montagnes.

La fatigue commençait à leur peser après presque deux jours sans sommeil, ponctués de combats, cependant ils se devaient impérativement d’atteindre la pleine avant la tombée de la nuit, sous peine de se retrouver submergés. Une autre rencontre malencontreuse, cette fois avec trois harpies, continua des les ralentir. Le tout jeune griffon y écopa d’une blessure, mais Sëre intervint de nouveau, entravant leurs ennemis derrière un mur de lianes, et permettant au groupe de poursuivre sa route sans perdre un instant de plus dans un vain combat. La jeune femme paressait particulièrement en forme, quoi que quelque chose d’inquiétant et de sombre émanait de ses sorts et de son apparente vivacité.

Le soleil commençait à peine de décliner vers l’horizon lorsque le groupe s’extirpa enfin de la forêt. Là, dans les vastes étendues herbeuses, ils négocièrent une place dans une caravane marchande de passage, profitant de cette opportunité pour dormir quelques maigres heures en se laissant porter définitivement loin des dangers de Derval-Amaris.

A leur réveil, ils firent plus ample connaissance avec le propriétaire de la caravane, qui leur confia quelques maigres indications pour poursuivre leur route et auprès de qui ils purent reconstituer leurs stocks de potions, largement mis à mal par les événements des jours précédents. Les commerçants bifurquant rapidement vers leur propre destination, les voyageurs leurs firent leurs adieux dans le crépuscule de la Pleine du Jour, désireux de trouver auprès des agriculteurs locaux plus d’informations sur le village caché des chamans qu'ils cherchaient afin d’ y escorter Sëre au plus vite !

Personnages importants :

Todor Castelfe
r, riche marchand propriétaire de la caravane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nazer
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
avatar

Nombre de messages : 236
Age : 26
Localisation : Montauban

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 12 Jan 2014 - 23:35

Chapitre 12 : Les ramifications de la Sharkavar

Même à cette heure tardive du jour, les champs des pleines fertiles regorgeaient de vie. Il leur fut aisé de trouver un agriculteur occupé à labourer son champ, et ce dernier connaissait effectivement bien les Brenavës : ces guérisseurs discrets mais toujours prêts à leur venir en aide ne donnaient certes pas l’emplacement de leur village au premier venu, mais ils se déplaçaient facilement quand on les appelait et plusieurs personnes seraient à même de mettre nos héros en contact avec eux. Comme par exemple la vieille Palsiane, mais aussi et surtout Malagar, le fameux guérisseur chiméran entré dans les bonnes grâces du préfet de la ville après avoir guéri une épidémie. Il était de notoriété publique qu’il avait demandé à ce que toute question concernant les Brenavës lui soit confiée.

Pour plus de précisions, le groupe d’aventuriers se dirigea vers la ferme de l’homme, pour s’entretenir avec son épouse. Là, ils constatèrent que leur jeune fille portait effectivement les traces d’une maladie récente. Sachant que la fermière, comme son mari, incriminait le grain acheté à un de leurs voisins qui les aurait rendu malade, Elrohir examina un échantillon qu’Hiva avait réussi à prélever sur un sac de semailles. Après plusieurs examens, l’elfe parvint à déterminer que les grains portaient un résidu de la plante parasite Sharkavar, celle-là même que Sëre, Elrohir et Doriac avaient combattu au début de leur périple.

Inquiétés par la tournure des choses, les compagnons refusèrent l’hospitalité proposée par la brave agricultrice et partirent sans délais trouver le fameux Malagar, en espérant qu’il puisse leur indiquer le chemin du village brenavien.

La nuit finissait de prendre ses quartiers sur le monde lorsqu’ils parvinrent à la préfecture, extirpant à une standardiste infecte un rendez-vous avec le célèbre guérisseur. Ce dernier accepta immédiatement de les recevoir et, si Elrohir avait dès le début émis des réserves quand à lui, les deux femmes le trouvèrent également antipathique à la seconde où leurs yeux se posèrent sur lui. Sous une apparence décente et sympathique, on percevait à grand peine quelque chose de plus insidieux, de plus malveillant…

Aussitôt, la jeune chimérane de sang mêlé se lança sans sourciller dans un mensonge, prétextant ne chercher les Brenavës que parce que leur lointaine famille du sud demandaient innocemment des nouvelles. Elle prétexta qu’ils n’avaient pas de temps à sacrifier avant de repartir à leurs propres occupations lorsque l’homme leur proposa d’envoyer simplement un message, et il accepta au final de leur indiquer la direction du village, après quoi il leur conseilla une auberge adjacente pour passer la nuit. Fermement convaincus que le chemin et l’auberge indiqués étaient tous les deux des pièges, le groupe prit congé, avant de demander discrètement à la secrétaire toujours insupportable mais ma foi fort utile où ils pourraient trouver des informations supplémentaires sur les Brenavës. Elle leur indiqua le village de Balen, à deux heures de marche vers la montagne.

Le petit groupe convint de s’y rendre sans attendre, malgré leur épuisement, en passant tout de même par l’auberge pour ne pas éveiller les soupçons de Malagar qui les épiait depuis sa fenêtre. Là-bas, ils prirent un repas revigorant avant de louer des chambres, en convenant avec l’aubergiste qu’il devait se faire discret sur le faite qu’ils n’y avaient pas dormi.

Ils furent abordé par un recruteur mercenaire qui voulu les convaincre de s’attaquer à une Sharkavar qui errait près de la scierie, ce à quoi les voyageurs répondirent qu’ils le feraient s’ils avait le temps et l’occasion, sans rien promettre et en l’incitant lui aussi a rester discret à leur sujet . Après quoi ils s’éclipsèrent furtivement par la porte arrière, et se faufilèrent par les ruelles jusqu’à l’extérieur de la ville.

La pleine immense se déployait devant eux, bordée à l’Est de la forêt qui s’accrochait au pied des montagnes, recouverte d’argent par l’éclat de la lune d’Azura. Craignant de trop tarder et d’en perdre l’opportunité, Elrohir décida de sacrifier un temps dans leur poursuite effrénée et c’est baigné dans cette clarté irréelle qu’il exécuta un étrange rituel. A genoux dans la pleine nue, exposé devant cette lune à laquelle il voulait se vouer, l’elfe effectua les sacrements qui devaient faire de lui un fils d’Azura, défenseur de la lumière. Intriguées mais respectueuses et solennelles, les deux jeunes femmes le laissèrent mener à bien sa tâche avant que tous ne reprennent leur route, pressant le pas.

Craignant une embuscade de la part de Malagar, ils effectuèrent une bonne partie du trajet jusqu’aux montagnes sous le couvert des bois, et parvinrent sans encombre à Balen. Là, malgré l’heure plus que tardive, un habitant leur indiqua le chemin de la chaumière de Palsiane, une vieille chimérane à moitié sénile mais très liée aux Brenavës, et sûrement la plus à même de les mener jusqu’à eux.  Or, arrivé sur place, le groupe eut la mauvaise surprise de trouver la demeure enchevêtrée dans des ronces d’une taille démesurée, en tous points semblables à celles déjà aperçues dans le village des Zilmaars infesté par les adeptes de Jadnar.

Toutes issues scellées, Hiva se proposa de passer par la cheminée, peut-être assez largue pour laisser passer sa frêle silhouette. Elle s’écorcha légèrement à une des monstrueuses épines en escaladant le mur de ronce, mais parvint jusqu’en haut pour se rendre compte que le conduit ne serait décidément pas assez grand. Démontant quelques tuiles, elle se mit en tête de descendre en rappel par le toit, en évitant les ronces plus minces qui dardaient l’intérieur. Malchanceuse ou maladroite, elle frôla à nouveau la chute mortelle, mais l'intervention in extremis d'Elrohir limita grandement les dégâts. Dardée d’épines empoisonnées, affaiblie mais vivante, la petite chimerane leva son regard gris fendu sur la salle.

Une simple chaumière sans particularité, si on exceptait le dangereux barbelé végétal qui l’envahissait. La propriétaire inconsciente était parasitée par un bulbe massif, qui rayonnait au rythme de battements de cœur. Hiva se fraya un chemin vers la porte à coup d’épée, tandis qu’Elrohir tentait de trancher les ronces massives à l’extérieur. Mais il fut obligé de cessé bien vite en constatant que la vieille femme gémissait dans son sommeil à chacun de ses coups. Sëre intervint alors, utilisant ses pouvoirs affiliés aux plantes pour les écarter sans les endommager. A sa grande surprise, c’est une énergie dénaturée qui émergea d’elle, faisant croître les plantes malsaines en même temps qu’elle les contrôlait. Le mal progressait en elle, et le regard attristé de Sëre montrait sans équivoque qu’elle en avait conscience.

Sitôt arrivés à l’intérieur et avant qu’ils n’aient pu s’occuper de quoi que se soit, le bras végétal du bulbe se désintéressa subitement de sa victime pour se précipiter sur Sëre, l’attrapant à la gorge et tentant de s’immiscer en elle. Hiva le trancha d’un coup sec tandis qu’Elrohir éventrait la plante, s’attaquant directement au cœur qu’elle renfermait et l’achevait rapidement. Les ronces extérieures réagirent, se contractant comme pour broyer les murs de la demeure. Hiva tenta de forcer la porte pour sortir au plus vite, ce qui eut pour seule conséquence de permettre aux ronces d’entrer plus facilement. Le combat qui s’en suivit, brutal et sans finesse, les laissa tous meurtris et Sëre sombra dans le coma, non sans avoir utilisé des pouvoirs de plus en plus dénaturés et inquiétants.

Une fois la plante définitivement morte, Elrohir porta secour aux deux femmes inconscientes, parvenant à stabiliser leur état sans tout de fois les réveiller. Hiva barricada la demeure, bien décidée à en faire un bastion où ils pourraient enfin s’accorder un repos devenu vital.

Personnages importants :

Malagar : Guérisseur chiméran, arrivé depuis peu à Bas-Champs mais déjà conseillé du préfet. Malgré les apparences, il semble mal intentionné envers les Brenavës et ceux qui les cherchent.

Pelsiane : Vielle chiméran hermite, entretenant de très bons contacts avec les Brenavës.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nazer
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
avatar

Nombre de messages : 236
Age : 26
Localisation : Montauban

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Ven 14 Fév 2014 - 22:51

Désolée, j'aurais voulu remettre ce chapitre plus tôt mais l'effervescence de mon instalation ma prise de court. Merci encore à Néo, Domi et (plus épisodiquement mais pas moins important) à greg pour cette aventure !


Chapitre : 13 La fin du voyage.

La nuit fut courte, entrecoupée de tours de garde. A quelques heures de l’aurore, la vieille convalescente s’éveilla enfin, portant un regard perdu sur sa chaumière dévastée et sur les intrus, peinant à se souvenir des événements. Hiva et Elhorir n’apprirent pas beaucoup plus d’elle qu’ils n’en savaient déjà : les adeptes de Jadnar l’avaient attaquée en cherchant à lui soutirer l’emplacement du village brénavien.  Palsiane les remercia de leur intervention, leur offrant l’hospitalité et le couvert jusqu’à la fin de la nuit.

Or, tandis qu’ils partageaient un encas matinal, Serë, qu’ils avaient laissée se reposer plus longtemps, se réveilla en sursaut, le regard vague, une phrase sur les lèvres :

- Ils arrivent.

Nul besoin de lui demander qui, et le parasite qui grandissait en elle ne laissait que peu de doute sur sa façon de le savoir. Les aventuriers préparèrent leurs affaires à la hâte, mais sitôt la porte franchie ils virent apparaître, à l’orée du bois, une veille connaissance d’Elrohir. Ifrasia se tenait là, accompagnée de deux autres adeptes.

Lorsqu’Hiva s’enquit de l’identité de la nouvelle venue, son compagnon, peu désireux de refaire les mêmes erreurs par excès d’indulgence, lui répondit simplement de la tuer à vue.

Parfaitement satisfaite de sa réponse, la jeune femme adopta la même posture agressive que lui et leurs adversaires se replièrent sous le couvert des bois. Mais les deux comparses n’avaient pas l’intention de les laisser s’échapper aussi facilement : appelant l’air à elle, la jeune chimérane parvint à happer un adversaire hors de sa cachette. L’homme n’eut même pas le temps de se redresser avant d’être touché par une flèche assassine d’Elrohïr. Alors qu’Hiva contournait la chaumière pour l’achever, l’elfe  tenait tête à une Ifrasia métamorphosée par une magie puissante, qui décuplait ses forces et changeait son aura en quelque chose de plus malsain encore. L’adepte de Jadnar avait atteint une telle puissance qu’elle invoqua une Sharkavar adulte sans le moindre signe d’effort.

Le paysage se mis à trembler, un grondement les engloba et un golem de terre surgit du sol, en réponse à l’appel de Palsiane. Un combat monumental s’engagea, au cours duquel Serë finit par céder à l’influence de plus en plus invasive de la chimère noire : sous la coupe d’Ifrasia, elle attaqua à son tour Elrohir.

De son  côté, Hiva menait une parodie de combat avec son adversaire. Encombrée de son imposante épée, le petit brin de femme s’acharnait à donner des coups dans le vide, mais évitait sans encombre les répliques. L’embarrassante situation s’éternisa, avant que la chimérane ne parvienne enfin à asséner un coup fatal. Elle revint à temps pour trouver les différentes invocations disparues, une Serë inconsciente et une Ifrasia malmenée par Elrohir. Dans une tentative désespérée de renverser la situation, la Jadnariène tenta une attaque massive sur l’Elf, mais son pouvoir se retrouva en opposition avec celui de la chimérane et elle flancha. Elle fut mise à mort par Elrohir, qui la décapita violemment de ses épées jumelles.

Aussitôt après, l’elfe vola au secour d’une Serë toujours inconsciente, tandis qu’Hiva se lançait dans une poursuite infructueuse du dernier rescapé, sûrement retourné chercher des renforts. Une fois la jeune femme remise sur pied, les deux comparses convainquirent la vieille Palsiane de les accompagner pour se mettre en sécurité, et les groupe partit enfin sur les traces des Brénavës.

Pénétrant dans un passage végétal dissimulé contre une falaise, ils franchirent la montagne pour se retrouver dans une forêt obscure, parsemée de lanternes spectrales et de pierres luminescentes. Là, ils furent accueillis chaleureusement par les rescapés du peuple de Serë, ravis du retour d’une des leurs qu’ils pensaient perdue.

Là, Serë fut emmenée d’urgence dans l’espoir d’être soignée, et les deux comparses purent trouver sécurité et repos, ainsi que quelques informations bienvenues sur la propagation des adeptes de Jadnar. On leur promis assistance s’ils voulaient rester combattre ce fléau.

Mais si Elrohir était animé de sa générosité habituelle, Hiva, quant à elle, n’avait cure du sort de ces étrangers, et une chimère noire ne lui semblait pas plus à combattre que quiconque d’autre tant que cela ne la touchait pas directement. Ayant accompagné ses amis à terme, elle revint à son obsession première : foi de maman griffon, elle irait à l’académie de magie pour apprendre à voler !

C’est ainsi que la jeune femme fit ses adieux à son partenaire elfe, persuadée qu’il trouverait bientôt d’autres compagnons à sa hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 9 Juin 2014 - 14:31

Chapitre 14 :Manoir et Korrigans.

Pendant que l’Hortator des Brenavës soigne dame Serë, Elrohir en profite pour faire connaissance avec les communautés Zilmaar et Brenavë. L’Hortator des Zilmaars lui fait part de la situation actuelle. Les deux communautés chamaniques se sont alliées face aux adeptes de Jadnar.

Il semblerait que ces derniers se sont intéressés de très près aux Zilmaars car ils sont à la recherche du « Cœur de Zilmaar ». Nul ne sait ce dont il s’agit, les Zilmaars souhaitent garder leurs secrets pour l’instant pour éviter que trop de personnes soient au courant. De l’avis des Hortators,  si les adeptes de Jadnar venaient à apprendre l’origine de ce trésor, la situation serait catastrophique.

Après moult discussions avec les chamans, Elrohir apprend que les Jadnars infestent le comté de Sérévian car ils recherchent activement l’entrée du village des Brenavë et redoutent une alliance entre les deux communautés chamaniques. L’elfe apprend qu’une équipe est partie à l’académie de Thamasa ; il semblerait les adeptes de Jadnar font sortir clandestinement des objets magiques hors de l’académie pour leur compte. Une autre équipe est partie enquêter à la capitale de Sérévian. Aussi, Elrohir se propose d’aider les deux communautés chiméranes de la flore en enquêtant à son tour dans le Bourg de Bas-Champs.

Elrohir fait équipe avec Filen, un chasseur Zilmaars ; tous deux reprennent la route de la chaumière de la vieille Palsian. En effet, l’elfe et son groupe avaient laissé les corps des Jadnars lors de leur dernier affrontement…

Sur place, les corps des adeptes gisent toujours à terre mais des bourgeons étranges semblent pousser des cadavres. Un stolon menaçant manque presque de surprendre Elrohir lorsque ce dernier s’approche un peu trop du corps sans vie d’Ifrasia pour l’examiner. Nos amis décident de brûler les corps pour éviter toute propagation du parasite.

Nos compagnons redescendent vers le Bourg en empruntant les chemins boisés de la forêt des Acarins. De retour à Bas-Champs, l’elfe fait la rencontre d’une étrange chimérane nommée Elvira qui semble être pressée de rencontrer le guérisseur Malagar. La chimérane se dirige d’un pas décidé vers la préfecture alors que nos compagnons repartent récupérer quelques informations dans le bourg notamment concernant la prime d’une Sharkavar aperçue près de la scierie des frères Dragobois.

Elvira obtient une entrevue avec Malagar. Très attachée à la cause animale, la chimérane le questionne sur l’étrange épidémie qui semble toucher hommes et bêtes au sein des fermes du bourg. Le guérisseur se montre évasif et retourne les questions pour s’intéresser aux talents potentiels d’Elvira. Il apprendra ainsi qu’Elvira est spécialisée en invocation et il semble intéressé par sa connaissance des sceaux d’incantations… Malagar invite même Elvira au manoir Clamared dès ce soir pour un rendez vous spécial ; le guérisseur aimerait lui demander son avis sur certaines expertises qu’il a faite…

Elvira recroise Elrohir et Filen dans le bourg, s’ensuit un échange des plus constructif. Elvira apprend que nos amis ont de nets soupçons à l’égard de ce fameux Malagar : il ne semble pas être celui qu’il prétend. La Mystique, elle aussi, c’est bien rendu compte que quelque chose clochait dans l’attitude du prétendu guérisseur. Elle avoue à Elrohir qu’elle a obtenu un rendez-vous avec Malagar ce soir ; elle pourra ainsi se rendre  compte de quoi il retourne. Elrohir , de son côté, lui avoue que tout porte à croire que ce guérisseur est un adepte infiltré des Jadnars. Il explique à Elvira contre quoi ils combattent en ce moment ainsi que la menace qui pèse sur le comté de Sérévian et les communautés chamaniques des environs…
Elrohir et Filen montrent à la Mystique la prime sur la Sharkavar. Ils proposent ainsi une preuve de la menace grandissante dans le Comté. Elvira n’hésite pas à leur proposer son aide. L’elfe estime avoir là un bon moyen de tester la fiabilité de cette nouvelle recrue.

Notre groupe agrandi rejoint la scierie des frères Dragobois. Un des frères les accueille à bras ouverts, bien content que des gens s’occupent enfin de la prime concernant cette créature monstrueuse qui rode autour de sa scierie.  Après avoir glané quelques informations, le groupe part en chasse.

Filen piste une Sharkavar et le groupe ne tarde pas à entendre le râle sourd que produit la créature. Le chasseur Zilmaar grimpe rapidement à un arbre pour se mettre à couvert et encoche une flèche. Elrohir souhaite laisser la Mystique faire ses preuves et reste en soutien. Elvira invoque un Efreet qui s’empresse d’attaquer la Sharkavar. L’invocation inflige de sérieux dégâts au monstre mais la Sharkavar ne se laisse pas vaincre pour si peu, elle défait de l’Efreet de ses ronces alors qu’Elvira invoque un Golem de roche en soutien.
A ce moment-là, un nouveau râle se fait entendre, Elrohir se retourne et entrevoir une nouvelle Sharkavar approcher du combat. Voyant la chimérane s’en sortir avec les honneurs grâce à ses invocations et sachant que Filen reste en soutient prêt à tirer, il n’hésite pas une seconde et fonce vers le nouvel monstre. Filen se retourne voyant Elrohir se jeter sur un nouvel ennemi, il décoche une première flèche qui percera le poitrail de la créature. Il encoche une seconde flèche en se concentrant sur la Sharkavar qu’Elvira affronte pensant que l’elfe s’en sortira très bien tout seul contre la sienne. Tout à coup, la branche sur laquelle le chasseur repose casse net… Filen fait une dangereuse chute alors que sa flèche part tout droit se perdre dans le mollet d’Elvira qui s’écroule de douleur. Blessé à la tête lors de sa culbute, Filen perd conscience…
Elrohir, de son côté, s’empresse de se débarrasser de son monstre. Il connaît les points faibles de la Sharkavar pour en avoir déjà affronté. Prenant quelques risques et jouant sur son agilité d’elfe, il évite les ronces de la créature, manquant de peu les crachats épineux de cette dernière. Il sectionne le bulbe de la Sharkavar de plusieurs coups en taillade. Le monstre ainsi éventrée, Elrohir  vise le cœur qu’il aperçoit au beau milieu des humeurs aqueuses qui se déversent du monstre. Débarrassé de sa monstrueuse plante, l’elfe fait volte-face et considère le combat que livre Elvira désormais seule…
La Mystique s’affaisse sous la douleur de la flèche, la Sharkavar en profite pour lancer ses ronces empoisonnées. Le golem de roche se jette sur la Sharkavar pour défendre Elvira et empoigne la plante avec vigueur. La chimérane est frappée de plein fouet par les tentacules épineux du monstre et fini par tomber, genou à terre. Le golem lutte contre le monstre, le frappant de ses poings,  alors qu’Elrohir arrive en trombe. L’elfe est médusé d’apercevoir à la fois Filen inconscient, gisant à terre, et Elvira, passablement affaibli, son golem au corps à corps avec le monstre...
Bien que sérieusement meurtri par éclats de feu de l’Efreet et les bras solides du golem, cette Sharkavar semble encore terriblement tenace. Elrohir préfère bénéficier de la force du golem  qui maintient la créature pour en finir avec elle avant d’aller s’occuper de ses amis. L’elfe s’en prend directement au cœur du monstre pour lui infliger l’ultime attaque,  alors que le golem invoqué se déphase dans une gerbe de lumière. Elvira, touchée par le poison de la Sharkavar,  fini par perdre connaissance… Elrohir vient à aide à ses camarades et incante les pouvoirs de la nature pour les soigner.

