Trollistes & Compagnie

Jeux de Rôles, de sociétés, cartes et figurines (Association)
 
AccueilPortailGalerieCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Vendredi 15 Décembre à 20h30 Soirée Jeux de Sociétés. Faite passer l'information !

Partagez | 
 

 [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 11 Jan 2015 - 14:35

Chapitre 1 : Une page arrachée.


Elvira et Doriac quittent la chaleur du manoir Clamared après un repos bien mérité. La chimérane est toujours très inquiète de l’existence de démons dans les alentours ; le démon Asmodéen dans les ruines Svartal’heim et le monstre éthéré de Derval’Amaris. Un nombre conséquent d’adeptes de nécromancie semblent vouer un culte au démon présent dans la cité des morts… Elvira veut en apprendre plus sur ce cristal de puissance qui contenait l’essence même de N’Audhar. Elle décide donc de retourner à l’académie de Thamasa pour y glaner des renseignements et se sépare de ses anciens compagnons, Elrohir et Raéro, qui continuent de s’occuper des adeptes de Jadnars.

Doriac, de son côté, décide de suivre la jeune sang-mêlé jusqu’à l’école de sorcellerie. Il a survécu dans Derval’Amaris pendant une bonne quinzaine et souhaite lui aussi en apprendre plus malgré son aversion pour la magie en général.

Arrivés à l’académie, nos amis vont rapidement s’entretenir avec la directrice Tyras’Lyn. Doriac ne supporte pas de porter l’uniforme règlementaire de l’école mais se résout tout de même à porter la toge de mage. La sage est assez affectée d’apprendre la présence de tels démons dans les environs et prend ces informations très au sérieux. Malheureusement, les mages de l’académie s’affairent déjà sur des événements conséquents qui touchent directement leur établissement. La directrice fait tout de même appel à l’archimagie Brandelant pour aiguiller nos amis sur leurs recherches.

Avant de se lancer dans les bouquins, Elvira en profite pour passer le bonjour à Machelfeur et Grondelierre, les deux gardiens des jardins de l'académie.

Le cristal de puissance qui contenait à la fois le corps et l’esprit du démon est ce qu’on appelait autrefois une Magicite. Il s’agit d’un cristal dont les techniques d’enchantements sont perdues depuis l’Age Noir. Ces Magicites permettaient de contenir les pouvoirs d’une Chimère en devenant maître de cette dernière ; le maître et la Chimère s’influencent mutuellement, la créature n’en devient pas moins l’esclave de son maître.

D’après leurs recherches, les sacrifices organisés par les nécromanciens devaient certainement permettre de renforcer les pouvoirs du démon. Il est fort possible que le maître de la Magicite ne soit plus de ce monde, pourtant le démon doit trouver un moyen de briser le lien qui le retient dans le cristal. Selon toutes vraisemblances, N’Audhar cherche à se libérer…

Doriac, comme tout bon commerçant nain qui se respecte, négocie le gîte et le couvert d’Elvira et de lui-même au sein de l’académie, pendant toute la durée de leurs recherches, en faisant don du registre de la capitainerie d’Amaris. Devant l’importance des informations historiques contenues dans l’ouvrage, notamment concernant le siège de Derval’Amaris par les armées d’Armingard, la directrice consenti parfaitement à les loger sur place sans autres formes de participations pécuniaires.

Nos amis s’entretiennent avec l’archimage Brandelant qui leur indique assez rapidement des ouvrages dans lesquels ils pourront trouver leur bonheur. Cependant, de tels ouvrages ne sont pas à la portée de tous et sont placés dans des locaux spéciaux, protégés magiquement au sein des archives de l’académie : les « salles occultes ».

L’accès à ses salles leurs sont permises, sous la surveillance de l’archimage. Elvira y consulte les ouvrages en question. Le démon serait, à priori, d’ascendance Ghandaréenne, une puissante affiliation démonique. Plusieurs liens sont référencés pendant la fin de la période chaotique. Toutefois, les sources ne sont pas forcément d’accord sur le devenir du démon N’Audhar.

Un autre ouvrage, d’origine chaotique et traduit en langue vulgaire, répertorie les démons de divers ascendances, dont celle de Gandharion. Contre toute attente, la page sur laquelle figurait l’essentiel des informations sur N’Audhar a été arrachée. Le méfait a été commis récemment, semble-t-il, si on s’en tient aux différences de teintes du papier.
Elvira s’emporte rapidement et les suspicions de Doriac à l’égard des mages de l’académie grandissent de façon croissante. Un conseil extraordinaire est rapidement mis en place par la Sage. Elle convoque immédiatement tous ses Archimages, les archivistes et les étudiants assistants…

Une ou plusieurs personnes au sein même de l’académie tentent vraisemblablement de masquer les informations concernant ce démon, au grand dam de la directrice. La sage Tyras’lyn paraît effondrée face à la nouvelle mais elle garde la tête haute. Elle ne tient pas à ce que la chose s’ébruite, l’académie souffre déjà de l’affaire concernant les adeptes de Jadnar. Si on découvrait qu’en plus, des mages noirs ont investi les salles occultes de l’établissement, la réputation de Thamasa pourrait en pâtir considérablement et l’académie pourrait mettre la clé sous la porte.

La directrice demande la plus grande discrétion aux personnes présentes lors de ce Conseil. Les noms de chacune des personnes qui ont consulté des ouvrages dans les salles occultes sont notés sur un registre. Les Archimages y ont un accès illimité, les Mages et Maîtres-Mages doivent être inscrits sur le registre, les Apprentis et les Initiés n’ont pas accès à ses salles, sauf dérogation exceptionnelle. Apparemment, seuls trois élèves mages ont eu accès à ses salles cette dernière semaine.

Doriac remet potentiellement en cause l’intégrité des Archimages, étant donné leur omnipotence, ce qui lui attire les foudres de nombre d’entre eux. Elvira n’a désormais plus confiance en personne à part la Sage elle-même. Pourtant, la directrice ne peut concevoir la trahison d’un Archimage tant les répercutions en seraient catastrophiques et se seraient révélées bien plus tôt. Les Archimages de l’académie officient dans l’établissement depuis plusieurs années, des décennies pour certains. Par défaut, elle aimerait que les investigations se concentrent tout d’abord sur les trois élèves qui ont eu accès aux salles. L’Archimage Valar et un étudiant travaillant aux archives sont prêts à aider sur cette affaire, de même que Doriac et Elvira.

Nos amis sont très septiques et ne savent vraiment plus à qui faire confiance dans cet établissement. Ils doivent enquêter sur les trois élèves en question mais gardent à l’esprit que des mages plus influents pourraient être corrompus…

Personnages importants :

Valar Lothul : Archimage elfe  Sindor’heim. Il a combattu les forces du Chaos sur le front Nord il y a près de 800 ans. Il est le plus ancien mage de l’académie, certainement l’un des plus puissants également. Il reste assez froid et austère.

Brandelant Valadoc : Archimage hildan originaire de Sérévian. Grand spécialiste de l’Histoire de la magie et des grandes guerres. Malgré ses apparences parfois négligées, il reste le bras droit de la directrice.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")


Dernière édition par NeoZell le Mar 17 Jan 2017 - 18:07, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Lun 26 Jan 2015 - 18:58

Chapitre 2 : Prémices de l’enquête.


Trois élèves de l’académie sont suspectés dans cette affaire : Ranaghar Ulryn, le préfet des étudiants arcanistes, Shannar Ril’Daën, un étudiant Sindor’heim spécialisé dans les sceaux magiques et Cayin Jonah, un étudiant hildan passionné d’archéologie et d’artefacts anciens. Tous trois ont en effet consulté des ouvrages dans les salles occultes cette semaine…

Suite au conseil extraordinaire présidé par la Sage Tyras’Lyn, nos amis se voient attribuer une fonction particulière au sein de l’académie de manière à leur assurer une couverture lors de leur enquête. Doriac devient artisan orfèvre et doit s’occuper de la rénovation de différentes pièces utilisées dans la section « enchantement » : anneaux, colliers, amulettes etc… Il s’empresse d’aller voir l’atelier d’orfèvrerie de l’académie. Le courtaud en profite pour agencer les lieux à sa manière et fait le point sur les divers objets utilisés dans les salles de classe. Régulièrement, des anneaux d’argent doivent être entretenus. Bien entendu, ce poste n’est qu’une couverture et notre ami ne compte pas passer ses journées dans cet atelier et souhaite partir enquêter rapidement.

Elvira, de son côté, se dirige vers la volière. Elle devient assistante guérisseuse à la ménagerie. Elle connaît déjà Artyr Primevère, le responsable en chef de la volière. Elle s’entretient avec lui et prend « ses fonctions » très au sérieux. Artyr lui précise qu’il est au courant des arrangements ; il sait parfaitement que ce poste n’est qu’une couverture afin qu’Elvira puisse enquêter librement au sein de l’académie et lui indique qu’elle n’est pas obliger de passer beaucoup de temps à la ménagerie. Pourtant, la chimérane semble plus intéressée à s’occuper des animaux qu’à enquêter sur les élèves soupçonnés de trahison. Elvira paraît dans son élément ici, et cela fait bien longtemps qu’elle n’a pas pu se mêler aux animaux. Aussi, sous prétexte d’assurer sa couverture au mieux, elle prend ce faux emploi très au sérieux.

Elvira part s’occuper d’une femelle griffon qui a été blessée lors d’une mission. Artyr confie un onguent que la chimérane applique sur la contusion de l’aile du griffon. L’harmonie entre les deux êtres semble parfaite. Les griffons se montrent généralement farouches lorsqu’ils ne connaissent pas. Or, la femelle manifeste rapidement des marques de reconnaissance et même d’affection envers Elvira bien qu’il s’agisse de leur première rencontre. De plus, il semblerait que cette femelle ne soit pas n’importe quel griffon au sein de la volière, il s’agit de la matriarche de cette volée. La chimérane arrive même à utiliser des sortilèges de communication, appris par Marchefleur, afin de discuter librement avec la femelle ailée qui répond au nom de Numë.

Doriac part pour les salles occultes et compte bien percer les mystères du démon N’Audar, présent à Derval ‘Amaris. Il fait des recherches sur les invocations démoniaques, les rituels et les incantations noires. Pourtant, notre courtaud est loin d’être un spécialiste, il lui faudra au moins deux jours passés dans ces livres obscurs pour trouver l’essentiel de ce qu’il recherche.

En réalité, l’enquête commence mal. Elvira semble trop occuper à régler certaines affaires personnelles, quant à Doriac, il n’accorde aucune confiance aux différents magiciens qui souhaitaient aider à l’enquête et préfère, pour l’instant, faire ses recherches seul… Pourtant, les étudiants assistants cherchent vraiment à aider au mieux dans cette histoire…

Jirsen Demensil et Arys Vaten, qui travaillent tous deux régulièrement aux archives, connaissent bien les lieux et les élèves. Ils décident donc d’approcher certains d’entre eux. Arys connait bien Ranaghar Ulryn. Avec l’aide de Jirsen, ils décident de poser quelques questions à Ulryn qu’ils finissent par rencontrer aux serres de l’académie. Ils comprennent rapidement que le préfet des arcanistes travaille actuellement sur des sortilèges d’altérations. Suite à l’affaire des adeptes de Jadnar, Ulryn s’est renseigné sur la Triade des grandes chimères de la flore afin d’aider au mieux ses partenaires dans cette mission. Aryn et Jirsen écartent donc rapidement le préfet des arcanistes de la liste des suspects. Il travaille effectivement d’arrache pied sur la question Jadnar et n’a pas le temps de s’occuper d’ouvrages démoniaques…

Elvira s’empresse d’aller à la rencontre de Marchefleur qui a perdu l’intégralité de ses feuilles en ce mois d’Azël. La chimérane est réservée à l’idée de discuter avec les mages de l’académie et cherche conseils auprès du Tréant. Marchefleur lui explique qu’elle n’a pas besoin de brusquer les choses et qu’elle doit rester elle-même, naturelle. Sur ce, Elvira part vers les jardins botaniques et s’entretient avec le professeur Bercinel. Elle a pour idée de trouver un beau lierre grimpant afin que la femelle Tréant ait de belles feuilles pendant tout l’hiver.

Aryn et Jirsen approchent Shannar dans la salle commune lors du repas. Celui-ci semble intéressé par la place D’Uzil Lalyr, un autre étudiant Sindor’heim qui était l’assistant de l’archimage Khantar. Shannar travaille apparemment sur des sortilèges magiques puissants et occultes afin d’impressionner son professeur. D’après eux, Shannar pourrait faire un parfait coupable dans sa quête de gloire. Ils décident de lui tendre un piège en falsifiant un parchemin. Malheureusement, Aryn prend des risques en manipulant des runes obscures et, dans l’affairement, elle est touchée de plein fouet par des flammes noires qui jaillissent du parchemin. Elle devra rester alitée pendant un bon jour à l’infirmerie sous la surveillance de l’infirmière Ulinne. Il va falloir trouver autre chose ou attendre qu’Aryn soit à nouveau sur pied…

Doriac a récolté quelques informations essentielles sur les rituels démoniques. A l’aide de la documentaliste Mme Morma, il sait à présent qu’N’Audar ne peut pas sortir facilement de sa magicite. Il lui faut plus de pouvoir pour s’en libérer et c’est une entreprise de longue haleine. Ses serviteurs doivent sacrifier de nombreuses vies en son honneur et pratiquer des rituels démoniaques de haut niveau pour permettre au monstre de se renforcer. Il demande d’ailleurs à Elvira de lui prendre un rendez-vous avec l’archimage Khantar afin de le questionner un peu sur les sceaux magiques qui protègent l’académie.
Elvira rejoint une salle personnelle, ces fameuses pièces dans lesquelles les étudiants mages gardent leur petit jardin secret. Elle invoque Tyraël, son ange protecteur pour lui parler de la situation. Elle en profite pour lui demander s’il accepterait de devenir sa chimère gardienne. Tyraël n’a pas l’air opposé à l’idée mais la chimérane ne semble pas avoir encore suffisamment confiance en elle pour effectuer un tel rituel. En effet, si Tyraël accepte et que le lien sacré chimérique est prononcé, seule Elvira sera en mesure de l’invoquer, et ce jusqu’à ce que la mort les sépare…

Notre courtaud interroge l’archimage dans son bureau, il s’arrange d’ailleurs pour paraître bien propre et bien mis. D’après Khantar, il est vraiment très peu probable qu’un étudiant, même très doué, soit capable de contourner les sceaux de protection de l’académie. De plus, les rituels de démonomancie demandent des ingrédients à la fois rares et chers, certains sont même formellement interdits et ne se trouvent qu’au marché noir. Cela dit, il indique à Doriac que la plupart des étudiants font partie de clubs, sortes d’activités périscolaires, et qu’il devrait aller chercher par-là s’il voulait se rapprocher de certains d’entre eux...

Le nain s’empresse donc de s’inscrire à tous les clubs dans lesquels apparaissent les trois étudiants soupçonnés et espère bien pouvoir enquêter au plus près d’eux…

Personnages importants :

Archimage Khantar Ciryur : Grand spécialiste des sceaux et des enchantements. Il est à l’origine des sceaux qui protègent l’académie et doute fort qu’un étudiant puisse les violer. Il est strict dans son enseignement et parfaitement élitiste.

Aryn Vaten : Assistante documentaliste à l’académie. Spécialiste en calligraphie runique et en histoire de la magie. Elle reste quelqu’un d’assez réservé dans l’ensemble, mais elle est très performante. UN vrai rat de bibliothèque.

Jirsen Demensil : Étudiant plutôt discret, grand amateur des arcanes anciens, il a toujours le nez dans les bouquins. Adepte de la télépathie et de la télékinésie. Il est passionné des textes anciens et rares, c’est pourquoi il travaille régulièrement en tant qu’assistant aux archives.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Lun 23 Fév 2015 - 20:41

Chapitre 3 : La secte Do’nvir.

Elvira a été convoqué par la sage Tyras’Lyn pour pratiquer un rituel de passage en tant qu’invocatrice. Elle s’entretient dans un premier temps avec la sage au sujet de l’enquête. Ulryn Ranaghar, le préfet des mages arcanistes, semble avoir été rayé de la liste des suspects. L’archimage Lothul garde un œil sur Shannar, aussi Elvira compte approcher Jonah Cayin. Comme Doriac, elle va apprendre qu’il fait partie d’un club d’archéologie, de plus, il semble partager sa chambre avec un certain Athaen depuis environ 4 ans.

Elvira est invitée à se rendre dans une salle privée, dans les appartements de la sage. La chimérane va pouvoir pratiquer son rituel sous l’œil avisé de la directrice de l’école. Après avoir passé avec brio cette épreuve, Elvira rejoint la tour d’archéologie, au-delà des jardins arcaniques.

Arrivée sur place, elle patiente quelques instants jusqu’à ce qu’un drôle de maître-mage se présente. Il porte un bandana de marin sur la tête, une toge de mage personnalisée, des bottes de cuirs et des piercings aux oreilles. Malgré cet accoutrement décalé, il porte bien les insignes de Thamasa et l’écusson des enseignants de l’académie. Il se présente, William Jensen, alias «Hawk », il travaille essentiellement à la tour et anime le club d’archéologie.

Hawk explique à Elvira les tenants et aboutissants du pôle d’excavation de l’académie. Ils restaurent ici les différents artefacts, vases, stèles, gravures et autres objets anciens. Ils classent, rénovent, expertisent et restaurent le tout. Plusieurs étudiants rentrent au fur à mesure, aujourd’hui ils sont six à participer au club. Hawk présente Elvira aux autres membres du club. Elle repère rapidement Jonah et ne le lâche plus des yeux…

Pendant ce temps-là, Doriac a terminé ses recherches et compte bien enquêter sur les deux suspects restants. Au départ, il espère approcher Shannar, l’étudiant elfe noir, mais ce dernier participe à un club qui n’aura lieu que le lendemain. Rapidement, lui aussi fait le choix de se rendre à la tour d’archéologie pour enquêter sur Jonah.

Sur le chemin, le courtaud s’empresse de réveiller Grondelierre avec lequel il souhaite s’entretenir. Il apprend que l’académie fût fondée par une chimérane nommée Thamasa pendant les Grandes Divisions, il y a plus de cinq siècles ; elle souhaitait construire une école dans laquelle toutes les races pourraient étudier et partager leurs connaissances.
Après son entrevue avec le gardien des jardins arcaniques, le nain fait son entrée dans la tour d’excavation. Il aperçoit rapidement Elvira qui semble avoir eu la même idée que lui et compte bien se rapprocher de Jonah. Ce dernier travaille, avec son comparse Athaen, sur la restauration d’une stèle elfique. Le nain se fait rapidement passer pour un expert de la rénovation d’objets anciens et présente Elvira également comme une spécialiste. Le courtaud prétexte l’élaboration d’une mixture acide, faite à base de citron, pour emmener Athaen aux cuisines et laisser Elvira s’occuper de la stèle elfique, seule avec Jonah…

La chimérane prend son travail de restauration très au sérieux, elle en profite pour examiner Jonah de haut en bas. Il ne parle pas beaucoup. La seule chose qu’elle remarque est une chevalière argentée qu’il porte à sa main gauche ; il semble il y avoir des inscriptions mais Elvira n’arrive pas trop à l’examiner.

Doriac en profite pour interroger intelligemment Athaen. Il apprend que Jonah n’est pas très en forme en ce moment, des problèmes de famille visiblement. Il prétexte une petite partie de cartes au dortoir ce soir afin d’en savoir plus…

A la tour, Hawk cherche à savoir si Elvira est une étudiante ou une mage indépendante. En apprenant qu’elle n’est pas étudiante à Thamasa, le jeune professeur commence à l’accoster ouvertement. Elvira fini par rougir et par prendre feu rapidement ; c’est un inconvénient qu’elle manifeste de temps à autres en cas de chocs émotionnels. Hawk leur propose de se retrouver demain soir à la tour pour organiser un petit repas pour accueillir Doriac et Elvira dans leur club.

Le soir venu, Athaen et Jonah proposent à nos amis de partager le repas à la salle commune, ce que notre courtaud accepte rapidement. Elvira, quant à elle, est aussi invitée par la jeune Gaïanne Palsian, une chimérane sang-mêlé qui était aussi membre du club d’archéologie. De plus, Hawk fait lui aussi signe à Elvira de se joindre à sa table. Ne sachant qui rejoindre, afin de ne vexer personne, Elvira s’empare d’un bout de pain et va manger toute seule à l’extérieur…

Le groupe finit par se rejoindre aux dortoirs du pôle arcaniques, dans la chambre de Jonah et Athaen. Ils entament une partie de cartes tout en discutant. Doriac oriente la discussion sur Deval’Amaris et se rend compte que Jonah réagit dès que le nom de cette cité maudite est prononcée. Un malaise s’installe rapidement dans la chambre, Jonah ne semble même plus vouloir continuer la partie de cartes tant il paraît abattu. Sa réaction n’est visiblement pas celle d’un mage noir qui aurait infiltré l’académie mais plutôt celle d’un pauvre jeune homme très préoccupé. De plus, sur sa chevalière est gravée une tête de licorne montée de runes chimériques qui signifie Palidor, la chimère lumineuse protectrice et bienveillante…

Le nain prétexte d’aller chercher un bon remontant, pour raviver le moral de Jonah, et demande à Athaen de bien vouloir l’accompagné à la salle de l’archimage Valadoc. Elvira reste seule avec Jonah qui semble plus attristé qu’autre chose. Elle tente de le rassurer lorsque ce dernier s’empare d’un poignard dissimulé sous son matelas et menace la chimérane de retrousser rapidement ses manches. Le jeune mage semble à la fois perdu, frénétique et colérique. Elvira s’exécute et tend ses bras dénudés. Jonah vérifie ses poignets et ses avant-bras à la recherche d’une marque précise. Il récupère même une amulette qui diffuse une sorte de brume mais rien n’apparaît sur la peau de la Mystique…

Jonah semble soulagé mais toujours aussi désemparé. Petit à petit, il finit par se confier à Elvira. Son père, Merivh Cayin, était autrefois un mage noir membre d’une secte appelée Do’nvir. Cette dernière voue un culte à différents démons dans l’optique de recevoir faveurs et pouvoirs. Cet homme a finalement quitté les mages noirs après sa rencontre avec une femme nommée Madissa, alchimiste indépendante et formée à Thamasa, la mère de Jonah. Son père s’est rangé et a décidé de fonder un foyer loin des affres de la secte. Malheureusement, on ne quitte pas ce genre communauté sombre aussi facilement. Récemment, les mages noir de Do’nvir sont venus chercher le père de Jonah. Ils souhaitaient qu’il leur fabrique un catalyseur magique suffisamment puissant pour garantir la zone d’influence d’un démon nécrotique nommé N’Audar.

Tout d’abord, le père de Jonah a refusé d’aider les membres de son ancienne secte mais ces derniers se sont montrés plus que persuasifs en menaçant directement sa famille et ses êtres les plus chers. Par la suite, Merivh n’a apparemment pas eu le choix que de rendre cet ultime service aux Do’nvirs. Jonah et sa mère n’attendent plus qu’une chose : que Merivh finisse cette sale besogne et rentre au foyer avant de partir pour un autre royaume, dans un endroit où les mages noirs ne pourront plus les retrouver.

Malheureusement, encore plus récemment, un nain s’est emparé de la magicite de N’Audar et les mages noirs se sont heurtés à un groupe qui avait pénétré dans les ruines de Derval’Amaris ; il s’agissait bien entendu d’Elvira et de ses compagnons. Les membres de Do’nvir on cru que Madissa avait fait appel à différents alliés, notamment aux mages de Thamasa, ce que la mère de Jonah réfuta catégoriquement. Les mages noirs ont alors demandé, en guise de bonne foi, que Jonah détruise toute information concernant N’Audar dans les salles d’archives de l’académie de Thamasa pour prouver que Madissa n’avait pas trahi la présence du démon à Derval’Amaris. Jonah n’a pas longtemps réfléchi pour aider ses parents : il est entré dans les salles occultes, a repéré l’ouvrage qui faisait des références précises à N’Audar et a déchiré la page dans l’urgence…

Le nain fait son retour avec Athaen dans la chambre. Tous font le point sur la situation. Jonah est désemparé et ne sait plus quoi faire même s’il semble soulagé de s’être confié...

Le lendemain Elvira et Doriac s’empressent de tenir la directrice au courant des événements. Ils savent très bien qu’une intervention directe de Thamasa pourrait signer l’arrêt de mort de Madissa et Merivh. Nos amis se portent alors volontaires pour aider la famille Cayin. Ils sont indirectement responsables de la situation mais se sentent quelque peu fautifs dans cette affaire.