De retour au Bourg, le groupe se sépare, Elrohir s’empresse de trouver le commanditaire du contrat afin de toucher la prime. Il entend parler d’un nain de Thuranbrand, nommé Raéro, qui était lui aussi par la prime sur la Sharkavar.
Elvira, de son côté, s’en va faire quelques emplettes dans les commerces du coin. Elle se rendra compte que l’apothicaire Trisdor à été victime d’un larcin. Plusieurs produits, poudres de plantes et autres éléments ont disparu ; l’argent de la caisse n’a pourtant pas été subtilisé… La Mystique propose même au marchand de lui trouver certaines de ces plantes (Unil’Garith et Iblicya) si d’aventure elle aurait le temps de partir à la cueillette.

Après s’être préparée, Elvira prend le chemin du manoir pour son rendez-vous et croise Malagar dans le Bourg. Elle fait le reste du chemin avec lui en apercevant, du coin de l’œil, Elrohir et Filen arrivant dans leur direction. La Mystique fait mine d’avoir quelque chose la gênant dans sa chaussure afin d’attirer l’attention de Malagar et ainsi détourner son regard de ses compagnons… Elrohir, comprenant le subterfuge, s’empresse de bifurquer dans une ruelle voisine pour ne pas être vu par le fameux guérisseur…
Aux abords du manoir Clamared, deux Spriggans se manifestent à l’arrivée d’Elvira et de Malagar. Ce dernier utilise une bague couleur d’opale et, d’un geste, les deux créatures se retirent aussi vite qu’elles étaient apparues…  La Mystique et le guérisseur sont accueillis par un majordome dévoué au seigneur du manoir : monsieur Victor. Elvira sent bien vite que le domestique est assez mal à l’aise et plutôt stressé bien que d’une courtoisie exemplaire.
Au cours du repas, Elvira apprend de nombreuses informations sur une certaine Chimère guérisseuse que Malagar souhaiterait voir renaître.  Une jeune domestique, nommée Ashna, apporte différentes formules d’invocations demandées par Malagar ; le guérisseur souhaite se servir des connaissances de la jeune Mystique dans le domaine. Malheureusement, la difficulté des sceaux magiques va bien au-delà des compétences d’Elvira mais elle n’est pas dupe : au beau milieu de ces équations de flux magiques, elle distingue un sceau qu’elle expertise comme étant parfaitement dangereux. Il semblerait que la chimère guérisseuse que Malagar voudrait revoir faire surface ne soit pas si altruiste qu’il veut bien le prétendre…
Après un copieux diner, Elvira comprend qu’il faut à Malagar un pouvoir de régénération très puissant ainsi que les descendants de la Chimère en question pour espérer la faire renaître. Le guérisseur explique qu’il est à la recherche du Cœur de Zilmaar, trésor de la communauté des chamans Uelmen’rill portant le même nom, amis des Brenavë. Voilà pourquoi, d’après lui, il cherche aussi activement des informations sur les Brenavës ; c’est uniquement dans le but que ces derniers le mènent chez les Zilmaars… Raccompagnée par Victor, Elvira reste très suspicieuse après son entrevue avec le guérisseur Malagar…

De son côté, Elrohir et Filen partent dans la forêt des Acarins, plus au nord du Bourg de Bas-Champs. Ils ont entendu parler d’un village Korrigans, des petits êtres porches des gnomes, affiliés à la flore. L’elfe compte bien trouver là, un nouvel allié potentiel dans sa lutte contre les Jadnars…
Le groupe se repère aisément dans la forêt et se retrouve, à la nuit tombée, à proximité du village des Korrigans. Les lieux semblent fort calmes lorsqu’une douce mélopée, susurrée par un instrument à vent des plus étranges, arrive aux oreilles de nos amis. Elrohir et Filen commencent alors à perdre leurs repaires et à sentir leurs paupières s’alourdir dangereusement. Filen pose malencontreusement le pied dans un piège qui se resserre autour de sa cheville et l’emporte plusieurs mètres au-dessus du sol. L’elfe, bien incapable de réagir se laisse bercer par la mélodie…

Elrohir se réveille dans un large trou sous un tertre de terre, fermé par de solides barreaux de fer forgé. Il se retrouve dépossédé de ses effets personnels alors qu’un Korrigan plutôt bourru s’approche de la geôle en menaçant l’elfe de rester éloigné. S’ensuit une discussion dans laquelle Elrohir se défend d’être leur ennemi, toutefois, il semblerait que les Korrigans soient sur leur garde ces derniers temps. Ils cherchent donc à s’assurer que l’elfe et son compagnon Zilmaar ne leur sont pas hostiles. Ils emmènent Elrohir dans une partie de leur village, yeux bandés et mains liées. L’elfe sent qu’une étrange magie à l’œuvre l’empêcherait d’utiliser ses propres sorts s’il lui en prenait l’envie.
Les Korrigans laissent Elrohir face à face avec un Acarin gigantesque dont les racines massives sortent de plusieurs mètres au-dessus de la terre tout en semblant s’enfoncer indéfiniment. De l’une de ces massives racines sort un être, semblable  aux Korrigans, mais quelque part très différent, que tous nomment l’Ancêtre. A la stupeur d’Elrohir,  l’étrange créature  s’exprime en langue elfique, dans un langage assez châtié et désuet, proche d’un dérivé Haut-Elfe.

L’Ancêtre sonde le cœur de notre ami en l’entourant de ses racines et se confie à lui. Apparemment, cinq Korrigans ont été enlevés ces derniers jours. Nul ne connait les agresseurs ni le motif de l’enlèvement. Elrohir en conclut que la présence des Jardnars doit certainement être liée à ces méfaits. Il s’engage auprès de l’Ancêtre  de faire ce qui est en son pouvoir pour retrouver les Korrigans disparus. En échange, l’Ancêtre assure qu’il apportera son aide à nos compagnons. Les Korrigans ne sont pas de grands guerriers, toutefois, ils disposent de certains pouvoirs qui pourraient aider le groupe dans sa quête : des flèches enchantées, capables de transformer n’importe quelle cible  en bois. L’Ancêtre offre également un moyen d’éloigner efficacement les Spriggans en leur apprenant une mélodie capable de les disperser.

Elrohir et Filen font leurs adieux à l’Ancêtre alors que les Korrigans supplient nos amis de retrouver leurs compagnons enlevés. Le groupe reprend le chemin du Bourg en coupant par la forêt. Ils en profitent pour pister les alentours afin de trouver de potentielles marques d’enlèvement. Leurs recherches les mènent aux abords d’une clairière surplombée d’une grotte, enfouie profondément dans la forêt. Les mouvements alentours indiquent sans équivoque la présence de Jadnars dans les lieux. De l’avis d’Elrohir, des Korrigans peuvent très bien être prisonniers à l’intérieur de la grotte, malheureusement, lui et Filen ont peu de chances de venir à bout de tous les adeptes présents. Ils notent consciencieusement l’emplacement du repaire et s’en retourne discrètement vers le Bourg…

Personnages importants :

Elvira (Mélodie) : Étrange chimérane sang-mêlé, originaire des îles Mystiques, Royaumes de l’Est. Elle se balade partout avec une petite louve tout aussi étrange. Elle souhaite établir un bestiaire du vieux continent et connaît l’art de l’invocation. Comprenant que Malagar n’est pas celui qu’il prétend être, elle décide d’aider Elrohir et ses compagnons  dans leur lutte contre les Jadnars…

Monsieur Victor : Majordome du manoir Clamared, il semble être dévoué corps et âme à son métier. Il montre des signes de stress à la vue du guérisseur Malagar…

L’Ancêtre des Korrigans : Protecteur du village, il est aussi le guide de son peuple. Il accepte d’aider nos amis lorsqu’il est sûr que ces derniers n’ont pas de mauvaises intentions…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mar 8 Juil 2014 - 18:45

Chapitre 15: La Grange de Brodus et Maden.

De retour de son entrevue avec Malagar au manoir Clamared, Elvira est raccompagnée par monsieur Victor. Ce dernier lui glisse discrètement un mot dans la poche qu’elle s’empressera de lire dès qu’elle aura pris une chambre dans une auberge du Bourg. Monsieur Victor explique sur ce message qu’il ne pouvait parler franchement en présence du prétendu guérisseur ; il est très inquiet pour le seigneur Clamared. Il exprime également son inquiétude concernant les motifs réels de Malagar et demande de l’aide…

De leur côté, Filen et Elrohir quittent les Korrigans. Le Zilmaar préfère rentrer aux villages des Brenavës afin de tenir ses compagnons au courant des dernières informations glanées jusqu’ici. Elrohir rentre au Bourg de Bas-Champs et s’empresse de regagner l’auberge pour un repas bien mérité. Il fait la rencontre d’un nain nommé Raéro, celui là même qui était intéressé par la prime sur la Sharkavar aperçue par les frères Dragobois.

Alors que l’elfe explique la situation au nain, fraîchement arrivé dans le bourg, Elvira laisse un message à Elrohir ; elle lui donne rendez-vous à midi au-dessus de la scierie des frères Dragobois pour lui tenir compte des informations obtenues sur Malagar au manoir Clamared. Elvira va profiter de sa matinée pour partir en forêt et s’adonner à sa passion : se retrouver au milieu des animaux, les étudier et les comprendre.

L’aubergiste s’approche d’Elrohir, apparemment un couple de paysans du Bourg souhaiterait le rencontrer à propos des épidémies qui touchent le bétail ; ils se prénomment Brodus et Maden et possèdent une ferme à la lisière Est du Bourg de Bas-Champs. Raéro décide d’accompagner l’elfe, très intrigué par les événements…

Arrivés à la ferme, nos deux compagnons se trouvent quelque peu désorientés : les paysans ne répondent pas, les auges ne sont pas remplies et la crasse s’amoncelle dans la basse-cour. Il semblerait que plus personne de s’occupe de cette ferme depuis bien des jours et Elrohir trouve cela particulièrement suspect. Raéro utilise le pouvoir des runes naines pour faire apparaître un sceau de protection magique sur une grange. Nos amis arrivent à dissiper le sceau et rentrent prudemment dans la bâtisse en bois…

A la stupéfaction du groupe, l’intérieur de la grange est totalement investi par la végétation. D’étrange plantes grimpantes se dressent entre eux et le fond de la grange. L’elfe et le nain s’engagent avec précaution jusqu’au moment où deux énormes fleurs aux pétales jaunes pour l’une et violette pour l’autre, les surprennent. Elrohir identifie la créature : une drosera. Il indique au nain que la jaune crache des épines empoisonnées, quant à la violette, elle dispose d’une langue supra gluante.

Raéro se démène avec la tête jaune, se protégeant de son bouclier lorsqu’elle crache ses épines et tente de la taillader, dès qu’il le peut, de son épée. Elrohir s’attaque à la violette et manque, à plusieurs reprises, de se faire subtiliser son arme. Le nain donne le coup de grâce à la tête jaune et s’empresse de rejoindre l’elfe qui est monté à l’étage pour combattre la sienne, plus en hauteur, en sautant sur une poutre porteuse.

Une dernière tête garde le fond de la grange, une grosse fleur verdâtre qui surmonte un gros bulbe. Cette dernière leur crache un miasme vert purulent et acide. Alors qu’Elrohir décoche une flèche Korrigan, la créature se transforme rapidement en bois, la laissant inerte et inoffensive…

Au fond de la grange, nos amis trouvent un couple de paysans, passablement affaiblis, à l’intérieur d’un enclos. Elrohir et Raéro vérifient l’identité de ses gens et en concluent qu’il s’agit des vrais Brodus et Maden ; les deux autres aperçus en ville n’étaient que des imposteurs. L’enclos a été transformé en laboratoire de fortune, difficile pour nos amis de savoir encore de quoi il retourne. Ce qui est sûr, c’est que les Jadnars s’adonnent à de dangereuses expériences ici et qu’ils n’hésitent pas à usurper l’identité de leurs victimes…

Le groupe entend une charrette arriver dans la ferme. Elrohir décide de monter sur le toit de la grange alors que Raéro reste aux côtés du couple de paysans et les encourage à reprendre des forces. L’elfe aperçoit la charrette en question et remarque deux personnes ayant les mêmes traits que les paysans retenus captifs dans la grange.

Elrohir n’hésite pas une seule seconde : il vise le cochet de la charrette, mais n’étant pas sûr de son implication dans l’affaire, il préfère viser avec soin sa cible pour ne pas lui infliger une blessure mortelle. La flèche vient se loger dans le mollet du malheureux qui tombe à terre et se tort se douleur. Les deux Jadnars déguisés se mettent rapidement à couvert faisant le tour de la grange. L’elfe tient le nain au courant des événements et tous deux entendent d’étranges crépitements au fond de la grange. Les Jadnars ont mis le feu aux balles de foin et l’arrière de la grange commence à brûler. Il faut qu’ils sortent au plus vite…

Les Jadnars fuient en direction de la ferme, Elrohir en profite pour décocher une de ses meilleures flèche qui vient se loger dans la gorge d’un des Jadnars. Raéro, toujours à l’intérieur de la grange, ramène le couple devant la porte. Il essaie de forcer l’entrée, mais rien à faire, les Jadnars l’ont verrouillé de l’extérieur. Le nain rassure les paysans en leur disant qu’il va sortir par les fenêtres à l’étage et qu’il viendra leur ouvrir rapidement. Le courtaud rejoint l’étage et décide sauter à l’extérieur en contrebas. Il se tord la cheville en retombant mais il est bien décidé à rattraper les Jadnars. Elrohir est déjà en train de décocher une seconde flèche qui foudroie un Jadnar dans le dos. Raéro fonce après la Jadnar blessée qui vient de laisser son compagnon à terre et qui s’enfuit vers une écurie. Raéro la ramène pour l’interroger mais elle tente de le poignarder. Le nain n’a d’autre choix que de l’achever…

Une fois mort, les deux Jadnars reprennent leur apparence initiale. Nos amis force le cadenas placer sur la porte de la grange et libère le couple de paysans qui commençait à étouffer ; la moitié de la grange est en feu et une épaisse fumée sombre s’élève dans les airs… Elrohir s’occupe du cochet de la charrette. Son incertitude était justifié, il s’agissait vraiment d’un simple cochet et non d’un Jadnar déguisé…

Pendant ce temps, au nord de la scierie des frères Dragobois, Elvira s’empresse de se faire de nouveaux compagnons. Elle dresse une hermine qu’elle nomme Stellar (« celle qui est sacrée » en chimérique) et un faucon qu’elle appelle Sylphan (« celui de l’air »). Toutefois, elle commence à s’inquiéter de ne pas voir ses compagnons se présenter au rendez-vous prévu. Le doute commence à s’installer en elle et après plus d’une heure, elle décide de retourner au Bourg.

La chimérane retrouve la préfecture dans l’espoir d’y trouver Malagar et de continuer d’enquêter sur lui. La secrétaire, une personne plus professionnelle que charmante, lui indique que sieur Malagar est en tournée d’inspection dans les fermes du Bourg pour soigner le bétail. Elvira décide de rattraper le guérisseur et part en direction des cultures.

La chimérane part en compagnie de sa jeune louve Hina et fini par retrouver Malagar dans une ferme de l’Est. Elle remarque une fumée épaisse sortir d’une des granges d’une ferme voisine et commence à s’inquiéter pour ses camarades. Malagar aperçoit également la fumée sombre s’élever vers le ciel et commence à blêmir. Le guérisseur se débarrasse rapidement des paysans qu’il était en train de soigner et se dirige d’un pas pressé vers sa carriole pour rejoindre au plus vite les lieux. La chimérane doit insister un moment pour qu’il la laisse le suivre.

Dans la carriole, Malagar semble très préoccupé. Il commence à remplir un message pour le Bourg. Elvira hésite à lire par-dessus son épaule, ne souhaitant pas se faire surprendre. Elle décide de prendre possession de sa jeune louve afin de lire les messages de Malagar sans être vu. Malagar ne se doute de rien lorsque la jeune louve s’approche de lui. Les messages seront bien envoyés au Bourg de Bas-Champs : l’un sera envoyé à la caserne pour avertir la garde, l’autre, écrit en chimérique, sera envoyé au manoir Clamared pour avertir les Jadnars que leur repaire dans les fermes a été découvert et qu’il lui faut de l’aide pour éliminer les témoins.

Elvira n’a désormais plus aucun doute sur les véritables intentions de Malagar, il s’agit bien d’un adepte de Jadnar se faisant passer pour un guérisseur. La chimérane décide de tout faire pour empêcher que les messages de Malagar partent ; elle prend possession du cheval du messager et le fait partir au galop en espérant lui faire perdre du temps.

Malagar et Elvira posent pied à terre et partent en coupant par les champs pour se rapprocher de la grange sans être vu. La chimérane se rend compte, au fur et à mesure qu’ils progressent dans les cultures, qu’il s’agit bien d’Elrohir et Raéro. Malagar, dans un rictus malfaisant, reconnaît à son tour l’elfe. Le guérisseur indique à la chimérane qu’il s’agit là de malfaiteurs et de criminels, qu’il va devoir employer la force jusqu’à ce que la garde arrive. Elvira se demande ce qu’elle va bien pouvoir faire pour tirer ses compagnons de là…

Personnages importants :

Raéro (Jérôme) : Nain Thuranbrand de la falaise Gaëa. Il est parti en voyage dans le nord du contient pour s’entraîner. Apprenti pavois d’Eriador, il a juré de devenir un vrai protecteur. Il a décidé de venir en aide à Elrohir dans cette affaire.

Brodus et Maden : Un couple de paysans possédant des terres au Nord-Est de Bas-Champs, les adeptes de Jadnars les ont retenu captifs, ont usurpé leur identité et ont pratiqué plusieurs expériences dans leur grange.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Jeu 17 Juil 2014 - 18:56

Chapitre 16: Malagar et Trois ombres dans la nuit.

Malagar, caché dans les cultures, se montre parfaitement vindicatif à la vue d’Elrohir et se prépare à frapper. Elvira en profite pour prendre Malagar par surprise et l’attaquer pour l’empêcher de lancer son sortilège. Le Jadnar fait volte face et se défend contre la chimérane, lui demandant ce qu’il lui prend. Elvira demande à son loup de prévenir ses amis de la présence de Malagar. Ce dernier comprend alors qu’Elvira est un ennemi. La chimérane invoque son Efreet alors que le Jadnar invoque un Golem. Les deux créatures s’affrontent : le prétendu guérisseur prépare un puissant sortilège alors qu’Elvira ne cherche pas à se défendre et souhaite invoquer une autre créature. Le sortilège de ronces frappe Elvira de plein fouet la laissant inerte, à terre…

Elrohir et Raéro remarquent la scène et foncent vers la bataille. Raéro se met en position défensive pour permettre à Elrohir de frapper à distance. L’elfe tire une flèche Korrigan sans sommation que le Jadar évite. Le nain provoque l’invocation de Malagar pour laisser le champ libre à l’elfe. Le Jadnar crée une zone au sol qui corrompt toute végétation autour de lui sur plusieurs mètres. Etant donné qu’ils sont dans un champ, la situation est profitable au Jadnar. Plusieurs épis corrompus enchevêtrent nos amis. Raéro tente de faire sortir l’invocation hors de la zone, bloquant et encaissant les puissants coups du golem.

Se produit l’incroyable : Hiva, de retour du village Brenavë, arrive aux abords de la ferme, attirée par les fumées de la grange embrasée. Elle se défait de deux adeptes qui lui barraient la route avec ses sorts de l’Air. Elle mise tout sur Malagar pour tenter de le déconcentrer contre son combat contre Elrohir. Cela suffit à L’elfe pour lui asséner quelques frappes à distance. Une fois le golem dissipé, Raéro rejoint l’elfe dans son combat. Les sorts de ronces sont puissants, de plus le Jadnar utilise des boucliers de terre pour se parer des flèches assassines d’Elrohir.

Toutefois, personne n’a le temps de prendre soin d’Elvira qui git à terre depuis le début du combat. A trois contre un, le combat commence à être compliqué pour Malagar, le pseudo guérisseur attendait de l’aide qui n’arrive pas. Hiva, Raéro et Elrohir commencent à malmener le puissant Jadnar. Nos amis sont blessés et commencent à s’épuiser, mais malgré la puissance de ses sorts, le mage lui aussi fatigue…

Malagar tente le tout pour le tout en incantant un ultime sort plantant son bâton à même la terre. Tout autour de la zone, des plantes grimpantes forment une véritable muraille prenant au piège nos amis et le lanceur de sort. Ce dernier bénéficie toutefois d’une protection avec la végétation qui s’enchevêtre autour de lui formant une véritable armure vivante. Seule Hiva était restée à l’extérieur de la zone et ne peut agir pour l’instant, surprise par les effets du sort.

Elrohir et Raéro tente d’en finir avec Malagar. Les flèches de l’elfe se plantent sans effets notables dans cet enchevêtrement ; il saisit alors une flèche Korrigan avec ses propres mains en tente de l’enfoncer le plus profondément possible en espérant transpercer la peau du mage. Raéro brise la pierre du bâton d’un solide coup d’épée et tente de percer la muraille végétale qui protège le mage.
Un grondement fait rage sous eux, la terre se met à trembler et nos amis risquent le pire. Ils forcent l’armure végétale tant qu’ils le peuvent jusqu’à ce que tout commence à se transformer en bois, la flèche d’Elrohir à finir par toucher Malagar. L’ensemble de la structure se transforme laissant l’elfe bloqué jusqu’au bas du torse, le nain jusqu’aux épaules…
Epuisés, l’elfe et le nain se sortent tant bien que mal de la prison de bois. Raéro découpe Malagar comme un tronc d’arbre pour voir s’il est bel et bien mort. Décapité, le mage n’a aucun moyen de survivre même s’il est soigné de cette pétrification boisée. C’en est enfin fini de Malagar…

Elrohir utilise l’élixir de Zilmar pour sauver Elvira, ses compétences de soin étant totalement inefficaces à ce niveau. La chimérane ne respire plus et son cœur s’est arrêté. Même Elrohir ne sait pas si l’élixir sera suffisant pour la sauver. La potion génère la pousse d’une végétation florissante qui s’enroule autour de la chimérane et commence à penser ses blessures.
Elrohir remercie Hiva pour son intervention, sans qui le combat contre Malagar aurait sans doute était du suicide. L’elfe lui apprend les divers événements récents depuis qu’il a quitté le village Brenavë. L’elfe et le nain vont retourner à la ferme et prendre soin du couple de paysans pendant que l’elixir de Zilmmar fait son office sur Elvira.
Elvira sort de sa léthargie en bonne forme malgré les mortelles blessures assénées par Malagar. Les effets de l’élixir de Zilmaar sont parfaitement incroyables, on comprend pourquoi ces Uelmen’rill gardent si jalousement le secret de ses vertus. La chimérane s’en retourne au village pour se racheter quelques habits, les siens ont été tellement malmenés pendant le combat qu’ile ne ressemblent plus qu’à des guenilles…

Hiva, elle aussi, retourne au village, elle y rencontre Artyr Primevère, spécialiste des montures volantes et responsable de la volière de l’académie de Thamasa, alors qu’elle s’intéressait de près à ses Griffons. Ces gens sont des amis de la vieille Palsiane qu’Hiva et Elrohir ont secouru des griffes des Jadnars. Pour la remercier, ces gens l’accueillent volontiers chez eux. Hiva tient au courant Artyr des événements liés aux adeptes de Jadnar. Apparemment, les autorités de Thamasa sont au courant de l’affaire : une enquête à déjà lieu au sein de l’académie. Horus, un Zilmaar et Landra, une Brenavë, sont déjà sur place pour mener l’enquête au sein de l’école.

La chimérane va également apprendre qu’une des filles d’Artyr, Iris, est membre de l’équipe d’Istaral de son académie. Un match de gala opposant les élémentalistes de Thamasa à l’équipe du Bourg de Bas-Champs va avoir lieu dans l’après-midi. Tout le gratin de l’académie est invité. Hiva pense qu’elle va pouvoir apporter son aide en faisant parvenir un message à la Sage de l’académie via son bébé griffon.
Au sein de la foule qui s’amasse devant la préfecture, Hiva envoie son griffon saluer la Sage. Cette dernière s’empare du message, cherchant du regard son expéditeur. Hiva a indiqué dans son message plusieurs détails concernant les adeptes de Jadnars qu’elle a pu glaner lors de ses aventures avec Elrohir, Doriac et Serë, ainsi que des informations concernant les visions qu’elle a eues…

Aux abords des fermes du Bourg, une troupe de la milice arrive sur les lieux. Très suspicieux, les gardes mettent Elrohir aux arrêts. Apparemment, Malagar avait averti la milice d’un elfe Sylvain, dangereux, correspondant à sa description. Le guérisseur est mort, la milice compte bien enquêter sur ce meurtre. Raéro est interrogé et les paysans témoignent en faveur de l’elfe et de son groupe. Si Raéro semble tiré d’affaire, ce n’est pas le cas d’Elrohir qui est tout de même ramené menotté à la caserne ; la milice entend bien faire toute la lumière sur cette affaire…

Raéro décide de rester s’occuper du couple de paysan qui l’héberge avec grand plaisir. Quatre hommes de la milice resteront sur place toute la nuit. Ce qui reste de Malagar est gardé par deux hommes qui enquêtent sur les lieux du combat en attendant les mages experts qui arriveront demain matin.

Après quelques emplettes, Elvira décide de repartir dans la soirée vers les fermes pour rejoindre ses camarades. Elle n’a pas oublié l’anneau magique qu’utilisait Malagar, celui qui lui permettait de faire fuir les Spriggans. Elle découvre que la milice du Bourg garde les lieux. Elle ne souhaite pas attirer l’attention sur elle après le combat contre le Jadnar. Cependant, l’anneau que possédait le prétendu guérisseur l’intrigue toujours autant. Elle envoie son faucon au dessus du champ. Les miliciens ne manifestent aucune réaction face à la vue de l’oiseau. Ce denier se pose sur ce qui reste de Malagar pétrifié en bois et en profite pour lui retirer la bague du doigt et s’envole avec. Ni vu, ni connu, Elvira repart tranquillement vers le bourg dans l’auberge de Clairedune, où elle avait loué une chambre, afin de contempler sa trouvaille.

Dans la nuit, Elvira entend le volet de sa chambre s’ouvrir doucement. Un objet en verre a été jeté à l’intérieur et commence à émettre une fumée épaisse qui embrume toute la pièce. Le volet se rabat et Elvira commence à paniquer. La fenêtre ne s’ouvre plus, comme bloquée de l’extérieur et la porte d’entrée est aussi verrouillée, impossible de sortir. La chimérane commence à se sentir vaciller ; la fumée qui sort de cette boule cristalline semble avoir des effets soporifiques puissants. Au départ, Elvira se cache sous les draps avec ses animaux puis, elle finit par reprendre courage et invoque son Golem. Sa créature défonce à la main les volets et fracasse la fenêtre, il fait un trou béant dans la pièce et s’enfuit avec Elvira sur son épaule vers l’Est du village en pleine nuit. Malgré le fracas, personne ne réagit comme si l’intégralité du village alentour dormait à poing fermé…

Raéro subit aussi une attaque similaire, dans une chambrée de la ferme de Brodus et Maden. Il donne un coup de pied à la boule pour l’éloigner. Il commence à vaciller mais tient bon. Le courtaud enfonce la porte, toussote et suit à tâtons l’escalier en contrebas. Il s’en fait pour le couple de paysans et décide de renter dans leur chambre malgré l’heure tardive: les deux pauvres gens ont étés égorgés dans leur sommeil, une boule verre a roulé au sol…
Le nain sort voir par la fenêtre, il suit une silhouette dans les ombres qui disparaît bien vite. Il alerte les miliciens qui rentrent consternés, ils recherchent des indices mais ils ne trouvent rien de bien intéressant à part les boules de cristal dans lesquelles était contenue la fumée soporifique.

Elrohir, enfermé dans sa geôle, ne se soucis pas pour l’instant de sa propre santé : un voisin de cellule est menotté avec une armature argentée et est à peine capable de bredouiller quelques syllabes incompréhensibles…
L’elfe s’assoupit, des cliquetis métalliques le réveille doucement alors qu’il se trouve menacer d’une lame juste au-dessus de lui. Surpris, l’assassin tente de le frapper mais Elrohir bloque son poignet in extrémis. Il combat l’assassin dans sa cellule, le garde des geôles semble endormi ou droguéet ne réagit pas. Les deux vont s’empoigner l’un l’autre et se frapper, l’assassin va lacérer Elrohir sur son flanc mais l’elfe tient bon. Lors d’une prise, le sylvain finit par s’emparer du kriss de son adversaire et le poignarde de toutes ses forces.

L’elfe reprend ses esprits après l’affrontement et fouille son agresseur. Il s’empare d’un deuxième kriss et d’outils de crochetage et en profite pour sortir de sa cellule qui était restée ouverte. Elrohir s’apprête à remonter les escaliers lorsque son voisin de cellule semble lui marmonner quelque chose. L’elfe hésite mais décide tout de même de crocheter sa cellule et tente de communiquer avec le prisonnier. Ce dernier, passablement affaibli, dessine un symbole sur le sol. Elrohir reconnaît là le symbole d’Ajora…
Il décide d’aider le prisonnier à se relever, ce dernier est toujours incapable de parler distinctement. Grâce à ses compétences, l’elfe arrive à désactiver le sceau magique qui résonnait sur les menottes d’argent du pauvre homme. Ils profitent de la situation pour s’enfuir. Malgré la situation, tout le monde semble profondément endormi dans la caserne, des éclats de cristal jonchent le sol…

Elrohir aide le malheureux qui peine à marcher correctement et tout deux fuient vers le Nord du village en évitant les patrouilles nocturnes. L’elfe compte bien rejoindre le temple d’Ajora pour y amener le pauvre homme. Au temple, Elrohir frappe à la porte de derrière, il est obligé d’insister à plusieurs reprises avant d’avoir une réponse. Un mage se présente à la porte et Elrohir lui explique la situation. Après quelques instants, le mage reconnait le pauvre malheureux : malgré son visage déformé, il s’agit du priant du temple en personne ! Ce dernier avait disparu après une visite protocolaire à Sérévian. Tous se demandent comment un tel personnage a pu être enfermé par mégarde par la milice du village.

Le priant est raccompagné par les mages Ajoriens qui commencent à réveiller tous leurs frères. Elrohir explique la situation ainsi que tous les événements liés aux adeptes de la Chimère Noire aux mages qui l’écoutent attentivement. Ces derniers décident de l’aider dans son entreprise, le temple d’Ajora s’engage dans cette affaire. Elrohir, par son action, vient de trouver là un allié de poids.
Après un peu de repos mérité, l’elfe souhaite partir rapidement vers le manoir Clamared ; lieu où Malagar détenait son repaire. Un mage d’Ajora, Hoder, spécialiste des sphères élémentaires l’accompagne.
Il fait encore nuit mais le jour ne va pas tarder à se lever. Elrohir et Hoder partent en direction de l’Est, rapidement, l’elfe piste d’étranges traces de pas imposantes, traversant les champs, en direction du manoir. Une silhouette encapuchonnée, plus loin devant, semble faire de même. Elrohir reconnaît ces habits étranges, son agresseur dans les geôles portait les mêmes. Il décoche une de ses meilleures flèches alors que l’ombre s’enfuit rapidement vers le Sud jusqu’à ce que nos amis le perdent de vue. L’elfe et le mage continuent de suivre les énormes traces de pas jusqu’à arriver au bois du seigneur Clamared.

A la stupéfaction d’Elrohir, cachée dans les hautes herbes du bois, sous la mousse des racines d’un arbre, se trouve Elvira, endormie avec ses animaux. Son Golem l’avait mise en sécurité avant de repartir dans l’Astral…

Personnages importants :

Artyr Primevère : Responsable de la volière de l’académie de Thamasa, il est un passionné des créatures volantes. Il est originaire du Bourg de Bas champs. Ses deux filles, Iris et Eulaly sont toutes deux étudiantes à l’académie. Il offrira le gîte et le couvert à Hiva quand il apprendra qu’elle et Elrohir ont sauvé la vieille Palsiane, un amie de longue date de leur famille.

Hoder Mendrur : Mage d’Ajora spécialisé dans les sphères élémentaires. Il est également doué en herboristerie et à longtemps étudié la médecine. Il a décidé d’aider Elrohir qui a libérer le priant du temple, enfermé par mégarde dans les geôles de la caserne.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 21 Sep 2014 - 11:44

Résumé Chapitre 17: Le Manoir Clamared

Une fois Elvira réveillée, nos amis partent en direction du manoir Clamared. Raéro, qui était toujours à la ferme de Brodus et Maden, s’en retourne au Bourg pour se renseigner sur le sort du sylvain. Il ne tarde pas à se rendre compte qu’Elrohir s’est échappé de sa cellule, la milice est actuellement sur le qui-vive. Cependant, devant la caserne, des mages du temple d’Ajora s’entretiennent avec le capitaine des gardes. Les adeptes d’Ajora semblent prendre la défense d’Elrohir…

Le courtaud cherche ses camarades dans le Bourg, sans succès. Il se décide de partie pour le manoir étant donné les informations que le groupe à glaner jusqu’à présent dans l’espoir d’y retrouver ses compagnons. Un Spriggan lui bloque le passage, la créature l’empêche d’approcher un manoir. Raéro est bien déterminé à en découdre avec le monstre et lui assène plusieurs coups d’épée qui viennent entamer la peau d’écorce du Spriggan. Ce dernier se dématérialise en plusieurs dizaines de feuilles et de morceaux d’écorce et reprend forme sur une branche en hauteur d’un arbre. Raéro aperçoit ses compagnons à quelques dizaines de mètres de là, proche du pavillon du manoir. Il accourt vers eux, bien soulagé de les avoir retrouvé, laissant le Spriggan derrière lui.

Devant le manoir de Clamared, Elvira fait part de ses découvertes à ses compagnons. Elle leur indique également qu’elle n’a aucune confiance en Ashna, la femme de chambre présente dans le manoir. De son côté, Elrohir a ramené un allié de poids : le mage Hoder, adepte d’Adjora.

Le groupe se présente au manoir. Victor, le majordome, leur ouvre prestement. Elrohir et Raero tentent de cerner la fameuse Ashna, cependant, elle ne manifeste aucune malveillance particulière. Elvira, encore en chemise de nuit, demande à s’habiller avant d’aller voir le seigneur malade.

Une fois dans la chambre du seigneur, Elrohir observe une table avec des ingrédients d’alchimie. Tout le monde se couvre la bouche par sécurité en tirant le rideau du lit en baldaquin dans lequel se trouve le seigneur Clamared. Méfiante, Elvira se place de l’autre côté du lit, arc armé.

Ils notent avec horreur que le seigneur est parasité par une plante semblable à une Sharkavar mais pourtant assez différente. Sans demander quoi que se soit, Elvira arrache les draps afin d’observer le corps du patient qui semble très atteint. L’odeur est assez insupportable, le seigneur est vraiment en piteux état même s’il semble maintenu en vie volontairement.

Dans la grand salle, le groupe entend un bruit étrange semblable à un gros pot cassé. La troupe accourt dans le couloir et regarde dans la salle en contrebas. Une plante sortie d’un magnifique pot de porcelaine commence à grandir démesurément. Elrohir reconnait une drosera en pleine mutation et décoche immédiatement une flèche Korrigan. Raéro se place en défense devant le mage Ajorien qui prépare un sortilège. Elvira invoque son Efreet et lui demande de détruire la plante à la racine.

Deux Jadnars, sortis de nulle part, rentrent en scène à l’étage du manoir et passent à l’attaque. Elvira en touche un avec une flèche en plein coup. Néanmoins, elle se prend une flèche dans la jambe. La flèche Korrigan fait son office et l’intégralité de la plante commence à se transformer en bois. L’elfe est attrapé par la langue de la fleur violette et finit la tête en bas. Le nain protège le mage de la drosera jaune le temps que celui-ci puisse lancer son sort. Hoder lance une puissante vague de feu en contrebas sur la plante qui commence à s’embraser. Elrohir, paralysé la tête en bas car la plante est à présent totalement pétrifier par le sortilège de sa flèche, continu tant bien que mal d’asséner des flèches meurtrières sur le second Jadnar. Elvira donne l’ordre à son élémentaire de partir à la poursuite des Jadnars qui commencent à prendre la fuite. La chimérane, blessée à la jambe, trouve refuge dans une salle de bain du manoir afin de soigner ses blessures.

Des plantes grimpantes ont réussi à attraper le mage aux jambes et tentent de le faire basculer en contrebas. Raéro essaie de dégager Hoder à grand coup d’épée. A son tour, le courtaud se retrouve happé et emporté par les mauvaises plantes. Le mage, aux mains toujours ardentes, porte secours à son compagnon nain et parvient, non sans mal, à le tirer hors des ronces. Elrohir se trouve toujours la tête en bas alors que les flammes gagnent dangereusement l’intégralité de la plante et de la pièce. Il doit se libérer de l’entrave de la plante avant de finir brûlé vif…

Raéro et Hoder en finissent avec les plantes grimpantes mais entendent une sorte de râle s’échapper d’un couloir. Raéro aperçoit une silhouette relativement massive se manifester. Le courtaud reconnait là la plante décrite à de nombreuses reprises par son compère Elrohir : il s’agit d’une Sharkavar. Malgré toute sa vaillance, le nain craint le combat rapproché avec la créature. Il reste toutefois prêt à en découdre avec la bête et s’engage à défendre ses alliés. La sharkavar lance son tentacule qui s’entortille autour de l’épée du nain. ce dernier tire si forte sur son épée qu’il emporte la créature dans son élan. Le courtaud finit écrasé sous le poids de la plante…

Enfermée dans la salle de bain, Elvira, qui a prit soin de laisser son hermine hors de la pièce, utilise courageusement et inconsciemment son trésor, laissant son corps sans surveillance… En pleine possession de son hermine, elle part fouiner dans un couloir et se retrouve dans le dos de la sharkavar. Elvira revient rapidement à elle et part à toute allure à la rescousse de Raéro. Ce dernier trouve le moyen de repousser la créature. La chimérane crie à ses alliés de s’attaquer au bulbe, le point faible du monstre...

Hoder et Raéro doivent faire face aux flèches d’Elvira qui traversent la sharkavar de part en part. Une des flèches finit même par heurter de plein fouet l’épaule du mage. Hoder canalise un sort de foudre et intime l’ordre de se mettre à terre. L’éclair fait littéralement éclater le bulbe de la bête manquant de peu de griller les poils d’Elvira.

Elrohir, débarrassé de l’étreinte de la drosera, finit par retomber à terre. Il remarque que Victor est emprisonné par les ramifications de la drosera. L’elfe libère le majordome partiellement brûlé et aperçoit Ashna en train de fuir du manoir avec les deux adeptes de Jadnar. Il décoche une flèche sur le groupe de fuyards mais rate son coup. Elvira arrive sur les lieux et cherche comme une furie sa louve, suivit de près par Raéro et Hoder.

L’elfe, en soignant Victor, leur apprend la traitrise équivoque d’Ashna. Elvira précise à nouveau qu’elle avait bien prévenu ses camarades quant aux intérêts de cette prétendue femme de chambre. Le groupe est soudain interrompu par une nuée de feuilles, un Spriggan tente de se matérialiser dans la pièce. Le groupe est épuisé et redoute fortement un nouveau combat… Elvira repense à l’anneau récupéré sur la dépouille sur Malagar, celui-là même qui lui permettait de contrôler les Spriggans. Elle se met alors à agiter sa main en cercle devant son visage, essayant de mimer les mouvements que Malagar faisait.  La créature se matérialise à ses côtés mais ne présente aucune animosité.

Le groupe fait le point sur les blessés et sur la situation. Ashna s’est enfuit avec une bonne partie des recherches que les adeptes ont mené au manoir. La priorité à présent reste la sécurité et la santé du seigneur Clamared, toujours en proie à une plante parasite…

Personnages importants :

Ashna : Adepte de Jadnar. Elle est la véritable tête pensante des Jadnars infiltrés dans le Bourg de Bas-Champs. Elle disposait d’une excellente couverture en se faisant passer pour une simple femme de chambre au service du seigneur Clamared. Elle a réussi à s’enfuir en emportant une bonne partie des recherches menées par les adeptes de la chimère noire.


_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 20 Oct 2014 - 12:50

Résumé Chapitre 18 : Il faut sauver le seigneur Clamared.


Le groupe se porte au chevet du seigneur Clamared. La plante qui le parasite semble se trouver dans la pièce d’en dessous. Apparemment, le lit a été volontairement perforé pour laisser la plante remonter jusqu’au corps du seigneur des lieux…

Dans la chambre, le mage Hoder et Elrohir en profite pour étudier les diverses potions et traitements administrés au seigneur. Il serait pure folie, d’après Hoder, de sectionner la plante à base sans savoir de quoi il retourne. Il semblerait que l’hôte soit à la fois parasité et maintenu en vie par le végétal. Il va falloir étudier sérieusement la chose avant de prendre des décisions trop hâtives, le seigneur pourrait en mourir…

Elvira et Raéro vont faire le tour du manoir pour vérifier que les Jadnars ont bien quitté les lieux. Par la même occasion, ils entendent bien faire la lumière sur ce que les adeptes manigançaient ici.
Le groupe décide de laisser le mage Ajorien au chevet du seigneur d’autant qu’un groupe de magicien du temple devrait se présenter sous peu, en renfort. Nos amis descendent au rez-de-chaussée. D’après les informations données par Victor, le seigneur Malagar disposait d’un laboratoire dans les caves du manoir ; personne n’avait le droit d’y pénétrer à part ses hommes et lui-même.

Le groupe ne préfère pas descendre dans les sous-sols à l’aveuglette, Elvira propose de  partir en éclaireur en prenant possession de son hermine. Elle descend quatre à quatre les marches et pénètre dans les sous-sols humides. Après avoir passé la cave à vin, la chimérane se trouve face à une première porte fermée à clef. Elle trouve un passage en passant par la cave à fromage au travers d’une pierre dérobée. Dans cette nouvelle pièce, particulièrement humide et obscure, Elvira détecte plusieurs plants de plantes de diverses origines ainsi que des silhouettes de petites tailles et d’origines inconnues au fond de la pièce…

Elvira s’empresse de tenir au courant ses compagnons et tous descendent, déterminés à régler le problème. Dans la pièce, les plantes disposent de stolons qui se dirigent lentement mais sûrement vers nos compagnons. Evitant soigneusement les ramifications de ces plantes, nos amis arrivent au fond de la pièce et apprennent avec horreur que des Korrigans sont retenus prisonniers dans des conditions déplorables…

Le groupe inspecte les lieux et ils étudient avec minutie les indices laissés sur place. Selon toute vraisemblance, les adeptes de Jadnar s’adonnaient à des croisements entre espèces. Leur objectif était de croiser une Sharkavar avec une plante parasite neutre, l’Ashna. Tout cela dans le but de pouvoir parasiter différentes espèces humanoïdes et pas seulement des Uelmen’rills grâce à une nouvelle plante : l’Ashnavar… Les Korrigans étant des êtres hybrides, ils représentaient des spécimens de choix pour les expérimentations des Jadnars…

Trois Korrigans sont retrouvés dont un mort, un passablement affaibli et un visiblement corrompu par le fléau de Jadnar. Ce dernier est d’ailleurs tenu à l’œil par nos amis, toutefois, il reste lui aussi assez affaibli et ne semble pas représenter un danger.
Nos compagnons décident de nettoyer la zone : dépoter soigneusement les plants présents et les faire brûler séance tenante à l’extérieur du manoir. Les Korrigans encore en vie sont auscultés et soignés aux étages supérieurs. Hoder s’occupent d’eux et indique qu’ils sont hors de danger. Le groupe s’en va alors repérer la source de la plante qui parasite le seigneur.

Dans la pièce d’au-dessous, l’Ashnavar est énorme. Elle ressemble à une sharkavar mais elle est aussi très différente sur plusieurs aspects. Il semblerait que deux pieds sortent du sol pour se rejoindre et ne former qu’une seule et même plante parasite…

Des mages Ajoriens se présentent à l’entrée, accompagnés par le préfet du Bourg. Elrohir qui s’était échappé de la caserne est heureusement et rapidement innocenté mais devra faire une déposition sur les récents événements. Les notes des Jadnars sont expertisées dans le but de comprendre les objectifs de leurs expériences.

Les mages  Ajoriens arrivent aux mêmes conclusions : les adpetes de Jadnar souhaitent étendre les capacités  du fléau. Ils ne veulent pas se contenter de corrompre les Uelmen’rills mais aussi les autres espèces. De plus, ils ont tenté d’inoculer le fléau aux humains ; ils avaient commencé avec Brodus et Maden, mais le groupe d’Elrohir était arrivé à temps. De son côté, le seigneur Clamared a eu moins de chance… Toutefois, la tentative de parasitage n’est pas un succès total. Le seigneur est dans un triste état. Il semblerait que la plante hybride crée par les Jadnars ne soit pas encore en mesure d’inoculer le fléau avec facilité. Selon les écrits des adeptes, l’Ashnavar devrait être en mesure de corrompre toute forme d’espèce en Terrä dans un futur proche si les recherches continuent d’avancer en ce sens…

Cela va prendre du temps aux mages de trouver le moyen de retirer le parasite du corps du seigneur sans le tuer. A ce stade, nul n’est sûr de pourvoir y arriver… En plus d’une intervention chirurgicale, un rituel magique apparaît indispensable.

Le groupe retourne au bourg le lendemain après ne bonne nuit bien méritée. Les mages vont s’occuper du seigneur et tiendront au courant nos mais de leurs résultats. Elrohir passe à la caserne pour faire sa déposition et expliquer les événements au capitaine Fraun.