Nos amis comptent bien contacter la mère de Jonah à Sérévian et partir sur les traces des mages noirs qui semblent surveiller les agissements de Madissa de très près…

Personnages importants :

Jonah Cayin : Il est le véritable responsable de la page arrachée. Il semble avoir agit seul sous la pression d’une secte qui menace sa famille. Plutôt perdu et désemparé, ce jeune mage sans problème est victime d’une affaire bien plus grave qu’il n’y paraît.

Athaen Cidur : Compagnon de chambre de Jonah depuis 4 ans et membre du club d’archéologie. Il était le seul à qui Jonah s’était confié. Il soutient son camarade autant qu’il le peut et se montre protecteur à son égard.

William Jensen, alias « Hawk » : Maître-mage à l’académie. Ancien boucanier des mers d’Escondra, il s’est rangé après sa rencontre avec Tyras’Lyn et différents mages de l’académie. Il a toujours été un grand passionné des artefacts anciens et a finalement passer son Master-Magus à l’académie. Il garde un aspect décalé et décontracté qui jure énormément avec le reste des professeurs de Thamasa.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mer 15 Avr 2015 - 21:03

Chapitres 4 : L’atelier de Madissa.


Nos amis prennent le chemin de la cité de Sérévian en carriole. Apparemment, la mère de Jonah tient un atelier de potions et d’enchantements dans le quartier de Noblemont, au nord de Sérévian. Doriac reste dans la carriole alors qu’Elvira préfère suivre sur le dos de son propre canasson. Au bout d’un bon quart d’heure, Elvira ressent une présence dans les collines du sud-ouest, comme si quelqu’un les épiait. Etant donné qu’elle ne voit rien de particulier aux alentours, elle décide d’envoyer son faucon en repérage.

Le reste du voyage se passe sans encombre, pourtant, le faucon semble signaler qu’il a bien distingué des choses mais il reste incompris. La carriole arrive dans l’enceinte de la ville, les gardes à l’entrée vérifient le convoi, nos amis montrent pattes blanches et ils poursuivent leur chemin vers Noblemont. Elvira et Doriac se retrouvent à présent sur la place Vaudan, dans un très beau quartier. Les fleurs commencent à éclore sur les balcons, les rues sont propres, pavées de pierres claires et ornées de mosaïques.
Ils s’arrêtent à l’auberge de « La Montagne Blanche », un bel établissement, aussi beau d’intérieur que d’extérieur. La demeure de Madissa doit se trouver non loin, dans une rue adjacente si l’on en croit les panneaux. Son atelier se trouve au 126, rue des Agradias. Nos amis arpentent la rue après avoir réservé leur chambre à l’auberge. Ils cherchent le meilleur moyen de contacter Madissa tout en essayant de repérer si des mages noirs la surveillent. Elvira a dans l’idée de prendre possession d’un animal pour espionner les environs à l’abri des regards, mais l’atelier se trouve trop éloigné, il va falloir trouver un autre stratagème…

A proximité de l’atelier se trouve une sorte de salon de thé, très à la mode dans la bourgeoisie de Sérévian, le salon Andrano. Nos amis entrevoient la possibilité que des mages noirs peuvent aisément observer les va-et-vient de la demeure de Madissa depuis cet établissement. Ils décident de rentrer et commencent à observer les clients. Deux bourgeoises s’entretiennent sur leur oisiveté assumée, plus loin, un couple visiblement jeunes mariés se chamaillent puis s’enlacent ou l’inverse. Elvira et Doriac vont rester un moment là à écouter les discussions palpitantes des chiens de la dame, des fleurs que monsieur a oublié et autres réjouissances…

Eux aussi vont finir par philosopher sur le statut des invocations et de la relation des chimères gardiennes et des invocateurs ; Doriac soumet même l’idée que sa camarade est comme une maîtresse d’esclaves en invoquant des créatures qui sont soumises à sa volonté, ce que la Mystique se défend de faire, bec et ongles… Ils vont même voir un camelot entrer dans l’établissement, un énorme bouquet de fleurs à la main, prêt à vendre à ses messieurs un peu de romantisme pour leur gente dame… Elvira va d’ailleurs acheter une rose qu’elle offre aux bedonnantes bourgeoises aigries.

Nos amis se décident d’aller voir directement Madissa dans son échoppe. Après tout, ils n’ont rien remarqué de vraiment suspect pendant leur scène d’observation. La boutique de Madissa est simple, propre et plutôt intimiste. La femme qui tient le comptoir correspond bien à la description de la mère de Jonah Cayin, de plus, il semblerait que la résonance d’un sceau magique est perceptible dans l’enceinte de l’atelier. Doriac tente une approche fine. Il prétexte qu’il vient passer commande d’un enchantement quelconque et donne à la dame la lettre cachetée de son fils. La tenancière récupère cela sans se douter de quoi il retourne et finit choquée par la réalité de la missive. Le nain continue de jouer le jeu de peur que Madissa soit sous surveillance. Cette dernière tente d’en faire de même malgré sa vive émotion.

Par messages interposés sur un rouleau de parchemin que Madissa vient de sortir, nos amis vont pouvoir expliquer les objectifs de leur venu. A voix haute, tous continuent de jouer le jeu des clients et de la marchande. La mère de Jonah confirme la présence de mages noirs dans la cité. Ces derniers la surveillent mais ils ne sont pas toujours dans le coin même s’ils aiment bien le faire croire. Ils passent régulièrement, tous les deux ou trois jours et en profitent pour lui commander certains ingrédients. Madissa n’attend qu’une chose, dès que son mari aura terminé le travail pour eux, elle prévoit de quitter le pays. Reste à savoir si les mages noirs les laisseront partir comme ça…
Ils décident de se retrouver en fin de journée à l’auberge de la Montagne Blanche, ils pourront ainsi parler de tout cela de vive voix. En attendant, nos amis en profitent pour faire quelques emplettes dans les commerces du coin.

Elvira et Doriac retrouvent Madissa dans la salle principale de l’auberge et continuent leur discussion. Madissa ne souhaite pas que l’académie de Thamasa s’en mêle, les mages ont d’ailleurs été très clairs à ce sujet. Nos amis la rassurent en disant qu’ils sont là, avant tout, de leur propre chef. Ils enquêtent sur la présence des Valars en Escondra, les enfants des chimères noires, plus connus sous le nom de démons. La mère de Jonah leur indique que les sectateurs risquent certainement de passer ce soir et leur donne leurs descriptions. Les Mages noirs font partie d’une secte appelée Do’nvir ; ils achètent régulièrement des ingrédients à Madissa pour leurs rituels.

Madissa finit par prendre congé et remercie encore le groupe pour leur aide. Nos amis vont sur la place Vaudan et scrutent les environs au cas où les mages noirs passeraient à l’atelier. Malheureusement, chacun est trop absorbé par d’autres distractions et ils finissent par les laisser passer sans même les voir. A l’heure du couvre-feu, ils rejoignent rapidement leur chambre pour passer la nuit…

Le lendemain, Elvira et Doriac continuent de faire quelques emplettes, la Mystique s’offre d’ailleurs un magnifique arc aux renforts d’argent. Ils s’en retournent ensuite chez Madissa. Effectivement, ils ont bien loupé les mages noirs hier au soir, ils sont passés voir la mère de Jonah, ont acheté deux ou trois bricoles et ont demandé un ingrédient tout à fait spécial : un kayle de golem. Cependant, il s’agit d’un ingrédient interdit à la vente, ou en tous cas, soumis à une rigoureuse législation. La mère de Jonah a renvoyé les sectateurs au Marché noir. D’après elle, deux crapules sont réputés dans le sud de Sérévian, les frères Thoriger, ils alimentent le Marché noir de la cité.
Nos amis ont bien l’intention de savoir que quoi il retourne…

Personnage important :

Madissa Cayin : Mère de Jonah. Elle possède un atelier de potion et d’enchantements à Noblemont, un des quartiers de Sérévian. Elle cherche avant tout à protéger son fils et son mari mais elle craint les mages noirs de Do’nvir. Elle accepte l’aide de nos amis même si elle a peur des représailles des sectateurs.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Ven 8 Mai 2015 - 11:51

Chapitre 5 : Le marché noir de Sérévian.

Hiva, notre chimérane sang-mêlé élevée par les Sylphayars, profite de ce weekend de liberté pour se renseigner sur le devenir de ses anciens compagnons de voyage. Cela fait plusieurs semaines qu’elle fait ses études à l’académie de Thamasa. La directrice Tyras’lyn lui indique qu’elle n’a pas de nouvelles très récentes concernant le groupe d’Elrohir. Cela dit, elle a envoyé un étudiant de dernière année, un certain Hua Shan, pour aider le reste des compagnons concernant l’affaire des adeptes de Jadnar. De leur côté, Elvira et Doriac n’ont quitté l’académie que récemment après leurs recherches sur les démons d’Escondra et notamment, la secte malveillante de Do’nvir.

Apprenant, par la sage, que le courtaud et sa complice sont allés apporter leur aide à une certaine Madissa qui vit dans le quartier de Noblemont à Sérévian, Hiva décide de partir pour la cité afin d’assister nos compagnons. Elle finit par retrouver nos amis dans la rue des agradias, non loin du salon Andrano et de l’atelier de Madissa. Doriac et Elvira sont enchantés de retrouver une ancienne compagnonne de route et la mette rapidement au courant des événements…

Après un repas copieux à l’auberge de la Montagne Blanche et après avoir longuement discouru sur la suite de l’affaire, nos amis décident de partir dans le quartier populaire de Mornepuit, au sud de la cité, afin de glaner quelques informations sur le marché noir et les fameux frères Thoriger…

Arrivé au quartier de Mornepuit, les ruelles se font plus étroites et plus sinueuses. Sur une placette, nos amis interrogent un vieil homme assis sur un banc. Le vieillard leur indique pas moins de trois tavernes dans le coin mais leur intime d’éviter « La Maison Loup », repaire mal fréquenté. Lorsque Doriac commence à titiller l’ancêtre concernant les frères Thoriger, l’homme explique rapidement qu’il ne s’occupe pas de ces affaires là. Nos amis partent alors pour la Maison Loup, ils espèrent bien trouver ce qu’ils cherchent dans une auberge aussi mal famée…

Arrivé sur place, le groupe remarque rapidement quelques canailles aux alentours. Ils pénètrent l’établissement alors que le courtaud commande trois pintes séance tenante. Les deux chiméranes ne passent pas inaperçues dans ce genre d’établissement, les regards se tournent bien vite vers elles. Doriac interroge le tavernier qui semble avoir la mémoire bien gelée. Le courtaud propose de régler ça au jeu. Elvira lance les dés alors qu’Hiva use de ses sortilèges de la sphère de l’air pour obtenir le bon score.

Malheureusement, le tavernier n’est pas dupe et commence à envoyer balader nos amis. Doriac propose alors un bras de fer avec le tenancier et le laisse volontairement gagner. Par chance, la mémoire du tavernier finit par se réchauffer bien vite après quelques pièces d’or. L’homme parle alors d’une serveuse à « La grenouille et le chaudron », une autre taverne du quartier populaire, et d’un mot de passe à donner…

C’est alors qu’un malappris interpelle Hiva et l’invite à venir jouer un peu à sa table. Étrangement, la chimérane s’exécute et s’approche. Les canailles s’adonnent à des jeux d’argent. Aussi, Hiva pense trouver là un bon moyen de se renflouer de quelques pièces. Elle rejette rapidement les mains baladeuses des malandrins et commence à parier. Elle finit même par gagner la mise, ce qui n’est pas pour plaire à l’un des joueurs qui se lève, prêt à en découdre avec la chimérane. Hiva ne se laisse pas faire alors qu’Elvira, médusée, entrevoit le début d’une bagarre dans la taverne.

Doriac reste parfaitement serein et se contente de parier sur la victoire de la chimérane avec le tavernier. Les voyous commencent à se lancer sur Hiva qui les repousse d’une violente secousse, faisant appel à ses sortilèges de l’air. Si certains se calment rapidement après cette démonstration, d’autres se ruent sans conditions sur la chimérane, l’un d’entre eux sort même un poignard. Hiva se défend de sa lame Dervalienne et en blesse un gravement au genou. Ses compères cherchent à le venger et attrapent la chimérane qui essuie plusieurs mauvais coups de poings. Elvira s’avance singulièrement pour aider le malheureux blessé au genou et écope elle aussi d’une belle mandale au passage. Hiva, énervée, relance une violente secousse qui finit par calmer les ardeurs des derniers malandrins. Le tavernier intime à plusieurs clients ainsi qu’à Doriac de bien vouloir les faire sortir de son établissement…

Hiva offre une tournée générale à l’assemblée qui a trouvé le spectacle fort divertissant. Peu après, nos amis partent pour « La grenouille et le chaudron ». Dans la ruelle, les canailles continuent de maudire la chimérane en prophétisant un retour vengeur…

Nos compagnons arrivent à la nouvelle auberge. Doriac et Hiva restent discret alors qu’Elvira s’en va chercher la fameuse serveuse. Une fois trouvée, elle annonce le mot de passe : « Je cherche les jumeaux ? ». La serveuse répond : « Les jumeaux de Derval’Amaris sont morts il y a bien longtemps ». Elvira rajoute : « Il suffit juste de savoir où les trouver. ». Suite à ces mots, la serveuse invite nos amis à la suivre…

Le groupe est amené à l’arrière de la taverne, la serveuse fait passer nos compagnons par une porte dérobée. Après avoir descendu quelques marches, Elvira, Doriac et Hiva se trouvent nez à nez avec une sorte de demi-orc trapu et peu enclin à la discussion. Ils négocient leur passage et cherche à voir les jumeaux Thoriger. Un homme s’approche manifestant un sourire charmeur et une attitude désinvolte. Il s’annonce comme étant Mersan Thoriger et se vante être l’un des barons du marché noir de Sérévian. Mersan accueille nos amis avec intérêt et Doriac commence rapidement à parler affaire.

Nos amis prétextent être à la recherche d’un cœur de golem : un kayle. Évidemment, leur objectif n’est pas d’obtenir l’objet lui-même mais plutôt de retrouver la trace des mages noirs. Cependant, le contrebandier ne semble pas enclin à parler de ses autres contrats et restent très discrets à propos de ses clients. Le groupe n’a d’autre choix que de proposer un rendez-vous rapide pour l’obtention du kayle. D’après Mersan, l’objet devrait être à disposition dans quatre jours…

Nos amis décident alors de mettre à profit ces quelques jours d’attente afin de glaner un peu plus d’informations sur les deux mages noirs qui surveillent Madissa. De plus, ils profitent d’être dans une grande cité pour aller faire quelques emplettes. Elvira récupère son arc en argent gravé, elle compte d’ailleurs le faire enchanter pour plus d’efficacité. Hiva pense, elle aussi, enchanter son épée Dervalienne. Doriac peut s’occuper de sertir des pierres sur chacune des armes. Le courtaud décide de rejoindre un atelier nain dans le quartier de Rieufort, il loue ses services à un maître nommé Moradin afin de pouvoir utiliser librement les outils dont il a besoin.

Pendant ce temps, les deux chiméranes s’entretiennent avec un garçon des rues dans le quartier populaire. Elles tentent de l’amadouer avec quelques piécettes afin qu’il suivre la trace des deux mages noirs. L’enfant semble prendre sa mission très au sérieux, bien content de pourvoir jouer à l’espion tout en gagnant de jolies couronnes d’or. Il connaît la cité comme sa poche et les ruelles de Sérévian n’ont plus aucun secret pur lui. Après cette entrevue, nos deux amies retournent à la forge de Moradin pour y retrouver le courtaud.

Doriac s’est rapidement lié d’amitié avec son nouvel employeur. Les deux nains se racontent leurs histoires mutuelles en s’entretiennent un moment sur les événements de la région. Maître Moradin propose à nos amis le couvert pour la soirée. Ils vont pouvoir admirer l’hospitalité des nains, qui selon Doriac, n’a pas d’égale dans tout Terrä…

Le lendemain, le groupe retrouve le garçon des rues, un certain Milian, qui leur avait donné rendez-vous sous un vieux pont du quartier de Mornepuit. L’enfant a facilement remonté la piste des deux mages noirs. Apparemment, ces derniers sont retournés voir les frères Thoriger mais ils ne sont pas remontés jusqu’au quartier de Noblemont. A priori, ils rentrent dans la cité par l’entrée sud et prennent la route du hameau de Basrieu. Le garçon explique que nos amis pourront aisément récupérer des informations sur les deux mages noirs s’ils partent dans cette direction et interrogent les habitants du hameau. Le groupe remercie chaleureusement Milian pour ses services et n’hésitera pas à refaire appel à lui.

Malheureusement, Hiva doit repartir à l’académie dès demain, les examens vont reprendre et elle ne peut aider plus longtemps Doriac et Elvira qui vont devoir continuer seuls, pour l’instant, sur cette affaire…

Personnages importants :


Mersan Thoriger : Il est l’un des deux jumeaux Thoriger. Son frère et lui semble gérer l’essentiel du marché noir de Sérévian. Habile et suspicieux, il est, selon ses dires, capable d’assurer la contrebande de n’importe quoi pourvu que le prix y soit.

Maître Moradin : Maître orfèvre à Rieufort, originaire de Manchefer. Il accueille Doriac dans son atelier et lui permet d’utiliser ses outils de sertissage moyennant quelques services. Chaleureux et bienveillant, Il semble bien connaître la région et devient une source d’information importante pour nos amis.

Milian : Garçon des rues de Sérévian. Il semble être originaire du quartier de Mornepuit qu’il connait comme sa poche. Débrouillard et rusé, il aide nos amis, moyennant finance, à retrouver la piste des mages noirs et les renseigne sur leurs vas-et-viens. Hiva et Elvira le prennent très vite en affection.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 21 Juin 2015 - 13:03

Chapitre 6 : Trépas dans la caverne du corbeau.

Après une bonne nuit de sommeil à l’auberge de la Montagne blanche, Elvira et Doriac prennent le chemin du hameau de Basrieu à la sortie sud de Sérévian. Ils souhaitent retrouver la trace des mages noirs que le petit Milan à pister ces deux derniers jours. Apparemment, le prêtre de la petite chapelle dédiée à Impéria a été tué, il y a peu, avec l’un de ses disciples. Aussi, nos amis comptent bien trouver quelques informations intéressantes dans ce hameau.

Arrivés sur place, le groupe repère vite la chapelle en question. A l’intérieur, un vieil homme est en train de prier, un petit garçon se trouvant à ses côtés. Au fond, un jeune prêtre s’avance, l’air quelque peu suspicieux. Elvira et Doriac tentent de se plier au rituel local, de manière à faire bonne figure, et commencent à interroger le jeune prêtre au sujet des récentes disparitions. Le jeune disciple d’Impéria ne semble pas vraiment enclin à répondre à des affaires aussi privées, encore moins à une chimérane et un nain qu’il voit pour la première fois. Nos amis mentionnent pourtant les noms d’Elrohir et de Raéro, qui sont passés par là récemment, mais rien n’y fait.

Ils décident de faire route vers le manoir Clamared, situé à seulement quelques lieues de là afin de retrouver leurs anciens compagnons de route. Ils espèrent bien être éclairés sur cette affaire. De retour au manoir, monsieur Victor se fait une joie d’accueillir à nouveau Elvira. Elle s’entretient avec ses anciens compagnons qui lui indiquent que le hameau de Basrieu à souffert de la présence des adeptes de Jadnar. Elrohir et son groupe y ont démasqué Ashna, qui avait pris l’apparence du prêtre de la chapelle. Les adeptes de la chimère noire se sont servis d’une crypte comme d’un repaire avant leur départ. Cela explique surement le manque évident de confiance du prêtre Artan face à de parfaits étrangers. Elrohir avait entendu les confessions du jeune prêtre à propos d’un cauchemar qu’il avait eu. Sans briser le secret de confession, le sylvain fait part de certaines données essentielles de sa précédente mission. De fait, Artan serait plus facilement enclin à faire confiance à Elvira et au courtaud…

Le groupe repart en direction du hameau de Basrieu. Ils ne souhaitent pas refaire l’enquête sur les adeptes de Jadnar mais ils pensent que le jeune prêtre a peut-être aperçu les mages qu’eux recherchent. Le manque de confiance d’Artan s’estompe au fur et à mesure qu’Elvira fait référence aux informations données par Elrohir. Le jeune disciple a effectivement aperçu ces fameux mages en bures sombres mais ils ne se sont jamais arrêtés dans sa chapelle. Cela commence à alimenter bon nombre de discussion chez les villageois, surtout depuis l’affaire des Jadnars. Ce qui est sûr, c’est que ces étrangers se font de plus en plus discrets, sans aucune esbroufe. Personne n’a eu en s’en plaindre jusqu’à présent, ils passent juste pour des originaux.

Toutefois, le disciple d’Impéria indique que ces énergumènes ont probablement un repaire dans les collines plus au sud. D’après les habitants du hameau, ils semblent toujours prendre la même route lorsqu’ils se rendent à Sérévian. De plus, une chose inquiète passablement le jeune prêtre : une jeune femme, la fille du vieux Brogui a disparu depuis deux jours. Difficile de penser que ces affaires soient liées mais la fille en question semble avoir disparu dans ces mêmes collines. Peut-être le vieux paysan pourra leur en dire plus à ce sujet. En attendant, Artan leur offre un anneau d’Impéria, il émet une leur blanche et vive que seul le lanceur perçoit.

Nos amis remercient le prêtre Artan et partent vers le chemin des collines et la demeure du vieux Brogui. Sur place, le vieil homme paraît rouge de colère car personne ne s’occupent de la disparition de sa chère fille. Aidé par quelques villageois, il a organisé une battue mais ils sont rentrés bredouille. La femme n’a laissé aucune trace, ni sang, ni lutte dans les environs des collines et du sous-bois… Doriac tente, tant bien que mal que calmer les ardeurs du vieux paysan et explique qu’ils sont là pour l’aider à retrouver sa fille. La colère du vieux Brogui se transforme rapidement en chagrin ; il finit par indiquer l’endroit où sa fille avait l’habitude de partir à la cueillette. La région est très accidentée dans les collines, il y a beaucoup de relief et de mauvaises crevasses mais il n’y a pas d’animaux dangereux à part quelques ours, plus ancrés dans la forêt…

Nos amis arpentent les collines et suivent les indications du vieil homme. Elvira lance son faucon en éclaireur. Après plusieurs heures de recherches infructueuses dans ces vastes espaces vallonnés, Hina, la jeune louve d’Elvira, semble repérer une piste au dessus d’un étroit ravin. Doriac y descend encordé et remarque des traces de sang séché sur une pierre arrondie. Quelques traces de pas, relativement récentes, témoignent du passage d’au moins deux personnes. Il repère une corniche par laquelle Elvira va le rejoindre. La mystique fait renifler la piste à sa jeune louve qui part rapidement en direction du sud-ouest.

Au-dessus d’un monticule de roche trône un corbeau aux aguets. Elvira remarque que plusieurs des traces de pas convergent au devant du relief en question. Tapis derrière des buttes, nos amis décident d’un plan. Le corbeau n’a pas une attitude normale, il semble réellement faire le guet. La mystique tente de prendre possession du corvidé, ce qu’elle réussit sans mal. Elle survole les alentours et découvre une petite entrée derrière le dôme rocheux, symbolisée par une porte en bois miteuse. Au devant, plusieurs éléments n’ont rien à faire ici : des cercueils vermoulus, un brasero éteint et des sacs en toile bien sales. Le corbeau est assommé et placé dans un sac alors qu’Elvira reprend ses esprits. Nos amis décident de rentrer tout deux dans cette caverne afin de découvrir ce qu’il s’y trame…

Ils pénètrent à pas de loup dans une caverne lugubre. Rapidement, Elvira utilise l’anneau d’Impéria et guide le courtaud dans l’obscurité. Un boyau traverse la caverne et une faille mène vers d’autres directions. Ils décident de suivre le boyau principal et aperçoivent déjà des lueurs. En contrebas, ils remarquent trois personnes en bures sombres dont une femme, penchée sur un autel sur lequel repose des ossements. Sur le mur, la silhouette d’un corbeau noir, tenant un crâne dans des serres, est dessinée sur une sorte d’étendard. Plus aucun doute pour nos amis, il s’agit bien des nécromanciens qu’ils recherchent, ceux de la secte Do’nvir.