Un groupe de nains venus des falaises Gaëa font leur entré dans le Bourg. Raéro s’empresse d’aller les saluer. Ce sont des ambassadeurs accompagnés de pavois d’Eriador. Les courtauds expliquent à Raéro qu’ils se rendent en terre d’Armingard à la recherche de leurs cousins du Sud. Apparemment, les elfes sylvains de Cernam ont indiqué que plusieurs nains ont été aperçus dans les montagnes du sud.

Elrohir et Raéro s’en vont vers le village Korrigan. Ils comptent bien rendre la dépouille du défunt au peuple de la forêt et les encouragent à demander de l’aide aux Brenavës pour soigner la victime du fléau. L’ancien des Korrigans leur offre, en gage de remerciement, une formule d’enchantement qui permet aux flèches de transformer en bois tout ce qu’elles percent.

De retour au manoir Clamared, les mages Ajoriens indiquent que le rituel va être complexe. Ils auront besoin d’ingrédients assez rares et surtout d’une formule très spécifique. Dans ce comté, Seuls les archimages de l’académie de Thamasa sont en mesure de mettre au point une telle formule. Le groupe se voit confier une nouvelle mission : quérir la bienveillance de la sage Tyras’Lyn, directrice de l’académie de Thamasa. Une fois la formule prête, les Mages d’Ajora seront alors en mesure d’établir une liste d’ingrédients nécessaires au rituel. De plus, du fait que certains de ces ingrédients risquent d’être trouvés uniquement au marché noir, les mages ne peuvent agir directement. Nos amis devront s’en occuper eux-mêmes.

Des fonds ont été débloqués par le Comté, le groupe se voit gratifier de plus de 8000 pièces d’or pour mener leur mission à bien et couvrir toutes les éventuelles dépenses en ingrédients rares et coûteux. Aussi, tous en profitent pour faire des emplettes : ils font le point sur leur équipement et sur leurs réserves en potions et objets diverses.

Demain, ils partiront pour l’académie de Thamasa, une carriole est déjà réservée à leur intention…

Personnages importants:

Capitaine Fraun: Homme loyal et intègre, capitaine de la milice du bourg de Bas-Champs, il s'était montré hostile envers Elrohir lors des événements avec Malagar et l'avait fait enfermé dans les geôles. A présent au fait des événements, il entend bien aider nos amis à éradiquer la menace Jadnar dans le Comté...

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 26 Oct 2014 - 11:56

Chapitre 19 : l’Académie de Thamasa.

Le groupe part pour l’académie et retrouve Hiva dans le bourg qui s’y rend également. Elle s’est liée d’amitié avec la famille Primevère, dont le père, Artyr, est responsable de la volière de Thamasa.

Arrivé à l’académie, le groupe fait la rencontre du couple Dalaas, les concierges, qui refusent tout objet magique ou armes au sein de l’académie. Certains auront d’ailleurs beaucoup de mal à se délester de leurs effets personnels… Une toge de mage « visiteur » leur est fournie, représentant le seul uniforme règlementaire au sein de l’établissement.
Ils vont rencontrer la directrice pour leur expliquer leur venu. Elle semble déjà très au fait de la présence des Jadnars : non seulement Hiva l’avait averti mais en plus, un Zilmaar et une Brenavë sont sur place pour enquêter. Il semblerait que les adeptes ont aussi des sbires au sein de l’académie. Le groupe devra rester prudent et tout ceci doit se passer dans la confidentialité la plus totale...

La sage fait appel à ses deux plus grands spécialistes pour se pencher sur la formule : Archimage Khantar, justement spécialiste des formules, sceaux et enchantements, passionné des sciences occultes et Archimage Vaccus, spécialisé en compositions, ingrédients de rituels, terre et nature. Les deux Archimages espèrent finir dans deux jours, peut-être trois au vu de la complexité anticipée du rituel.

Le groupe fait la rencontre d’Horus, chaman de Zilmaar et Landra, chaman de Brenavë qui informent nos amis sur ce qu’il se passe sur place. Les Jadnars ont des contacts au sein de l’académie, notamment un passeur. Ce dernier subtilise des objets magiques et les fait sortir clandestinement de l’académie au profit des adeptes de Jadnar qui semblent avoir un repaire non loin de là… Pas moins de quatre individus ont été repérés lors de l’enquête d’Horus. Un certain Eron Jarlaxe, élève mage, assistant du professeur Khantar  et Uzil lalyr, un élève Elfe noir réputé pour ses dons de clairvoyance. Un enseignant est également suspecté, Maître-mage Madris, actuellement en charge du pôle d’excavation. Même Drutenus Pitard, le responsable du guet, est suspecté d’avoir reçu des pots de vin…

Les personnes incriminées vont être convoquées et mises au pas dans la plus grande discrétion. Prétextant une réunion, la sage va les faire mander pour les isoler. Le professeur Madris sera interroger et juger pour faute professionnelle grave au tribunal des mages de Zangara. Eron et Uzil seront interrogés directement sur place par nos amis. Ils seront retenus prisonniers dans les geôles magiques des les sous-sols de Thamasa.

Interrogatoire d’Eron : il touchait de l’argent, il souhaitait redorer le blason de sa famille de sorcier. Il n’a jamais souhaité faire de mal, il a même tenté de détruire la Sharkavar qu’il avait lui-même planté dans la serre de l’académie, sans succès. Victime de sa cupidité, il en était arrivé à un point de non retour…

Interrogatoire d’Uzil : Il a utilisé l’œil d’Azël pour améliorer ses compétences personnelles et a aidé Eron afin de récupérer cet artéfact, il ne connait pas les Jadnars. Il tente de négocier sa liberté en expliquant au groupe que s’ils s’attaquent aux Jadnars, ils vont commettre une grave erreur ; sans lui, ils finiront par tous mourir…

Nos amis disposent de deux jours avant que la formule ne soit prête, il n’y a plus rien à tirer des prisonniers. La vision d’Uzil est prise très au sérieux par la sage : Uzil est opportuniste mais ses capacités sont bien réelles d’après elle. Le groupe ne tente pas tout de suite d’attaquer le repaire Jadnar. La sage va demander de l’aide aux Erators de Primevall avant de tenter quoi que ce soit…

Tous en profitent pour s’instruire. Elvira obtient un cours particulier sur les invocations avec la directrice en personne, Hiva s’intéresse de près aux griffons de la volière et apprend aux côtés d’Artyr, Elrohir et Raéro participent à un cours de brise-sort par l’Archimage Valar.
Ils rencontrent même les gardiens de Thamasa : Grondelierre, le Golem des jardins arcaniques et Marchefleur, la Tréant des jardins élémentaires. Horus et Elvira les pousseront quelque peu à avouer leur flamme l’un envers l’autre. En remerciements, Marchefleur enseigne à Elvira les rudiments de la magie de communication avec les animaux. De son côté, Grondelierre porte assistance à Horus dans son enquête.

Elrohir et Horus en profite également pour faire un tour dans la forêt du nord. Ils savent que les Jadnars ne sont pas loin et décident d’organiser une patrouille. Ils se sentent épiés sans trop savoir d’où provient cette sensation de surveillance. Un moment plus tard, une panthère sort des fourrés et commence à leur tourner autour. L’animal porte la marque frontale d’une des enseignantes de Thamasa : Drynes’Lyn Zilvraïa. Nos deux amis l’interpellent lorsqu’un râle caractéristique se fait entendre. Elrohir reconnaît l’expression gutturale d’une Sharkavar. L’enseignante métamorphe se dépêche de se rendre sur les lieux, suivie de près par Elrohir et Horus.

Arrivé à la rencontre de la créature, ils remarquent que le bulbe de la Sharkavar est vide. La créature en est visiblement sortie. C’est la première fois que nos amis ont à faire avec une Shakavar arrivée à son dernier stade de maturation. Grand-mage Drynes’Lyn reste prudente, n’ayant jamais affronté une telle créature. L’elfe et le Zilmaar pistent le monstre et le rencontre rapidement. La créature est désormais semblable à un Uelmen’rill, totalement humanoïde et bien plus véloce que sous sa forme précédente. Bienheureusement pour eux, la Sharkavar est sortie de son bulbe il y a peu et ne semble pas totalement prête à engager le combat.

Elrohir, tout comme Horus, a appris à ses dépends qu’avec de tels monstres, mieux vaut attaquer en premier. Elrohir décoche dès que son angle de tir le lui permet alors qu’Horus invoque un Gardien du bosquet. La créature est frappée de plein fouet par la flèche de l’elfe, cependant, elle dispose de compétence lui permettant de contrôler la plupart des créatures de la flore. Aussi, le Gardien d’Horus commence à agir bizarrement. Le Zilmaar n’hésite pas une seule seconde : il révoque rapidement la créature avant que cette dernière ne pose plus de problème qu’autre chose et se lance au corps à corps avec la Sharkavar. Drynes’Lyn, curieuse, se transforme en corbeau et vole au-dessus du monstre comme si elle cherchait à connaître son ennemi avant de frapper.

Elrohir décoche une nouvelle flèche qui fait mouche avant qu’Horus arrive à portée de frappe. Le Zilmaar monte une adresse étonnante et enchaîne plusieurs coups avec ses lames de poings. Le monstre se défend avec vivacité et inflige plusieurs blessures au Zilmaar. Grand-Mage Drynes’Lyn intervient à un moment opportun : elle change de forme et se transforme en ours massif et puissant. La Sharkavar est immobilisée par les vigoureuses pattes de l’ours. Horus en profite pour éventrer la créature qui tente de contrôler son esprit de Uelmen’rill, en vain. La sharkavar, mortellement blessée, se met à reluire d’une étrange lumière verdâtre. La Mage se retire rapidement et reprend sa forme de corvidé pour se mettre à l’abri. Le monstre éclate alors qu’Horus se trouvait encore à proximité. Heureusement pour lui, le Zilmaar dispose de facultés de régénération étonnantes. Il est capable de synthétiser la lumière d’Horion pour panser ses blessures.

La Mage reprend sa forme originelle et s’approche pour félicité nos amis tout en leur demandant des renseignements sur la créature qu’ils viennent d’affronter. Drynes’Lyn s’approche de l’elfe et lui offre un pendentif d’Amaraä d’origine Sylvan’heim qu’elle a trouvé autrefois dans la forêt de Terondë. Peut-être Elrohir pourra le rendre à son propriétaire ultérieurement…

Raéro est convoqué par la directrice Tyras’Lyn. La présence des nains est exceptionnellement rare dans le nord d’Escondra, la sage en profite pour solliciter l’aide de notre courtaud concernant une stèle qui serait apparemment ornée de runes en Nelwenor. Raéro authentifie rapidement l’origine naine de la stèle et bien que les artefacts anciens ne soient pas sa spécialité, il identifie même l’origine probable de l’objet : les montagnes d’Armingard. La sage lui indique qu’il existe un poste d’enseignant en runicologie, notamment concernant les runes naines, mais que ce poste n’est pas pourvu depuis bien des années. Aussi, une lettre est rédigée à l’intention du roi Duerun « couronne d’Eriador » Thurand’Anor, seigneur des falaises Gaea. Raéro promet de faire passer le message lui-même à son souverain.

Les deux jours passent au rythme de quelques cours de magie, de boutades entre elfe, nain et chimérans du groupe. Les deux archimages ont terminé d’élaborer le rituel tant attendu. La formule est complexe, plusieurs personnes seront nécessaires pour exécuter le rituel en question. De plus, les anciens précisent que certains ingrédients risquent d’être particulièrement difficiles à obtenir…

L’académie de Thamasa s’engage tout naturellement à fournir un certain nombre d’ingrédients dont elle dispose. Toutefois, concernant les ingrédients plus rares, le groupe devra se les fournir directement ou les acheter au marché noir…

Hiva décide de rester encore quelques temps dans l’académie, elle souhaite continuer ses cours de lévitation et sa connaissance des Griffons auprès d’Artyr. Elvira en fait de même, elle a pu obtenir diverses entrevues avec la sage ; elle devrait tenter d’invoquer une chimère gardienne. Horus  et Landra doivent continuer leur mission sur place, ils doivent faire tomber le dernier repaire Jadnar…

Elrohir et Raéro font leurs adieux à l’académie en remerciant chaleureusement la directrice pour son aide précieuse, les Archimages Khantar et Vaccus qui ont passé 48h à élaborer le rituel, Horus et Landra pour avoir démantelé le réseau de Jadnar et d’avoir permis à cette affaire d’avancer de façon significative. Elvira a promis de venir aider nos amis à sauver le seigneur dès qu’elle aura mené à bien son entraînement avec la sage, elle n’en reviendra que plus puissante.

De retour au bourg, le groupe retrouve les mages d’Ajora qui ont réussi à stabiliser l’état du seigneur Clamared, mais  à présent, chaque jour compte. La santé du seigneur peut basculer d’un jour à l’autre et nos amis en sont bien conscients. Elrohir fourni la formule du rituel aux spécialistes. Il se fait tard, tout le monde est très fatigué, une bonne nuit de repos est bien méritée. Dès demain, les mages vont étudier la formule pour déterminer avec précision les ingrédients qu’ils vont devoir utiliser pour pratiquer le rituel…

Personnages importants :

Nyldomaar Horus (Vachkyrie) : Chaman de Zilmaar, cela fait bien des années que sa communauté a souffert de la malveillance des Jadnars. Personne ne les connaît mieux que lui. Il est venu en Escondra depuis les îles Mystiques afin de remonter à la source du mal. Il est déterminé à mettre un terme définitif au Fléau de Jadnar et à venir en aide aux victimes. Il a lui-même contracté le "Fléau" et a été soigné par la communauté des Brenavës.

Ulfarore Landra : Chaman de Brenavë, elle a longtemps aidé Horus, dans l’ombre. Plus tard, ils sont devenus amis après avoir pris conscience de leurs objectifs communs. Si les Zilmaars et les Brenavës sont alliés aujourd’hui, c’est en très grande partie grâce à eux. Sa communauté cache le « Don de Brenavë », seul remède connu du Fléau de Jadnar…

Tyras’Lyn Laryla : Sage et directrice de l’académie de Thamasa depuis 11 ans. Maître des arcanes d’invocations. Elle est certainement l’un des personnes les plus puissantes des Royaumes de l’Ouest, capable d’invoquer des Chimères Gardiennes d’un pouvoir sans précédent. Passionnée par la recherche et les anciennes chimères, elle est aussi très maternelle avec les élèves de l’académie. C’est une personne ressource incroyable qu’il vaut mieux avoir comme ami que comme ennemi…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 27 Oct 2014 - 22:35

Résumé chapitre 20 : Loda Khaz’Rim, la retraite des nains.


Déjà 20 parties! c'est beau!


Les Mages vont avoir besoin de la journée pour déterminer les divers ingrédients nécessaires au rituel. Victor s’enquiert de la santé du groupe et demande des nouvelles d’Elvira. De leur côté, nos amis s’intéressent à la santé du seigneur. Les guérisseurs d’Ajora expriment leurs incertitudes. Ils sont soulagés de disposer d’un rituel puissant rédigé par des spécialistes, cependant, même si l’état du seigneur Clamared est stationnaire, l’idée d’un potentiel rétablissement est encore trop virtuelle…

Elrohir et Raéro vont profiter de cette journée pour aider les hommes de la milice à démanteler le dernier repaire Jadnar situé au sud du village Korrigan ; celui-là même qu’Elrohir et Filen avaient localisé lors de leur première visite chez les petits êtres de la forêt.

Les soldats de Sérévian sont prêts au départ, des mages élémentaires primordiaux du Temple d’Ajora sont aussi là en renfort. Elrohir et Raéro sont plus que bienvenus dans cette cohorte. L’elfe passe en tête de marche de manière à guider plus efficacement la troupe. Une vingtaine de soldats accompagnés de six mages Ajoriens partent sur le sentier nord du bourg. D’après leurs renseignements, les Jadnars ne sont guère plus d’une douzaine.

Non loin du supposé repaire, des sorts éclatent, des lames s’entrechoquent, le combat a déjà commencé… La troupe se déplace en arc de cercle autour du repaire représenté par l’entrée d’une grotte. Visiblement, les Zilmaars et les Brenavës se sont alliés et ont lancé l’offensive contre les Jadnars. La cohorte n’hésite pas une seule seconde et se lance eux aussi à l’assaut du repaire pour aider les chamans.

Les adeptes de Jadnar sont surpris et se trouvent rapidement en sous-nombre. Ils sont nombreux à fuir dans les fourrés alors que d’autres foncent se terrer dans leur repaire. Les Jadnars semblent totalement en déroute et l’Hortator Zilmaar vient remercier les renforts. Il précise que nombre d’entre eux sont partis à travers la forêt vers l’ouest, quelques uns ont décidé de passer par des galeries souterraines. Heureusement, les Brenavës savent par où les adeptes doivent ressortir. Nos amis ont le choix: les soldats de Sérévian vont poursuivre les fuyards vers l’ouest, les Zilmaars et les Brenavë vont bloqués les Jadnars qui souhaitent s’enfuir par les galeries. Reste l’entrée du repaire dans par laquelle Filen, chasseur Zilmaar connu du groupe, et Elyë, une elfe de la nuit Brenavë, sont entrés en poursuivant certains adeptes.

Nos amis décident de prendre le chemin du repaire, notamment pour venir en aide à Filen qui les avait aidé auparavant. La grotte est plutôt sombre et ressemble plus à la tanière d’un ours qu’à un repaire de malfrats. L’elfe et le nain aperçoivent sur leur gauche que la caverne s’agrandit alors que face à eux, le couloir paraît moins large mais s’enfonce plus profondément dans la terre. Sur leur gauche se trouve probablement le principal lieu de vie des adeptes ; ils distinguent des chaises, tables, divers sacs en toiles et autres paillasses. Ils ne trouveront rien de bien intéressant ici…

En s’enfonçant plus profondément dans la caverne, ils localisent une sorte de serre souterraine remplie de plantes diverses et de champignons phosphorescents, notamment des glowy qui affectionnent particulièrement les lieux obscurs et humides. Après avoir fait le tri sur ce qui les intéressait, Elrohir ressent une vibration magique sur l’une des parois rocheuses. Raéro révèle un sceau de protection à même la pierre.

Un cri résonne plus profondément dans la grotte, l’elfe et le courtaud se dépêchent d’aller voir de quoi il en retourne. Le couloir s’ouvre sur une caverne immense : en face d’eux se trouve un petit lac sombre et silencieux, sur leur gauche la pierre semble avoir été taillée et sculptée. En runes naines est écrit au-dessus d’une arcade « Loda Khaz’Rim », la retraire du lac souterrain.

Un Uelmen’Rill court vers la sortie à toute allure mais il est surpris et s’arrête net devant nos amis. Il indique qu’il est un chaman Brenavë et que ses amis Filen et Elyë ont été enfermés par les Jadnars dans une pièce voisine. Elrohir et Raéro se dépêchent d’accourir à leur rescousse. Devant eux se dresse une porte massive découpée dans la roche, sur le côté une clepsydre qui semble avoir souffert des affres du temps. Un solide levier permet d’ouvrir la porte de l’extérieur.

Le nain pénètre à l’intérieur et aperçoit les deux malheureux inconscients derrière une puissante grille en fer forgé qui s’étend sur toute la largeur de la pièce. Raéro examine la pièce alors qu’Elrohir préfère rester à l’extérieur avec le chaman au cas où la porte se refermerait sans prévenir. Un mécanisme ancien de rouages apparaît lassant le nain particulièrement perplexe. Il n’était pas rare lors de l’époque chaotique que les nains aménageaient de telles cavernes pour assurer leur retraite et emmagasiner des vivres et des armes. Le courtaud tire un jeu un peu hasard et la porte se referme brutalement. Elrohir tente d’activer à nouveau le levier mais il reçoit un puissant coup sur l’arrière du crâne. Le chaman de Brenavë, visiblement corrompu, s’en prend violemment à l’elfe qui accuse le coup. Le nain est bloqué à l’intérieur alors qu’une dalle s’ouvre du plafond laissant passer un flot de sable dense qui commence dangereusement à s’étaler dans toute la pièce. Raéro tente de réveiller les deux malheureux avant qu’ils ne soient entièrement recouverts. Filen et Elyë se remettent rapidement de leurs émotions et expliquent au nain qu’ils se trouvent actuellement dans une ancienne geôle ; Kalorayn, le Brenavë les y a poussé après les avoir assomés. Il  a été corrompu par le fléau de Jadnar.

Alors qu’Elrohir s’engage dans un combat avec le chaman à l’extérieur, le courtaud doit trouver seul le moyen de se sortir de là. L’épaisse grille en fer forgé le sépare toujours de Filen et Elyë. Il tente de repérer le mécanisme en suivant les runes mais la pièce n’a pas été restaurée depuis des siècles et certains pans de murs sont illisibles. Le sable continue de rentrer à flot dans la pièce, les deux malheureux en ont jusqu’au genou, le nain en a jusqu’à la ceinture et il devient difficile pour lui de rester mobile étant donné qu’il porte sur son dos une armure complète.  Après avoir quelque peu étudié les runes pour comprendre les systèmes des rouages, il commence à tirer plusieurs jeux. Par chance, le sable arrête de couler, ce qui soulage grandement le groupe...

Elrohir se défait de son adversaire qui peine face à la dextérité du sylvain. L’elfe s’empresse de tirer sur le levier pour ouvrir à ses compagnons. Par leurs efforts conjugués, tous vont parvenir à sortir de la geôle. Elrohir récupère ses amis dans une mare de sable et les tire vers le couloir. Le chaman, blessé, mais loin d’être mort, en profite pour s’enfuir prestement. Nos amis se lancent à sa poursuite, bien décidés à en découdre avec lui. Elyë rappelle par ailleurs qu’il s’agit d’un Brenavë, il est potentiellement toujours possible de le soigner du Fléau.

Le chaman plonge dans le lac dans le but d’atteindre l’autre rive rapidement. Elrohir encoche son arc et vise tout en évitant les points vitaux. La flèche frappe le chaman de plein fouet  sous l’omoplate. Le sang commence à couler dans les eaux noires du lac et le chaman peine à nager correctement. Ce dernier fini par se cacher dans un repli rocheux, incapable de remonter sur la berge. Le groupe décide d’aller le chercher afin de le ramener au village Brenavë et de tenter de le soigner. Elrohir s’encorde, il est assuré par ses camarades. Alors qu’il s’engage dans les eaux du lac, il détecte une forme blanchâtre se faufiler sous lui. Il empoigne le chaman blessé qui rechigne à se laisser prendre. Soudain, un monstre semblable à un énorme serpent d’un blanc laiteux sort de l’eau et manque de peu de rabattre sa mâchoire sur le chaman. Le groupe tire de toutes leurs forces les deux malheureux pour les remonter rapidement mais la bête fait volte-face et fonce vers eux. Le sang qui sort de la blessure du chaman attire irrémédiablement le monstre qui finit par emporter le corps du Brenavë corrompu sous les eaux sombres. Elrohir coupe désespérément la corde qui le reliait au chaman pour éviter d’être lui aussi emporté…

Nos amis prennent un peu de recul sur la situation en se reposant. Elrohir et Raéro s’interrogent sur le fameux sceau de protection qui était apparu sur une paroi rocheuse plus en amont dans la grotte. Le groupe dissipe le sceau de protection et trouve, à l’intérieur de cette sombre salle, deux Korrigans affaiblis. Les petits êtres de la forêt sont secourus et tous sortent de cet endroit.

A l’extérieur, un officier de Sérévian fait le lien entre les différentes équipes. Les soldats ont apparemment localisé un autre camp vers l’ouest que les Jadnars ont également déserté. Les Zilmaars et les Brenavë ont poursuivi les adeptes qui sont ressortis plus au nord, par les collines. La situation est désormais sous contrôle et il commence à se faire tard. Les soldats vont continuer les patrouilles mais, à priori, les Jadnars sont en totale déroute ; la zone est officiellement libérée de leur menace.

Le groupe s’en retourne au manoir Clamared en espérant apprendre de bonnes nouvelles, après s’être assuré que les Korrigans qui ont survécu sont bien raccompagnés à leur village. Les mages ont fait la liste des ingrédients nécessaires. Le frère Hoder semble dépité ; il va falloir du temps pour récupérer tout cela. L’académie de Thamasa souhaite participer et enverra rapidement les ingrédients dont elle dispose, de leur côté, les Zilmaars et les Brenavës en feront autant. L’Hortator Zilmaar, Chasmyr, se porte lui aussi au chevet du seigneur et souhaite assister les mages dans ce rituel. Sa sagesse est plus que bienvenue et tous apprécient le geste. De leur côté, les Brenavës tiennent à garder secret leur « Don » : ils ne souhaitent pas l’utiliser pour sauver le seigneur Clamared. Si des Jadnars étaient encore infiltrés, ce serait catastrophique pour eux. L’Hortator Brenavë indique à nos amis de ne pas divulguer aux humains qu’ils disposent d’un tel pouvoir. Par mesure de précaution et par respect pour les chamans, le groupe garde cette information secrète. En contrepartie, les Brenavë s’engagent eux aussi à apporter leur aide à la maison Clamared…

Personnages importants :

Kalorayn : Ancien chaman de Brenavë, il a été corrompu par le Fléau de Jadnar il y a quelques mois. Il avait rejoint les rangs des Jadnars et devenait dangereux pour son ancienne communauté. Il est mort à Loda Khaz’Rim, emporté par un serpent de nacre des profondeurs.

Elyë : Elfe de la nuit et chamane de Brenavë, elle s’est faite surprendre par Kalorayn à Loda Khaz’Rim. Sauvée par nos amis, elle s’est liée d’amitié avec Filen et d’autres Zilmaars qui vivent actuellement dans son village.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Ven 31 Oct 2014 - 23:07

Résumé chapitre 21 : Le démon Asmodéen.

Le lendemain matin, les mages d’Ajora proposent à nos amis la liste des ingrédients qui leur restent à récupérer. Ces ingrédients sont évidemment rares et difficiles à trouver, même au marché noir si ce n’est au prix fort.

Parmi ces ingrédients on compte : de l’essence démoniaque, de l’essence de mort-vivant, du ventricule d’Ogre, du sang de grand Troll, du venin d’Arachnée et de l’essence de Mandragore. Même l’académie de Thamasa et les diverses communautés chamaniques alliées ne pourront fournir de tels produits facilement. Elvira est d’ailleurs de retour au bourg, l’entrainement avec la sage de l’académie semble avoir été fructueux.

Peu de possibilités dans la région s’offrent à nos amis et le temps commence à leur manquer. Ils peuvent tenter de trouver certaines choses au marché clandestin d’Embelias, ville qui se trouve à la frontière des terres des Elfes Noirs. Derval’Amaris, la « cité des morts », regorge certainement de vermines mais pour avoir déjà traversé les ruines en question, nos amis restent peu enclin à y retourner. Une alternative serait de rejoindre les ruines d’un ancien poste avancé Haut-Elfe au nord de Sérévian. Les villageois de Balen parlent d’étranges manifestions occultes en ces lieux même s’il n’y a eu aucun danger direct à déplorer. Les ruines sont proches, nos amis pourraient gagner un temps précieux s’ils trouvaient ce dont ils ont besoin là-bas. Si ce n’est pas le cas, il restera toujours Derval’Amaris, en dernier recours…

Le capitaine Fraun indique le lieu des ruines au groupe, ils devraient certainement croiser une patrouille au passage. Dame Serë, qui doit la vie à nos amis, a décidé de les accompagner dans cette périlleuse mission ; une guérisseuse adepte de Zilmaar, ça ne se refuse pas. Aussi, l’elfe, le nain, la mystique et la chamane partent en direction du sentier nord de la forêt.

Ils croisent effectivement une patrouille qui revient du dernier repaire Jadnar déserté. Un homme, sur une civière de fortune, semble passablement affaibli. Un parasite visqueux et verdâtre, d’origine végétale selon Serë, est accroché au bras du malheureux. La patrouille rentre au pas course pour faire soigner leur camarade. L’ancien repaire Jadnar leur est indiqué mais le lieutenant leur demande de rester prudent…

Nos amis décident de faire un léger détour pour se rendre sur place et glaner quelques renseignements supplémentaires. Le repaire est examiné. Le groupe récupère un objet ayant appartenu probablement à une jeune fille de la haute société. Ils n’en sauront pas plus ; c’était certainement la seule babiole que les soldats n’ont pas récupéré lors de l’investigation… Il est désormais temps de se rendre aux ruines Svartal’heim.

Arrivés aux ruines des Hauts Elfes, le groupe est d’abord subjugué par le calme qui règne en ces lieux. La végétation a repris ses droits sur le domaine. La plupart des remparts sont encore debout bien qu’ouverts de larges lézardes. Dominante au centre de l’ancien poste, la flèche elfique des Svartal’heim ; une longue tour effilée.

Un détail ne manque pas d’inquiéter nos amis : nulle présence d’animaux dans les ruines, signe qu’un mal règne en ces lieux… Le groupe pénètre dans les ruines avec précautions, ça et là gisent de vieux boucliers et épées elfiques, même quelques pans d’armures. Elrohir et Raéro trouvent la chose assez singulière d’ailleurs : comment se fait-il que des armes Svartal’heim de l’Âge chaotique gisent là, à la vue de tous et n’ont pas été pillées depuis bien des siècles ?

Raéro s’approche d’une belle armure poussiéreuse lorsque celle-ci se met à bouger. Elle semble se relever toute seule pour prendre forme. Au bout de quelques instants l’armure s’anime toute seule formant un parfait soldat elfique de l’ancien temps. D’autres armures enchantées prennent vies dans les alentours, visiblement vindicatives.

Elrohir tente d’enchevêtrer une de ses armures pour l’empêcher de se former. Aidé par Serë, ils parviennent tous deux à bloquer l’une d’entre elles. Des lames virevoltes dans les airs et deux soldats animés portant de magnifiques arcs elfiques comment à tirer sur le groupe. Elvira invoque rapidement son meilleur atout : le Golem de roche. Solide et puissant, il fonce sur l’une des armures magiques et la martèle de coup de poing. De son côté, Raéro en provoque une le temps qu’Elrohir puisse trouver un chemin de retraite. L’objectif visé est la flèche elfique, c’est de là que les vibrations magiques semblent provenir…

Raéro et Elvira, soutenus pas Serë, s’occupent de régler leur compte aux armures animées. Raéro tente même un brise-sort, sortilège appris à l’académie de Thamasa, qui lui permet de renvoyer l’armure à un simple tas de métal. Elrohir profite de la diversion pour foncer vers la tour. Il monte quatre à quatre les marches, évitant de peu un chandelier menaçant, manifestement piégé. Il débouche sur une pièce ronde dans laquelle se trouve plusieurs balistes. En un éclair, les balistes font volte face en direction de l’elfe et tirent toutes en même temps. Elrohir fait appel à toutes ses forces pour esquiver l’attaque et continue son ascension.

Les autres en finissent avec les armures magiques et se précipitent eux aussi à l’assaut de la tour. Arrivés à quelques mètres de l’entrée, ils aperçoivent deux ombres mouvantes descendant les murs de la tour, la tête en bas. Raéro prépare son épée et son bouclier et se poste prêt à en découdre avec les monstres. L e combat s’engage, le nain fait face aux deux créatures des ombres, Serë l’assiste en s’assurant de la bonne santé du courtaud. Elvira se doute que les différents ennemis croisés jusqu’alors souhaitent empêcher le groupe de gravir la tour. Elle invoque son plus puissant allié, résultat de l’entrainement mené avec Tyras’Lyn : un ange nommé Tyraël. Grâce à sa puissante chimère, Elvira est emportée dans les airs et atteint rapidement le sommet de la tour pour venir en aide à Elrohir.

Pendant se temps là, l’elfe est arrivé seul à la dernière salle de la flèche. Devant lui se trouve un monstre d’origine inconnue. La créature est massive bien qu’humanoïde, sa peau est sombre et épaisse, sa musculature est remarquable et plusieurs excroissances se manifestent en forme de corne sur les côtés de son crâne. La bête semble plongée dans ses pensées, la main posée sur un cristal brillant. Le démon ouvre les yeux alors qu’Elrohir lui fait face, seul…

L’elfe bande son arc et tire rapidement une flèche tant que le monstre se trouve à distance. Le démon à tôt fait de la dévier de son seul bras… Elrohir fait appel à la lune d’argent pour asséner au démon son jugement, ce dernier lutte et parvient à renvoyer le jugement d’Azura dans un éclat noir. Le démon arbore fièrement sa marque frontale Asmodéenne, symbole de la lune noire. Le combat s’annonce difficile surtout sachant qu’ils sont tous deux des adeptes des pouvoirs lunaires…

Tyraël entre en scène et indique à Elrohir qu’il faut à tout prix replacer le cristal de puissance elfique sur son socle au sommet de la tour. Le sylvain se souvient en effet que les cristaux enchantés par les elfes permettent d’éloigner et d’affaiblir les créatures du Mal. Toutefois, un démon Asmodéen se dresse entre Elrohir et le cristal. Elvira se manifeste, elle aussi au sommet de la tour ; le démon ne semble pas l’avoir aperçu. L’elfe et l’ange en profitent pour faire diversion et s’attaquent au démon. La bête fait volte-face en direction de Tyraël lui lançant un regard mauvais…

Le combat s’engage, Tyral et Elrohir échangent quelques passes avec le démon. Elvira se focalise sur le cristal de puissance. Elle le récupère et l’emmène rapidement au sommet afin de le replacer sur son socle. Si tout se passe comme prévu, la puissance de l’enchantement elfique devrait amoindrir de façon significative les pouvoirs du démon.  Le monstre n’est pas dupe, il aperçoit la Mystique remonter le mince escalier avec le cristal à la main. D’un bon, la bête se rue de rage sur Elvira. Elrohir voit ici une opportunité en or. Il encoche deux de ses flèches et tire sur le démon qui lui tourne le dos. La créature saisit violement la chimérane qui s’enfuyait avec le cristal, mais elle est bloquée dans son élan par les flèches assassines du Sylvain…

Pendant ce temps, Raéro est toujours au bas de la tour avec Serë à lutter contre les deux créatures de l’ombre. Le combat reste difficile pour le nain qui n’a pas l’habitude de combattre des monstres qui utilisent principalement la magie. Serë reste en soutient et panse les blessures de Raéro dès que celui-ci se trouve en position défavorable. Un premier coup fulgurant du nain transperce une des créatures de part en part. Le courtaud souffre de plusieurs éclats de sortilèges d’ombre mais parvient à se défaire du deuxième assaillant. Nos deux amis remontent, à leur tour, les marches de la tour elfique pour rejoindre au plus vite leurs camarades.

Nos amis échanges rapidement quelques mots afin de comprendre la situation. Le démon, face à cinq assaillants à présent, commence à manifester un agacement conséquent. La colère de la bête monte, Elrohir souffre de plusieurs blessures et Tyraël aussi. Apparemment, leurs attaques n’ont que peu entamé la constitution du démon. Raéro s’interpose pour faire gagner du temps. Tous tentent de provoquer le monstre pour laisser le temps à Elvira de poser le cristal sur son socle, priant pour que l’enchantement elfique fonctionne toujours…

La mystique dépose le cristal qui se met à briller faiblement. L’intensité de la vibration commence à emplir le sommet de la tour et se diffuse rapidement dans toute l’enceinte du poste. Le démon pousse alors un cri, mêlé de rage et de frustration. Il pose un genou à terre, se tenant la poitrine, et fini désespérément par s’étaler de tout son long, comme épuisé, sans conscience…

Dans un premier temps, nos amis sont soulagés de voir le démon hors d’état de nuire. Dans un second temps, une discussion s’ensuit entre les membres du groupe qui ne sont pas sûrs quant à la nature du démon. Selon toute vraisemblance, il s’agit bien d’un enfant des chimères noires. Toutefois, Elvira défend le monstre en faisant remarquer qu’ils ont été les premiers à frapper. Le démon en question se trouve à priori seul, sans adeptes de quelque sorte et n’a commis, pour l’instant, aucune action condamnable. Selon elle, il cherchait avant tout à défendre la tour où il vit.

Raéro, quant à lui, préfère garder la bête à l’œil, laissant sa lame sur le cou du démon. Au moindre mouvement suspect, il est prêt à lui trancher la gorge. Elrohir de son côté, utilise ses talents d’enchanteur pour récupérer l’essence démoniaque tant convoitée et indispensable au rituel…

Personnage important :

Le Démon Asmodéen : Son nom et ses origines sont parfaitement inconnus. Cet enfant des Chimères Noires ne semble pas disposer d’adeptes ni de serviteurs. Il vit apparemment seul et affaibli dans la tour elfique d’un ancien bastion Svartal’heim abandonné depuis de siècles…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Ven 7 Nov 2014 - 18:28

Résumé chapitre 22 : Vieux comme le monde…


Le démon Asmodéen est étendu au sol, inconscient. L’elfe indique qu’il vaut mieux se débarrasser rapidement du monstre tant qu’il est à la merci du groupe. Raéro n’attend qu’un signe de ses compagnons pour abattre son épée sur la gorge de la bête. Elvira, de son côté, ne l’entend pas de la même façon : elle fait remarquer à ses compagnons que le démon n’a attaqué personne jusqu’à ce que le groupe ne parte à l’assaut de son territoire et lui vole son essence démoniaque. Du point de vue de la Mystique, le monstre n’est pas fondamentalement mauvais, il n’a cherché qu’à se défendre…

Elrohir prend en considération les dires de sa camarade mais sa sagesse le force à la prudence. Il ne souhaite pas prendre de risque face à un enfant des Chimères Noires et maintient sa proposition de départ. Raéro est plus catégorique ; il considère que les démons sont par nature mauvais et intime à ses amis d’éliminer rapidement le monstre. Serë appelle également à la prudence ; quelque soit la décision du groupe concernant le démon, il vaut mieux ne pas rester dans les parages longtemps…

Elrohir prend les escaliers pour vérifier le fonctionnement du cristal de puissance. Sans demander l’avis du reste du groupe, Elvira décide d’apporter des soins magiques au démon. Raéro, maintient la lame sous la gorge de la bête et manifeste son désaccord. Le démon commence à s’adresser à Elvira par télépathie en lui demandant de l’aide…

L’elfe commence à redescendre afin de retrouver le reste du groupe. A ce moment-là, Elrohir commence à se tenir la tête comme s’il était en souffrance. Il ressent comme une intrusion dans son esprit et voit apparaître devant ses yeux la lune noire. Quelques instants après, à la stupeur du reste du groupe, Elrohir retire le cristal de puissance de son socle, encoche un flèche, vise le groupe en leur intimant de s’éloigner du corps…
Nos amis ne comprennent pas la réaction brutale du Sylvain. L’elfe réitère ses menacent et nos amis n’ont d’autres choix que de faire quelques pas en arrière. Raéro ne l’entend pas de cette oreille et compte bien porter le coup fatal au démon. Au moment où il abat son arme, Elvira s’interpose pour l’empêcher de frapper. Le démon se relève péniblement mais étant donné qu’il ne subit plus l’influence du cristal, il semble récupérer rapidement une partie de sa vigueur… Le monstre bloque l’épée du nain au sol et le frappe de toute sa force. Le courtaud a beau se protéger de son bouclier, surpris par l’intervention de sa camarade, il prend le coup du démon de plein fouet. La déflagration du choc fend le bouclier du nain en deux et le courtaud sent son avant-bras se briser sous l’impact…

Le démon attrape Raéro par le cou et le soulève. Il s’adresse alors à Elvira en chimérique et semble entrer dans une rage folle. Il demande à Elvira comment en tant que descendante des Chimères elle peut s’acoquiner avec des elfes et des nains. Le reste du groupe ne sait comment réagir et Elrohir semble toujours possédé… A la stupeur de tous, le démon s’apprête à lancer Raéro à travers une fenêtre de la tour. Elvira appelle Tyraël à l’aide ; le gardien s’envole et tente de ralentir la chute du nain qui vient s’écraser sur une vieille diligence plusieurs mètres en contrebas…

Elrohir récupère une fiole accrochée à sa ceinture, celle qui contient l’essence démoniaque, et la tend au monstre. Ce dernier se tourne alors vers le groupe et s’adresse à eux en langue commune dans une voix grave et gutturale. Il demande à nos alis s’il s’agit là de la raison de leur venu. Le démon s’empare de la fiole et la lance en direction d’Elvira. Le monstre se tourne alors vers les autres membres et leur intime de partir dès à présent, sans demander leur reste, et retire son emprise sur Elrohir…

Elvira propose au reste du groupe de s’en aller, maintenant qu’ils ont ce qu’ils cherchaient. Pendant ce temps là, Raéro, inconscient après sa chute, est soigné par Tyraël en bas de la tour. Nos amis commencent à descendre rapidement les escaliers lorsque Elrohir fait volte-face et se dresse seul devant le démon, bien décidé à venger son ami…

Serë et Elvira se rendent compte que leur compagnon Elfe est resté affronter le démon. Ne souhaitant pas le laisser, Elvira demande à Serë de descendre s’occuper de Raéro, de son côté, elle va porter assistance à Elrohir. Le démon semble assez affaibli et l’elfe compte bien profiter de la situation. Le combat s’engage : l’adresse de l’elfe compense la force du démon. Elrohir reprend le risque de faire appel aux pouvoirs de la lune d’argent, ce qui semble être payant puisque le monstre peine à contrer les jugements d’Azura. La bête commence à perdre l’avantage dans ce combat saisit tout de même Elrohir par le cou. Il tente alors de reprendre possession de son esprit. L’elfe n’arrive pas à lutter et fini par retomber sous le contrôle du monstre…

Le démon se rapproche dangereusement de la fenêtre par laquelle il avait lancé Raéro précédemment. Elvira demande au démon de lâcher prise mais ce dernier ne semble pas vouloir répondre à sa requête. Dans un dernier élan, la Mystique cours à l’étage pour retirer à nouveau le cristal de pouvoir. Elle n’arrive pas à temps et Elrohir est, à son tour, projeté à travers la fenêtre. Tyraël aperçoit l’elfe et tente de ralentir sa chute avant de se déphaser… Le Sylvain a de la chance que Tyraël soit encore en bas, il évite ainsi une chute certainement mortelle…

Elvira redescend rejoindre ses camarades. L e démon ne l’attaque pas mais la considère d’un regard désapprobateur, lui intimant l’ordre de ne jamais revenir…

Nos amis quittent les ruines Svartal’heim. Le nain est toujours inconscient mais d’après Tyraël et Serë, ses jours ne sont pas en danger malgré le fait que son bras soit visiblement fracturé. Il lui faut des soins plus importants. Le groupe décide de reprendre rapidement la route du manoir, espérant que les mages Ajoriens pourront s’occuper du courtaud…

Elvira, de son côté, ne rentre pas avec le reste des membres. Elle hésite à continuer sa route avec un groupe qu’elle ne comprend pas. Elle ne souhaite pas non plus mettre leur vie en danger et préfère rester seule quelques temps, demandant l’avis de sa Chimère gardienne sur les événements récents.

Cette divergence d’opinion entre les Trois Couronnes et les descendants des Chimères est vielle comme le monde…

Chapitre 22 bis : Le retour de Doriac.

Pendant ce temps-là, quelque part dans les ruines de Derval’Amaris…

Un nain du Grand Nord se réveille dans ce qui semble être une ancienne taverne dans un quartier du sud d’Amaris. Tout poussiéreux, il tente de se remémorer les derniers événements. Il se souvient avoir été aspiré dans une sorte de tunnel après défendu la cité contre une horde chaotique (cf. chapitre 10)…

Aucune trace de ses camarades. Doriac ne reconnait pas non plus la capitainerie. Par contre, nul doute, il est bien de retour dans le temps présent et il se trouve toujours à Derval’Amaris. Il porte encore son sac sur son dos avec quelques effets personnels.
Il tente une sortie et commence à repérer les lieux. Il entend soudain des voix provenant d’un quartier voisin. Les silhouettes qui se rapprochent portent des bures sombres. Des marques obscures semblent orner leur vêtement. Ces hommes sont en train de récolter, dans ces quartiers en ruine, le fruit de leur labeur : ils ont posé des pièges avec divers appâts dans le but d’attraper des gobelins. Ils ramènent leurs victimes vers l’ancien quartier de la magie en Amaris…

Curieux, Doriac décide de les suivre et d’espionner leurs faits et gestes. Apparemment, ces magiciens noirs font partie d’un groupe qui a élu domicile dans l’ancienne tour des mages. Au sommet de cette dernière, Doriac ressent une vibration étrange et malsaine ; un cristal verdâtre reluit au sommet. Emporté par sa curiosité, il décide d’aller voir ce qu’il se passe mais avant cela, il doit se débrouiller pour faire diversion. En effet, ces magiciens semblent pratiquer quelques rituels occultes, voire même interdits…

Le soir venu, il attire les mages noirs dans une ruelle avant de bifurquer rapidement sur les arcades et commencer son ascension de la tour. Au moyen d’un solide grappin, il escalade le pan ouest de la tour et rentre par une fenêtre. Tout en discrétion, il continue de monter les escaliers. Sur sa gauche s’ouvre une large salle dans laquelle se trouvent plusieurs personnes en train de psalmodier diverses incantations. Le nain prend le risque de jeter un rapide coup d’œil à l’intérieur en restant caché derrière un mur. Un énorme démon est en train d’éventrer un gobelin déposé sur un autel sacrificiel. Son sang est versé dans une coupe dont le démon semble s’abreuver…

Face à lui, Doriac aperçoit une porte qui donne sur l’escalier qui mène au sommet de la tour. Il doit cependant passer devant l’entrée de la salle des sacrifices pour pouvoir emprunter la dite porte. Il s’exécute rapidement, tentant de passer inaperçu, malheureusement les gonds de la porte grincent si forts que certains mages noirs ne tardent pas à tourner leur regard vers le courtaud.