Le groupe souhaite les prendre par surprise mais finit par se raviser. Il semble y avoir d’autres personnes dans les diverses aspérités de cette caverne. Elvira et Doriac rebroussent chemin et passent par une faille étroite. Dans une nouvelle salle, ils aperçoivent deux personnes : un homme assis sur une table de fortune, en train d’écrire sur des parchemins avec une plume de corbeau, un autre au teint pâle, aux yeux pénétrants et aux canines effilées…

Soudain, le mage au teint blafard renifle et s’approche de la faille où se cachent nos amis. Contre toute attente, Doriac se jette dans la pièce et lance sa hache qui vient heurter avec force la poitrine du vampire abasourdi. Elvira en profite pour lancer un sort de flammes ardentes afin de poursuivre l’effort de son compagnon. Le vampire se débarrasse tant bien que mal de sa robe qui s’embrase rapidement et pousse un grognement vengeur. La mystique invoque son ange Tyraël pour les assister dans ce combat dangereux alors que le nain récupère son arme logée dans le poitrail du suceur de sang.

Tyraël se lance sur le vampire encore désorienté, lui assène un puissant coup et se place en position défensive. L’autre mage noir est comme paralysé par cette intervention fracassante et peine à retrouver ses marques. Le mage vampire est gravement blessé, mais rien de définitif pour un mort-vivant de son statut. Il commande à ses hommes de le rejoindre et Tyraël s’interpose pour laisser nos amis combattre le maître mort-vivant. Ce dernier prend rapidement sous son contrôle le pauvre Doriac et commence à le faire parler pour connaître leurs intentions. Le courtaud commence à avouer, sous la contrainte, les raisons de leur venue…

Dans un coin de la salle gît une jeune femme enfermée dans une cellule de fortune. Tyraël lance quelques sortilèges mais se fait rapidement déborder par les sorts des mages noirs venus prêter main forte à leur maître. Le vampire sourit et commence déjà à régénérer ses plaies. Il décide finalement de renvoyer ses hommes afin de finir un rituel et choisit d’affronter nos amis seul. Son serviteur sort un poignard torsadé et tient en joug Doriac. Tyraël se soigne et se place en protection devant son invocatrice. Nos amis sont désormais dans une situation très préoccupante…

Elvira échange quelques mots avec le mort-vivant qui semble vouloir gagner du temps pour pouvoir régénérer ses blessures et affirmer son arrogance. Contre toute attente, Doriac se libère du contrôle mental, fait basculer sa tête en arrière et se défait de son étreinte. Il empoigne à nouveau sa hache et frappe le vampire. Ce dernier bloque le coup d’une seule main, agrippe la lame et rejette violemment l’arme du courtaud qui vient glisser quelques mètres plus loin.

Tyraël se jette sur le vampire en lançant ses plus puissants sortilèges de lumière en suppliant Elvira d’en profiter pour fuir immédiatement. La mystique peine à écouter son ange et refuse de laisser Doriac mais elle finit quand même par rebrousser chemin. Le serviteur du vampire se jette sur Doriac et l’entaille à plusieurs reprises de son poignard, le nain doit également éviter plusieurs de ses éclairs. Soudain, Tyraël intercepte le vampire et supplie Doriac de frapper. Le maître malmène l’ange, commence à lui arracher ses plaques d’armures et lui plante ses puissantes griffes dans la chair. Au moment où Tyraël, à bout de force, écartelé par la bête, finit par se déphaser, Doriac récupère sa hache et tranche net la tête du vampire d’un revers…

La nain se lance, dans la foulée, sur le serviteur estomaqué et finit par le mettre à terre. Epuisé, le courtaud arrive à ouvrir la cage afin de libérer la jeune femme inconsciente. Doriac entend que les deux autres mages noirs semblent revenir dans la salle après avoir entendu hurler de colère leur maitre. Il sent alors que sa dernière heure est arrivée…
Elvira est repassée dans la faille afin de retourner à l’entrée, cependant, elle croise une autre mage noir sur le chemin. Tous deux lancent leurs sortilèges de feu qui viennent se heurter de plein fouet. Les sorts fusionnent alors qu’Elvira, pris d’une rage terrible, prend le dessus sur le mage noir et fait exploser le sortilège sur le malheureux. L’impact provoque un éboulement qui semble condamner le nécromancien. Soudain, elle ressent, au plus profond de son être, que Tyraêl vient de se déphaser de douleur. Elle fait volte-face, ne supportant pas l’idée de laisser son compagnon Doriac seul…

Deux mages sont désormais face à son ami nain, épuisé. Evira tire plusieurs flèches assassines et l’un d’eux tombe rapidement. Le nain tente de porter la jeune femme pendant que la Mystique se lance dans un combat de sortilèges avec la seule nécromancienne encore présente. Cette dernière lance d’ailleurs un sort sur le corps de son propre camarade qui se relève, zombifié. Elvira arrive à détourner l’attention du mort-vivant avec un Djinn de lumière.

Le combat peut durer encore longtemps et les deux magiciennes fatiguent en échangeant leurs sortilèges d’éclair et de feu. Elvira, malmenée, finit par invoquer une salamandre volcanique. La nécromancienne, qui s’épuise elle aussi, décide de mettre les voiles avant que la situation ne lui soit plus du tout favorable. La chimérane envoie sa salamandre à la poursuite de la fuyarde et commence à soigner les blessures de son compagnon. Tout semble rentrer dans l’ordre malgré la gravité de l’affrontement. Doriac est éreinté, Elvira harassée, mais la fille du vieux Brogui semble saine et sauve…

Soudain, une boule de feu éclate sur Doriac. Le mage noir de tout à l’heure, celui-là même qu’Elvira croyait condamné sous l’éboulement, vient réclamer sa vengeance. Accablé et ruisselant de sang, il trouve tout de même la force de lancer ses derniers sortilèges de feu. Le courtaud, souhaitant protéger la mystique et la jeune femme, tombe à terre alors qu’une nouvelle salve ardente est jetée. Elvira encoche une flèche et se décale pour l’avoir en visée. Elle évite tant bien que mal les boules de feu lancée de façon hasardeuse par le mage noir. La mystique finit par décocher une flèche qui vient couper le scélérat dans son élan destructeur.

Quelque chose fait grandir l’inquiétude d’Elvira, le nécromancien, mourant, garde le sourire. Il vient de porter à sa bouche un auroc d’obsidienne avant de rendre son dernier souffle. Une épaisse fumée noire commence à sortir du corps du défunt. C’est alors que la fille du vieux paysan semble reprendre conscience, complètement désorientée. Elvira doit fuir rapidement mais ne peut pas porter deux corps toute seule. Elle ne peut plus rien faire pour son compagnon nain, ses sortilèges ne seraient pas assez puissant pour le remettre sur pied. La fumée se fait menaçante et la mystique décide de soutenir la fille du vieux Brogui et de quitter la caverne, laissant le courtaud mortellement brûlé…

Dehors, la Salamandre a finit par se déphaser et la nécromancienne a disparu dans les collines. Elvira invoque son golem de pierre. Elle lui demande d’aller chercher le corps de Doriac. Le golem s’exécute et se lance dans la caverne. Quelques minutes plus tard, alors qu’Elvira tente de rassurer la jeune femme, la mystique ressent la souffrance de son golem, elle se résigne a le déphaser, complètement abattue…

Personnages importants :

Père Artan : Jeune prêtre d’Impéria, il est devenu père de sa chapelle suite à la mort de son regretté prédécesseur. De lourdes responsabilités pèsent sur lui depuis l’attaque des adeptes de Jadnar. Malgré son jeune âge, il reste d’une grande sagesse et d’une profonde bienveillance.

Le vieux Brogui : Paysan d’âge mur, pas toujours commode. Il n’en reste pas moins un brave bonhomme dans le fond. Sa fille a été enlevée, suite à une chute dans un ravin, par les mages noirs de la secte Do’nvir.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Jeu 3 Sep 2015 - 21:25

Chapitre 7 : Le repos de Doriac



Elvira, accablée de chagrin, se charge seule de ramener la fille du vieux Brogui chez elle. Le vieux paysan n’en croit pas ses yeux lorsqu’il aperçoit son enfant sauve. Malheureusement, malgré les remerciements de Brogui, Elvira n’a pas le cœur aux réjouissances et préfère prendre congé rapidement…

La Mystique prend le chemin de l’académie de Thamasa, la morsure du zombi commence à la démanger passablement et elle se doute qu’elle ne pourra en aucun cas se soigner seule. Arrivée sur place, elle demande rapidement une entrevue avec la sage Tyras’lyn pour faire le point sur la situation. Elvira rencontre Horus, le chaman de Zilmaar qui continue inlassablement son combat contre les adeptes de Jadnar. Le guérisseur donne son avis sur la mauvaise morsure qu’à subit la Mystique. Elle doit impérativement se rendre à l’infirmerie pour y recevoir les soins appropriés.

Après une rapide entrevue avec la directrice, Elvira se résout à aller voir l’infirmière de l’académie, accompagnée d’Horus. La Mystique doit rester alitée jusqu’au lendemain alors que l’infirmière lui fait ingurgiter une sombre potion aux essences étranges…

Le lendemain, à peine remise sur pied, Elvira se dirige vers le bureau de l’Archimage Valar Lothul. D’après Tyras’lyn, il est le seul à pouvoir comprendre ce qu’il est advenu de Doriac dans la grotte et de cette étrange fumée noire qui s’est échappée du corps défunt du nécromancien. L’entretient avec l’archimage elfe noir est des plus instructif. D’après lui, il s’agit d’un sortilège de magie noire qui consiste à avaler un auroc d’obsidienne, préalablement enchanté, afin de forcer un maintient spirituel en cas de mort. En clair, la victime s’assure de réapparaître dans une forme spectrale. Cependant, cette forme reste tout de même très délicate ; la victime réduite à l’état de spectre n’a d’autre choix que de se trouver un hôte pour subsister. La puissance de ses spectres est toutefois redoutable et résister à leur contrôle est une rude épreuve…

Elvira compte bien retourner dans la grotte où elle a du laisser le corps de Doriac. Elle s’est donnée pour mission de libérer Doriac de l’emprise du spectre, si toutefois ce dernier s’est emparé de l’esprit du courtaud. Ce qui est certain cependant, c’est que Doriac est bel et bien mort, plus rien ne peut être tenté pour le sauver dans le cas où un spectre d’obsidienne s’est emparé de son corps et de son esprit mourant…

La Mystique va devoir se plier à l’exigeant entraînement de l’archimage Valar afin d’aiguiser sa résistance mentale. Alors que le mage elfe noir tente de violer l’esprit de la jeune chimérane, cette dernière doit faire rempart aux intrusions mentales. Elvira s’en sort honorablement malgré les assauts répétés de l’archimage qui ne lui fait aucun cadeau.

Pendant ce temps, Horus s’est entretenu longuement avec la sage Tyras’lyn. La directrice supplie Horus de bien vouloir suivre Elvira dans son entreprise. La sage semble en effet particulièrement soucieuse de la tournure des événements et s’enquiert de la santé de la jeune Mystique. Le chaman de Zilmar accepte bien volontiers d’accompagner Elvira dans sa quête mais se dit rapidement qu’il va lui falloir des armes en argent, indispensables pour affronter les spectres…

Horus, n’est pas vraiment une fine lame, aussi c’est par la puissance de ses sorts de flore et par la force de ses poings qu’il combat. L’académie de Thamasa n’est pas une armurerie, de fait, il n’y a qu’une seule personne qui pourrait l’aider ici : William Jensen, alias « Hawk ». Ce dernier dispose du statut de professeur et gère le pôle d’excavation depuis le départ du professeur Madris, mais il contrôle aussi une sorte de « marché noir avisé » au sein de l’académie. En effet, il canalise certaines demandes mais empêche toutes dérives. Horus tente alors de demander des armes de poings en argent.
Malheureusement, Hawk ne semble pas avoir perdu ses instincts de contrebandier et la chose ne sera pas gratuite. Après avoir négocié plusieurs babioles dont dispose le Zilmaar, qui ne semble pas prêt à se séparer de quoi que ce soit, Hawk fait une proposition fort originale. En effet, ce dernier demande un rendez-vous galant en la compagnie d’Elvira. Il est prêt à prêter de magnifiques poings d’argent Tritosiens, sorti des eaux par la guilde d’Escondra, en échange d’un rendez-vous lui permettant de faire plus ample connaissance avec la jeune Mystique qu’il avait pu rencontrer rapidement il y a des jours de cela.

Contre toutes attentes, Elvira accepte innocemment le rendez-vous si cela permet de faciliter le reste de sa mission. Le dîner avec Hawk apparaît bien plus intéressant qu’Elvira ne l’espérait. Certes, l’individu semble être un charmeur de renom mais d’un autre côté, il confie à Elvira des éléments de sa vie que peu de gens au sein de l’académie peuvent se vanter de connaître. Elle rencontre finalement un homme charmant, très cultivé dans l’art des artéfacts anciens malgré son jeune âge, et sincère avec elle malgré son passé de boucanier. Elvira espère même renouveler l’expérience lors d’un second dîner…

Le chaman de Zilmaar et Elvira finissent leurs préparatifs et s’en vont pour le hameau de Basrieu et les collines du Sud où se trouve la fameuse caverne du corbeau. Arrivés sur place, les sens aiguisés d’Horus distinguent rapidement que la grotte renferme une puissance malveillante à l’œuvre. Elvira le guide à l’intérieur de ces lieux obscurs et invoque son ange gardien Tyraël. Une fois dans la salle principale, nos amis ne tardent pas à être pris pour cible par une étrange force. De larges volutes noirâtres provenant d’un ancien autel sacrificiel tentent d’emporter nos amis dans leurs méandres. Dans un tunnel plus en avant, c’est l’ombre de Doriac, contrôlée par un spectre, qui menace nos camarades, comme le redoutait Elvira.

Le groupe doit combattre sur deux front en même temps et sont pris en étau. La situation est délicate. Horus se lance rapidement à l’assaut du Doriac possédé à côté duquel trois serviteurs des ombres apparaissent. Le chaman n’y voit rien dans l’obscurité de la grotte mais il reste tout à fait capable de combattre à l’aveugle. Horus lutte de toutes ses forces et malgré plusieurs blessures, il se défait des sbires avec adresse.

De l’autre côté, Elvira et Tyraël affrontent une masse noire informe. Alors que l’ange détourne les bras d’ombre de ses sorts de lumière, Elvira se lance à l’assaut de l’autel en traversant l’immense gueule funeste, négligeant sa propre vie. Tyraël a bien du mal à tenir à distance le monstre et à soigner Horus dans le même temps. L’ange supplie Elvira d’invoquer un Horin, seule créature capable d’éloigner les forces des ombres durablement. Elvira s’exécute et lorsque l’Horin apparaît, la masse noire se rétracte sur les parois de la grotte se faisant moins menaçante. La Mystique en profite pour se rapprocher de la source du flux magique qui semble provenir d’un corps placé sur l’autel. Un sortilège de nécromancie instable serait l’explication de ce fléau.

La jeune mystique lutte contre le flux d’énergie maléfique qui s’éjecte du corps du malheureux et finit par trancher la tête du défunt pour couper court au sortilège. De son côté, Horus n’hésite pas une seule seconde : il affronte l’ombre de Doriac seul à seul sachant pertinemment qu’il ne peut désormais plus rien pour le nain…

Le spectre d’obsidienne fini par rejeter le corps de Doriac qui tombe comme une pierre au sol. L’esprit frappeur a besoin d’un nouvel hôte et se jette sur Horus qui réussi tant bien que mal à faire barrage à la possession mentale. Le spectre vagabonde dans la pièce à la recherche d’un nouvel hôte potentiel mais l’aura de l’Horin le force à prendre la fuite. Pour empêcher cela, le chaman de Zilmaar produit un florilège de ronces et de lianes qui viennent obstruer les murs environnants. L’esprit noir est désormais piégé dans cette caverne avec nos amis…

Elvira sait qu’elle doit détruire l’auroc d’obsidienne absorbé par le nécromancien défunt afin de briser son maintient spirituel. Sans hésiter, elle se lance sur le corps du mage noir mort depuis environ deux jours, lui ouvre le ventre et commence à chercher la pierre dans ses tripes pendant que le chaman de Zilmaar empêche le spectre d’agir. Ce dernier, pensant qu’Horus risque de lui résister une nouvelle fois, fonce sur Elvira. Il est stoppé dans son élan par les poings d’argent tritosiens du Zilmaar qui le clouent littéralement contre les parois de la caverne.

Elvira souffre de nausées abominables en cherchant la pierre magique dans les viscères du mage noir défunt mais elle finit par l’extirper. D’un geste, Elvira empoigne l’épée de Tyraël et frappe dans un dernier élan l’auroc noir. La pierre se fendille et le spectre d’ébène disparaît…

Nos amis finissent par ressortir de la caverne, Horus portant le corps de Doriac sur ses épaules. Elvira a tout de même récupérer quelques éléments dans la caverne : parchemins, tome de nécromancie et autres informations. Elle compte ainsi en savoir plus sur la présence de ses mages noirs et l’organisation de leur secte.

De retour dans les fermes de Basrieu, le groupe organise les funérailles de Doriac. Des paysans et plusieurs villageois sont venus rendre hommage à ce nain qui s’est sacrifié pour sauver l’une des leurs. Le vieux Brogui s’est même arrangé pour obtenir une belle urne funéraire confectionné par les artisans de Sérévian. Un bucher est allumé sur lequel repose le Brand’Norfen ; ses armes et ses effets personnels sont bruler avec lui. Horus, Tyraël et la jeune Mystique vont se recueillir un moment, Elvira touchée par une profonde tristesse… Elle jettera au feu le tome de nécromancie s’assurant ainsi que personne ne touche jamais plus aux sortilèges qu’il contient… Le retour à Thamsa est empli de solennité mêlé de tristesse…

Personnage important :

Horus (Guest-star Vachkyrie) : Chaman de Zilmaar, son combat contre les adeptes de Jadnar l’a mené bien loin de sa forêt. Ce Uelmen’rill est un expert de l’aspect Flore et un fin herboriste, il n’en est pas moins redoutable au combat à main nues. Il entretient d’excellentes relations d’entraides avec Elrohir et son groupe. Cette fois-ci, il n’hésite pas à venir en aide à Elvira dans sa quête personnelle.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mer 7 Oct 2015 - 18:37

Chapitre 8 : Bölg.

Elvira passe quelques jours à l’académie de Thamasa histoire de faire le point sur la situation et continuer ses recherches. Il est bien évident qu’elle ne pourra continuer sur ce chemin toute seule. Doriac n’est plus, aussi la sage Tyras’Lyn lui propose de nouveaux compagnons de route. Elenna, La Svartal’heim, compte bien en savoir plus sur les Valars de la région. Elle a aussi mené plusieurs recherches à l’académie en parallèle de ses activités avec le groupe d’Elrohir. C’est donc tout naturellement que les deux femmes vont à présent s’associer.

De plus, la sage leur présente Adrianne, une Hildane originaire d’Escondra qui se présente en tant que Tel’Valar. Adrianne semble plutôt froide et distante au premier abord, mais ses compétences de chasseuse de démon seront certainement un plus indéniable dans le groupe.
Enfin, c’est un adepte de Brenavë, un certain Zyl’Amar, qui s’est proposé pour faire partir de cette compagnie. Après l’épisode concernant les adeptes de Jadnar, Zyl’Amar a décidé de parfaire ses recherches…

Le nouveau groupe ainsi constitué rejoint rapidement le bourg de Bas-Champ. Evira et Elenna compte bien faire leurs adieux à Elrohir qui a décidé de repartir vers les bois de Cernam. Victor, le majordome du seigneur Clamared, est d’ailleurs heureux de voir dame Elvira en bonne santé. Après avoir échangé diverses informations, nos amis décident de partir à la rencontre du démon asmodéen, supposé Adra. En effet, ils comptent bien obtenir quelques informations sur le démon qui se cache à Derval’Amaris. Les démons Adras ont combattu les Valars pendant la période des Grandes Guerres, aussi, avec un peu de diplomatie, ils espèrent que le démon asmodéen pourrait devenir un allié dans cette affaire…

D’après les dernières informations glanées par Elenna, le démon Adra en question devrait toujours se trouver dans la retraite des nains, à Loda Khaz’rim. Elrohir lui avait d’ailleurs indiqué un passage dérobé menant vers une autre entrée si d’aventures le groupe ne souhaitait pas passer par la grotte principale. La haute elfe fait donc office de guide dans la forêt des Acarins, au nord de Bas-Champ. Elle repaire rapidement une large rivière qui serpente au travers de la forêt. Des traces de sang séché, datant de plusieurs jours, doivent être celle du Korrigan dont parlait Elrohir. L’entrée n’est plus très loin…

Face à un monticule rocheux à flanc de colline, Elenna cherche l’entrée secrète de Loda Khaz’rim. Un bloc de roche semble en dissimuler l’accès. Elvira invoque son golem de pierre qui utilise toute sa force pour faire pivoter la masse rocheuse et permettre à nos amis de pénétrer dans les abysses…

Une fois à l’intérieur, nos amis s’assurent de produire suffisamment de lumière, torches et sortilèges, afin que tout le monde puisse y voir. Zyl’Amar s’assure que l’entrée reste dissimulée et provoque un enchevêtrement de végétation afin d’obstruer l’accès. Le groupe avance dans la pénombre jetant un rapide coup d’œil aux pièces adjacentes ; Elvira invoque un Djinn d’ombre pour aller au devant pour servir d’éclaireur. D’après ce dernier, un ogre aurait élu domicile dans une salle voisine, il semble seul et chantonne un air enjoué…

Nos amis se préparent à un éventuel combat mais plusieurs membres du groupe préfèrent rentrer en contact avec l’ogre avant de se lancer dans des excès de virilité. Zyl’Amar passe devant pendant qu’Elvira et Elenna le couvrent. Adrianne, de son côté, lance un sortilège de fumée afin de se dissimuler parfaitement dans le couloir. Le Brenavë interpelle l’ogre qui sort rapidement de son antre. Zyl’Amar à peine le temps de se présenter que l’ogre s’avance vers lui, prêt à l’empoigner en prononçant : « Së na biji, Korrigan. ». L’ogre semble utiliser un dialecte mélangeant du chimérique, du trollique et du langage commun, « bëjar » signifie « manger » en chimérique. La réponse d’Elenna est sans appel, elle décoche sa flèche et perfore de plein fouet l’épaule gauche de l’ogre qui se tort rapidement de douleur en lançant un râle atroce. Adrianne lance un sortilège d’oppression qui malmène la bête, lui provocant des sueurs froides.

L’ogre se recroqueville sur lui-même, en position de soumission. Il semble, en particulier, craindre la présence de l’elfe et s’agenouille devant Elenna. Pendant qu’Adrianne s’aventure dans son antre, les autres tentent tant bien que mal de comprendre l’essentiel du dialecte que la créature emploie. L’ogre semble indiquer qu’il n’est pas une menace. Elenna le tient en joue un moment avant de pénétrer également dans la salle. Zyl’Amar et Elvira, sentant qu’effectivement la bête ne représente pas un grande menace pour le groupe, décident de le soigner.

L’ogre a élu domicile dans une ancienne salle qui devait servir d’entrepôt et qu’il a aménagé de façon atypique. Une carcasse indéterminée gît sur une plaque de pierre face à un autel sur lequel a été sculptée une divinité serpentine en os. Une fois remis de ses émotions, l’ogre semble remercier Zyl’Amar et, comme s’il voulait s’excuser, invite tout le monde à le rejoindre au coin du feu. Il offre même un bout de viande à chaque membre du groupe et souhaite partager un bol de sang de Korrigan que nos amis peinent à accepter mis à part Adrianne qui le boit d’un trait, sans sourciller.

Apparemment, l’ogre se nomme Bölg et semble habiter là depuis un moment. Il voue un culte au zolom albinos qui dort dans les profondeurs du lac souterrain de la retraite des nains. L’ogre l’appelle « Shakanda ». Bölg paraît très heureux d’avoir de la compagnie mais il semble particulièrement craindre Elenna et la magie en général. Dès qu’un de nos amis utilise un sortilège, il hurle de peur en se cachant les yeux.