Doriac n’a plus le choix, il fonce tête baissée vers le sommet en montant quatre à quatre les marches. Il sacrifie même son unique hache pour bloquer la porte de son côté, espérant ralentir suffisamment les mages noirs.

Au sommet se dresse un autel sur lequel repose un cristal émettant une faible lueur blafarde, verdâtre ou peut-être jaune. Sans réfléchir, le nain emporte avec le cristal et le met dans sa besace. Un puissant rugissement d’outre-tombe se fait entendre. Des fumées noires commencent à sortir des nombreuses lézardes de la tour et sont directement aspirer par le cristal. Doriac enjambe les créneaux, fixe son grappin, et entame sa descente de l’autre côté de la tour.

Plusieurs mages noirs l’aperçoivent et tentent de le faire tomber à grand renfort de sortilèges de feu et d’éclairs qui éclatent près de notre ami. Le nain passe par les arcades mais il voit que son chemin est coupé. Il n’a d’autre choix que de sauter en contrebas dans un autre quartier. Il se lance sans trop d’hésitation et atterrit dans un bâtiment en ruine. Malgré quelques blessures liées à sa chute, il se remet rapidement sur pied et se fraye un chemin à travers les ruines. Les mages continuent de l’assaillir de sortilèges qui viennent s’écraser dangereusement à proximité…

Doriac reconnaît bienheureusement un chemin menant à la capitainerie. Il espère ainsi se mettre à l’abri et peut-être, par la même occasion, retrouver ses compagnons. Il rentre dans le bâtiment et ferme vigoureusement la porte derrière lui. Il cherche en vain ses compagnons… Nulle trace de Serë, Elrohir ou même Hiva. Toutefois, il aperçoit différentes traces de leur passage, notamment la fiole laissée par Serë à l’intention du groupe. Le nain est trop affaibli pour espérer une sortie. Il préfère rester là pour la nuit, en espérant que les mages ne viendront pas le chercher jusqu’ici…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mar 11 Nov 2014 - 19:37

Résumé chapitre 23 : Le rituel final.

Nos amis prennent du repos au manoir Clamared. Raéro est soigné par les mages Ajoriens, toutefois, il ne pourra pas se servir de son bras gauche pendant plusieurs jours. Malheureusement, le groupe n’a pas le choix, il reste encore plusieurs ingrédients à récupérer : ils doivent se rendre à Derval’Amaris.

Bienheureusement, Hiva est de retour de l’académie et manifeste son envie d’aider le reste de ses compagnons. Serë rappelle qu’Elvira est restée dans la forêt suite au désaccord avec le reste du groupe. La chamane demande alors à ce qu’on aille la chercher ; elle doit participer à la prochaine quête, d’autant qu’une invocatrice ne sera pas de trop.

Nos amis s’équipent avant de partir pour « la cité des morts ». Ils doivent récupérer du ventricule d’ogre ; et, selon les informations récoltées en Sérévian, il semblerait qu’un clan Ogre ait élu domicile dans l’ancien quartier marchand de Derval...

Pendant ce temps là, Doriac, seul dans l’ancienne capitainerie de Derval’Amaris, se remet de ses émotions. Il sait qu’il va devoir tenter une retraite mais il doit attendre le moment opportun. Une heure après l’aube, le nain entend des voix à l’extérieur. Il monte aux étages et commence à regarder à travers les nombreuses lézardes du bâtiment. Les mages noirs sont dans le quartier et pistent activement notre courtaud.
Doriac passe discrètement par les toits et prend rapidement un pont encore debout au sud de la cité. Il se souvient, lorsqu’il avait arpenté la ville, qu’il existait un quartier nain au sud de Derval, réputé pour ses forges. A pas de loup, il part à l’assaut des anciennes forges en espérant pouvoir y trouver refuge.

Sur place, les bâtiments sont complètement en ruines mais notre courtaud arrive à se faufiler dans une des forges. Il remarque une trappe de fortune sous un renforcement de pierre et part s’y cacher. A l’intérieur du sous-sol, Doriac ne trouve malheureusement plus rien d’utile, tout est pourri depuis des siècles, quelques ossements gisent même ça et là… Toutefois, il semble avoir trouvé là un abri bien utile que les mages noirs ne risquent pas de trouver de si tôt...

De leur côté, le reste du groupe arrive à proximité des remparts de Derval’Amaris. Hiva en appelle aux pouvoirs d’Azël et ressent alors toute la dangerosité des lieux. Dans sa vision, elle aperçoit Doriac près de la capitainerie, au grand soulagement du reste du groupe. Elle reçoit également diverses images terrifiantes, celles de grandes créatures dont une à deux têtes, ainsi que l’empreinte maléfique d’un démon…

Une rapide investigation des lieux leur permet de noter que l’entrée nord de Derval a été récemment squattée par un clan quelconque. Bienheureusement, il ne reste plus trace d’eux. Nos amis continuent de poursuivre leur route et décident de passer par les hautes arcades de manière à avoir une bonne visibilité sur le reste de la cité.

Au fur et à mesure de leur progression, ils aperçoivent plusieurs piques sur lesquelles sont plantées diverses têtes : animaux et humanoïdes. Une bannière offrant des motifs tribaux archaïques est même visible à l’entrée de l’ancien quartier commerçant. La présence des ogres se précise…

Cachés par les remparts des arcades, nos amis aperçoivent deux ogres massifs emporter un troisième à l’extérieur de la ville. Le groupe estime que si deux ogres s’isolent du reste du clan, autant en profiter ; ils les prennent en chasse et attendent le meilleur moment pour attaquer. Raéro, disposant de son armure complète, a bien du mal à se mouvoir sans bruit à l’instar de ses autres compagnons. Le bruit des plaques d’armures qui s’entrechoquent finissent par alerter les monstres.

C’est rapidement la cohue : plusieurs ogres du clan risquent de se manifester, il vaut mieux en découdre rapidement avec ceux déjà présents. Elrohir décoche ses flèches, soutenu par dame Serë. Elvira invoque son Golem qui vient rapidement bloquer un des ogres. Raéro se trouve au bas des arcades avec Hiva. Cette dernière lance ses plus puissants sorts de l’air pour affaiblir ses ennemis.
Un ogre malmène le Golem d’Elvira dans les escaliers menant aux arcades, ils finissent tous deux par dégringoler dans le quartier en contrebas. Elvira invoque une seconde créature, son Efreet. Elrohir et l’Efreet  lancent leurs attaques sur deux ogres qui s’approchent dangereusement des remparts. L’elfe n’hésite pas à les attaquer au corps à corps : les ogres sont peut-être massifs mais ils sont incroyablement lents face à l’agilité des elfes.
Hiva se trouve en fâcheuse position, un des ogres l’a pris pour cible et ne cherche même pas à se défendre. Il abat une énorme pierre sur la tête de la chimérane qui s’effondre rapidement sous l’impact. Raéro arrive à la rescousse et provoque l’ogre contre lequel il va lutter un moment. De nombreux ogres débouchent des arcades, Elrohir et Elvira s’occupent de les ralentir. Raéro se défait de son ennemi et porte assistance à Hiva qui reprend peu à peu ses esprits grâce aux soins apportés par dame Serë.

Plusieurs ogres sont tombés, mais le reste du clan arrive et se met à leur trousse et Elrohir annonce à ses compagnons qu’ils vont devoir fuir avant d’être submergé par la force de ces bêtes. Tous prennent la direction de l’entrée nord ; Elrohir et Hiva en profitent juste pour prélever rapidement du ventricule sur les corps des ogres morts pendant que les autres couvrent leur retraite.
Les ogres les talonnent de très près, et même une fois à l’extérieur des remparts, nos amis ne sont pas sûrs de les semer facilement. Hiva à une idée : la tour d’entrée est vraiment en très mauvais état, d’énormes lézardes et l’édifice menace de s’écrouler à n’importe quel moment. Aussi, la chimérane décide de canaliser un sortilège de vent suffisamment puissant pour que la tour tombe vers l’intérieur, sur les ogres qui les poursuivent…
La tentative fonctionne plutôt bien, l’entrée nord s’effondre emportant avec elle plusieurs ogres. Deux de ces monstres ont réussi à passer mais ils ont reçu tant d’éclats de pierres qu’ils gisent là, complètement sonnés. Hiva et Raéro leur donne le coup de grâce alors que les deux ogres sont encore à terre.

Nos amis, désormais en possession des fameux ventricules, commence à fuir Derval’Amaris. Soudain, Elrohir, Hiva et dame Serë entendent une voix familière les appeler au loin. Doriac, qui avaient entendu le tintamarre produit par le reste du groupe était lui aussi monter sur les arcades pour voir que quoi il s’agissait. Il court comme un fou sur les remparts poursuivi par une horde de mages noirs. Le sac à dos du courtaud émet toujours une épaisse fumée noire…

Doriac est cerné par les nécromanciens et il n’a d’autre choix que de sauter des remparts. Hiva vient à son secours et prépare un sortilège de vent assez puissant pour ralentir la chute du nain et ainsi, lui éviter de se rompre le cou.

La fumée noire qui sort du sac de Doriac commence à prendre forme. L’ensemble du groupe se trouve devant le rempart ouest alors que le démon né des obscures cendres s’en prend violemment à Doriac. Le reste du groupe est comme paralysé par la puissance du monstre qui vient d’étendre en une attaque le nain du Nord. Elrohir et dame Serë appellent à la prudence, cet ennemi est certainement trop dangereux pour eux. Hiva s’approche pour tenter une diversion et permettre au nain de reprendre ses esprits, mais le démon se montre particulièrement hostile. Ce dernier incante un sortilège qui le fait passer dans le plan éthéré ; une zone tout autour de lui vibre et reluit d’une lueur bleutée. Raéro tente un contre-sort, en vain… Hiva, déterminée, tente de percer la zone magique du monstre avec ses sorts de vent. Le démon s’approche alors dangereusement d’elle. Elvira invoque Tyraël et lui demande d’emporter Hiva au loin avant que le monstre ne lui fasse subir la même chose qu’à Doriac. Le clan orgre finit par apparaître à l’entrée ouest, cependant,  à la vue du démon éthéré, le chef de clan préfère rappeler les siens à l’intérieur de la cité…

Elrohir et dame Serë préparent une retraite ; ils considèrent qu’ils ne disposent pas des pouvoirs pour venir à bout d’un démon majeur. Elvira tente le tout pour le tout, elle profite que le démon s’intéresse à Tyraël pour aller chercher Doriac et le sortir de la zone. La chimérane sort une potion de Phénix de son sac pour l’administrer rapidement au courtaud. Elvira s’intéresse de près au curieux cristal duquel est sorti le démon, le nain le porte encore sur lui. Etant elle-même invocatrice, elle arrive à canaliser les vibrations de la pierre…
A ce moment-là, le démon fait volte-face et fonce tête baissée sur Elvira. Il l’empoigne violemment en écrasant sa tête contre les remparts. Le monstre tente de se saisir de la pierre mais se ravise rapidement, comme s’il était dans l’incapacité de le faire…
Au-dessus des remparts, plusieurs nécromanciens assistent au combat et attendent son issu avec avidité. Le démon attrape la chimérane par le cou et la jette par-dessus le rempart. La malheureuse atterrie au milieu des mages noirs qui commencent à se ruer sur elle...
Dans un dernier élan, Elvira lance la pierre qui vient rebondir en contrebas, aux pieds des remparts, à l’intérieur de la cité.  Heureusement pour elle, les nécromanciens semblent plus intéressés par la pierre magique que par elle. Elle utilise ses dernières forces pour descendre un pan de mur éboulé alors que le démon, dans un râle ultime commence à nouveau à se désagréger en fumée noire et s’en retourne dans la pierre cristalline…

Elrohir est venu récupérer Doriac, toujours inconscient, et Serë aide Elvira à reprendre la route. L’ensemble du groupe repart, passablement affaibli, en direction du bourg de Bas-Champs. Tous vont prendre un peu de repos bien mérité. Les derniers ingrédients sont arrivés, le rituel va pouvoir commencer.

Les mages d’Ajora, assistés par l’hortator des Zilmaars, entament leurs incantations. Le rituel est long et fastidieux ; le seigneur Clamared est en souffrance. Au bout de deux heures qui paraissent interminables, alors que le rituel arrive à son terme, le cœur du seigneur des lieux lâche. Les mages tentent de le raviver mais malgré plusieurs tentatives, sous les yeux médusés de l’assistance, l’hortator Zilmaar indique qu’il n’y a plus rien à faire. Le seigneur Clamared est mort…

Beaucoup considèrent cet état de fait comme un échec ; la communauté a failli… Les mages et les membres de la famille proche remercient solennellement toute l’aide apportée par nos amis. Malgré tout, après tout le mal que le groupe s’est donné pour récupérer tous les ingrédients, le résultat laisse un goût amer…

Le fils du seigneur Clamared doit arriver d’ici peu, de retour de campagne à Baram Sud. Il va devoir reprendre la succession de son père. Le Comte de Sérévian en personne, doit également participer à la cérémonie funéraire. Nos amis sont, bien évidemment, invités en tant que membres d’honneur.
Le fils du seigneur Clamared, assisté par le Comte de Sérévian, remercient tous les membres du groupe d’Elrohir et comptent bien les récompenser à la hauteur des risques qu’ils ont encourus. Dès demain, nos amis sont invités à recevoir une distinction honorifique.

Le lendemain donc, le Compte de Sérévian octroie à chacun une plaque argentée aux armoiries de Sérévian qui permettra à tous d’arpenter les terres de Baram en étant considérés comme des amis honorés du Royaume. Chacun se verra également offrir une prime fiduciaire à la hauteur de leur implication. Tous finissent par célébrer la prise de pouvoir du nouveau seigneur : Lothend, fils de Lothmar Clamared.

Personnages importants :

Démon de Derval’Amaris : Démon majeur, nécrotique-éthéré, de nom et d’origine inconnus. Il dispose apparemment de nombreux adeptes dévoués et a élu domicile dans l’ancien quartier magique d’Amaris. Son point d’encrage est une sorte de pierre magique cristalline, elle aussi d’origine inconnue…

Lothend Clamared : Fils du seigneur défunt. Il accède ainsi au pouvoir et devient seigneur du Bourg. Il se sent extrêmement redevable envers nos amis pour avoir tenter de sauver son père.

Elion Sérévian : Actuel Comte de Sérévian, vassal du roi de Baram. Très ouvert, il remercie copieusement nos amis pour avoir aidé à démanteler les différents repaires Jadnars de sa seigneurie. Il compte s’intéresser de très près à toute cette histoire et risque de refaire appel à eux.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mer 12 Nov 2014 - 12:53

Petit épilogue et remerciements.

Cette première campagne personnalisée de Terrä s’achève, mais l’histoire ne s’arrête pas là et les personnages vont continuer d’arpenter les différentes régions du monde !

Les deux communautés chamaniques Uelmen’rill, les Zilmaars et les Brenavës, ont reformé leur alliance d’antan face aux terribles adeptes de la chimère Noire : Jadnar.
Le mal qui régnait dans le Comté de Sérévian a été éradiqué. Par ailleurs, nul doute que certains personnages continueront de traquer la menace Jadnar qui est encore bien réelle. Le choix n’appartiendra qu’à eux… D’autres s’en iront certainement vers d’autres horizons.

Le seigneur Clamared n’a pas pu être sauvé : seul le Don de Brenavë peut guérir du Fléau de Jadnar… mais de nombreuses autres quêtes ont été menées à bien. D’ailleurs, après toutes les missions réalisées, nos amis ont acquis une réputation solide en Escondra. Leurs pouvoirs et leurs relations se sont considérablement bonifiés.


A titre personnel, je tenais à remercier chaleureusement les joueurs, qui ont, pour certains, passé un an sur cette campagne. Je vous remercie d’avoir permis à Terrä de faire partie des jeux réguliers à la salle. Je vous remercie pour votre fidélité même après plusieurs mois (années ?!) de jeu, et de continuer, avec toujours autant de plaisir, de jouer dans cet univers.

Quand je vois que certains joueurs n’hésitent pas à créer plusieurs personnages pour être présent aux différentes tables de Terrä, cela me fait vraiment chaud au cœur.


Un petit mot sur les PJs :

Elrohir (Dominique) : Véritable pilier de cette campagne chez les Trollistes. L’elfe Sylvains a su, avec discernement, allier prudence et témérité dans les moments les plus difficiles. Leader régulier de la campagne, il s’efforçait d’entendre tous les membres du groupe et de trancher parfois dans les décisions délicates, toujours avec sagesse. Personnage très polyvalent, aussi à l’aise à distance qu’au corps à corps, primordial grâce à ses magies de la flore et ses sorts de soin.

Raéro (Sorye) : Protecteur du groupe. Le nain de Thuranbrand s’est allié avec Elrohir dans cette campagne et est devenu un compagnon de choix. Elément capital de l’équipe qui, par sa grande résistance, a permis de canaliser la puissance adverse tout en protégeant les éléments plus faibles de du groupe. Téméraire, courageux et entêté, Raéro a su prouver sa place de véritable Pavois d’Eriador. Son amitié avec Elrohir ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

Elvira (CrazyPrincess) : Invocatrice du groupe et membre du Tiercé gagnant de cette campagne (Elrohir-Raéro-Elvira). Elément décisif du groupe qui a permis d’offrir une force de frappe conséquente grâce à ses invocations. A la fois opiniâtre, sauvage et altruiste, la mystique a su prouver sa valeur. Son sens du sacrifice, de même que son scepticisme, l’ont plusieurs fois mis dans des situations très délicates mais ont permis, sans nul doute, d’arriver à bout des ennemis les plus coriaces.

Hiva (Azerty) : Elément plus épisodique qui a su briller par ses apparitions. Cruciale à différents moments grâce à ses sorts de vent et son don d’Azël. La chimérane sang-mêlé, sans véritable famille ni attache, a réussi à accorder sa confiance à un groupe. Malgré un côté farouche à ses débuts, son altruisme a grandi au fur et à mesure du temps passer aux contacts de personnes pour lesquelles elle a beaucoup d’estime. Hiva est, sans aucun doute, devenue un allié de poids.

Doriac (Greg) : Elément épisodique qui a su montrer une bravoure et une témérité sans failles. Longtemps perdu dans les méandres de Derval’Amaris, sa combativité a toujours permis au groupe de franchir les épreuves les plus dures.  Débrouillard et opiniâtre, le nain du Nord s’est toujours sorti avec brio des situations les plus désastreuses. Son retour va certainement amener un renouveau dans l’équipe.

Horus (Vachkyrie) : Chaman de Zilmaar et élément central de cette intrigue. Aperçu de manière très épisodique chez les Trollistes mais sans qui, cette histoire, n’aurait tout simplement jamais existé. Il a décidé d’aller jusqu’au bout pour les siens et n’hésitera pas à tout faire pour mettre un terme définitif à la menace Jadnar.


Sincèrement, un grand merci à tous ! Si vous voulez laisser un petit mot à la suite, n’hésitez pas !

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorye
Troll berserker
avatar

Nombre de messages : 158
Age : 31
Localisation : Réalville

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Tërra
Nom du Perso: Raero

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 17 Nov 2014 - 21:34

Un grand merci à toi Fabien pour m'avoir fait découvrir ton univers !
Mon nain m'a réellement donner beaucoup de plaisir à jouer et j'ai hâte de reprendre l'aventure pour progresser, rencontrer d'autres PNJ et apprendre encore sur Terrä.
Il reste évident qu'il nous tarde à tous de revenir jouer à Terrä !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CrazyPrincess29
Gros Bill
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 945
Age : 27
Localisation : Par ici! ah non...par là

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso: Elvira

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mer 19 Nov 2014 - 20:10

TERRÄ TERRA TERRÄ!!!!! cheers

c'est quand qu'on rejoue?
c'est quand qu'on rejoue?
c'est quand qu'on rejoue?
c'est quand qu'on rejoue?
c'est quand qu'on rejoue?
c'est quand qu'on rejoue?
c'est quand qu'on rejoue?
c'est quand qu'on rejoue?

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 12 Jan 2015 - 20:09

Chapitre 24 : Le hameau de Basrieu.



Elrohir et Raéro ont accepté l’hospitalité du jeune seigneur de Bas-Champs. Ils profitent de l’accalmie pour prendre quelques jours de repos. L’elfe prend soin de rédiger un message à l’intention du roi des royaumes sylvestres afin de témoigner de la menace des adeptes de Jadnar.

Victor, le majordome du manoir Clamared, leur annonce qu’une missive envoyée par le Comte de Sérévian vient d’arriver. Le seigneur du comté demande leur aide : les adeptes de Jadnar, suite à leur déroute, ont certainement trouvé refuge dans les environs de la cité. De plus, deux chamanes qui étaient allés enquêter à la ville, n’ont plus donné de nouvelles depuis plusieurs jours, ce qui inquiète fortement les Zilmaars et les Brenavës.

D’après les autorités, deux femmes Uelmen’rills correspondant à leur description ont été aperçu pour la dernière fois au hameau de Basrieu, au sud-est dans les campagnes de Sérévian. Le Comte a envoyé une escouade sur les lieux mais rien n’indiquaient la malfaisance d’adeptes de la chimère noire et encore moins  la présence des deux chamanes. Le seigneur de Sérévian, conscient du manque d’expérience de ses hommes concernant cette affaire, préfère demander l’avis de nos amis étant plus avisés sur la chose… Afin de manifester l’implication des autorités de Sérévian, le Comte a fait appel à l’académie de Thamasa de manière à gratifier nos nouveaux enquêteurs d’un jeune magicien qui les assistera durant la quête.

Quelques heures plus tard, un ambassadeur se présente au manoir. Il est accompagné par un jeune mage de l’école des Arcanes, un certain Hua Shan, Vand’rill de type Felnar, adepte des arcanes cosmiques et d’illusions, recommandé par la sage Tyras’Lyn en personne. Nos amis sont heureux de se voir renforcé par un mage de Thamasa, le nain est d’ailleurs fortement impressionné par le jeune magicien bien qu’il ne semble être encore qu’un apprenti.

Nos amis partent pour le hameau de Basrieu après avoir effectué quelques emplettes dans les commerces du coin. Le seigneur Clamared leur souhaite bonne chance et leur prévoit une carriole ainsi que des habits plus adaptés aux tenues régionales pour l’occasion.

La fraicheur du mois de Malaki annonce le début de l’hiver alors que nos amis arrivent sur une placette. Peu de maisons se trouvent aux alentours, une petite épicerie et quelques bâtisses forment l’essentiel du hameau. Un puits et une petite fontaine siègent au centre de la place. Le reste n’est que champs en cultures et fermes éparpillées.

A peine nos amis posent le pied à terre que l’elfe ressent une présence qui les épie. Il n’y pas grand monde dans les rares ruelles qui desservent le hameau. Le jeune mage, soucieux de mettre son talent à l’épreuve prend rapidement une forme de félin et s’empresse d’aller espionner vers l’endroit indiqué par Elrohir. Hua Shan ne trouve qu’une humble paysanne au milieu de son potager. Pourtant, une faible résonance magique semble encore présente sur un des cerisiers du jardinet. Rien qui ne pourrait attester d’une situation gravissime. Il revient rapidement sur ses pas, reprend sa forme initiale loin des regards indiscrets et rejoint Elrohir et Raéro qui décident de rentrer dans  l’unique chapelle des environs, dédiée à Impéria…

A l’intérieur, nos amis remarquent rapidement un prêtre qu’ils s’empressent d’aller questionner. Le Priant a effectivement croisé les deux chamans il y a plusieurs jours, malheureusement, elles ne sont pas restées longtemps dans les environs. Le groupe en profite pour en apprendre plus sur les usages du culte à Impéria de manière à s’attirer ses faveurs. Ils souhaitent rendre grâce à la sainte patronne des lieux et proposent au prêtre de faire une offrande. Le Priant accepte volontiers et laisse nos amis communier de la façon qu’ils leur plaisent.  Hua Shan se montre particulièrement intéressé et suit le prêtre dans une salle plus en retrait. Il consulte un ouvrage aimablement prêté par le Priant alors que ce dernier se permet à son tour d’interroger le Felnar.

Au passage, Raéro, qui semble examiner l’ensemble de l’édifice, s’aperçoit que le prêtre a pris soin de fermer à clé une porte voisine et qu’il a consciencieusement conservé la clé autour de son cou. De son côté, Elrohir observe les rares pratiquants qui se présentent dans la chapelle. Tous effectuent le même rituel : ils prennent quelques pétales présents dans une vasque à l’entrée après s’être lavé les mains, ensuite ils viennent effectuer une courte prière devant la statue d’Impéria en jetant les pétales avec la main gauche, enfin ils baisent leur main et l’applique délicatement sur la statue. Or, à aucun moment le prêtre ne leur a indiqué cette manière de réaliser l’office. Nos amis commencent à se demander ce qu’il se trame ici d’autant qu’Elrohir et Hua Shan semblent ressentir une présence maléfique toujours plus prégnante…

Le Priant prend congé de nos amis pour aller communier, il leur laisse aimablement deux ouvrages de sa bibliothèque qu’ils peuvent consulter autant qu’ils le voudront. Nos amis se regroupent et chacun fait part de ses analyses. Hua Shan tente de crocheter la porte que le prêtre à fermer à clé, sans succès…

Soudain, la marque lunaire frontale d’Elrohir se met à luire étrangement. L’elfe ressent alors une forte puissance maléfique à l’œuvre, comme si Azura lui intimait de rapidement fuir de cet endroit. A l’entrée de la chapelle, quelque vient de refermer la double porte d’entrée. Ils sont les seuls à ce moment là à l’intérieur de la chapelle. Le courtaud rejoint rapidement l’entrée et trouve la porte bloquée de l’extérieur. On cherche à les enfermer alors que cette manifestation maléfique se fait encore plus grande. Par leurs efforts conjugués, ils arrivent toutefois à enfoncer la porte d’entrée après quelques essais et sortent rapidement du lieu saint…

Nos amis sont, pour l’heure, parfaitement conscients que le Mal est présent en ces lieux. Toutefois, ils ne savent toujours pas s’il s’agit de la malveillance des adeptes de Jadnar ou d’un mal différent. Ils décident de contourner la bâtisse afin de trouver un autre accès. Derrière la chapelle se trouve une petite porte en bois. Hua Shan tente de crocheter la serrure lorsque la chevillette semble être solliciter de l’intérieur. Le nain se place devant le groupe, bouclier brandi, et attend de voir qui va leur ouvrir.

Un jeune disciple de la chapelle leur ouvre, tout étonné de voir le nain prêt à en découdre au moindre faux-pas. Nos amis lui indique qu’ils ont été enfermés à l’intérieur tout à l’heure et qu’ils ont dû forcer la porte pour se sortir de ce mauvais pas. Le jeune disciple suit alors le groupe vers la grande porte d’entrée et s’empresse s’aller trouver quelques outils dans les fermes alentours de manière à rafistoler rapidement la chose. Il prétexte l’action de mauvais garnements qui ont certainement voulu faire une mauvaise blague au prêtre…

Elrohir et ses camarades s’en retournent à l’intérieur car ils ne semblent plus percevoir cette aura maléfique ressentie plus tôt. Hua Shan est bien déterminé à ouvrir la fameuse porte que le prêtre a fermé lors de son passage, mais il aurait besoin d’autres outils. Le jeune disciple revient avec différents ustensiles dans une peau de chamois ; voilà une aubaine pour Hua Shan qui a tôt fait de subtiliser une sorte de tournevis plat lui permettant certainement de faciliter le crochetage de la porte tant convoitée.

De son côté, Elrohir s’entretient avec un autre disciple nommé Artan, grand-frère du jeune rencontré précédemment. Raéro, quant à lui, s’essaie maladroitement aux us et coutumes des temples dédiés à Impéria en jetant, de la mauvaise main, les pétales d’Unil-Garith…

Elrohir apprend d’Artan que le prête de la chapelle manifeste depuis quelques jours déjà des changements à la fois dans son attitude et dans son caractère. Le Sylvain souhaiterait entendre en confession le jeune disciple. Artan finit par accepter de confier un rêve étrange qu’il a fait il y a deux nuits de cela. Dans ce rêve, Impéria lui intimait de rejoindre la crypte la plus proche où sont enterrés certains illustres ancêtres de Sérévian, mais ce qu’il y trouva n’était qu’une funeste créature dont la description correspondait parfaitement à celle d’une Sharkavar…

L’elfe semble avoir une confiance totale envers le jeune priant d’Impéria et n’hésite pas à lui expliquer qu’ils sont en mission à la recherche d’adeptes d’une Chimère Noire. Cette confiance paraît réciproque et Artan confie, avec assurance, les clefs de la crypte qui se trouve dans le cimetière de la chapelle.

La nuit tombe rapidement en ce mois de Malaki, le solstice d’hiver approche à grands pas. Nos amis décident de descendre dans cette fameuse crypte afin d’y trouver, selon toute vraisemblance, des informations capitales sur la retraite des Jadnars. Bien évidemment, ils se préparent également à un éventuel combat.

Étrangement, et bien que le jeune priant Artan aie donné la clef de la crypte, Hua Shan décide de crocheter la serrure. Il y parvient avec brio lorsqu’une fléchette empoisonnée vient frapper son omoplate droite. Elrohir soigne rapidement la blessure mais le ton est donné, la crypte semble piégée…

Nos amis entame leur descendre dans les profondeurs, le nain en tête. Il manque de peu d’activer un piège sous une marche mais c’était sans compter l’adresse du Felnar qui vient bloquer la marcher avec un couteau. Dans la première salle, le groupe aperçoit une sépulture de pierre imposante qui semble abriter un ancien haut ponte défunt. Deux alcôves s’ouvrent sur leur gauche. Ces dernières offrent une configuration identiques : des emplacements sont prévus de chaque côté pour recevoir les squelettes des défunts embaumés dans un linceul blanc, au fond une statue de gardien Hildan trône vaillamment.

Hua Shan est tenté par une résonance magique provenant d’une des amulettes portée par l’un des défunts, il se résigne à y toucher suite aux remontrances des autres membres de son groupe. Nos amis se rendent compte qu’une cale vient bloquer la lance d’une statue qui semble pouvoir pivoter. De toute évidence, on a cherche à bloquer le passage donnant accès à une salle plus secrète. Le groupe choisit pourtant de ne toucher à rien tant qu’ils n’en savent pas plus sur les risques qu’ils encourent dans ces lieux…

De retour dans la première salle, ils s’interrogent sur une porte massive surmontée d’une dalle gravée sur laquelle est inscrite en alphabet Hildorien : « Sérévian  calistan s’inaron, im Solena ellan lassaron. », ce que nos amis s’accordent à traduire par : Ci-gisent les seigneurs de Sérévian, que leur repos soit respecté. Raéro repère rapidement des runes magiques sur la porte, il s’empresse de les révéler. Hua Shan et Elrohir distinguent les runes de feu placées dans un sceau au caractère particulièrement explosif. Le nain a vite fait de faire sauter les runes du sceau le rendant rapidement ineffectif.

Nul ne sait ce qu’il se trouve derrière cette porte, aussi chacun prend ses précautions et se prépare à combattre. Le nain ouvre discrètement la porte, un escalier en colimaçon descendre dans une salle en contrebas. Une petite lucarne permet de distinguer ce qui se trouve dans la pièce plus bas. Elrohir avance à pas de loup en tendant l’oreille et jette un œil par la lucarne.

En bas, les principales têtes pensantes des adeptes de Jadnar s’entretiennent autour d’une table. La réunion semble présidée par une certaine Valandra, inconnue au bataillon, surnommée le Cœur de Jadnar par ses pairs, qui interroge un par un les membres de ce Conseil extraordinaire. Ashna fait bien entendu parler des présents, c’est elle qui avait pris l’apparence du prête de la chapelle. Sont également présents : Héron, un Zilmaar corrompu, un certain Woryn, deux adeptes dont les noms ne seront pas prononcés et enfin les jumelles Océthas qui parlent à l’unisson.

Devant ce florilège de puissants adeptes, Elrohir intime rapidement à ses compagnons qu’il ne vaut mieux pas se lancer dans un combat perdu d’avance. Ils vont profiter de la situation pour les épier et en apprendre plus sur leurs projets futurs.

Valandra conclue ce Conseil en ordonnant aux adeptes de s’en retourner à la Source. Leur situation n’est plus viable dans le Comté de Sérévian, ils doivent partir. Ils ne peuvent affronter à la fois les Chamans de Zilmaar et de Brenavë en plus des autorités de Sérévian et des mages de Thamasa. De plus, la présence de nos amis les inquiète beaucoup, surtout Elrohir pour lequel est attribué la mort d’Ifrasia et de Malagar ainsi que la fuite d’Ashna du manoir Clamared. Valandra intime l’ordre aux Océthas de régler son compte, une bonne fois pour toute, à lui et son groupe…

Les adeptes de Jadnar vont donc se retrancher pour un certain temps, pendant des mois peut-être même des années selon les dires de Valandra, mais ils sont loin d’avoir été vaincus. Ils vont repartir avec le résultat de leurs expériences et pensent finaliser leur croisement biologique, l’Ashanavar, d’ici quelques mois, ils pourront ainsi corrompre d’autres types d’espèces en Terrä. De plus, ils disposent actuellement de trois des cinq fragments de Jadnar : Le cœur, l’œil et la langue. Ils vont se mettre à la recherche des deux fragments restant : l’esprit et le corps…

Le groupe s’en retourne à la cité de Sérévian pour prévenir les autorités et organiser une fouille intensive de la crypte. Apparemment, les deux chamanes qu’ils recherchent se seraient volontairement enfermées vivantes pour éviter de parler face aux adeptes de Jadnar…

Personnages importants :

Valandra : Adepte de Jadnar, elle représente le Cœur de Jadnar. Elle semble être la véritable tête pensante des Jadnars présents dans le compté de Sérévian.

Les Océthas : Adeptes de Jadnar, ce sont des jumelles Uelmen’rill qui agissent en tant qu’espion. Elles surveillent apparemment le groupe d’Elrohir depuis un moment et rendent compte de leurs agissements. Elles ont reçu l’ordre d’éliminer rapidement Elrohir en priorité.

Frère Artan : Disciple du culte d’Impéria qui fait confiance à nos amis. Il a vu une Sharkavar dans un songe et s’est confié à Elrohir, il souhaite apporter son aide autant que faire se peut.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")


Dernière édition par NeoZell le Mer 21 Jan 2015 - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Mer 21 Jan 2015 - 16:47

Chapitre 25 : Oëfra et Océthas.



Après une nuit à la caserne, nos amis reprennent le chemin du hameau de Basrieu. Cette fois-ci, ils se voient gratifier d’une vingtaine de soldats et de trois mages de Kalodan sous les ordres du capitaine Doris.

Arrivés à la chapelle, les soldats sécurisent rapidement les lieux. Le frère Artan, bien seul, se montre très inquiet. Théo, son petit frère ainsi que le Priant d’Impéria semblent avoir disparu… Nos amis savent qu’Ashna est capable de prendre l’apparence de ces personnes et tous partent à leur recherche.

Artan leur donne l’accès à une cave où les disciples entreposent leurs maigres trésors ; diverses écrits anciens et quelques objets magiques. A l’intérieur de la cave, Hua et Raéro vont s’intéresser particulièrement à une amulette et un bracelet magiques qui reposent dans un linge de velours pourpre. Le nain va également tenter de pousser un énorme coffre qui est finalement crocheté par Hua. Une odeur épouvantable s’en émane et, au grand dam de tous, le priant y repose, certainement depuis plusieurs jours, à moitié dénudé…

Le jeune disciple permet au groupe d’utiliser les artéfacts magiques de la chapelle, ce que Raéro s’empressera de faire rapidement. Il indique aussi qu’il a vu plusieurs silhouettes sortir puis rerentrer  dans la crypte cette nuit. Notre groupe s’attend donc à ce que des adeptes y soient toujours présents.

Nos amis préfèrent passer par la chapelle pour atteindre le premier sous-sol de la crypte. Les escaliers sont piégés par des sceaux magiques. Hua et Elrohir vont en faire les frais lorsque des flammes noires vont malmener leurs jambes. Pour la suite de leur descente, Hua se fait rapidement spécialiste en détection des pièges, alors que Raéro s’empresse de détruire les sceaux magiques, aidé par Elrohir et les mages de Kalodan. Le Sylvain doit faire appel à la lumière de la lune d’argent pour venir à bout des frappes sombres occasionnées par les flammes noires.

Arrivés au premier sous-sol, Hua et Raéro remonte par l’autre accès, vers le cimetière, pour faire appel aux gardes. En redescendant, Raéro et l’un des soldats se font avoir par un piège d’enchevêtrement. Le Felnar et l’Elfe vont les aidés à s’en dépêtrer : Hua Shan lance ses éclairs pour forcer les ronces à se retirer, le Sylvain utilise son contrôle de la flore afin que l’enchevêtrement relâche son étreinte.

Le groupe atteint une première alcôve. Ils souhaitent voir comment fonctionne le mécanisme des statues, vues lors de leur première visite. Elrohir et Hua s’y font enfermer volontairement pour voir s’il serait possible d’ouvrir une fois de l’autre côté. Visiblement il n’en est rien. Ils continuent leur progression vers la deuxième alcôve où une calle en pierre était placée de telle manière que l’accès soit bloqué de l’extérieur. La calle est retirée et la lance de la statue, semblable à un levier, est activée. Une mince ouverture s’ouvre, comme pour l’alcôve précédente, mais le nain a bien du mal à passer avec son armure. Nos amis médusés découvrent le corps du jeune frère d’Artan dans cette sordide pièce sombre… D’après le capitaine Doris, le pauvre est mort d’asphyxie à en croire ses lèvres bleutées… Son corps est remonté par les soldats…

Après avoir désactivé les sceaux magiques menant au second sous-sol, Elrohir tente de raviver un brasero afin que la pièce soit mieux éclairée pour tous. Aucune trace des adeptes n’est à déplorer pour l’instant, seulement les deux morts laissés sur leur passage. Au moment où l’Elfe s’apprête à raviver le brasero, un sceau de feu explosif surprend tout le monde. Les dégâts sont relatifs mais Elrohir a eu chaud. Toutefois, un morceau de parchemin à moitié calciné laisse entrevoir un message important que nos amis vont s’empresser de traduire. En chimérique, il est écrit : « Melys eron ad’galvaron. Vin senan, al’ganima edrö val’Hortat Calista Chimëra […] rëleta […] ithil-ora […] meddä Aquä […] netov […] Zallärd redaron. » Ce que le groupe s’accorde à traduire par: « Nous nous retrouveront à la Source. En attendant, les parties du corps de la Maîtresse Reine Chimère…. résonance… au-delà…. au milieu de l’eau…. marais… reste des Zallärds. ». Un potentiel suppôt a manifestement été trouvé par les adeptes, ils vont probablement envoyer certains de leurs hommes en ces lieux…

En plein discussion, nos amis se voient dérangés par d’étranges bruits provenant d’une salle annexe. Grâce à son ouïe fine, l’elfe reconnait le râle d’une Sharkavar. Les différents accès sont vérifiés et sécurisés par les soldats, ainsi qu’une sorte de tunnel qui semble partir du deuxième sous-sol.

Ils décident de faire sortir la créature pour l’affronter dans la grande salle. Raéro rentre et aperçoit deux Sharkavars protégeant ce qui ressemble à une petite fille avec un visage monstrueux et une langue tentaculaire. Le courtaud les provoque mais rien n’y fait, au contraire, elles semblent se rétracter sur elles-mêmes en lançant un sortilège de protection qui forme un mur dense de ronces épaisses. Elrohir tire une flèche, Hua Shan lance un éclair, une des mage de Kalodan utilise des bourrasques de vent, mais tout semble buter sur le mur de ronces. Raéro avance prudemment alors que ses coups semblent passer au travers. Il tente de jeter une torche qui traverse le mur comme s’il n’existait pas. Le capitaine Doris le suit. Le nain passe le mur sans résistance et se trouve derrière un sortilège d’illusion. Il ressort de la zone pour avertir le reste du groupe. Hua Shan vient détecter la localisation du sceau. Enfin, les mages de Kalodan n’ont aucune difficulté à le détruire et l’illusion se dissipe.

Apparemment, tout a été fait pour leur faire perdre du temps…

Ils décident de prendre rapidement le tunnel sous la crypte dans lequel ils trouvent un éboulis de terre important. Il semblerait que ce monticule terreux ne soit pas naturel, d’autant qu’il a visiblement été gratté. D’après Erohir, il doit y avoir un autre boyau dans ce tunnel, l’accès à été condamner volontairement. Il est tout à fait possible que les chamanes s’y trouvent. Toutefois, il leur faut des pelles pour enlever tout ça. Ils continuent donc leur ascension pour finalement déboucher sur l’Elen, le cours d’eau qui traverse le Comté de Sérévian.

Ils repartent pour le hameau qui se trouve à moins d’une lieue à la recherche du matériel et reviennent piocher dans le tunnel, pendant plus de deux heures, pour déblayer l’accès en question. Ils y trouvent effectivement les deux chamanes. La Zilmaar, Arrëen, est morte mais semble s’être sacrifiée pour sauver son amie Brenavê, Dratemielle, au moyen d’un sort très puissant. Une Oëfra gigantesque empli la pièce de ses senteurs et sur le sol se trouve un tapis d’herbes fraîches parsemées de fleurs jaunes. Elrohir ressent une incroyable puissance régénératrice provenant du bulbe central. Le sortilège pourrait tenir des décennies entières. Le Sylvain ressent également une vie à l’intérieur. Hua Shan tente de rentrer en télépathie avec cette dernière mais elle ne semble pas consciente. L’elfe  découpe le bulbe qui déverse la seconde chamane, complètement nue, au milieu d’humeurs aqueuses aux senteurs boisées…

Dratemielle semble encore complètement sonnée, incapable de se réveiller de sa torpeur. Pourtant, elle paraît en parfaite santé. Arrëen, en revanche, est morte depuis un certain temps, il n’y a plus rien à faire pour elle. Il semblerait qu’elle ait utilisé ses dernières forces pour effectuer le sortilège qui a sauvé son amie…

Le groupe repart au hameau. Tous tentent de consoler le jeune Artan et lui promettent de venir à la cérémonie funéraire, le lendemain, pour son petit frère et le Priant. Hua  s’entretient avec une mage de Kalodan nommée Celvine, formée à Thamasa, pour en apprendre plus sur les aspects du vent qu’elle utilise. Il fait appel à tous ses charmes pour obtenir un petit entrainement privé.

Tous s’en retournent à Rieufort, le quartier Sud de Sérévian ; seule une partie des soldats restent sur place pour assurer la sécurité du hameau. Sur le chemin, nos amis vont s’entretenir un moment avec un mage de Kalodan qui leur raconte l’histoire de leur Ancien.

Arrivé à la caserne, Raéro discute avec le capitaine et le forgeron de la garde, un certain Simus Seldor. Ce dernier est parfaitement capable de lui faire une magnifique griffe sur son bouclier. Le courtaud en profite d’ailleurs pour s’adonner à ce beau métier. Il va se remettre au travail pour rafistoler son armure avec les apprentis du forgeron. De leur côté, Elrohir et Hua Shan préfèrent rester au chevet de la Brenavë. Cette dernière finit par se réveiller, complètement déroutée. Ils font le point sur la situation et Elrohir lui avoue que sa camarade Zilmaar est morte, sacrifiée pour la sauver. Abattue, Dratemielle demande à voir le corps de la défunte  pour pouvoir faire son deuil…

La nuit venue, l’Elfe décide de partir, seul, pour effectuer une cérémonie de passage pour Azurä. Il part dans le quartier de Verteplaine, au Nord-Ouest, où il trouve une clairière propice à son rituel. A peine a-t-il finit qu’il se voit attaquer par surprise : des sorts de ronces caractéristiques des adeptes de Jadnar. Conscient de sa situation, le Sylvain fuit à travers le petit bois pour rejoindre rapidement les quartiers. Les Océthas lui barrent le chemin au moyen de créatures diverses : un Tréant corrompu et une Dorsera qui finit par planter ses piques empoisonnées dans le bras de notre ami. Grâce à ses instincts d’elfe sylvestre, Elrohir sent que ces Jadnar cherchent à le rabattre dans un lieu précis. Il fait alors volte-face et part dans la direction opposée pour éviter un piège éventuel…

Il se cache dernière un monticule rocheux pour soigner ses blessures. Une deuxième Océtha le frappe de plein fouet et l’enchevêtre alors qu’Elrohir prenait une gorgée de potion. L’Elfe s’en libère et affronte la créature. Au corps à corps, l’avantage passe rapidement en faveur du Sylvain, plus puissant et tout aussi à l’aise en milieu forestier que l’Océtha. C’était sans compter l’apparition de la consœur Jadnar qui arrive à les séparer en manquant de lacérer notre ami.

Les deux créatures finissent par faire fusionner leurs sorts d’arborescence donnant naissance à un Tréant massif et puissant. Elrohir tente de les attaquer pendant leur métamorphose mais, à bout de souffle et blessé, il décide finalement de s’enfuir promptement.

L’elfe repart en direction de la caserne, il traverse une partie de la cité aussi vite qu’il le peut. Malheureusement, il n’y a personne à cette heure-ci dans les rues en ce mois d’Azël. L’alarme est tout de même sonnée par un soldat. Une quinzaine d’hommes partent au pas de course vers le quartier de Verteplaine à la recherche des créatures. Hua leur emboite le pas et Raéro, démuni de son armure restée à la forge pour réparation, part lui aussi.