Nos amis décident de visiter l’endroit après avoir pris un repas improvisé. Bölg leur sert accessoirement de guide dans Loda Khaz’rim. Plus loin, une immense salle se dessine devant eux ; au centre se trouve un autel argenté sur lequel repose trois cylindres d’Auroc jaune placés autour d’une empreinte de main en bas-relief creusé. Au fond, une porte massive, gardée par deux solides colosses de pierre, semble protéger quelque chose. Bölg tente d’expliquer au groupe que le démon se trouve de l’autre côté, puisant l’énergie d’un Auroc qui contrôle les points stratégiques des lieux…

Malheur à ceux qui ne connaissent pas le code d’entrée ; des squelettes gisent dans la pièce tels des avertissements. Le groupe part en quête d’informations en visitant les pièces alentours. Ils font halte dans une ancienne forge imposante surmontée de plusieurs cristaux. Zyl’Amar arrive à comprendre le système de fonctionnement de la forge, elle est activé par la puissance des cristaux d’auroc qui relèvent d’une technologie elfique. La quantité de minerais restante est dérisoire mais il doit en rester assez pour une petite pièce d’orfèvrerie confectionné par une ribambelle de mécanismes et de rouages en tous genres. Elenna monte sur les épaules de l’ogre, qui manque de la faire tomber en riant bien fort, afin de réactiver certains des cristaux. A la fin du processus, un anneau mêlé d’or et d’argent, incrusté d’aurocs jaunes, est produit ; les runes de vie et de protection y sont gravées…

Plus loin, nos amis arrivent au bord du lac souterrain et Elvira invoque un Djinn de l’eau pour sonder le fond des abysses. Le serpent géant est bien présent, toujours en sommeil. Le groupe hésite à traverser le pont délabré et préfère prendre un autre accès en passant par l’extérieur. Bölg semble s’amuser comme un enfant mais rechigne à aller dehors, supportant mal la lumière du soleil.

Au fond de la grotte principale se dessinent plusieurs accès qu’Elrohir et ses compagnons avaient déjà visités. En tête, Elvira et Bölg pénètrent dans une salle étrange, la chimérane manipule des rouages afin d’en comprendre le sens et active un mécanisme bien malgré elle. Une large herse de fer tombe du plafond et empêche Bölg de sortir alors que de grandes quantités de sable se déversent dans la pièce. Tout innocent, l’ogre commence à jouer avec le sable qui coule du plafond sans se douter du sort qui l’attend. Elenna lui somme de se rapprocher de la grille et de sortir de là rapidement. Zyl’Amar tente de comprendre le mécanisme pour inverser le processus mais la chose risque de prendre du temps. Adrianne ne réfléchit pas plus longtemps et décide d’utiliser le seul levier présent à l’entrée de la pièce. Elle peut soit l’abaisser, soit le remonter. Par chance, elle semble prendre la bonne décision en tirant le levier vers le haut et le sable commence à se vider. Bölg utilise toute sa force, aidé par le golem de roche d’Elvira et le reste des membres du groupe pour relever la herse de fer et libérer l’ogre inconscient du danger…

Une fois remis de leurs émotions, le groupe s’infiltre dans une sorte de salle d’archives. Le golem d’Elvira a pris soin de défoncer la porte de ses poings, ce qui lui vaudra d’être inviter à une partie de bras de fer avec Bölg qui le trouve très costaud. A l’intérieur, rien de bien intéressant, tout est sans dessus-dessous, de nombreux recueils semblent mités et s’effritent avec une facilité déconcertante. Ils aperçoivent cependant une plaque murale en acier à demi-dissimulée dans la roche, disposant d’une serrure ouvragée. Aucun membre n’est assez doué pour tenter de crocheter la chose, alors Elvira et Adrianne se proposent d’utiliser leurs sortilèges de feu au contact pour tenter de rendre la plaque plus malléable ; Adrianne utilise l’eau de sa gourde pour saisir l’acier chaud. L’expérience n’est pas concluante, mais l’acier devrait être sensiblement plus malléable. Le groupe encourage Bölg à frapper de toutes ses forces. La plaque commence à se plier légèrement, suffisamment pour qu’Elvira y glisse un de ses Djinns et récupère finalement un recueil relié de cuir.

A l’intérieur, nos amis trouvent tout un tas d’informations diverses sur Loda Khaz’Rim, notamment concernant le système de cristaux qui gère les différents mécanismes de la retraite des nains. On peut comprendre ainsi que le code protège toute intrusion dans la salle de l’auroc principal. Trois tentatives seulement sont possibles. A la première tentative ratée, un sortilège de faiblesse est lancé. A la deuxième, c’est un gaz empoisonné qui se répand dans la pièce et l’accès de sortie est verrouillé. A la troisième, ce sont les colosses de pierre qui prennent le relais et s’attaquent à tout intrus. A priori, le code se réinitialise toutes les 24 heures. De plus, l’accès à une des galeries a été protégé par un sceau de protection, pour des raisons inconnues…

Le groupe repart vers la salle des cristaux, Zyl’Amar se propose volontaire pour tenter un code sur les six possibles. Une fois les cylindres enclenchés, le Brenavë pose la main sur la plaque d’empreinte. Les yeux des colosses s’ouvrent et brillent, le sort de faiblesse est alors lancé et frappe de plein fouet Adrianne, Zyl’Amar et Bölg. Seules Elvira et Elenna vont y résister. Le groupe ne préfère pas continuer, tous commencent à fatiguer un peu et s’ils rentrent à nouveau un code erroné, ils savent ce qui les attend. Il leur faut prendre un peu de repos. Ils retenteront leur chance ultérieurement…

Nos amis s’apprêtent à passer la nuit dans une salle proche de l’entrée et organisent des tours de garde. Bölg, quant à lui, préfère sortir de nuit afin de voir si Shakanda, le zolom, a laissé un peu de ripailles sur son chemin. Pendant son quart, Elenna a les sens en alerte. Elle entend un hurlement de loup dans le lointain. L’elfe décide de réveiller Elvira pour lui annoncé qu’Hina, sa louve, a surement été attaquée. Elvira fonce vers l’extérieur alors que tous les membres du groupe lui emboîtent le pas.

Dehors, la nuit est tombée, Elvira aperçoit Bölg portant Hina sur ses épaules, les deux semblent passablement blessés et l’ogre s’effondre même au bout de quelques mètres. Zyl’Amar se jette au secours de l’ogre pendant qu’Elvira s’efforce de soigner sa louve. Elenna et Adrianne foncent en direction de la rivière car, au vue des blessures de l’ogre, c’est certainement Shakanda qui a frappé…

Elenna guide Adrianne dans la pénombre et lance rapidement un éclair en direction de la rivière. La riposte ne se fait pas attendre : le zolom se lance sur l’elfe avec une vélocité sans pareille et la happe d’un trait. La Svartal’heim est élevée dans les airs, impuissante, grièvement blessée par les dents acérées de la bête. Heureusement pour elle, Elenna est suffisamment fine de corps pour avoir éviter les crocs venimeux du monstre. L’elfe lance un éclair dans la bouche du zolom qui la recrache rapidement. Adrianne se lance à la rencontre du serpent massif et commence à lui planter ses épées dans le corps. Après quelques coups bien placés, elle est éjectée par le monstre qui la repousse de ses puissants anneaux. La pauvre Hildane se blesse et roule dans les broussailles de la forêt, meurtrie…

Elenna se relève passablement et dans un élan de rage, elle lance à plusieurs reprises un double sortilège d’éclair qui malmène le zolom et paralysent momentanément son corps. La Haute elfe tient seule face au géant alors qu’Adrianne tente de lui prêter main forte…
Elvira rejoint le combat après avoir mis sa louve hors de danger et fait appel à sa chimère gardienne : Tyraël. Ce dernier s’envole et cherche à frapper l’auroc violet incrusté dans la tête du monstre. Malheureusement, les sortilèges d’Elenna et la vélocité de la bête empêche Tyraël d’atteindre son but ; il s’heurte plusieurs fois aux solides écailles présentes sur la face du zolom. Le monstre se lance à nouveau sur l’elfe qui l’évite de justesse, laissant la créature s’écraser sur divers troncs d’arbres. Contre toute attente, Bölg fait irruption empoignant un robuste gourdin de fortune. Tous l’encouragent à frapper le cristal sur le crâne du zolom pendant que ce dernier semble sonné par les sortilèges de foudre d’Elenna et les attaques conjuguées d’Adrianne et Tyraël. Bölg frappe de toutes ses forces, écrase littéralement son énorme trique sur la tête de la créature, fissure le cristal d’auroc et met un terme au combat…

Zyl’Amar arrive lui aussi, passablement affaibli. Le Brenavë a soigné Bölg avec une efficacité sans pareille mais il semble particulièrement diminué… Bölg ne peut retenir ses larmes alors que Shakanda gît au sol, meurtrie… Elvira et Tyraël s’occupent d’appliquer des sorts de soin aux blessés. Adrianne dépèce un pan de peau du serpent pour une utilisation ultérieure alors que Zyl’Amar s’occupe de lui vider ses poches à venin…

Après quelques échanges, le groupe décide d’apaiser les souffrances du zolom, mais non pas pour le tuer mais pour lui laisser la vie sauve. Le monstre ne cherchait qu’à se nourrir après tout… Elvira s’exécute et utilise l’arcane de vie sur la bête et tente de rentrer en contact avec elle. Epuisée et gravement blessée, le monstre se glisse péniblement jusqu'au lit de la rivière sans demander son reste… Nul doute que le monstre ne pourra plus utiliser l’intégralité de ses pouvoirs maintenant que son auroc frontal est fissuré…

Personnages importants :

Zyl’Amar (Pierre) : Chaman de Brenavë qui a fait la connaissance du reste du groupe à l’académie de Thamasa. Il semble plutôt jovial et avenant au premier abord. Adepte des sortilèges de la flore, il semble spécialisé dans l’herboristerie et la confection de potion.

Adrianne (Marie) : Hildane assez mystérieuse. Elle ne parle jamais d’elle et paraît assez froide. Elle n’en est pas moins efficace en combat avec ses aspects d’ombre et de cendres. Elle a aussi rencontré le groupe à Thamasa ; en tant que chasseuse de démons, la quête d’Elvira lui a semblé être un bon point de départ.

Elenna (Marion) : Après avoir aidé le groupe d’Elrohir, elle s’est associée avec Elvira pour mener à bien ses recherches sur les Valars d’Escondra. Elenna est plutôt douce et réservée, mais elle peut se montrer impitoyable si la situation l’exige.

Bölg : Ogre d’origine inconnue. Il vit en solitaire dans les ruines de Loda Khaz’rim. Il semble assez fort mais très peureux face à la magie et aux elfes. Bölg à l’air plus intelligent que la plupart de ses semblables : il apprécie la compagnie et il prie une divinité serpentine qu’il a nommée Shankanda. Comme un enfant, il aime jouer, à sa façon, mais ne semble pas représenter une réelle menace.



_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 22 Nov 2015 - 16:50

Chapitre 9 : Le démon Adra


Le groupe fait le point sur la situation. Ils risquent de devoir rester dans les ruines de Loda Khaz’rim plus longtemps que prévu. Or, d’après les informations conjointement glanées par Elenna et Elvira à l’académie de Thamasa et dans les grottes où Doriac a rendu l’âme, les mages noirs de Do’nvir souhaitent subtiliser un cristal de puissance dans la Forêt Noire pour s’en servir de catalyseur et ainsi amplifier la puissance de N’Audar. Malheureusement, si le groupe reste plus longtemps dans ces ruines à la recherche du démon Adra, ils risquent de perdre un temps précieux…

Aussi, Elvira décide d’envoyer son faucon Sylphayar avec un message pour les Brenavë, écrit de la main de Zyl’Amar. Nos amis préfèrent avertir les Brenavë et espèrent ainsi que les Elfes Los’Sylvans seront rapidement mis au courant de cette affaire et empêcheront le méfait. Plusieurs discussions s’ensuivent autour de la mission proposée par la sage Tyras’Lyn.

Une mésentente éclate dans le groupe, Elvira et Elenna accordent peu de confiance envers leurs compagnons, notamment Zyl’Amar. Après différents griefs exposés, l’Elfe et la Mystique propose au Brenavë d’effectuer le test du bulbe de Moëra afin de s’assurer que Zyl’Amar n’a pas été corrompu par le Fléau de Jadnar. Le Brenavë refuse catégoriquement de se soumettre au rituel ; il se sent outré et le perçoit à la fois comme un affront et un manque de confiance blessant.

Le conflit perdure un moment mais, bien heureusement, l’objectif de la mission remet le groupe sur les rails et les tensions s’apaisent peu à peu, pour un temps. Elenna décide tout de même de se servir de ses pouvoirs afin de détecter intelligemment l’alignement de Zyl et d’Adrianne. L’Elfe ne reçoit aucune malveillance profonde dans le cœur de ses deux camarades et se sent rassurée, pourtant, une ombre discrète semble planer autour d’Adrianne…

Le groupe décide de repartir dans la salle dans laquelle se trouvent l’autel et les trois cylindres d’aurocs jaunes. La Haute Elfe est invitée à se servir de son don d’Azël sur la stèle principale afin d’entrevoir peut-être le code d’entrée de la salle de l’auroc-source. Elenna plonge dans une transe méditative dans laquelle elle perçoit diverses images du passé. Elle entrevoit notamment les différentes tentatives de pilleurs qui ont été malchanceux et garde en mémoire les codes erronés. De cette manière, il ne leur reste plus que deux codes possibles…

C’est alors qu’une onde de choc parcours les lieux, Bölg somme nos amis de se mettre à abri en hurlant. Adrianne et Zyl suivent Bölg alors qu’Elvira et Elenna décident de rester cachées dans le couloir. Quatre armures elfiques animées par magie sortent de la salle principale et avancent au pas dans le couloir en direction de la sortie.

Adrianne tente de s’adresser aux armures en langage démonique en parlant à travers les portes de pierres massives qui bloquent l’accès de l’antre de Bölg. Les armures s’arrêtent net et s’agglomèrent en un imposant visage démoniaque pourvu de cornes. La chose semble répondre aux mots prononcés par Arianne et un échange semble débuter entre les deux. Elenna a bien du mal à endurer le parlé noir des Valars et reste arme au poing et flèche encochée.

Le langage commun est peu à peu introduit dans la discussion alors que Zyl tente lui aussi de s’adresser à la créature. Elvira finit par se montrer dans le couloir et invite l’Elfe à en faire de même et de baisser son arme. Le monstre semble reconnaître la Mystique et commence à la mettre sérieusement en garde. Elvira tente d’apaiser rapidement la situation en se soumettant à la puissance du Valar pour de le rendre plus docile…

La créature ouvre les portes de pierres de l’antre de Bölg afin d’avoir l’intégralité de nos amis sous les yeux. L’ogre part se cacher au fond de la pièce, visiblement apeuré. Le groupe explique qu’ils sont venus chercher l’aide d’un Adra contre la menace que représente le démon N’Audar à Derval’Amaris.

Au début, l’entretient est difficile, d’un côté personne ne fait vraiment confiance au supposé Adra, et de l’autre, le démon semble se méfier encore plus de nos amis. Ce dernier interroge tour à tour les membres du groupe afin de connaître leur réelle motivation. Chacun essaie d’argumenter au mieux qu’il peut et la tension s’apaise petit à petit, mais nos amis ont conscience qu’un seul faux pas pourrait leur être fatal. Le monstre semble lire dans le cœur de chacun d’eux et n’hésite pas à dévoiler la véritable nature semi-démoniaque d’Adrianne…

Dans un sens, le monstre semble prendre l’affaire très au sérieux mais il compte avant tout quitter la région et encourage nos amis à en faire de même. Il se considère effectivement comme un Adra mais en réalité, il n’a que faire de cette histoire; ce dernier paraît bien déçu des réactions des Trois Couronnes envers les Adra et ne leur accorde désormais ni confiance ni crédit.

Le groupe à bien du mal à négocier son aide et l’Adra explique qu’il compte rejoindre un ancien sanctuaire dans la forêt de Térondë, dans la région de Baram Sud, nommé Adrameleth. Le Valar est encore faible, il a besoin de plus de pouvoir pour faire ce long voyage sans encombre. Si le groupe parvient à récupérer un cristal de pouvoir suffisamment puissant, à en faire don à l’Adra et lui permettre de rejoindre le sanctuaire en question, il conviendra d’aider nos amis contre N’Audar. Il acceptera même de partager certains secrets gardés par les Adras.

Chacun accepte les conditions mais Elenna se refuse de contracter le moindre engagement avec un démon, fusse-t-il Adra. Elle finit par céder sous la pression de ses camarades… d’autant que l’Adra ne semble reconnaitre que l’autorité de la Haute Elfe parmi les différents membres du groupe. C’est donc à elle que revient le choix difficile de confirmer la négociation, ce qui semble beaucoup lui coûter…

L’Adra finit par repartir en rematérialisant les armures elfiques et retourner dans les ruines Svartal’heim plus à l’Ouest. Nos amis s’intéressent alors à la stèle dans la grande salle et tentent un nouveau code. La porte gardée par les deux colosses de pierres s’ouvre et le groupe pénètre dans la salle de l’auroc principal. Le mécanisme paraît assez simple, un énorme cristal est relié à quatre autres aurocs qui gèrent les circuits énergétiques des différentes salles de Loda Khaz’rim. Selon toute évidence, les aurocs de puissance semblent passablement affaiblis. Elenna et Adrianne renforcent certains des cristaux afin de permettre au système de fonctionner encore un certain temps car Bölg sent la présence de gobelins dans le fond des couloirs sombres ; les sceaux de protection doivent donc être maintenus afin d’empêcher la vermine de s’engouffrer dans la retraite des nains.

A présent, le groupe doit partir pour la Forêt Noire à la rencontre des Brenavë. Nos amis souhaitent rentrer en contact avec leurs voisins Elfes de la Nuit afin d’intercepter le groupe de mages noirs venus dérobés un catalyseur magique. En parallèle, nos amis comptent bien trouver un moyen de sauver le père de Jonah si d’aventures il faisait partie du convoi de mages de Do’nvir.

La séparation avec Bölg est très difficile. Qui aurait cru que nos amis se serait autant attachés à un Ogre solitaire et crasseux ? Ce dernier ne comprend pas pourquoi il ne peut pas suivre nos amis ; il semblait bien content d’avoir un peu de compagnie. Le groupe décide de le laisser à nouveau seul… pour sa propre sécurité… et s’éloignent de la caverne en entendant ses pleurs…

Zyl’Amar guide nos amis jusqu’au village caché des Brenavë. Arrivé sur place, le groupe s’entretient rapidement avec l’Hortator, le seigneur Maundrel. Zyl lui explique le contrat qu’ils ont passé avec l’Adra. L’Hortator est perplexe. Il reste particulièrement prudent et souhaite que nos amis soient extrêmement vigilant par rapport à cette négociation ; d’ailleurs, il précise bien qu’il ne se montre pas vraiment favorable avec l’accord passé avec l’Adra bien qu’il ne souhaite pas non plus empêcher le groupe de poursuivre sa mission.

Le seigneur Maundrel indique que les éclaireurs Elfes sont partis à la recherche des mages noirs sus-nommés. Dès demain, nos amis sauront si les sectateurs de Do’nvir ont été aperçus ou interceptés… Le problème, c’est qu’Elvira et Zyl ont oublié de préciser dans leur lettre que Merivh Cayin, le père de Jonah, risquait de se trouver dans ce convoi…

Personnages importants :

L’Adra : son nom et ses origines sont parfaitement inconnus. Cet enfant des Chimères Noires ne semble pas disposer d’adeptes ni de serviteurs. Il vit apparemment seul et affaibli dans la tour elfique d’un ancien bastion Svartal’heim abandonné depuis de siècles… Selon ses dires, il cherche à rejoindre un vieux sanctuaire Adra dans la forêt de Terondë, mais il a besoin de retrouver tous ses pouvoirs pour cela…


_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Jeu 24 Déc 2015 - 13:39

Chapitre 10 : Le fragment de Cristal-Source

Les éclaireurs Elfes de la Nuit se présentent au village le lendemain matin. Apparemment, ils ont bien identifié la présence des mages noirs de Do’nvir mais ces derniers ont l’air particulièrement doués pour brouiller les pistes. Les Los’sylvan’heim connaissent leur direction, les mages noirs comptent rejoindre une chambre de Cristal-source. Or, deux chambres se trouvent potentiellement sur leur chemin.

Nos amis partent à la recherche des Do’nvir, guidés par les Fils de la nuit ; parmi eux, leur chef Lithnilian accompagné de deux de ses subalternes : Aterion et Elenwen. Certains membres du groupe ont bien du mal à suivre la cadence mais tiennent bon. Au croisement repéré par les Elfes, deux chemins s’offrent à eux. Elenna fait appel aux pouvoirs d’Azël pour les guider dans leur choix. Elle discerne divers indices sur la route du chemin menant vers le Nord : une outre, une branche cassée, des miettes de pain, un morceau de tissu ainsi qu’un corbeau voletant…

Tous s’accordent à poursuivre leurs recherches dans cette direction. Nos amis récupèrent les différents indices laissés au sol par les Do’nvir. Cependant, Lithnilian commence à tiquer, Zyl’Amar aussi ; comment des mages noirs aussi avertis pourraient laisser en évidence autant d’indices de leur passage alors que, jusqu’à présent, ils étaient passés à la barbe de la majorité des éclaireurs elfes ? Tout ça ressemble fortement à une fausse piste et le Brenavë somme nos amis de retourner rapidement au croisement afin de prendre l’autre sentier.

Le groupe rebrousse chemin et tente de regagner le précieux temps perdu. Arrivé devant l’entrée d’une chambre souterraine de Cristal-Source, nos amis, tapis dans l’ombre, sondent les lieux. Apparemment, un corbeau est déjà posté au dessus de l’entrée et scrute les alentours. Les mages noirs sont déjà sur place…

Elvira décide de prendre possession du volatile afin d’éviter qu’il sonne l’alerte et s’arrange pour qu’il se fasse assommer. Nos amis peuvent alors pénétrer dans l’antre sans risquer s’attirer l’attention des Do’nvir. A l’intérieur, l’ensemble s’apparente à une immense caverne où s’entremêle larges racines et aurocs luminescents. Un sentier, à peine visible dans pénombre environnante, forme un coude qui s’élance sur un pont en bois surplombant une rivière creusée par les âges.

Les elfes escaladent le relief pour avoir une vision surélevée alors que nos amis s’avancent en direction du pont. Deux mages noirs attendent à l’entrée de la chambre souterraine ; ils ont l’air de faire le guet et discutent à voix basse, un corbeau perché au-dessus d’eux. Les elfes décochent leurs flèches assassines et rapidement les deux Do’nvir tombent au sol. Le corbeau est lui aussi pris pour cible par nos amis. Le tout s’est fait sans un bruit mais le groupe redoute que la mort du corbeau n’ait alerté le reste des mages noirs…

Adrianne s’engage sur le pont, suivie à quelques pas de là par Zyl. La pauvre tombe dans un piège. Un sceau d’invocation s’illumine sous elle alors qu’une étrange ombre l’attaque de plein fouet. Le Brenavë court lui venir en aide. Elvira, à distance, reconnaît là le sceau d’invocation des serviteurs des ombres ; des créatures mineures qui se meuvent dans la pénombre. Alors qu’Adrianne et Zyl combattent la créature, une autre surgit du même cercle d’invocation. Elvira s’emploi à conjurer le sceau pendant qu’Elenna aide le reste de ses camarades à se débarrasser des nuisibles. Les serviteurs des ombres se déphasent rapidement mais le bruit engendré par ce combat a dû alerter le reste des Do’nvir…

Les Elfes de la nuit et Elenna préfèrent éviter de traverser de pont et franchissent le cours d’eau en se balançant sur des lianes et autres racines qui parsèment le plafond végétal. Arrivés devant l’entrée de la chambre, Adrianne arrête le groupe. Elle distingue un nouvel artifice magique laissé là par les mages noirs au cas où un inconscient aurait le malheur de pénétrer dans la chambre du Cristal-source sans leur consentement. Un sceau d’ombre protège l’entrée mais Adrianne se charge de le faire disparaître.

Nul doute à présent que les mages noirs sont au courant de la présence du groupe. Aussi, Lithnilian propose un plan pour pénétrer dans les lieux dans le cas fort probable où les Do’nvir les attendraient. Le chef des Fils de la nuit conseille de se mettre le plus rapidement possible à couvert une fois que le groupe aura pénétré dans la pièce. Une fois les mages repérés, il faudra frapper vite et fort…

Nos amis s’engagent rapidement dans la caverne en rasant les murs. Très vite, ils sont frappés de plusieurs boules de feu, d’ombre et d’éclairs. Les Do’nvir leur font face, à quelques mètres au-dessus d’eux, surplombant l’entrée sur une racine énorme. Le groupe se sépare de chaque côté et les Elfes de la Nuit se mettent à couvert pour décocher leurs flèches. Nos amis sont mis à mal par les sortilèges qui pleuvent sur leur têtes mais Zyl’Amar entrevoit la possibilité de se débarrasser de plusieurs mages d’un coup. Il en appelle aux forces de la Nature pour contrôler la racine massive sur laquelle sont rivés les Do’nvir. Habilement, le Brenavë secoue le branchage pour faire chavirer les mages noirs. Le procédé fonctionne à merveille et plusieurs des Do’nvir tombent à la renverse ou abandonnent leurs incantations pour mieux se tenir.

C’est l’occasion rêvée pour nos amis de frapper un grand coup. Adrianne se lance sur l’un des malheureux au sol pour l’achever. Elvira et les Elfes criblent de flèchent leurs assaillants. Elvira, s’assure de soigner au mieux les premiers blessés de son camp. Toutefois, l’un des mages s’en sort plutôt bien et se lance à corps perdu, avec un auroc violet entre ses mains, sur l’une des compositions cristallines massives qui pullulent dans la caverne. Un étrange Golem de cristal semble y être en sommeil. Elvira somme Tyraël, son ange gardien, de l’arrêter avant qu’il n’atteigne son objectif. Lithnilian tente lui aussi de stopper le mage dans sa course pendant que Zyl’Amar continue de contrôler la flore environnante pour le faire chuter…

Le mage noir est arrêter dans son élan mais Tyraël, après une mauvaise manœuvre aérienne et quelques sortilèges adverses, vient s’écraser quelques mètres plus loin. Elvira part rapidement à secours après avoir apporté divers soins magiques au reste du groupe. Elenna peine à assurer ses sortilèges de lumière dans un tel environnement, elle combat l’un des mages qui n’hésite pas à lui envoyer ses plus puissantes attaques.

Adrianne, quant à elle, continue dans sa lancée. Elle aperçoit un nouveau mage noir au charisme inquiétant, au visage blême et froid, son corps enrichi de cranes humanoïdes. Ce dernier commence à incanter un sortilège d’invocation et une créature monstrueuse commence à apparaître à ses côtés. Adrianne en profite pour frapper le nécromancien de plein fouet et échanges plusieurs attaques redoutables. Elle finit par l’égorger de sa lame alors que le malheureux, dans un dernier borborygme, sourit de façon malsaine…

Au milieu de la mêlée de sortilège, Elenna vient de tomber au sol, surpassée par les pluies de feu et d’ombre. Les Elfes arrivent tant bien que mal à se défaire des derniers mages noirs encore debout. Elvira relève Tyraël et repart aussitôt prêter main forte à ses camarades en assistant les archers elfes. Zyl’Amar rejoint rapidement Elenna pour lui apporter les premiers soins, la mettre à l’abri, et lui éviter une mort certaine. Les Do’nvir sont finalement abattus et la Haute Elfe retrouve peu à peu ses sens en se relevant péniblement…

Au centre de la caverne, une étrange fumée noire semble sortir du corps meurtri du nécromancien. Adrianne fait un pas de recul. Elvira somme ses amis de fuir au plus vite, personne ne doit se trouver à portée de cette ombre. La mystique se souvient que trop bien des effets de cette fumée noire lorsque son ami nain Doriac a perdu la vie…

Nos amis prennent du recul pendant qu’Elvira invoque son Horin, une créature pacifique qui est capable de dissiper les ombres. Aussi, la fumée noire a bien du mal à se frayer un chemin. C’est alors qu’un nouveau personnage fait son entrée. Un homme, les yeux blanchâtres, s’avance dans la caverne en direction de la Mystique, entouré par une aura éthérée d’une intensité certaine. D’après son signalement, il semblerait que l’homme en question soit Merivh Cayin, le père de Jonah. Malheureusement, ses yeux trahissent l’existence d’une possession occulte…

Les formations cristallines alentours prennent alors une couleur verdâtre des plus étranges. Merivh Cayin possédé s’adresse à ses serviteurs d’une voix d’outre-tombe et leur somme de se relever face à sa puissance ; il détient un auroc du Cristal-Source entre ses mains et ordonne à un certain Ratgar d’arrêter de jouer et de reprendre possession de son corps. A ces mots, les différentes dépouilles des mages noirs abattus par nos amis commencent à se relever lentement mais surement. La fumée noire regagne son propre corps et le nécromancien semble ressusciter comme si de rien n’était…

Lithnilian réveille un des Gardiens de cristal en prévision d’un rude combat. Les autres reprennent leur souffle et pansent leurs blessures. Elvira fait face à ce mage nommé Ratgar qui esquisse un sourire malsain. Adrianne aperçoit une étrange forme reluire dans l’un des aurocs présents à proximité ; une demi-lune noire semble brasiller en son sein. La semi-Adra s’avance vers le cristal et entrevoit le visage du démon Adra, celui-là même présent dans les ruines Svartal’heim, qui tente de communiquer. Ce dernier lui indique la marche à suivre pour forcer le démon à sortir du corps de Merivh : ceux qui maîtrisent les aspects de lumière doivent impérativement se placer en cercle autour de la victime, en évitant son aura éthérée, afin d’effectuer un rituel de jugement pour forcer le démon à quitter le corps de Merivh. Personne n’est en mesure de pratiquer un exorcisme donc il faut affaiblir le démon par une force lumineuse…

Nos amis n’ont d’autres choix que se plier au plan retransmis par Adrianne. Tyraêl s’envole et se poste à portée de Merivh Cayin, Elenna et Zyl’Amar en font de même en se plaçant en cercle. Zyl active son aura solaire pour favoriser le rituel et canalise sa frappe d’Horion pendant que la Haute Elfe et l’Ange préparent leur jugement de lumière. Adrianne, les elfes et le Golem de cristal s’occupent des corps des mages noirs réanimés, qui n’ont rien perdu de leur superbe, afin de protéger le groupe qui effectue le rituel. Ratgar, le mage noir, provoque Elvira, mais cette dernière ne mord pas à l’hameçon et continue d’assister ses camarades en lançant ses sortilèges de soin.

A l’unisson, Tyraël, Elenna et Zyl lancent leurs attaques magiques concentrées sur Merivh Cayin ; le visage du démon se déforme sous l’impact, s’extirpant comme par évanescence de son hôte sans pour autant le quitter. Nos amis vont devoir utiliser leurs plus puissants sorts, à plusieurs reprises, pour espérer que Merivh soit libérer du démon N’Audar…

Elenna doit finalement s’engager dans un combat de mages contre ce fameux Ratgar enchaînant sortilèges et conjurations. Les boules de feu de la Mystique ne semblent avoir aucun effet sur le nécromancien qui maîtrise parfaitement les aspects du feu. Le mage noir invoque un démon mineur pendant qu’Elvira fait appel à une Naïade.

Adrianne continue son combat acharné contre l’un des mages noirs qui la bombarde de sortilèges à distance, elle tente de se rapprocher de son assaillant bénéficiant de la couverture des flèches elfiques. Elle et son groupe restent efficaces et pour plus de sureté, ils n’hésitent pas à couper la tête des mages ressuscités pour éviter tout réveil futur. Le Golem de cristal écrase littéralement ses ennemis de ses puissants bras.

C’est alors que les esprits d’Ambervale commencent à se manifester. Ces derniers semblent particulièrement en colère. N’Audar ordonne à son serviteur Ratgar de s’emparer du fragment de Cristal-Source et de fuir les lieux rapidement. L’acolyte s’exécute prenant la forme d’un corbeau noir, il attrape le cristal dans ses serres et s’envole rapidement. Elvira ne compte pas le laisser partir aussi facilement et Adrianne non plus. Cette dernière s’élance d’un bond incroyable à la rencontre du volatile et le frappe en plein vol, laissant le malheureux chuter dans les branchages des arbres géants de la Forêt Noire.

La Tel’Valar grimpe quatre à quatre les branches pour traquer l’oiseau en fuite ; elle a bien du mal à discerner la créature dans la pénombre et la végétation alentours. Ratgar arrive à se faufiler à travers les racines et les rhizomes afin de regagner le plafond de la caverne. Les flèches elfiques ne parviennent pas à toucher leur cible et, malgré tous leurs efforts, le corbeau fuit la zone, le cristal dans ses serres…

Le reste du groupe lutte contre les vagues éthérées lancées par Merivh possédé, mais chacun tient bon. Dans un effort ultime, les derniers sortilèges conjugués par nos amis ont finalement raison du démon N’Audar, qui n’a d’autre choix que de quitter son hôte, le laissant inconscient au sol… Le Brenavë finit par perdre connaissance après un effort aussi intense. Elenna court aider son compagnon et utilise ses dernières forces afin de stabiliser le Uelmen’rill mais finit elle aussi par perdre connaissance, éreintée…

La menace ne s’arrête pas là, les esprits d’Ambervale investissent désormais la caverne en tournoyant dangereusement au-dessus du groupe. Elvira et Adrianne commencent à avoir de funestes visions, les esprits  en sont responsables. La Mystique n’arrive plus à suivre le combat entre sa Naïade, en souffrance, et le démon mineur ; elle a même l’impression que les deux invocations se retournent contre elle. Elvira finit complètement tétanisée, recroquevillée par terre alors que les esprits d’Ambervale maltraitent sa pensée. Adrianne se libère de l’illusion et continue son ascension des racines de la Forêt Noire afin de rattraper Ratgar à la surface.

Les Elfes de la Nuit commencent un rituel pour calmer les esprits de la Forêt. La situation s’apaise peu à peu, le rituel de jugement a épuisé Tyraël, Elenna et Zyl’Amar qui se regroupent tant bien que mal autour de Merivh, tentant de lui apporter les premiers soins. Elvira retrouve difficilement ses esprits, toujours en état de choc…

Adrianne rejoint la surface, elle tombe sur des éclaireurs de la Nuit qui lui expliquent que le corbeau à réussi à s’enfuir, cependant, les Elfes sont quand même parvenus à lui faire lâcher prise. L’auroc de puissance doit se trouver quelque part par là et la Tel’Valar ne tarde pas à mettre la main dessus. Le cristal émet toujours cette lueur étrange qui résonne d’essence arcanique éthérée. Adrianne manipule l’objet avec beaucoup de précaution et le conserve précieusement

Dans la caverne, nos amis se remettent de leurs émotions, les blessés sont soignés autant que faire se peut. Merivh Cayin est hors de danger et libérer de N’Audar, et même s’ils ne le savent pas encore, Ratgar n’a pas réussi à s’enfuir avec le fragment de Cristal-Source. Cette mission fut sans aucun doute l’une des plus éprouvantes pour notre groupe mais elle a finalement abouti.

Il est temps de repartir au village des Brenavë pour annoncer la nouvelle et se préparer pour la suite. Merivh est toujours inconscient mais les chamans de Brenavë devraient pouvoir le remettre sur pied. Lithnilian sifflote dans une singulière flûte et bientôt trois grands loups chimériques les accostent. Nos amis se dirigent alors vers le village des chamans pour prendre un repos bien mérité…

Arrivés au village, nos amis s’entretiennent avec l’Hortator Maundrel pour faire le point. Adrainne, de son côté, s’en va batifoler derrière un bosquet avec Lithnilian. Elvira décide d’envoyer une missive à la directrice afin d’obtenir conseil pour la suite. En effet, Merivh Cayin est marqué du sceau du démon ; N’Audar pourrait le retrouver n’importe où sur Terrä. Tous s’accordent sur le fait qu’il faut enlever cette marque à Merivh et le placer en sécurité lui et sa femme Madissa, qui est toujours à Sérévian, sans oublier leur enfant Jonah encore à l’académie de Thamasa…

Le groupe va devoir décider s’ils comptent faire confiance à l’Adra et comment ils espèrent mettre la famille de Merivh en sécurité…

Personnages importants :

Lithnilian : Chef d’un groupe d’éclaireurs Los’Sylvan’heim qui ont aidé nos amis à traquer les mages noirs. Il utilise parfois des paraboles pour s’exprimer. En plus d’être un excellent archer, il est capable de faire appel à des loups chimériques en jouant de sa flûte. Adrianne semble le trouver tout à fait à son goût et n’hésite pas à le lui faire savoir…

Merivh Cayin : Père de Jonah et époux de Madissa. Il faisait autrefois partie de la secte de Do’nvir, puis il a rencontré Madissa et s’est finalement rangé. Expert en catalyseurs magiques, Merivh est victime de chantage de la part des mages noirs qui espèrent obtenir un catalyseur de sa part. Il est marqué du sceau démoniaque de N’Audar.

Ratgar : Mage nécrotique adepte de la sphère de feu, des arcanes de nécromancie et de démonomancie. Il est même capable de se métamorphoser en Corbeau avec une rapidité étonnante. Il ne semble pas avoir fait démonstration de tous ses pouvoirs car, pris de court, il a du s’envoler avec le fragment de Cristal-Source lorsque les esprits d’Ambervale se sont manifestés. Il a réussi à fuir mais persécuté par nos amis et les éclaireurs elfes, il a laissé tomber le fragment d’auroc dans sa course…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mer 27 Jan 2016 - 20:34

Chapitre 11 Le piège des Do’nvir.

Un petit paquet porté par une chouette effraie arrive au village des Brenavë au petit matin. La sage Tyras’lyn a fait parvenir une formule et quelques composants pour un rituel d’exorcisme. Elenna et Adrianne s’emploient à dissiper la marque démoniaque sur Merivh Cayin qui est toujours passablement affaibli. Tous lui somment de bien vouloir rester au village des Brenavë le temps que qu’ils aillent chercher sa femme Madissa, restée à la cité de Sérévian.

Après quelques discussions autour de la marche à suivre, nos amis partent pour la ville en traversant la forêt des Acarins. Les Brenavë ont généreusement offert deux de leurs rares chevaux pour faciliter leurs déplacements. Le groupe reste à l’abri des arbres car, rapidement, ils distinguent une nuée de corbeau tournant dans le ciel au-dessus des arbres. Tout porte à croire qu’ils sont surveillés de près…

Tyraël aperçoit un feu de cheminée à proximité, il s’agit de la cabane d’une vieille chimérane qui vit en ermite, la vieille Palsiane. Zyl insiste pour s’enquérir de sa santé et, par la même occasion, se mettre à couvert. En arrivant, nos amis notent qu’une partie de la clôture qui retient quelques bêtes à été fracturée et rafistolée sommairement.

Ils tapent à la porte et la vieille chimérane les reçoit chaleureusement. Elle explique qu’une grosse bête s’en est prise à un de ses moutons et une de ses chèvres, elle pense à un ours. Nos amis expliquent que Bölg, un Ogre vivant non loin, est certainement l’auteur du méfait mais il n’a pas vraiment conscience de ses actes. Nos amis demandent à la vieille Palsiane de tenter de lui parler et de le raisonner si elle devait le recroiser. Palsianne reste dubitative et craintive. Lorsque le groupe commence à aborder le sujets des mages noirs Do’nvir, elle sort rapidement pour invoquer son golem de pierre par mesure de sécurité. Après l’avoir brièvement rassurée, nos amis prennent congé et continuent leur route ; mieux vaut ne pas s’attarder sachant que les sbires des mages rôdent dans le coin.

Ils atteignent la route principale et forcent le pas, une partie des corbeaux semblent avoir remarqué leur présence. Le groupe atteint rapidement les portes de la cité. Elvira présente sa distinction aux gardes et, dans la foulée, ces derniers ouvrent les portes sans plus de questions. Zyl, cependant, s’accorde quelques discussions avec les soldats en expliquant leur situation et en profite pour scruter l’avancée des corbeaux. Ceux-ci ne semblent pas vouloir pénétrer l’espace aérien de la cité, ce qui est plutôt une bonne chose.

Nos amis finissent tous par se rejoindre à l’auberge de la Montagne Blanche, au quartier de Noblemont.  Ils déposent leurs chevaux et prennent conscience que le Comte de Sérévian à décréter un couvre-feu à partir de vingt-deux heures. Le soleil se couche dans peu de temps, sans plus attendre, ils décident de rejoindre la rue dans laquelle se trouve l’atelier de Madissa.  Le groupe se sépare afin d’éviter d’attirer l’attention et en profite pour glaner quelques informations au salon de thé qui se trouve à quelques maisons de l’atelier. Apparemment, Madissa n’a pas ouvert son échoppe aujourd’hui, d’après ce qu’on pu leur raconter les badauds.

La nuit commence à tomber lorsqu’il est décidé de frapper discrètement à la porte du magasin. Pas de réponse. Toutes les fenêtres sont fermées, aucun bruit à l’intérieur. Aucune trace d’effraction. Nos amis se demandent si quelque chose n’est pas arrivé à Madissa et décident d’en avoir le cœur net.

Ils passent par derrière, escaladent un mur qui donne sur une arrière-cour. La porte de la réserve semble aussi fermée à clef. Zyl manipule le bois des volets à l’étage pour frayer un passage au groupe. Tyraël lève l’espagnolette et Adrianne fait passer un carreau dans le Néant afin d’ouvrir la fenêtre sans bruit. Le groupe passe dans une chambre, certainement celle de Jonah au vue des pièces d’archéologies sur les étagères et les recueils de magies de Thamasa. Dès qu’Elvira ferme les volets de l’intérieur, chaque membre du groupe est saisi par une ombre froide qui les empêche de parler. Figés dans le noir total, ils sont frappés d’un couteau glacial…

Le combat est lancé, les créatures sont des serviteurs des ombres, des invocations mineures mais dangereuses. Heureusement, elles sont extrêmement sensibles à la lumière. Zyl manifeste son aura d’Horion, Elenna impulse une décharge pour se défaire de son assaillant et lance ses jugements de lumière. Elvira embrase ses mains, fait lâcher prise à son agresseur et cherche le sceau d’invocation d’où les créatures sont sorties car pas moins de huit ombres sont présentes dans la pièce.

Adrianne se débarrasse de son ombre en sortant ses lames et vient en aide à Zyl, fortement malmené. Tyraêl lance ses plus puissants jugements de lumière et brise près de la moitié des serviteurs des ombres présents. Le combat faire rage alors que Zyl a bien du mal à se défaire de l’invocation qui cherche à le perforer, roulant sur le lit de Jonah. Adrianne lui vient en aide pendant qu’Elenna et Tyraël jugent les ombres. Zyl arrive à détruire, d’un sort de ronce, une ombre qui passait dans le dos de l’invocatrice. Finalement, peu résistantes, les ombres finissent par succomber aux attaques conjuguées du groupe et aux sortilèges de lumière. Elvira rompt le sceau d’invocation empêchant, de fait, toute arrivée supplémentaire.

Nos amis pansent leurs blessures mais plusieurs sont victimes d’hémorragies, heureusement sans trop de gravité. Visiblement, la maison a été piégée. Nos amis décident de rester dans le noir et discutent de la marche à suivre, en chuchotant. Elenna entend de faibles gémissements féminins provenant de la salle juste en dessous d’eux. Adrianne ouvre une zone de Néant pour former un trou dans le plancher afin d’apercevoir ce qu’il se passe au rez-de-chaussée. Elvira, munie de l’anneau d’Impéria à la possibilité de voir dans le noir total et jette un œil.

Madissa est attachée, mains et pied liés sur une chaise. Un foulard sur les yeux et un bâillon sur la bouche. La pauvre semble en état de choc et pleure abondamment. Elvira n’arrive pas en rentrer en communication avec la malheureuse, trop perturbée. De plus, les marques d’un sceau de feu semblent visibles dans la pièce en dessous. Des bouteilles de verre dans lesquelles baigne un étrange  liquide sont dangereusement éparpillées dans la pièce…

Le groupe décide de passer par l’escalier, ils pénètrent dans le couloir alors qu’Elvira assure la dissipation des sceaux d’ombre dissimulés dans la pénombre. Soudain, Elenna à une vision : elle voit des ombres dessiner des symboles orangés, une fleur d’Arasellane briller dans la noirceur de la réserve et des flammes infernales emporter toute la pièce…

Arrivés au rez-de-chaussée, Elenna avertit ses compagnons de sa vision d’horreur. Pourtant, Zyl insiste pour pénétrer dans la pièce seul. Elvira et Tyraël se tiennent non loin. L’ange se prépare mentalement à une éventuelle retraite. Adrianne et Elenna restent proche de l’escalier en cas de soucis.

Zyl ouvre la porte et pénètre dans la pièce sans plus d’hésitations. Soudain, sous ses pas s’allume un sceau de feu. Sans réfléchir plus longtemps, il décide alors de courir en direction de Madissa pour la protéger. Malgré les tentatives désespérées d’Adrianne et d’Elvira pour stopper le Brenavë dans son élan, les sceaux de feu s’allument tous les un après les autres, prêts à exploser à tout instant…

Adrianne tente bien de stopper Zyl dans sa course effrénée en utilisant un sortilège de Néant afin de dissiper les sceaux, mais le Brenavë ne fera pas volte-face et ne s‘arrêtera pas non plus. Tyraêl médusé fonce vers l’avant de la boutique renversant un présentoir rempli de sels et d’essences et enfonce la porte du magasin pour offrir une voie de repli au groupe. Elvira lui emboîte le pas et fonce se mettre à l’abri. Elenna tente désespérément de lancer des boucliers de lumière sur Zyl et Madissa lorsque les sceaux s’embrasent dans une tempête de braises. Adrianne à juste le temps de plaquer Elenna au sol derrière le mur du comptoir avant que la réserve n’explose…

Le souffle fait trembler les murs, une chaleur et des fumées intenses emplissent rapidement l’ensemble de la demeure alertant par la même occasion le voisinage. Zyl et Madissa se trouvaient hélas en plein milieu de l’explosion…

Tyraël , bravant les cendres et les braises, pénètre dans le magasin pour soutenir  Adrianne et Elenna coincées sous une étagère et des débris divers. Tous suffoquent sous les fumées épaisses. Elvira leur ouvre le chemin et nos quatre amis finissent à l’abri dans la ruelle, toussant et crachant. Adrianne et Elenna ont eu de la chance de s'en sortir avec juste quelques hématomes et de mauvaises écorchures. Tyraël s’envole pour passer par la cour intérieure et tenter de sauver qui peut l’être.

Les flammes qui sortent de la réserve l’empêchent de venir rapidement en aide aux malheureux mais il arrive tout de même à ouvrir la porte, à moitié sortie de ses gonds après la déflagration. Il empoigne un linge pendu dans l’arrière-cour et le trempe dans une sorte de récolteur de pluie et se jette dans la fournaise. Il sait qu’il ne pourra pas supporter une telle chaleur longtemps, déjà sa propre tunique commence à brûler. Il saisit alors ce qu’il reste de Zyl, complètement calciné par endroits, il le retourne et attrape Madissa, inconsciente et gravement brûlée, mais qui semble avoir bénéficié de la protection du corps du Brenavë, mort sur elle.

Le voisinage alerté forme une chaîne avec les soldats présents et tous commencent à tenter d’éteindre les flammes qui ont l’air de s’attiser de plus belle.

Madissa est sortie in extrémis par Tyraël qui finit par se déphaser, éreinté… Elvira arrive et incante un sortilège de vie, totalement paniquée. Dans un dernier sursaut, Madissa semble prendre une bouffée d’air frais, mais le miracle est de courte durée. Rapidement, la pauvre femme repasse dans le coma, asphyxiée depuis plusieurs minutes par les fumées épaisses et nocives. Elvira invoque ses golems de pierre alors qu’Elenna et Adrianne participent elles aussi à l’effort afin de mettre tout le monde en sécurité.

Les survivants du groupe, médusés dans la ruelle, aperçoivent tout l’arrière de la demeure s’effondrer dans un vacarme de bois, de crépitement et de poussières de feu…
Zyl est mort… Madissa n’a pas survécu non plus malgré tous leurs efforts.
Désespérés et meurtris, nos amis sont accostés par un capitaine de la milice urbaine qui compte bien connaître la vérité sur cette affaire alors que des braises continuent de tombés ça et là…

Personnages importants :

Palsiane : Vieille ermite Chimérane qui a subi les affres des Jadnar, il y a plusieurs semaines de cela. Soignée par les Brenavë, elle a pu reprendre le cours de sa vie normale. Elle accueille chaleureusement nos amis mais elle reste inquiète de la présence d’un ogre dans les environs qui dévore ses bêtes.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")


Dernière édition par NeoZell le Dim 13 Mar 2016 - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nazer
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
Troll Copiste (secrétaire adjoint)
avatar

Nombre de messages : 236
Age : 26
Localisation : Montauban

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Ven 11 Mar 2016 - 18:04

Chapitre 12 :Cendres et regrets







L'aube de Sérevian fut sombre ce matin-là.

L'éclat des flammes s'était éteint, et il ne restait plus que des cendres qui couvrait tout le quartier comme un linceul. Des cendres aussi dans les deux urnes qu'on leur remis, en leur et place de ceux qu'elles avaient voulu sauver. Des cendres encore dans le goût âpre de la défaite et de l'impuissance.

Mais il fallait déjà se remettre en route, malgré les blessures encore ouvertes et l'épuisement. Elenna, affectée mais déterminée, se chargea de mener le groupe, suivie d'une Adrianne confuse et d'une Elvira réduite à ombre prostrée et muette, écrasée sous la culpabilité et les souvenirs douloureux.

Une petite bouffée de chance les attendait sur la place du quartier marchand en la personne d'un vendeur itinérant prêt à les guider jusqu'au village prochain, et à leur vendre quelques capes pour dissimuler leurs visages reconnaissables et leurs vêtements couverts de suie.

La charité d'Elenna lui permis d'identifier, dans la foule des mendiants, une invocation clairement ténébreuse qui semblait très intéressée par leur groupe, mais nullement agressive. Le sang chaud d'Adrianne la poussa à le dénoncer à la milice, mais le fait qu'il n'est au final rien fait de répréhensible et l'intervention favorable d'Elenna lui évita tout problème. Il demanda à effectuer le chemin au côté de sa généreuse protectrice, et intégra la caravane avec le groupe.

Dehors, une nuée de corbeau tournait au-dessus de la vallée, scrutant de ses milliers d'yeux les vas-et-viens. Ils étaient partis depuis peu et l'invocation s'identifia comme un messager de la secte démoniaque, venu en paix pour proposer un marcher... et mordit la poussière l'instant suivant, violemment jeté hors de la charrette par Elvira et Elena qui y séjournait avec lui. Il n'eut même pas le temps de délivrer son message, forcé à se déphaser par les attaques des jeunes femmes. Le temps de récupérer leur argent et leurs cheveux, les trois demoiselles laissèrent derrière elles un marchand terrorisé pour s'engouffrer au plus vite à l'abri de la forêt, masquées à grand mal par les nuages de cendres d'Adrianne.

Guidées par Elenna sur le chemin du retour, elles ne manquèrent pas de croiser un groupe de paysans en pleine chasse à l'ogre. Comprenant que Bölg s'était encore laissé aller à voler leur bétail, Elena et Elvira calmèrent les agriculteurs en rachetant les bêtes perdues, tandis qu'Adrianne, partie à la poursuite de l'ogre, s'occupait de le mettre hors de danger. Les retrouvailles furent cependant de courte durée, puisque le groupe fut de nouveau contraint d'abandonner leur grand ami à son sort pour parer au plus urgent.

De retour chez les Brenavës, et voyant que ses compagnes peinaient à annoncer aux locaux la mort de Zyl', Adrianne s'en chargea, avec le manque de tact qui la caractérise. Elvira tenait cependant à annoncer elle-même à Merivh Cayin ce qu'elle considérait comme un échec personnel.

Effondré par la nouvelle de la mort de sa femme, le mage refusa de les accompagner pour le mettre en sécurité. Se sentant responsable du sort de sa famille, il ne pouvait supporter l'idée de faire face à son fils, ni de le mettre à nouveau en danger par sa simple présence. Il décida donc de partir par ses propres moyens du village, mais non sans avoir donné aux trois jeunes femmes de précieuses informations. Bien décidé à continuer la lutte contre ceux qui avaient tués son épouse et détruits sa vie, il leur donna rendez-vous chez un de ses anciens amis : un démonologue capable de l'aider à combattre N’Audhar et ses adeptes.

Chacun part donc de son côté. Merivh Cayin s'éclipsa, plus que jamais déterminé à voyer seul et en toute discrétion. Le groupe s'accorda un peu de repos, le temps de panser ses blessures (et de passer une petite nuit d'adieu avec un bel elfe noir pour certaine) et d'attendre les conditions idéales pour traverser la Plaine du Jour, vers la forêt des Haut Elfes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 3 Avr 2016 - 15:06

Chapitre 13 : Le poste avancé d’Arendall.

Nos amis préparent leur départ en compagnie des éclaireurs Los Sylvans qui sont venus les guidés à travers la dense forêt d’Ambervale. Adrianne semble vouloir rester quelques temps au village afin de profiter de la présence de Lithnilian.

Elenna, la Haute elfe, et Elvira, toujours accompagnée par Tyraël son ange protecteur, partent en direction du centre-sud de la forêt afin d’atteindre rapidement la Plaine du Jour. Sur le chemin, les Elfes de la Nuit, qui leur font escorte, ont le pas léger et rapide, il est parfois difficile de maintenir leur rythme, mais il faut se hâter pour espérer rejoindre le poste avancé d’Arendall avant la nuit tombée.

A mi-chemin, dans les Ravines, le groupe détecte la présence de satyres, esprits malveillants d’Ambervale. Ils ne sont que trois et les contourner leur ferait perdre un temps précieux. Ils décident de frapper vite et fort et se débarrassent d’eux avec efficacité. Après s’être sustentés quelque peu, nos amis parcourent encore plusieurs kilomètres sous l’obscure canopée de la Forêt Noire.

La Plaine du Jour en enfin visible, après plus de neuf heures de marche soutenue. Nos amis font leurs adieux aux éclaireurs Los Sylvans en les remerciant chaleureusement de leur aide. Ses derniers peinent déjà, les yeux mi-clos, face à la récente luminosité ambiante sous un Horion éclatant. Il reste environ deux heures avant que l’astre solaire ne se couche, et ils savent bien que la zone reste passablement dangereuse une fois la nuit venue. Ils se hâtent donc de rejoindre rapidement le poste avancé Hildan d’Arendall, plus au sud.

Une fois sur place, nos amis sont étonnés de voir une étrange bannière flotter au sommet de la tour de guet : un drapeau rouge agrémenté de deux chevrons noirs en « V ». La herse est au sol et les gardes de la porte principale interpellent rapidement le groupe. Le poste est actuellement en quarantaine ; une étrange maladie causant diverses nécroses de la peau malmène actuellement la population. Le commandant du poste, un certain Falcedon, accueille nos amis à bras ouverts notant avec discernement la présence d’une Haute Elfe et d’un Ange chimérique dans le groupe.

Apparemment, le commandant Falcedon a déjà demandé de l’aide aux autorités de Baram mais la guerre régnant dans les terres du sud, il sait pertinemment que les renforts ne vont pas se manifester d’aussi tôt. Le foyer infectieux ne semble pas si extrême mais un bon tiers de la population semble touché par la maladie à des degrés divers…

Le groupe n’a pas vraiment d’autre choix que de passer la nuit dans les lieux, la maladie n’étant, à priori, pas volatile, nos amis n’encourent aucun risque tant qu’ils n’entrent pas directement en contact avec les malades. En échange du gîte et du couvert gratuit, le capitaine propose à notre groupe de venir en aide au poste avancé et à son peuple et, si leur savoir le leur permet, de collaborer avec le médecin d’Arendall, un certain Cocius, afin d’élaborer un remède.

Nos amis acceptent les conditions et commencent à faire le tour du poste fortifié, glanant quelques informations ça et là, au contact de la population. Ils font notamment la connaissance d’une jeune fille d’environ huit ans, prénommée Daria, qui semble faire les courses toute seule. Ils apprennent que leur mère est une des victimes de cette maladie et décident de la suivre chez elle pour lui porter assistance. Sa mère semble être atteinte à un stade bien plus avancé que les quelques personnes malades croisées jusqu’alors. Quelques marques nécrosées sur la gorge sont visibles sur la plupart, mais sans grande gravité, alors que sur cette pauvre femme ce sont de véritables plaques purulentes et brunes qui maculent sa poitrine jusqu’à son ventre.

Après un examen médical mené par Elenna, il apparaît que la malheureuse risque de ne pas passer la nuit. La fièvre est intense et le mal a déjà gangréné son corps en profondeur. L’elfe tente bien de soulager quelque peu sa peine alors qu’Elvira part examiner la nourriture présente dans la maison en espérant trouver un facteur commun à cette maladie, sous l’œil inquiet de Tyraël.

Elenna ne semble pas dénoter, dans ses symptômes, d’éléments pouvant rappeler une quelconque peste naturelle, elle pencherait donc plutôt sur une piste d’ordre magique. Elvira indique d’ailleurs qu’un rituel ou un monstre pourrait en être l’origine… d’autant qu’un jeune soldat semble avoir disparu il y a quelques jours, au vue des avis de recherche placardés ça et là…

Le groupe s’entretient avec le médecin Cocius afin d’en apprendre plus sur l’évolution de l’affection. Cette dernière touche en premier les personnes faibles, âgées ou en bas âge. Les alcooliques notoires de la taverne semblent toutefois presqu’immunisés. L’eau comme facteur commun saute aux yeux de nos amis mais tous semblent boire la même eau, du seul et unique puits présent dans le poste. Il est tout à fait probable que les personnes en bonne santé résistent plus aisément bien qu’elles consomment à la même source…

Nos amis décident d’en avoir le cœur net et propose de mener leur investigation dans le puits, avec l’autorisation du commandant Falcedon qui leur donne carte blanche. Dans les couloirs du donjon, Tyraël entend un cri effroyable et avertit rapidement ses amies. Tous foncent alors vers l’infirmerie : un garde malade est en train de mordre jusqu’au sang un de ses camarades présent à son chevet. Elvira se lance sur le malheureux alors que Tyraël met à l’écart le garde blessé. Voyant les yeux vitreux, sans vie, du bougon denté, la Mystique sort son poignard avec une rare dextérité et plante le crâne terni du malade jusqu’à la garde. L’horreur se lit alors dans le regard des autres soldats présents dans la pièce, devant Elenna et Tyraël tout aussi médusés.

Elvira se justifie de son geste sans retour, expliquant que le malheureux était déjà mort et qu’il n’était plus qu’un trépassé dangereux assoiffé de sang. Le capitaine écoute alors les commentaires de chacun avec un regard tourmenté. Tous s’accordent à dire que si la maladie fait, à son stade ultime, revenir les morts à la vie, les sujets les plus atteints doivent être enfermés et isolés. Falcedon s’occupe d’organiser le placement des malades dans les geôles du donjon en faisant le tour des personnes affectées à Arendall. Nos amis, eux, sont bien disposés en enquêter sous le puits du poste, conscient qu’il s’agit-là irrémédiablement d’une affection magique…

Pendant que la garde et quelques jeunes soldats s’occupent de la population, le groupe s’apprête à descendre dans le puits. Cependant, une seule personne peut passer à la fois. Elvira se porte volontaire lorsqu’Elenna entend un cri d’enfant dans la maison d’en face. La Haute Elfe accourt rapidement laissant Tyraël sécuriser la descente d’Elvira. Elenna tente de défoncer la porte d’entrée pour venir en aide à l’enfant qui hurle à plein poumons mais elle finit par se blesser l’épaule. Tyraël, sous la bénédiction d’Elvira, vient en aide à la Haute Elfe laissant la Mystique descendre seule dans le puits…

Elenna et l’ange pénètrent dans la maison et montent quatre à quatre à l’étage en direction des cris. Un homme d’un âge certain, poussant des grognements d’outre-tombe, gratte nonchalamment une armoire de bois dans laquelle semble se cacher l’enfant apeuré. L’Elfe s’enquiert d’éteindre un départ d’incendie qu’une lampe à huile éclatée vient de démarrer. Tyraël n’hésite pas une seconde, il prend le temps d’ajuster sa frappe et décapite d’un trait le trépassé qui lui tourne le dos… L’enfant est récupéré par Elenna qui tente tant bien que mal de calmer le garçon qui, terrorisé, se débat avec force et tristesse…

De son côté, Elvira est désormais au fond du puits, dans une eau glaciale elle découvre, au-delà d’une grille épaisse, un canal aménagé qui dirige l’eau d’une nappe souterraine avoisinante. Dans le canal semble baigner le corps d’un jeune soldat inerte, à califourchon sur la margelle, la tête immergée dans l’eau jusqu’aux épaules…

La Mystique invoque une Naïade et l’envoie plus en avant dans le canal pour voir ce qu’il s’y trame. Le malheureux soldat, zombifié, tente désespérément d’attraper le pied de l’invocation, en vain. Par sécurité, Elvira décoche une flèche assassine à travers la grille qui vient se loger dans la trachée du trépassé. Après quelques instants, l’invocatrice ouvre la grille mais sent que sa Naïade est en souffrance et décide de la révoquer.

Un étrange mais non moins important remous se fait alors sentir. Elvira sent une chose massive s’approcher d’elle dans l’eau sombre. Elle fait volte-face et referme rapidement la grille derrière elle lorsqu’une abominable créature large et difforme, recouverte de pustules et de chairs nécrosées, vient d’écraser sur la grille laissant échapper de ses bubons tuméfiés un horrible miasme jauni, visqueux et d’une forte puanteur.

Elvira tente de remonter rapidement le puits en glissant contre les parois de pierres humides alors que le monstre essaie de faire passer ses larges doigts boudinés à travers la grille. Tyraël accourt avec la rapidité de l’éclair et aide Elvira à se sortir de se mauvais pas. Elenna fait fuir la bête immonde en lançant de puissants éclairs au fond du puits.

La nuit est tombée, plusieurs personnes commencent à paniquer et les soldats achèvent un autre zombi dans une ruelle voisine. Nos amis foncent en direction de la maison de la petite Daria. Tyraël atteint rapidement l’étage et trouve la mère de l’enfant en train de dévorer un soldat fortement alcoolisé. D’un geste décisif, Tyraël abat sa lame, non sans regret, sur la malheureuse et met fin à sa non-vie. Dans la chambre voisine, la fenêtre ouverte montre que la petite s’est échappée par les toits. L’ange déploie ses ailes et recueille la fille, recroquevillée sur elle-même, passablement choquée et frigorifiée…

La population du poste est grandement déconcertée jusqu‘à ce que le médecin Cocius prenne la parole en public, aidé par le commandant Falcedon. Les malades en phase terminale ont étés placés en isolement, parqués dans des cellules individuelles pour éviter toute éventuelle menace.

Nos amis font le point sur la situation, le monstre en question est certainement de la famille des Gangrelars, anciennement suppôts de Dagoth, capables d’engendrer corruption, souillure et gangrène sur une large zone. D’après nos amis, il n’y a que deux possibilités : soit le Gangrelar est remonté des entrailles de Terrä d’une quelconque manière lorsque le Chaos dominait la zone, soit quelqu’un ou quelque chose l’a placé ici. Ce qui semble plus certain en revanche, c’est que le poste d’Arendall soit apparemment directement visé…

Personnages importants :

Commandant Falcedon : Soldat vétéran solide et rude. Il n’en est pas moins humain et protecteur avec ses hommes. Il fait confiance à nos amis et espère surtout qu’ils pourront offrir leur aide pour guérir ses hommes et les dizaines de personnes malades dans le poste. Selon lui, toute aide est précieuse surtout, dans le cas présent, celle de magiciens.

Docteur Cocius : Médecin attitré du poste. C’est un homme versé dans l’art des décoctions, mais il n’est pas en mesure de combattre seul cette épidémie. Pour l’instant, il peut tout au plus ralentir l’évolution de la maladie chez les personnes atteintes. Il semble soulagé de l’aide apportée par le groupe et collabore sans retenue avec nos amis.

Daria : Jeune fille de huit ans qui vit seule avec sa mère depuis la mort de son père. Sa mère a été touchée rapidement par la maladie et a fini par succomber, délivrée dans son errance par Tyraël. Désormais orpheline, la petite est fortement affectée par les événements récents mais semble avoir trouvé un peu de réconfort auprès de nos amis.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 24 Avr 2016 - 17:00

Chapitre 14 : Le démon Gangrelar.

Nos amis prennent un peu de repos et Tyraël repart dans son plan afin, lui aussi, de panser ses blessures. Le lendemain matin, les visages sont tirés, l’ambiance est morose. Le groupe entame leur petit déjeuner lorsque le cor du poste sonne. Nos amis et quelques badauds se pressent vers l’entrée d’Arendall afin d’accueillir les nouveaux arrivants. Beaucoup attendent les renforts de Baram mais la joie n’est que de courte durée lorsque l’on s’aperçoit qu’il ne s’agit que de simples voyageurs.

Parmi eux, Adrianne, raccompagnée par son cher et tendre Lithnilian, peut rejoindre le reste de la communauté et se mettre au parfum. En provenance de Sérévian, se trouve une caravane marchande de laquelle descend un mage Hildan, prénommé Maël, inconnu jusqu’alors. Ce dernier offre volontiers ses services au commandant Falcedon et s’entretient rapidement avec nos amis qui ont bien avancé sur l’enquête.

Maël est un exorciste, formé au temple des Adeptes de Gaïa dans le comté d’Yral et spécialisé dans les Aspects Purification et Sublimation de l’Arcane de Vie. Le groupe ainsi renforcé d’un exorciste tente de faire le point sur la situation. Cinq personnes ont déjà péri dans cette affaire et, d’après les soldats de la caserne, deux personnes placées en cellule sont elles aussi décédées et transformées en zombi…

Sans plus de formalités, Elvira descend aux geôles pour en finir avec ceux qui ont muté. Adrianne lui emboîte de pas et abat sa lame froidement sur la tête d’un des malheureux en guise de dernier sacrement. Malheureusement, son épée se coince à travers les barreaux lorsqu’elle frappe le trépassé et sa lame se déchausse de la garde. Elenna, quant à elle, tente de prodiguer ses sortilèges d’apaisement afin d’offrir une mort plus douce aux victimes.

S’ensuit une querelle philosophique entre Maël d’un côté, Elvira et Adrianne de l’autre. L’exorciste prétend qu’il existe d’autres moyens pour permettre aux âmes des trépassés de rejoindre l’Au-delà. Aussi, il compte bien réaliser un rituel de purification sur l’ensemble des personnes victimes de Nécrose afin d’enrayer la maladie. Malheureusement, concernant les personnes les plus atteintes, même l’exorciste ne dispose pas des facultés nécessaires...

Pendant ce temps, la petite Daria, désormais orpheline, suit Elvira et Elenna comme leur ombre. Nos deux amies se posent de sérieuses questions quant à l’avenir de la fillette. Le commandant répond à cela, sans trop de détours, que Daria va certainement rejoindre l’orphelinat de Sérévian jusqu’à ce qu’un membre de sa famille en demande la garde. Selon les registres, elle aurait un oncle soldat dans un Comté éloigné. Toutefois, les informations datent de plus de six ans et la guerre fait rage dans le sud-est du pays…

Nul doute que l’Elfe et la Mystique se sont éprises d’affection pour la jeune Daria. Elvira commence même à penser qu’elle pourrait s’occuper d’elle une fois cette mission menée à terme. L’invocatrice va même jusqu’à initier la fillette aux rudiments de la conjuration en lui apprenant l’incantation permettant d’invoquer un esprit élémentaire de lumière, en lui confiant quelques sels de sacre. Maël, l’exorciste, regarde la scène d’un œil circonspect. Il considère Daria comme étant bien trop jeune et sans aucune expérience magique pour se livrer à de telles incantations, et avertit Elvira sur les dangers potentiels et la responsabilité qu’incombent l’utilisation de cet Arcane.

La Mystique fait fi des remontrances et continue de s’occuper de la jeune fille comme elle l’entend. Cependant, l’heure n’est plus au maternage de quelque sorte : il y a un démon à occire dans les canaux souterrains et le groupe va devoir trouver un moyen de le détruire définitivement. Le commandant organise un Conseil extraordinaire auquel nos amis vont prendre part au côté de Falcedon et du docteur Cocius.

L’intervention est discutée, le Gangrelar ne doit pas être approché directement ; les émanations gangrénées qu’il laisse dans son sillage restent trop dangereuses pour de simples mortels. Attaquer au corps à corps une telle créature est passablement risqué. Aller chercher le démon dans son antre n’est donc pas envisageable. Tous s’accordent sur l’idée de faire sortir le Gangrelar des canaux souterrains ; endroit beaucoup trop exigu pour combattre la bête efficacement. Le but est de l’attirer à l’extérieur avec un corps décomposé dont il semble se repaître. Une fois à l’extérieur, les magiciens le frapperont de leurs sortilèges et les archers de leurs flèches. Des pièges seront disposés autour du corps et quelqu’un devra empêcher le monstre de retourner dans les bas fonds pour s’y cacher.

Le plan est prêt, il ne reste plus qu’à se préparer au mieux en attendant la nuit ; le Gangrelar exècre la lumière vive. Nos amis partent en direction d’une entrée située à seulement 800 mètres du poste d’Arendall, que les artisans empruntent parfois pour assurer l’entretient du canal principal. Une simple porte en bois ouvre l’accès aux canaux. Elvira dispose de la grosse clef ferrée qui lui permettra de refermer derrière le Ganrelar une fois que ce dernier sera à la merci de tous. Le commandant est accompagné de cinq archers, qui assisteront le groupe, et de six solides soldats qui assureront la sécurité de l’affrontement ; dans cette région, les trolls ne sont jamais bien loin quand la nuit tombe…

Sur place, le plan est mis en œuvre : le corps d’une victime est laissé à quelques mètres de l’entrée, entouré de pièges à ours. Nos amis sont cachés dans les fourrés avoisinants, de même que les archers d’Arendall. La porte de bois est ouverte alors qu’Elvira se prépare à intervenir en premier. Tous attendent patiemment que la bête se montre…

Il faudra presque deux heures d’attente dans le noir avant que le Gangrelar ne s’approche lentement de la porte, attiré par le cadavre, laissant passer son horrible corps difforme et boursouflé de pustules purulentes. La faible lumière d’Ortha, la lune rousse, ne laisse entrevoir seulement que de maigres silhouettes dans la pénombre ambiante, mais cela reste suffisant pour distinguer le gabarit du monstre.

Déjà, l’odeur pestilentielle que dégage le Gangrelar est tout juste soutenable, mais heureusement, nos amis sont trop concentrés pour penser aux diverses chairs en décomposition qui recouvrent le démon. Le Gangrelar s’approche du corps et un des pièges à ours se referme brutalement. Elvira ne sait pas si le piège à maintenu le monstre mais elle invoque son golem et se lance sur la porte pour barrer toute forme de retraire au Gangrelar.

Le démon se retourne hébété et fait face au Golem d’Elvira qui se jette sur lui sans sommation et l’enlace de ses poings puissants. A ce moment précis, nos amis et les archers lancent leurs plus puissantes attaques contre la bête. La lumière émise par les sortilèges d’Elenna suffit au reste du groupe à entrevoir le monstre quelques instants. Aussi, les flèches viennent percer sa chair morte, les exorcismes de Maël brûlent littéralement le corps putréfié du monstre. Tel un pourceau que l’on égorge, le Gangrelar hurle à plein poumon comme si une peur indicible l’avait frappé. Il tente bien de se débattre mais le golem le maintient avec force alors qu’une seconde salve de flèches et de sortilèges diverses pleuvent en leur direction.

Elvira sort du sillage nauséabond laissé par le monstre et réfrène un haut-le-cœur. Elle invoque un ange pour venir les assister dans ce combat. Le golem finit par se déphaser, épuisé par son altercation avec le Gangrelar qui tente de fuir jusqu’à perdre haleine vers l’accès désormais fermé. Une troisième attaque conjuguée frappe le démon qui vient s’échouer contre la porte de bois, laissant dégouliner ses chairs mortes sur le sol, son œil restant accroché à une malheureuse écharde… Le démon se débat fébrilement encore quelques instants avant de dépérir dans un dernier râle rauque sous le quatrième assaut…

Le combat est terminé, nos amis ont été à la fois prompts et efficaces. Ils s’empressent d’aller récupérer des essences rares sur le corps du Gangrelar. Ces ingrédients seront précieux pour l’élaboration d’une médecine efficace contre la Nécrose.

Après avoir pris soin de faire brûler la carcasse du monstre, le capitaine Falcedon propose un retour au poste, sans trop attendre ; il est toujours dangereux de rester en ces lieux une fois la nuit venue. L’essence du Gangrelar est confiée au docteur Cocius et nos amis vont pouvoir s’assurer une bonne nuit de repos. Il leur reste bien du chemin avant d’atteindre la protection des Elfes de Valinore et ils auront besoin d’être en forme pour ce voyage, surtout s’ils comptent prendre avec eux la jeune Daria…

Personnages importants :

Maël (Greg) : Disciple exorciste de Gaïa formé dans le conté d’Yral. Il est entré en contact avec la sage de l’académie de Thamasa qui lui a demandé de renforcer notre groupe d’amis depuis la regrettée disparition de Zyl’Amar. Il semble parfaitement compétent dans son domaine et plutôt de nature altruiste bien qu’il soit parfois assez arrêté sur ses principes.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 29 Mai 2016 - 22:02

Chapitre 15 : Les ruines de Chimelindë.

Au petit matin, nos amis préparent leur besace en vue du voyage qui les attend. Elvira et Elenna s’entretiennent un moment sur le sort de la petite Daria. Cette dernière va hériter de ses parents mais ne sera pas en mesure de jouir de son argent avant sa majorité. Elle est donc placée sous la tutelle d’Elvira qui souhaite la former aux arts de la conjuration ; le commandant Falcedon acceptant un accord de principe. Daria fera donc le voyage avec le groupe jusqu’au royaume de Valinore pour être certainement inscrite, par la suite, à l’académie de Thamasa.

La communauté quitte le poste d’Arendall sous les remerciements du peuple ; chacun est désormais gratifié d’une broche sous les armoiries du poste, en guise de distinction. Le groupe fait route en direction des collines, chemin qui leur permet d’éviter la barrière montagneuse. Après quelques heures de route, nos amis arrivent dans la forêt de Lindë, au nord de Valinore. Les Hauts Elfes sont encore loin, il va falloir trouver un endroit pour bivouaquer avant la tombé de la nuit, cette forêt grouille de Trolls une fois Horion couché.

Elenna propose de traverser les ruines de Chimelindë ce qui leur éviterait un sérieux détour qui fatiguerait bien vite les jeunes jambes de la petite Daria. Ils économiseraient ainsi presqu’un jour de marche. De plus, les éclaireurs Svartals ont l’habitude de trouver refuge dans une tour magique, toujours en activité, qui éloigne efficacement la vermine : la flèche de Marthrym. Elanna guide alors le reste du groupe en direction de l’entrée nord de l’ancienne cité libre des Chimères.

Il ne reste que des vestiges, vieux de près de 500 ans. La cité est totalement reprise par la végétation et ce qui reste des bâtiments semble plus que vétuste. Pourtant, la tour de Marthrym trône encore fièrement malgré les importantes lézardes qui la parcourent et les nombreux décombres environnants…

L’atmosphère reste lugubre, vestige d’un désastre d’antan, mais la protection offerte par la tour magique paraît apaiser la plupart de nos amis. Seule Adrianne, du fait de ses origines, ne semble pas aussi charmée par ce refuge. Il reste encore un peu de temps avant que le crépuscule laisse tomber son voile de noirceur. Le groupe pénètre les lieux et entame l’ascension de la flèche.

Tout n’est que poussière et décombres dans les premiers niveaux de la tour. Toutefois, à son sommet, une porte singulièrement bien entretenue condamne l’accès à la salle du cristal de puissance qui offre sa protection magique. La porte est scellée par des sceaux de foudre et de lumière qu’Elenna n’a aucun mal à dissiper.

Au sommet, la structure sur laquelle repose le cristal de puissance surplombe le reste de la salle. Un recueil, laissé là par les éclaireurs Hauts Elfes et écrit de la main du seigneur Alnoril, permet à nos amis d’en savoir plus sur les ruines de Chimélindë. Elenna en fait d’ailleurs une traduction au reste de la communauté. Le groupe peut prendre un peu de repos et profiter des quelques vivres et des couvertures présentent dans un large coffre Svartal.

Le recueil des éclaireurs Elfes donne de précieuses informations sur les ruines de Chimelindë et la façon dont le cristal de la tour peut être fortifié. Nos amis en profitent d’ailleurs pour renforcer son pouvoir. D’après les écrits, le « quartier Marthrym » semble suffisamment sûr grâce au rayon d’action du cristal de puissance. La tour fonctionne comme une flèche elfique traditionnelle. Elle permet de repousser les créatures néfastes telles que les trolls.

La tour de Valmar, en revanche, est en ruine. Il n’en reste que des vestiges, le cristal-source doit se trouver quelque part sous des tonnes de décombres et reste probablement inaccessible. La zone est potentiellement calme mais le quartier est sans protection et ouvert à la présence d’êtres nuisibles et de créatures diverses. Les deux ponts les plus au Sud sont détruits et impraticables, le seul encore accessible reste celui du quartier Lyséria…

Malheureusement pour nos amis, le quartier Lyséria est, d’après le seigneur Alnoril, le lieu à éviter. Dans le recueil, le seigneur Elfe explique fermenent de ne pas s’en approcher. En effet, la tour Lyseria serait apparemment dangereuse pour tous types de créatures y compris les humanoïdes. Les émanations magiques sont encore très présentes pour une raison inconnue. La présence d’une arme contre le Chaos, crée par les Chimères, ne doit pas être écartée si l’on en croit les écrits d’Arvel Tyras’lyn, historien cité dans le recueil. Il aurait lui-même disparu aux abords de cette tour à la recherche de Chimelindar, la Chimère protectrice de la cité.

D’après le plan de la ville laissé par les éclaireurs, nos amis n’auront pas besoin de s’approcher de la tour Lyséria pour traverser le pont et gagner le Sud des ruines. Ils n’auront qu’à longer le fleuve et rester loin des radiations magiques néfastes. Tous prennent du repos et organisent des tours de garde.

La petite Daria est alitée et s’endort rapidement dans les bras de Tyraël, lorsqu’un hurlement sinistre, en provenance du quartier Valmar, vient déchirer la quiétude du groupe. Bien plus rauque et puissant, ce hurlement n’est pas celui d’un loup et nos amis pensent déjà à une créature chimérique indéterminée. Par chance, le cristal magique de la tour Marthrym continue de protéger les environs, le groupe n’a rien à craindre cette nuit…

Dans l’obscurité, Elenna scrute l’horizon, attirée par la présence de la tour Lyséria au Sud-Est. C’est alors qu’une vision perce son esprit embrumé. Une silhouette fantomatique semble chercher désespérément de l’aide alors qu’un auroc massif irradié de lumière transcende la nuit. La Haute Elfe fait part de ses images singulières à ses camarades dès le petit matin. Tous sont curieux de savoir de quoi il retourne même si aucun n’oublie les mises en garde du seigneur Alnoril présentes dans le recueil.

La nuit a été calme et le groupe décide, malgré les risques, de rejoindre la tour Lyséria pour en apprendre plus sur ce lieu à la fois inquiétant et surprenant. Daria doit rester sous la protection du cristal de la tour de Marthrym jusqu’à leur retour. A cet instant précis, la communauté est loin de se rendre compte de ce qui les attend…

Nos amis traversent une bonne partie des ruines et se rapprochent de la tour Lyséria. Rapidement, ils ressentent déjà les fortes pulsions magiques qui s’en émanent. Si la végétation ne paraît pas directement affectée, il n’y a aucune trace de présence animale dans les environs. Au fur et à mesure de leur avancée, les forces vitales du groupe semblent être comme aspirées par le flux de mana, à intervalle régulier. Si certains supportent bien le choc, d’autres y sont malheureusement plus sensibles et s’affaiblissent à vue d’œil. Les éclaireurs Hauts Elfes n’avaient pas menti. L’endroit n’y paraît peut-être pas mais il est définitivement très dangereux…

Il en faut plus pour miner la curiosité de nos amis qui arrivent à la porte d’entrée de la tour. Cette dernière à beau être massive et solide, elle n’en est pas moins étrangement ouverte et le groupe pénètre facilement à l’intérieur. Tout n’est que poussière et décombres et chacun tente de trouver un nouvel accès. Le flux magique, toujours plus puissant, commence à malmener sérieusement certains membres, notamment Maël et Adrianne. Elenna se protège magiquement de ses boucliers de lumière et Elvira supporte plutôt bien les radiations qui semblent dériver du sol.

Maël se concentre afin de capter les pulsations du reflux de mana. Il se rend compte qu’en plus des émanations régulières, une pulsation plus puissante et plus dangereuse se produit environ toutes les cinq minutes. Ils vont devoir être rapides s’ils comptent vraiment mener une investigation dans ces lieux. De toute évidence, ils ne tiendront pas plus d’une vingtaine de minutes, peut-être moins.

Le groupe cherche un accès qui pourrait les mener au sous-sol de la tour afin de connaître l’origine de ses radiations d’énergie brute. Les décombres environnants ne rendent pas la tâche facile et le temps joue contre eux. Adrianne incante un sortilège de Néant qui lui permet d’aspirer une partie des dalles de pierres formant le sol ; l’entrée est suffisamment large pour qu’une personne puisse y descendre.

De puissants faisceaux de lumière bleutée se dégagent alors du sol. Au-dessous, une salle ornée de dalles marbrées, semblables celle d’un temple, se dessine sous leurs yeux. Adrianne commence déjà à faiblir, son corps vacille et elle tombe inconsciente. Elvira et Elenna viennent à son secours en formulant des sortilèges de soin pour la soulager. Maël commence lui aussi à être pris de vertiges. La situation commence à devenir très délicate.

Le groupe hésite à rebrousser chemin. Il leur faudrait un plan pour se protéger plus efficacement des radiations d’énergies mais, malheureusement, ils n’ont pas le temps de discourir bien longtemps. Poussés par la curiosité, nos amis décident de continuer ses investigations. Adrianne, trop affaiblie par le reflux magique n’hésite pas à faire volte-face afin de s‘éloigner de la tour pour recouvrer ses forces. Elle intime d’ailleurs au reste du groupe d’en faire autant, mais ces derniers préfèrent aller jusqu’au bout…

Maël s’encorde et décide de descendre en premier dans la salle en contrebas ; Tyraël l’assure avec fermeté. L’exorciste sait pertinemment qu’il ne va pas tenir bien longtemps. Plus il se rapproche de cette lumière éclatante et plus ses forces l’abandonnent. Une fois le pied à terre, Maël court aussi vite qu’il le peut, dans une sorte de large couloir aménagé, en direction du faisceau lumineux. Elenna lui emboîte le pas et descend juste après lui.

Lorsque l’exorciste pénètre la salle principale, il aperçoit un imposant cristal trônant majestueusement à mi-hauteur de la salle. Sans réfléchir plus longtemps, Maël plante son bâton magique au sol et lance ses plus puissants sortilèges pensant briser d’un trait la source de ses radiations malsaines. La conséquence est sans appel : l’exorciste est projeté par une énergie considérable et vient rouler dans le couloir devant les yeux horrifié d’Elenna.

Maël ne se relève plus, il semble inconscient. Elenna avertit le reste du groupe et rapidement elle encorde le corps du jeune Hildan afin qu’Elvira et Tyraël le sortent de là. Piquée par une curiosité irraisonnable, la Haute Elfe prend elle aussi le chemin de la salle principale pour voir de quoi il retourne, se protégeant à nouveau par ses boucliers de lumière.

Elenna scrute hâtivement les environs. Elle aperçoit bien entendu le cristal majestueux au centre de la salle. Une étrange silhouette féminine semble enfermée à l’intérieur. De puissants maillons métalliques supportent l’auroc central et sont reliés à des sceaux magiques colossaux. Au sol, un squelette git dans une tunique Svartal au côté d’un sac de voyage et d’un carnet à la reliure de cuir souple. Soudain, des inscriptions se dessinent dans la poussière ambiante. Les mots « protection » et « lumière », en langue elfique, deviennent alors parfaitement visibles. La Haute Elfe n’hésite pas plus longtemps, elle empoigne le carnet et fait volte-face pour rejoindre ses compagnons avant que les radiations aient raison d’elle.

Maël est toujours inconscient et les sortilèges d’Elvira semblent presque inefficaces. La Mystique demande à Tyraël, son ange gardien, de bien vouloir emporter le corps de l’exorciste au loin pour espérer le sauver. Elle aide Elenna à remonter et, dans un dernier effort, toutes deux s’empressent de quitter les lieux rapidement.

Le groupe s’en retourne au pont et retrouve Adrianne qui semble avoir repris des forces. Malheureusement, Maël git toujours inconscient… sans pouls, sans vie… Malgré leurs efforts conjugués, nos amis n’arrivent pas à le ranimer et tous doivent accepter la triste réalité. Maël n’est plus… Sur place, nos amis s’arrangent pour lui offrir une sépulture décente et mettent son corps en terre avant de repartir vers le nord des ruines de Chimélindë, en direction de la tour de Marthrym…

La communauté retrouve la petite Daria qui était impatiente de les revoir. La mort de l’exorciste est occultée volontairement afin d’éviter de choquer la jeune Hildane. Elenna passe une bonne partie de la nuit à étudier les pages du carnet qui appartenait à Arvel Tyras’Lyn en personne, un grand spécialiste des Chimères des siècles passés.

Le lendemain, ils reprennent leur route, en direction du Sud cette fois-ci. Elenna veut taire pour l’instant les informations qu’elle a obtenues du recueil d’Arvel. Elle ne souhaite pas que la communauté retourne dans la tour Lyséria et ne veut certainement pas perdre quelqu’un d’autre, à nouveau. Il est temps pour eux d’atteindre enfin la forêt de Valinore et de bénéficier de la protection des Hauts Elfes.

Le groupe parcourt le reste des ruines. Le hurlement sinistre s’est encore fait entendre mais aucun danger ne les a menacés. A la sortie Sud des ruines de Chimelindë, nos amis tombent sur les restes d’un camp de trolls. Quelques carcasses gisent ça-et-là dans le chaos. Tyraël prend son envol et aperçoit une étrange créature à la peau noire, à la fois forte et massive, qui semble calmement les épier de loin, au-delà du fleuve, dans le quartier Valmar…

Bien que la bête ait vivement piqué la curiosité d’Elvira, il paraît inutile de se jeter dans la gueule du loup. La communauté sort de la cité en ruine en pressant le pas. Les terres de Valinore ne sont plus qu’à quelques lieues désormais. Dès qu’ils auront approché du prochain affluent du fleuve Pélévien, Elenna sera enfin chez elle…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 10 Juil 2016 - 11:22

Chapitre 16 : Premiers émois.


Nos amies se retrouvent non loin des terres de Valinore désormais. Elenna conduit le groupe au pont des Elfes qui jouxtent la frontière avec la forêt des Svartals. Elles en profitent pour bivouaquer dans un lieu sûr afin de prendre un peu de repos ; la route fût longue pour les petites jambes de Daria et il reste encore du chemin à parcourir.

Le lendemain matin, une fois à proximité du pont, les cors elfiques sonnent. Une escorte complète semble déjà attendre le groupe. Alfir Alnoril, grand protecteur de Valinore, est déjà visible, accompagnés de ses fidèles éclaireurs. Le seigneur Elfe reçoit nos amies avec solennité, indiquant que ses hommes avaient déjà repérés leur arrivée depuis plusieurs heures.

Elenna assure les présentations, ravie de voir le seigneur Alnoril en personne. Ce dernier ne s’attendait pas au retour d’Elenna accompagnée de toutes ces personnes. Toutefois, il accueille chaleureusement l’ensemble des dames du groupe en leur offrant escorte et protection. Alfir guide alors nos amies dans la forêt de Valinore, leur demandant de bien vouloir se retourner lorsqu’il dissipe les sceaux d’illusion elfiques qui empêchent toute intrusion indésirée…

Rapidement, le groupe commence à perdre le sens commun du temps et de l’espace. Les filles marchent pendant des heures, pourtant elles ne semblent pas souffrir des affres du voyage. Tout semble si grandiose et si calme. Les cités paraissent si imposantes mais pourtant tellement vides en comparaison de l’effervescence des villes Hildanes. Les puits lunaires leur permettent de rapidement se remettre sur pied et nos amis n’ont besoin que de petites pauses pour continuer leur route sans ressentir la fatigue.

Le seigneur Alnoril les accompagne à Ivalice, capitale des Hauts Elfes, située au cœur d’une clairière majestueuse. La famille d’Elenna vit ici et elle va pouvoir les revoir bientôt. Le domaine de ses parents est désormais visible. Apparemment, le jardin parental a été aménagé pour un événement particulier et plusieurs convives apparaissent aux yeux du groupe. Nos amies semblent arrivées au bon moment : Glador, le frère d’Elenna, fête aujourd’hui son 138ème anniversaire.

Isil, la mère d’Elenna aperçoit le groupe et accueille à bras ouvert l’ensemble des nouveaux arrivés. Elle échange quelques mots réconfortants avec sa fille alors que Galdor et les autres convives se rapprochent afin d’accueillir chaleureusement, eux-aussi, leurs hôtes. Tous se pressent alors à l’orée d’un pré voisin dans lequel est en train de paître Palidora : la monture licorne de Galdor, qu’il a eu l’insigne honneur d’obtenir suite à sa promotion dans l’ordre des Thanatiels.

Les festivités sont placées sous de bons auspices. Le lieu est propice aux rencontres, aux échanges et les esprits sont apaisés. Elendil, le père d’Elenna, salue les convives et s’entretient avec sa fille. Il met la jeune elfe en garde quant à son avenir au milieu des Mortels. Il reste mitigé également sur la présence de la petite Daria, jeune hildane, et craint que sa fille et sa femme ne s’attachent trop à elle. Ses mots sont emplis de sagesse et de mélancolie ; il ne souhaite en aucun cas heurter sa fille mais tente de l’avertir sur une souffrance qu’il n’a que trop bien connue…

Elvira s’entretient avec le seigneur Alnoril qui profite, lui aussi, des festivités après avoir été gentiment invité par dame Isil. Le seigneur elfe explique à la mystique les différences de perception de la vie et du temps entre les Mortels et les Eternels afin d’exprimer les contrastes comportementaux des Elfes. Cependant, il y a d’autres choses qui intriguent Elvira…

En effet, la mystique a remarqué qu’Alfir avait eue une drôle d’impression lors de leur première rencontre, comme s’ils s’étaient déjà rencontrés. Le seigneur elfe lui explique alors avoir fait la connaissance d’une mystique qui lui ressemblait beaucoup. Compte tenu de sa description, il s’agirait sans aucun doute de Nina, la sœur d’Elvira, avec laquelle elle est en froid  depuis plusieurs années… Le seigneur Alnoril lui rappelle alors l’importance des liens familiaux et le pardon, en ajoutant que Nina lui a été d’un très grand secours et qu’il lui était redevable… Cet échange laisse Elvira assez désorientée et incertaine concernant sa propre sœur…

Avant que le banquet ne débute, un jeune elfe de la Maison Laëndel s’entretient longuement avec Elenna, ce qui pique la curiosité naturelle d’Elvira. Les deux ont l’air de bien se connaître ; Emrys Laëndel est un ami de longue date. Ce dernier offre à Elenna une sublime tiare en argent gravé, sertie d’une pierre de lune blanche magnifique. Emrys n’hésite pas à exprimer son transport avec une bienveillance remarquable.

Elenna, touchée par le geste et les mots de son prétendant, esquisse de belles pommettes rougissantes. Très sensible, la jeune elfe contient à plusieurs reprises ses larmes devant tant d’affection sincère. Durant le reste de la soirée, Elenna n’hésite pas à prendre les mains d’Emrys comme si elle répondait à ses attentes alors que le prétendant, plongé dans les yeux de sa douce, lui susurre des mots doux remplis d’admiration…

Adrianne, de son côté, a longtemps été absorbée par la beauté du seigneur Alnoril. Malheureusement, ce dernier quitte poliment la suite des festivités pour s’en retourner à son devoir. Pourtant, il semblerait qu’Adrianne porte un nouvel intérêt à un certain Erandil, meilleur ami de Galdor, lui aussi de l’ordre de Thanatiel. Dans cette atmosphère aussi paisible, Adrianne paraît se confier bien plus qu’à l’accoutumé.

Erandil se montre poli et attentif, pourtant, il ne semble pas répondre aux attentes d’Adrianne. C’était sans compter sur les talents d’entremetteuse d’Elvira qui s’engage à fournir quelques explications techniques sur la psyché des Mortels. L’elfe retourne alors voir Adrianne pour un second entretient, en retrait du banquet. La demi-Adra se montre toujours plus sensible et émotive et se livre à son confident sans grande retenue.

Adrianne retourne sur son passé, sur sa vie et la solitude mélancolique qui la touche depuis plusieurs années. Contre toute attente, elle affirme aujourd’hui avoir trouvé une vraie famille au contact d’Elvira et d’Elenna. Il s’agit bien de la première fois qu’Adrianne se livre ainsi, notamment sur les autres membres de son groupe. A la fois sage et compréhensif, Erandil fait un confident idéal et se montre particulièrement attentionné.

La demi-Adra décide par la suite de s’isoler un peu. Elle souhaite en effet enchanter une des gemmes qu’elle possède en y mettant l’essentiel de sa mélancolie et de ses sentiments. Elle compte offrir un message à Erandil, plus profond et plus intérieur que de simples mots. Adrianne tient avant tout à remercier son confident de lui avoir permis de dénouer un conflit personnel qui la touchait depuis un moment…

Elvira, quant à elle, s’assure de faire le tour des convives gardant un œil curieux en direction de ses deux amies qui sont en compagnie de leur prétendant respectif. Daria est entre de bonne main, Isil et ses invités s’occupent d’elle et lui font faire des tours de poney dans le domaine familial. La Mystique peut désormais prendre soin d’elle. Malheureusement, en admirant la magnificence des lieux et les couples qui se forment au milieu de la nuit, Elvira ne peut s’empêcher de ressentir une certaine tristesse mêlée de solitude. Son prétendant à elle, William Jensen, se trouve à bien des lieues d’ici, dans le port d’Eclin…

Tyraël, très heureux de se trouver au cœur du royaume des Hauts Elfes, échangent longuement avec les différentes convives présentes. Elvira s’entretient alors avec son ange gardien. Lors de cette discussion, l’invocatrice exprime sa volonté de se ranger afin de fonder une famille. Elle semble avoir l’intention d’adopter la petite Daria et, peut-être, de s’installer avec William dans une situation durable. Toutefois, ses mots paraissent encore incertains et Elvira souhaite probablement garder pour elle une partie de ses sentiments…

L’ange de lumière entend bien les choix de la mystique et comprend parfaitement son dilemme et ses décisions. Néanmoins, Tyraël exprime, de son côté, sa volonté de continuer à œuvrer en Terrä. Aussi, si Elvira décidait de se ranger et de quitter le groupe, il souhaiterait être libérer de son contrat chimérique afin de pouvoir être invoquer par une autre personne et ainsi, poursuivre sa sainte mission…

A la suite de cet échange, Elvira ressent un profond chagrin. Selon toute vraisemblance, l’invocatrice a nourri des sentiments envers son ange qui vont au-delà du code des invocateurs et de leurs gardiens. Consciente de l’impossibilité d’une telle relation et de la transgression qu’elle représenterait, Elvira finit par se consoler dans l’alcool en commençant une excellente eau de vie elfique d’Amerys en compagnie du seigneur du domaine.

A la fin de la soirée, Elenna quitte son cher et tendre qui lui dépose un baiser passionné sur la main. Elandil, le père de la jeune elfe, porte dans ses bras la petite Daria qui a fini par s’endormir sur le dos de la licorne, en toute quiétude. Elvira, en partie alcoolisée, est raccompagnée par ses amies et couchée dans une des chambres du domaine. La soirée se termine comme elle a commencé, dans la paix et la sérénité de la cité d’Ivalice en Valinore…

Le lendemain, nos amies se sentent parfaitement reposées après avoir dormi d’une traite du soir au matin. Ces dames ont aujourd’hui envie de se faire belles. Loin des affres des aventures et leurs lots de crasses et de poussières, elles veulent profiter de la quiétude des terres de Valinore pour se montrer sous leurs plus beaux atouts. Elenna propose alors à ses deux amies de choisir, dans sa propre garde-robe, de quoi se vêtir sur le thème des astres lunaires.

Ainsi, l’elfe choisit la sublime robe d’Azura, argentée et lumineuse. Elvira se pare d’une magnifique robe aux couleurs d’Ortha, la lune rousse, plus dorée et orangée. Enfin, Adrianne se vêtit d’une somptueuse robe d’Asmodée, bleu nuit et ténébreuse. Nos trois amies sont désormais épatantes de beauté, chacune minutieusement coiffée et maquillée par les soins d’Elenna et de sa mère Isil.

Peu de temps après, Erandil se présente au domaine. Galdor et lui doivent partir en reconnaissance au temple de Palidor afin d’y enquêter sur la menace qui plane autour de Derval’Amaris. Avant leur départ, Adrianne tient à offrir la gemme qu’elle a préparée pour son confident. Erandil accepte avec joie et semble très touché par un tel geste aussi profond et personnel. L’elfe propose d’ailleurs à Adrianne de lui faire découvrir la cité d’Ivalice dès qu’il sera revenu de mission.

C’est alors qu’Emrys Laëndel arrive à son tour. Le jeune elfe tombe des nues lorsqu’il aperçoit Elenna, divinement belle dans sa robe argentée. Visiblement très ému, il finit par se ressaisir et s’avance devant sa belle. Emrys tend un message noté sur un parchemin, consigné par sa hiérarchie : il va officiellement la suivre dans sa mission. Elenna, attendrie par l’heureuse nouvelle, enlace son prétendant avec entrain, l’œil larmoyant…

Elvira, quant à elle, profite de ce temps pour déposer sa magnifique robe et renfiler sa tunique de voyage, à l’abri des regards. La mystique à l’intention de partir pour Eclin seule. Elle souhaite ainsi s’occuper d’informer elle-même de la mort de Madissa Cayin à son fils Jonah, préférant que ses amies profitent de la plénitude offerte par la cité d’Ivalice et de leurs premiers émois. Elvira s’entretient rapidement avec le père d’Elenna afin d’obtenir une monture volante capable de rejoindre le port d’Eclin sur-le-champ. Elendil accède à sa requête et lui fournit un guide qui la mènera à la grande tour des Hippogriffes.

Elvira jette un dernier regard à ses consœurs, laissant derrière elle une lettre à leur intention lui expliquant son départ furtif. Elle compte revenir dès demain après s’être entretenu avec Jonah et son cher et tendre William…

Personnages importants :

Isil : Mère d’Elenna et Prêtresse-gardienne d’Azura. Douce et aimante, Isil accueille à bras ouvert le groupe qui accompagne sa fille. Elle semble rapidement très maternelle avec la petite Daria et se fait une joie de s’occuper de ses invités.

Elendil : Membre de la Maison Noble de Valinore. Calme et solennel, le poids de l’âge, de l’expérience et des responsabilités sont visibles sur son visage. Il n’en reste pas moins très paternel avec sa fille et s’autorise parfois quelques moments de souplesse malgré la rigidité certaine qui incombe à sa fonction.

Galdor : Frère aîné d’Elenna. Membre des Thanatiels dans lequel il vient d’être promu au rang d’élite. A l’âge de 138 ans, il obtient l’insigne honneur de pouvoir monter sa propre Licorne qu’il a nommée Palidora, en souvenir de la sainte Chimère. Protecteur avec sa sœur, il accepte avec joie que le groupe se mêle aux festivités.

Emrys : Membre des artisans de la Maison Laëndel et excellent orfèvre. Eperdument amoureux d’Elenna depuis plusieurs décennies, il lui apporte tendresse et affection, et elle le lui rend bien. D’un soutien sans faille envers elle, il souhaite désormais œuvrer à ses côtés pour mieux la protéger.

Erandil : Meilleur ami de Galdor. Il est lui aussi membres des Thanatiels mais n’a pas encore le grade de son confrère. Il semble se rapprocher beaucoup d’Adrianne lors de cette soirée. Il compte très certainement la revoir par la suite afin de faire plus ample connaissance, touché par la gemme qu’elle lui a offerte.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mar 23 Aoû 2016 - 12:41

Chapitre 17 : Décisions


Puisqu’Elvira est en déplacement à Eclin jusqu’à demain, les filles vont en profiter pour s’occuper de leurs petites affaires. Elenna va passer une bonne partie de la journée ainsi que la soirée entière à travailler sur les documents d’Arvel Tyras’Lyn. Elle veillera tard dans la soirée en compagnie d’Emrys qui se concentre principalement sur les rituels qui pourraient les prémunir des radiations magiques néfastes de la tour de Lyséria.

Adrianne, de son côté, s’empresse de trouver un artisan de renom capable de façonner une armure avec l’écaille qu’elle avait prélevée sur le corps de Shakanda, le serpent albinos gardien de Loda Khaz’rim. Elenna lui conseille d’aller voir le Seigneur de la Maison Laëndel en personne, qui est, à n’en point douter, le plus grand artisan de toutes les terres de Valinore. La semi-Adra s’exécute et part pour le village d’Amerys, au sud de la capitale.

Adrianne demande son chemin ça et là, évitant de croiser le regard des Valestis, les garants de l’Ordre Elfique. Elle finit part atteindre le magnifique domaine des grands artisans de la Maison Laëndel. Le Seigneur du domaine accepte de la recevoir et se montre rapidement intéressé par la pièce rapportée par la semi-Adra. Il accède à sa requête : concevoir une pièce d’armure avec l’écaille en question qu’elle pourra venir chercher d’ici deux jours.

Le lendemain, nos amies se rejoignent au domaine d’Elenna. Elvira est effectivement de retour et peut rapporter les nouvelles d’Eclin et de la Sage de l’académie. Chacune reçoit dans un premier temps le traitement accordé pour la mission que la Sage considère comme terminée. Dans sa missive, la directrice de Thamasa remercie d’ailleurs comme il se doit chaque membre de cette communauté pour les services rendus. Elle indique par ailleurs qu’un groupe d’espions de Do’nvir a été éliminé aux abords de l’académie et qu’Horus, le chaman de Zilmar, s’est porté volontaire pour s’occuper des cas de Shakanda et Bölg, tant qu’il reste disponible.

Elvira rajoute que la nouvelle de la mort de Madissa a évidement été très difficile à accepter pour Jonah. Toutefois, on peut dire que tout a été mis en œuvre pour assurer le bon déroulement de cette mission. Il est à présent temps pour nos amies de passer à autre chose. Visiblement, toutes s’intéressent de près au cas des ruines de Chimélindë et en particulier à la présence de Lyséria, ancienne consul de la cité, maudite et enfermée depuis des siècles par les forces Chaotiques d’antan, sous les murs d’une des tours de protection.

Le groupe se donne alors pour objectif de trouver un moyen de sortir Lyséria de là, si toutefois cela était possible. En revanche, ce qui reste particulièrement curieux pour nos amies, c’est que personne n’ait vraiment tenté de sauver la chimère de sa prison de cristal à part Arvel Tyras’Lyn, il y déjà presque trois siècles de cela… D’ailleurs, d’après les écrits d’Arvel, ce dernier n’a pas souhaité demander l’aide des autorités Hauts-Elfes de l’époque prétextant que les hauts pontes Elvens avaient toujours eu peur des puissances chimériques et des pouvoirs incontrôlables des sceaux démoniaques…

Le soir venu, Elenna doit officialiser son ascension dans la voie Lunaire, celle de la lune d’argent Azrua. La jeune elfe a ainsi décidé de suivre les pas de sa mère et de devenir prêtresse d’Azura. A minuit, la cérémonie lunaire a lieu dans l’alcôve azuréenne maternelle. Isil, la mère d’Elenna, assure elle-même le rituel cérémonial. Plusieurs témoins sont présents, à la demande d’Elenna : Elendil son père, bien entendu, Elvira et Adrianne, ses amies de voyage et enfin Emrys, les yeux pleins d’admiration pour sa douce.

Il s’agit d’une cérémonie très importante pour Elenna dans la mesure où elle officialise la voie qu’elle a choisi de suivre pour les siècles des siècles. Aussi, elle doit prêter serment afin de respecter son engagement dans la prêtrise lunaire. Son pouvoir incombe sagesse et responsabilités et sa mère Isil lui fait minutieusement répéter ses vœux. A la fin de la cérémonie, la tension devient palpable lorsque le signe d’Azura se fait attendre. En effet, seule la lune d’argent peut choisir ses représentants.

C’est avec une grande fierté qu’une douce lumière blanche vient bénir Elenna et l’autel cérémonial. Lentement, une demie lune argentée vient se dessiner sur le front de la jeune elfe, signe qu’Azura vient de l’accepter parmi ses dignes représentantes terrestres. La voilà désormais prêtresse d’Azura et tous les témoins viennent tour à tour la saluer et la féliciter.

Le lendemain, les filles se mettent alors d’accord pour ne divulguer aucune information concernant Lyséria et sa prison de cristal, encore moins sur leurs intentions de délivrer l’ancienne consul de sa malédiction, et ce jusqu’à nouvel ordre. Pour l’instant, en dehors du groupe, seul Emrys semble au courant du véritable objectif de nos amies.

Bienheureusement, il semble d’une loyauté sans faille envers Elenna et le reste de ses camarades. Il compte d’ailleurs les aider autant que possible dans cette entreprise. Toutefois, Elenna semble grandement gênée dans cette affaire : elle souhaiterait évidemment accorder plus de confiance en son peuple et gage que leur communauté pourrait trouver une aide sûre et précieuse chez les Svartals. Malheureusement, son avis ne semble pas vraiment partagé, les autres filles du groupe semblent trop suspicieuses à l’égard du conservatisme exacerbé des elfes.

Il est temps de continuer les recherches et de profiter des connaissances et des archives pluriséculaires des Svartal’heim. D’après les traductions d’Elenna et Emrys des textes d’Arvel Tyras’Lyn et des recherches communes réalisées aux archives, le Cristal qui forme la prison magique inviolable de Lyséria est maintenu par trois sceaux d’une rare puissance. De plus, il s’agirait très certainement d’une malédiction Khantariste, peut-être même réalisée par Malus Khantar en personne, l’un des grands sorciers du Chaos de l’époque.

Le premier verrou magique semble être un sceau de puissance. S’il était violé, ce dernier devrait libérer une quantité colossale d’énergie, rasant certainement tout autour de lui sur un rayon de plusieurs lieues d’après les premières estimations. Le second verrou est apparemment un sceau de gardien. Un classique dans ce genre de situation. Un gardien chimérique devrait apparaître pour défendre le sceau dans le cas où quelqu’un tenterait de l’ouvrir. Cependant, pour l’instant, rien ne précise la nature de ce fameux gardien.
Enfin, le troisième verrou semble être un sceau démoniaque sacrificiel. Selon toute vraisemblance, le sceau doit nécessiter une certaine quantité d’âmes pour être libéré…

Les recherches sont longues et fastidieuses ; nos amies y passent des journées entières à comparer les notes du journal d’Arvel, ses croquis, les reproductions faites par Elvira et ses talents de calligraphe, les traductions elfiques d’Elenna, les connaissances en démonologie d’Adrianne, les expertises d’Emrys. Tous participent aux recherches dans les archives de la cité d’Ivalice.

Le groupe se met rapidement d’accord sur le caractère confidentiel de leurs recherches. En effet, Elenna n’hésite pas, lors d’un repas familial, à omettre volontaire la nature exacte de leurs activités récentes, y comprit lorsque son père se montre intrigué. Tout cela ne rassure pas forcément Emrys qui se demande pourquoi la chose doit autant rester secrète ; il est cependant toujours aussi fidèle à sa belle et finit lui aussi par jouer le jeu…

Une chose est sûre, pour pouvoir étudier efficacement les sceaux qui maintiennent la prison cristalline de Lyséria, nos amies n’auront d’autre choix que de se trouver directement face aux sceaux en question. Il faut continuer les recherches que menaient Arvel Tyras’Lyn et combler les manques qui ont été engendrés par le temps sur les pages altérées du recueil. Emrys se charge de confectionner des amulettes de protection en se basant sur le modèle de celle que portait Arvel. Le groupe devrait pourvoir être protégé des effets néfastes des radiations magiques de la tour pendant plus d’une heure…

La petite Daria, de son côté, semble parfaitement épanouie dans ce nouveau milieu. Elle paraît oublier presque trop vite les épreuves qu’elle a dues vivre au poste d’Arendall. Elvira compte la scolariser à l’académie de Thamasa dès que cela sera possible. Pour l’heure, il est temps de se préparer sérieusement pour retourner dans les ruines de Chimélindë…

Personnages importants :

Tyrion Laëndel : Seigneur Maître de la Maison des Artisans de Valinore. C’est un vieil elfe très expérimenté et disponible bien qu’un peu songeur et méditatif. Il semble particulièrement intéressé par l’écaille rapportée par Adrianne. Il reste cependant difficile de dire s’il a accepté de lui confectionner une pièce unique par simple bonté d’âme ou par pur intérêt personnel.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 9 Oct 2016 - 15:01

Chapitre 18 : L’intervention de L’Adra.


Les filles font le point sur leurs affaires et se préparent pour retourner rapidement dans les ruines de Chimélindë. Daria reste pour l’instant avec la famille d’Elenna ; dame Isil semble parfaitement enclin à garder la fillette et lui assurer protection. Aussi, alors qu’Elvira s’entretient avec Daria pour lui expliquer son départ, Elenna précise à sa mère qu’elles se rendent dans les ruines. Toutefois, elle semble omettre encore volontairement l’objectif principal qui les amène là-bas…

Sur le chemin, nos amies accompagnées d’Emrys s’arrêtent pour bivouaquer dans la forêt de Valinore après avoir croisé un groupe d’éclaireurs elvens. Elles semblent plutôt positives et déterminées, et sont convaincues de pouvoir sortir Lyséria de sa prison de cristal. Emrys en profite pour donner à chaque membre du groupe une amulette de protection qu’il a préparée exprès, tout en expliquant leur fonctionnement.

Une fois arrivé aux ruines de Chimelindë, le groupe se dirige rapidement en direction de la tour Lyséria. Visiblement, les amulettes de protection enchantées par Emrys fonctionnent parfaitement bien. Nos amies ressentent bien la résonance magique de la tour mais, bienheureusement, les artefacts semblent agir comme des catalyseurs résistants. D’après Emrys, le groupe pourra passer au moins une heure entière dans la chambre de Lyséria sans risquer de souffrir des radiations magiques.

Les filles peuvent alors prendre plus de temps dans la salle du cristal. Elenna récupère d’ailleurs plusieurs morceaux de parchemins remplis de formules magiques et de calculs de fréquences. Un nécessaire d’alchimie d’un autre âge est aussi disponible sur une vieille table en marbre. Le groupe en profite pour se lancer dans une étude approfondie des sceaux visibles au-dessus de la prison d’auroc en s’aidant des recherches d’Arvel Tyras’Lyn.

Il semblerait que le Haut Elfe n’ait pas pu terminer certains de ses calculs. Elenna et Emrys vont s’employer à résoudre de vieillees équations de résonances magiques. En effet, d’après les écrits d’Arvel, il leur faut trouver la fréquence exacte de deux cristaux de puissance pour pouvoir résorber le sceau sacrificiel. Ensuite, il faudra, au moyen d’un rituel magique minutieux, distiller l’exacte quantité de mana dans chacun des aurocs reliés au sceau démoniaque, sans quoi son pouvoir sera libéré…

Le sceau du gardien est étudié par Elvira. La mystique effectue un rituel d’appel afin de connaître le nom du gardien qui défend le cristal de Lyséria, sans pour autant déclencher son invocation. C’est médusée qu’Elvira va apprendre le nom du gardien puisqu’il s’agit justement de Lyséria elle-même. L’ironie cynique légendaire du seigneur Khantar est à son comble ; le mage noir à pousser le vice si loin qu’il s’est arrangé pour que le gardien et la chimère à sauver soit la même personne… Il est donc évident qu’il est impossible de vaincre le gardien sans tuer Lyséria. Nos amies vont devoir trouver un autre moyen pour régler cette question…

Quand au sceau de puissance, d’après les résultats obtenus par Elenna et Emrys, la puissance exacte du sceau est de 750 unités de mana. Ce qui correspond à la force de presque 4 sorts de degré 6 sur l’échelle Adjorienne, libérée d’un seul coup. La puissance serait telle qu’elle détruirait probablement tout ce qui existe dans les alentours sur plusieurs lieues… La seule solution trouvée par Adrianne serait de faire exploser ce sceau dans un plan différent. Elle n’en possède pas encore les pouvoirs mais il devrait être possible de faire passer ce sceau dans le Néant et de libérer sa puissance…
Malheureusement, La Tel’Valar devra faire appel à des forces particulièrement sombres pour effectuer une telle prouesse.

Après une bonne heure de travail, Emrys indique à nos amies qu’il est temps de sortir de la zone d’influence de la résonance magique de la tour. Elvira commence à étudier plusieurs pistes pour régler la question du gardien, elle pourrait peut-être tenter de l’influencer. Elenna et Emrys ont résolus les équations inachevées d’Arvel Tyras’Lyn et pourront certainement pratiquer le rituel pour dissiper le sceau de sacrifice du moment qu’ils auront les bons composants pour le faire. Adrianne, quant à elle, réfléchit encore au moyen d’obtenir le pouvoir nécessaire pour faire passer le sceau de puissance dans le Néant…

Le groupe décide de retrouver la protection de la tour de Marthym, au Nord des ruines, afin de faire le point sur leurs dernières recherches.

Sur le chemin, arrivé sur la place centrale, le groupe admire une nouvelle fois l’ancienne statue de Chimelindar qui a bien souffert des affres du temps. Tout à coup, les sens aiguisés des elfes réalisent que quelque chose les épie dans le noir. La bête rôde dans le coin… Elvira envoie son faucon en éclaireur pour la pister. Nos amies sont encore à plusieurs centaines de mètres de la protection magique de la tour Marthym et commencent à presser le pas.

Soudain, une masse noire se propulse dans les airs, à travers les ruines, et s’empare, d’un coup de patte précis, le pauvre faucon qui disparaît dans les vestiges de la cité. Elvira, folle de rage, se met à hurler et somme la bête de se montrer, bien décidée à en découdre. Les autres membres du groupe intiment à la Mystique de ne pas se risquer à affronter le monstre sur son terrain. Sur leur route, elles sentent bien que la bête continue de leur tourner autour, des bruits se font entendre dans les quatre coins des ruines alentours.

Adrianne aperçoit des plumes sur des marches, puis plus loin, le faucon d’Elvira semble posé dans une ancienne alcôve entourée de colonnades. Les elfes avancent en éclaireurs afin d’ouvrir le meilleur passage au milieu des vestiges de la cité, repris par la végétation, parfois difficiles à arpenter. Adrianne se doute bien d’un piège tendu par le monstre, pourtant, elle se jette à corps perdu dans l’alcôve après avoir usé de son sortilège de cendres pour manifester un écran de fumée et ainsi masquer sa venue.

La bête bondit alors de nulle part et lui saute dessus. Elle manque la Tel’Valar de peu, gênée par le nuage de cendres. Néanmoins, voilà Adrianne isolée de ses sœurs de cœur. Elvira, témoin de la scène, compte bien tirer une flèche mais par peur de toucher sa camarade, elle finit par se raviser. Adrianne est désormais chassée par la bête et cour à travers les ruines jusqu’à en perdre haleine, le faucon d’Elvira inconscient dans ses bras…

Le reste du groupe commence à perdre de vue la Tel’Valar en fuite et tente de trouver une moyen de la retrouver mais il faudra contourner plusieurs anciens pâtés de maison avant d’espérer la recroiser. Adrianne tente de perdre la bête à travers les ruines, mais cette dernière connaît visiblement les moindres recoins des lieux et semble forcer la semi-Adra à prendre le chemin d’une ruelle étroite…

Arrivée dans cette fine l’allée, Adrianne reprend son souffle quelques instants, paniquée. La bête vient de passer au-dessus d’elle. Le monstre l’attend de l’autre côté de la ruelle et il est trop tard pour rebrousser chemin. Par chance, un des murs adjacent est particulièrement lézardé, suffisamment pour laisser passer la Tel’Valar qui se faufile alors que la bête se lance sur elle.

De justesse, Adrianne se glisse dans un vieux bâtiment et cour aussi vite qu’elle le peut. Elle débouche alors sur ancienne place assez large, longue d’une bonne centaine de mètres ; la tour Marthym est visible au-dessus des ruines. Complètement à découvert, Adrianne fonce à travers la place, la bête sur ses talons, afin d’atteindre aussi vite que possible l’autre côté et espérer se trouver sous la protection de la tour magique.

C’est alors qu’une armure elfique animée par magie apparaît de nulle part, semblable à celle croisée dans les ruines elfiques au large de Bas-Champs, et décoche une flèche sur la bête qui pourchasse la semi-Adra. Le reste du groupe débouchent lui-aussi sur la place en question, à presque cent mètres de là, et sont témoins impuissants de la scène. Alors que tous s’approchent pour pouvoir défendre leur camarade en proie au monstre, ce dernier se propulse dans les airs avec une force étonnante et plaque de toute sa masse la pauvre Adrianne, en pleine course…

La bête semble souffrir d’une force étrange qui la malmène ; sa peau noire paraît frémir et devient fumante comme si elle brûlait. La magie de protection de la tour Marthrym est visiblement efficace sur le monstre. Ce dernier saisit alors l’armure d’écaille blanche de la semi-Adra et la renvoie avec force à plusieurs mètres en arrière. La malheureuse heurte le mur en pierre d’une ancienne bâtisse, la laissant passablement meurtrie au sol…

Le monstre aperçoit alors le reste du groupe qui commence à le cribler de flèches et de boules de feu, une fois arrivé à portée. Le Zohaar râle et esquive avec brio ce qu’il peut au moyen de bonds véloces et gracieux, malgré sa masse, et fonce avec fureur en direction d’Adrianne qui peine à s’adosser contre le mur qu’elle vient de frapper…

Alors que la bête s’apprête à se ruer sur Adrianne, une créature tout aussi massive, humanoïde, à la peau brunâtre, large d’épaules et pourvue de cornes, bondit en dehors des ruines en se plaçant entre la bête et la Tel’Valar. Les filles du groupe reconnaissent alors le démon Adra asmodéen, celui des ruines Svartal’heim de Sérévian, qui vient se poster en rempart devant le Zohaar…

Cela fait plus d’une quinzaine de jours, depuis leur départ de Loda Khaz’rim, qu’Adrianne communique avec l’Adra sans que ses amies ne soient au courant. Elle a par ailleurs offert le cristal de puissance trouvé dans la Forêt Noire afin de permettre à l’Adra de recouvrer ses forces. Ce dernier a besoin d’être guidé jusqu’au Sud d’Escondra et a donc décidé de suivre le groupe à distance. Il avait perdu leurs traces lorsque nos amies ont atteint la forêt de Valinore et avait décidé, d’un comme un accord avec Adrianne, de patienter quelques temps dans les ruines de Chimelindë…

Désorientés par l’arrivée incroyable de cet allié à l’apparence démoniaque, Elvira baisse les mains, Elenna garde une flèche encochée avec hésitation. Emrys, quant à lui, contourne le combat qui fait rage entre la bête et l’Adra et s’approche d’Adrianne afin de lui porter secours. La Tel’Valar est placée à l’écart alors qu’Emrys encoche vaillamment une flèche en pointant les deux monstres. Elenna n’hésite pas un seul instant et lance ses plus puissants sortilèges de jugement qui viennent frapper de plein fouet les deux créatures.

Le démon Adra repousse un instant le Zohaar qui, percé de plusieurs traits et malmené par les jugements de lumière d’Elenna et les sorts de feu de la Mystique, finit par battre en retraite et disparaître dans le paysage en ruine en exhalant de déception mais en maintenant un regard mauvais…

Le groupe se met en sécurité, Adrianne remercie comme il se doit l’Adra et explique toute l’histoire concernant leur relation encore secrète. Elvira se doutait depuis un moment d’une telle affaire et savait pertinemment qu’Adrianne leur cachait des choses. Les deux elfes cependant n’ont pas l’air d’accepter facilement la nouvelle. Emrys et Elenna s’entretiennent en privé à se sujet, visiblement décontenancés et suspicieux à l’égard de ce nouvel allié. L’Adra finit par reprendre une apparence plus humanoïde : ses cornes se rétractent, sa taille et sa carrure diminues, la couleur de sa peau change. Il ressemble désormais plus à un chiméran comme il en existe tant. Seule particularité, il garde la marque frontale de la lune noire sur son front…

L’Adra est remercié, sauf par les elfes qui gardent leur distance. Il s’explique sur le caractère surprenant de son intervention : apparemment, il aurait entendu Elvira crier à travers les ruines lorsqu’elle invectivait la bête. C’est ce cri qui lui a donné la position du groupe. L’Adra et Adrianne semblent entretenir une relation encore mystérieuse et nul ne peut dire si le démon asmodéen est intervenu par loyauté ou par intérêt…

Adrianne n’hésite pas à lui dévoiler leur intention de sauver Lyséria. L’Adra exprime alors une idée qui pourrait permettre à la Tel’Valar d’obtenir le pouvoir de dissiper le sceau de puissance dans le Néant, mais pour obtenir un tel pouvoir, il y aura sans aucun doute un prix à payer… comme celui de négocier ce pouvoir avec un autre démon…

Personnage