Sur place, Elrohir leur indique de se mettre à la recherche de traces de pas imposants semblables à ceux d’un Tréant massif. Tous participent aux recherches alors que plusieurs soldats s’en vont chercher de l’huile, pour enflammer des flèches, et des grappins en vu d’un combat contre un Tréant. Raéro semble flairer une piste et s’en va précipitamment. En réalité, ce sont les pas du Tréant corrompu qu’il a pisté et non ceux des Océthas métamorphosées. Il  se fait surprendre par  le monstre parasité. Le courtaud est rapidement envoyé au sol. Elrohir tire ses flèches sans grand impact sur le monstre. Hua tente des sorts d’éclairs mais fatigue bien vite.

Le Tréant est attiré par les éclairs d’Hua, Raéro cherche à défendre son compagnon mais s’étale de tout son long en ripant sur la mousse humide. Dans l’effervescence, Hua tente de lancer un nouvel éclair sur le monstre mais ne contrôle pas son flux magique. Le Felnar manque le monstre mais touche le nain devant lui. Le Tréant tente de rabattre son pied sur le courtaud mais Elrohir arrive à repousser momentanément la bête grâce à la lumière d'Azurä.

Le montre s’en prend aux soldats qui se rassemblent autour de lui. Hua utilise ses magies de l’air pour éviter une chute mortelle à un soldat éjecté par le Tréant corrompu. Bienheureusement, Les renforts arrivent. Elrohir encoche des flèches enflammées et décoche dès qu’il le peut. Raéro provoque la bête pour l’attirer vers lui mais il n’arrive malheureusement pas à esquiver l’intégralité du pied massif du Tréant. L’impact lui fracture la cheville droite. Les soldats lancent leur grappin sur le monstre dont le corps est frappé de nombreuses flèches de feu. Tous tirent sur les cordages pour le faire tomber et finissent d’achever la créature une fois à terre…

Les blessés sont soignés et Raéro, bien amoché dans ce combat, doit repartir à cloche-pied supporté par Elrohir et un soldat. Le capitaine Doris décide de rester patrouiller avec ses hommes et renvoient nos amis à la caserne pour prendre du repos et soigner la cheville du courtaud. Selon toute vraisemblance, les Océthas ont quitté les lieux et ne refrapperont qu’au moment opportun…

Personnages importants :

Capitaine Doris : Capitaine de la garnison de Rieufort, le quartier Sud de Sérévian. Il est très au fait de la menace représentée par les adeptes de Jadnar, il semble avoir lu tous les rapports de mission avec grand professionnalisme. Ces soldats sont parfaitement entraînés et il semble très favorable à toute forme d’alliance, peu importe l’espèce.

Dratemielle : Chamane de Brenavë. Elle a survécu à cette histoire grâce à Arrëen qui s’est sacrifiée pour elle. Elle est encore passablement choquée par les événements et quelque peu déboussolée  mais les informations qu’elle a pu glaner pourront être d’une aide précieuse…

Arrëen : Elle a été envoyée avec Dratemielle pour enquêter sur la présence des Jadnars à Sérévian. Rattrapées par les adeptes, elles n’ont trouvé d’autre choix que de s’emmurer vivantes dans un tunnel sous la crypte pour éviter d’être torturées par les adeptes de la chimère noire… Elle n’a pas hésité à se sacrifier pour sauver la vie de son amie…

Celvine Agersta: Mage de Kalodan, un Ancien Hildan. Elle a été formée à l’académie de Thamasa comme Hua Shan et elle est originaire de la région. Elle est spécialisée dans la sphère de Vent, aspect Rafale et Voie de l’air, ainsi que dans l’arcane de protection. Elle a aidé nos amis, notamment pour détruire les sceaux magiques posés par les Jadnars dans la crypte.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Dim 15 Fév 2015 - 13:24

Chapitre 26 : Au moment opportun.


Le nain est emmené au temple d’Impréria pour y recevoir des soins, sur le trajet, il finit même par perdre connaissance. Elrohir s’entretient avec prêtresse Ellyn à propos des synergies entre Azurä et Impéria. Hua parle avec une sœur pour en savoir plus sur la présence d’un sanctuaire de Meïlir. Selon elle, il existe un sanctuaire dédié aux Astres au Nord du temple de Kalodan, dans les montagnes.

Une fois le courtaud remis sur pied, nos amis repartent pour la caserne après avoir fait quelques prières sur place en respectant les coutumes locales. Le groupe est accompagné au hameau de Basrieu afin d’assister à la cérémonie funéraire du Prêtre d’Impéria et du petit frère d’Artan. Nos amis vont rassurer le jeune disciple d’Impéria et vont donner l’aumône à la chapelle ; l’elfe et le nain sont d’ailleurs particulièrement généreux.

Nos amis partent avec Dratemielle au Bourg de bas-champs, le corps d’Arrëen est entreposé dans une carriole. Arrivés au manoir Clamared, le groupe fait le point avec le seigneur au cours du repas. Victor est heureux de les revoir sains et saufs. Ils pensent ramener le corps d’Arrëen aux Zilmaars, toutefois, étant donné que les Océthas sont dans les parages, aucun ne souhaite que les Jadnars trouvent le village caché à cause d’eux. Nos amis cherchent à tendre un piège aux Océthas afin de s’en débarrasser définitivement et de pouvoir regagner le village des Brenavës en toute sécurité.

Tous sont assez fatigués par les nombreuses missions effectuées ces derniers jours, aussi, ils s’arrangent pour prendre un peu de repos et vérifier leur équipement. Ils se sentent en sécurité au manoir et ils doutent fort que les Océthas pourraient attaquer au Bourg, en pleine ville. Le corps d’Aryn a été déposé dans les sous-sols, à la fraicheur, mais celui-ci ne pourra pas y rester éternellement avant qu’il ne pourrisse. S’ils ne peuvent regagner le village caché rapidement, ils pensent faire brûler son corps et répandre ses cendres dans la forêt…

Pendant les jours qui suivent, Elrohir et Raéro vont régulièrement aller au Bourg afin d’effectuer quelques emplettes et acheter de quoi continuer leurs aventures. Filen, le chasseur Zilmaar, va même les rejoindre au manoir. Hua reste sur place pour ne jamais laisser Dratemielle seule, au cas où…

En pleine après-midi, alors qu’Hua Shan discute tranquillement avec Dratemielle, un bruit se fait entendre au-dehors. La Brenavë s’avance vers la fenêtre pour vérifier alors qu’Hua sort de la chambre et s’avance dans le couloir. Le seigneur Clamared est parti à la préfecture aujourd’hui mais il a laissé deux gardes à l’entrée du manoir et un autre faisant le tour du domaine. Monsieur Victor est à l’extérieur et s’occupe des jardins…
Soudain, Hua entend une vitre se briser suivi d’un cri strident provenant de la chambre de Dratemielle qu’il venait de quitter il y a quelques minutes. Il fait volte-face et fonce vers la porte. Lorsqu’il ouvre cette dernière, Dratemielle a disparu. Les carreaux des vitres de sa chambre sont cassés. Le Felnar s’avance rapidement ; il a à peine le temps de voir une nuée de feuilles partir en direction des bois. Le majordome gît à terre et semble inconscient. Hua saute du premier étage et part à la poursuite de Dratemielle à grandes foulées.

Le jeune mage pénètre rapidement dans le bois mais il ne sait pas exactement où se diriger. Il tente de repérer la piste des malfaiteurs mais c’est loin d’être sa spécialité. Il entend les gardes s’approcher de Victor pour lui porter assistance. Le Felnar fait appel à eux pour poursuivre Dratemielle et ses agresseurs. L’un d’entre eux le rejoint rapidement alors que l’autre s’apprête à sonner du cor. Hua et le premier soldat s’insèrent dans le bois alors qu’une nuée de feuilles se rapproche dangereusement d’eux. Le Felnar lance un éclair de Meïlir qui vient frapper de plein fouet la nuée. Une créature vient s’écraser au milieu des fourrées. Il s’agit d’un Spriggan, qui semble à moitié sonné, Hua et le soldat n’ont aucun mal à l’achever, mais aucune trace de la Brenavë…

Hua sait qu’il n’arrivera pas à retrouver la piste des agresseurs de Dratemielle sans l’aide de son ami Elrohir. Seuls ses sens aiguisés d’elfe pourront pister les Océthas en pleine forêt. Rapidement, Hua fonce vers l’Est en direction du Bourg pour avertir ses compagnons…
Quelques minutes plus tard, Raéro entend résonner le cor du manoir Clamared. Accompagné d’Elrohir, il se précipite en direction du manoir. Malheureusement, nos amis et Hua Shan ne vont pas se croiser dans les bois, le Felnar étant nettement plus au Nord. Toujours est-il qu’Elrohir et Raéro vont rapidement arriver dans les jardins du manoir et vont remarquer que Victor a reçu un très mauvais coup sur la tête. Après s’être assurés que ses jours n’étaient pas en danger, ils remontent la piste des Océthas. Hua, lui aussi, retourne au manoir en espérant que ses amis ont entendu le cor et qu’ils sont en chemin.

Grâce aux sens affûtés du sylvain, Elrohir et Raéro retrouvent rapidement les traces des Océthas. Au détour d’un bosquet, nos amis aperçoivent la jeune Brenavë attachée à un énorme tronc d’arbre qui trône fièrement dans le bois du seigneur Clamared. La pauvre Dratemielle semble inconsciente… nulle trace des Océthas. Le groupe reste sur ses gardes ; Elrohir encoche une flèche et scrute les alentours. Raéro, couvert par l’elfe, avance prudemment vers le corps de Dratemielle lorsqu’un mur d’écorce provenant du sol manque de le surprendre.

Tout porte à croire que l’endroit est piégé par divers sortilèges de la flore. Ces murs d’écorces épaisses s’élèvent dès que quelqu’un pénètre à l’intérieur d’un rayon d’une dizaine de mètres autour du fameux tronc. Elrohir utilise son contrôle de la flore pour forcer les murs de bois à s’abaisser. Raéro tente ses sortilèges d’annulation magiques mais son efficacité reste limitée. De plus, lorsque le nain s’approche trop de Dratemielle, une large épine sort du tronc et vient menacer la gorge de la chamane…

Personnages importants :

Prêtresse Ellyn : Prêtresse de l’Eglise D’Impéria de la cité de Sérévian. Elle accueille de bon cœur nos amis et fait soigner le nain du groupe. Elle explique à Elrohir qu’Impéria adorait la lune d’argent, comme les elfes, ce qui explique la synergie entre Azurä, culte des Astres et Impéria, culte des Anciens.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1604
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   Lun 13 Avr 2015 - 16:57

Chapitre 27 : La chute des Océthas.



Nos amis hésitent à s’approcher de l’arbre qui retient la Brenavë prisonnière. Il faut pourtant prendre une décision rapidement, le mur d’écorce recule et finit par encercler nos compagnons. Elrohir décoche une flèche qui vient littéralement clouer sur place la ronce qui menace la gorge de Dratemielle. Cette dernière implore Raéro de partir, prétextant qu’il s’agit d’un piège. Malgré tout, le nain saisit cette opportunité et fonce sur la chaman pour la libérer.

Le courtaud découpe rapidement les liens qui la retiennent lorsque, contre toute attente, la Brenavë frappe Raéro de plein fouet, visant soigneusement dans l’interstice de son armure. Le nain, passablement surpris par cette réaction semble reconnaître le regard d’une toute autre personne dans les yeux de Dratemielle ; celui d’Ashna. Raéro se sent porter dans les airs alors qu’une multitude de ronces lui lacèrent le corps, certaines passant en dessous de ses plaques d’armure. Le courtaud arrive tant bien que mal à récupérer des parchemins de foudre qu’il portait sur lui et arrive à se défaire de l’assaut des plantes. L’elfe n’hésite pas à tirer sur Ashna qui part rapidement se cacher derrière le grand chêne.

Elrohir sonne du cor elfique, celui-là même qu’Alfir Alnoril, gardien des frontières de Valinore, lui avait offert lors du dernier passage du groupe aux abords du fleuve Pélévien. Hua Shan, toujours à la recherche de ses amis dans les bois du seigneur Clamared se dirige rapidement vers le son du cor. De plus, quelque part dans le bourg de Bas-Champ, une elfe Svartal’heim entend elle aussi l’appel du sylvain et prend rapidement le chemin des bois.

Hua arrive sur place et monte sur le mur d’écorce. Il y affronte deux Spriggans venus en renfort. C’est alors qu’il aperçoit une mystérieuse elfe à la chevelure claire qui grimpe à son tour à sa suite. Elle prévient d’ailleurs le Felnar d’une nuée de feuilles menaçante. Hua utilise les éclairs de Meïlir pour se défaire de ses agresseurs. La jeune elfe, de son côté, semble maîtriser les sorts de la sphère de la foudre et malmène les spriggans. Malgré ses suspicions à l’égard de cette inconnue d’origine elfe, Hua Shan comprend rapidement que cette dernière est là pour les aider dans ce conflit.

Les Océthas sortent de leur cachette et se concentrent sur Elrohir. Le sylvain empoigne rapidement son ocarina pour jouer la mélodie apprise par les Korrigans qui lui sert à éloigner les spriggans. Le courtaud, malgré les blessures infligées par Ashna, revient rapidement en renfort pour protéger son camarade.
Hua bondit du mur et part aider ses amis, talonné de près par la Haute Elfe. Ashna, tapie dans l’ombre du grand chêne, invoque une drosera à trois têtes. Hua et la jeune elfe lancent leurs sortilèges de foudre sur les spriggans déphasés. Pendant que les têtes de drosera occupent nos amis, les Océthas en profitent pour se replacer et lancer leurs meilleurs sortilèges sur Elrohir. En bon pavois d’Eriador, Raéro s’interpose, bouclier en avant, et prend les attaques magiques conjuguées des Océthas de plein fouet. Déjà blessé, le nain s’écroule sous les multiples lacérations…
Pendant ce temps, Elrohir profite de sa liberté d’action ; il distingue Ashna cachée dans le feuillage du grand chêne et la frappe de l’une de ses flèches assassines. L’adepte de Jadnar finit rapidement par fuir le combat, aidée par les spriggans.

Hua Shan lance un sort pour réanimer son camarade nain mais il est lui frappé par les Océthas qui profitent de la situation. Le Felnar tombe à son tour, inconscient… Raéro rouvre les yeux et aperçoit que son compagnon vient de chuter en tentant de lui sauver la vie. C’est alors que la tête violette s’en prend au nain. Le courtaud, rouge de colère, arrive à planter la langue de la bête de sa lance et rejoint rapidement le corps de son camarade vand’rill. Raéro le force à avaler une potion de phénix alors que la jeune elfe incante des sortilèges de soin. Fières de leur réussite, les deux Océthas ne remarquent pas qu’Elrohir vient d’encocher deux flèches sur son arc. Le tir vient frapper l’une des Océthas qui s’écroule à tour sous le choc.

Sa consœur, folle de rage, fusionne avec le grand chêne pour donner vie un Tréant à la fois maléfique et massif. Le monstre avance, Elrohir le provoque volontairement pour permettre à ses amis de reprendre leur esprits. La mystérieuse elfe soigne indistinctement tous les membres du groupe mais le nain et le felnar sont encore assez affaiblis. Malgré leurs blessures, nos amis continuent de combattre jusqu’à se défaire des deux têtes de drosera restantes.

Le Tréant continue d’avancer, comme enragé, en direction d’Elrohir. L’Océtha transformée appelle d’autres Spriggans en renfort qui foncent sur le reste du groupe. Hua et la svartal’heim les éliminent ou les font fuir à grands renfort de sorts de la foudre. Raéro, malgré son état, reste tenace comme tous ceux de son espèce ; il contient autant que faire se peut les attaques et tente toujours de protéger les siens.
Une flèche est décochée dans les fourrés : Filen, le chasseur Zilmaar arrive pour prêter main forte au groupe, mais ses flèches, tout comme celles d’Elrohir, restent sans grands effets sur l’imposant Tréant. L’elfe décide d’attaquer la créature aux jambes et manque presque de se faire emporter par ses bras puissants. L’Océtha lance à plusieurs reprises des attaques souterraines via ses racines pour enchevêtrer nos amis. Les gardes de Clamared arrivent eux aussi en renfort mais ils restent un peu à l’écart de la créature ne sachant trop comment aborder le combat, ils en profitent pour mettre nos amis en sécurité. Raéro pousse les soldats et passe devant pour protéger tout le monde. Le combat s’éternise, le Tréant souffre des assauts et des sortilèges répétés du groupe, quand à nos amis, plusieurs d’entre eux sont blessés et fatiguent à vue d’œil.

Le monstre commence à reprendre sa forme. L’Océtha est à bout de force, son corps finit même par réapparaître et git au sommet du tronc. Tous accourent pour lui donner le coup de grâce. C’est Elrohir qui arrive au sommet de l’arbre le premier et décapite la créature séance tenante. Une chose l’intrigue pourtant, il lui semble que les yeux de l’Océtha n’avaient pas cette couleur écarlate caractéristiques des Jadnars… Le doute s’installe dans le groupe.  Le Fléau de Jadnar serait-il affaibli lorsque la victime est au seuil de la mort ?

Nos amis veulent en avoir le cœur net. Ils retrouvent rapidement l’autre Océtha, étendue au sol après avoir été heurtée par les flèches assassines d’Elrohir et les sorts de foudre. Par chance, cette dernière semble encore en vie mais ce n’est plus qu’une question de minutes avant qu’elle ne rende l’âme. Filen tente de la réveiller. Sans aucun ménagement, il  l’interroge sur la localisation de Dratemielle. L’Océtha parvient à entrouvrir les yeux. Ces derniers virent régulièrement au noir habituel des yeux Spriggans. Simplement, sa connaissance du langage commun est très limité, aussi elle utilise plusieurs mots du langage chimérique : « Brenavë, Spriggans denar, collines, Almiäe al Khal’ir… Spriggans denar. » L’Océtha, dans un dernier élan de force se retire volontairement son bulbe et tente de communiquer avec le groupe. « Sœur… cœur…comment dire… Rema, Ena Océtha remä vin män rema, aide trouver … comment dire… Esindë Jadnar. Remä viltün… Leniw… ».

Dans ce bredouillage indigeste chiméro-commun, le groupe finit par comprendre que Dratemielle est retenue captive dans un repaire de Spriggans quelque part derrière les collines de l’Ouest de Sérévian, dans les bois. Pour le reste, il semblerait que le cœur des deux sœurs renferme une graine qui pourra les aider à trouver la Source des Jadnars. Tout ceci reste encore flou pour nos amis, ils décident toutefois de rentrer prendre un peu de repos malgré qu’Elrohir et Filen soient prêts à partir de suite à la recherche de Dratemielle. Hua et Raéro sont assez affaiblis, surtout le nain qui semble victime d’une mauvaise fracture. Elenna, la Haute elfe, apporte des soins au groupe, mais il clair que cela ne suffira pas, Raéro aura clairement besoin de repos après ce combat ; il ne peut pas encaisser éternellement les blessures de tout un groupe. Aussi, par mesure de sécurité, nos amis préfèrent rentrer au manoir. Ils ne pourront pas se passer de leur pavois d’Eriador si la situation devait s’envenimer dans le repaire des spriggans. Ils ne partiront que demain matin, aux premières lueurs, à la recherche de la Brenavë…

Le soir venu, Hua ne cherche pourtant pas le sommeil. Il ressent le besoin de prendre le temps de rendre grâce à Meïlir, son astre protecteur. Afin de ne pas répéter les mêmes erreurs, cette fois-ci, deux compagnons l’accompagne dans la forêt des Acarins, les deux elfes lui emboîtent le pas alors que le nain, exténué s’endort comme une masse dans sa chambre. Ils sont à la recherche d’une petite clairière où le felnar peut procéder à un rituel, en toute tranquillité.

Toutefois, sur le flan de la montagne, des silhouettes se meuvent sous la couverture forestière. Nos amis s’approchent pour savoir de quoi il retourne. Elrohir reconnaît là les armures elfiques animées qu’il avait aperçues dans la tour Svartal’heim. Il se doute que le démon Asmodéen qu’ils avaient rencontré doit faire des siennes. Cela dit, le sylvain ne veut pas se détourner de son objectif principal : retrouver Dratemielle dès que possible. Le groupe finit par se détourner des silhouettes et Hua commence à entamer son rituel.
Ce dernier prépare soigneusement quelques offrandes et entre en communion avec les pouvoirs des Astres. Meïlir permet au Felnar d’entrevoir quelques images, c’est comme si l’astre lui-même était intrigué par ce que le démon cherche à faire. Le groupe décide d’aller voir, par acquis de conscience, ce que trament les armures animées. Elrohir retrouve rapidement leur piste et nos amis les suivent dans les profondeurs de la forêt.

Ils arrivent à l’entrée d’une caverne. Le sylvain se souvient avoir combattu les Jadnar ici-même. Il s’agit de Loda Khaz’grim, la retraite du lac souterrain. Les nains de l’Âge précédent s’en servaient comme garnison de repli. Le groupe pénètre dans la noirceur des lieux à la recherchent des armures animées. Ils finissent par les retrouver dans une salle, elles tentent vraisemblablement de traverser le lac souterrain. L’une d’entre elle porte un Auroc bleuté, un cristal de puissance qui émet une certaine résonance magique. Hua tente se subtiliser la chose mais se fait prendre. Deux armures partent à la poursuite du Felnar qui s’enfuit hors de la caverne. Les elfes se sont tapis dans l’ombre. Hua Shan se métamorphose en chat et essaie de rentrer à nouveau sans se faire voir des armures qui semblent garder, à présent, l’entrée de la grotte.

Nos trois amis se retrouvent à l’intérieur et épient les faits et gestes des armures encore présentes, l’une d’elle se déphase et passe de l’autre côté du lac et finit pas disparaître. Rapidement, les deux autres armures qui montaient la garde à l’extérieur pénètrent à nouveau les lieux au pas de charge. Elenna et Hua se cachent dans la salle principale alors qu’Elrohir se colle aux murs, tapi dans l’ombre, prêt à en découdre…

Personnages importants:

Elenna Valinora (minimarion): Jeune Elfe Svartal’heim envoyée par les Hauts Pontes de Valinore pour assister Elrohir et ses amis dans leur quête et l’informer sur de potentielles menaces autour d’Escondra. Adepte des sphères de la lumière et de la foudre, elle devient rapidement d’une aide précieuse au groupe grâce à ses sortilèges de soin et d’attaque.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Les adeptes de Jadnar] Elrohir/Raéro/Hua Shan/Elenna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Elrohir et Oeil de Nuit
» Elrohir
» [Question] Elladan et Elrohir - timing et utilité [Résolu]
» [Débat pour un Deck Elladan/Elrohir/] Galadriel - Elladan - Elrohir
» les grades du mechanicus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trollistes & Compagnie :: JEUX DE RÔLE :: Terrä :: Campagnes personnalisées-
Sauter vers: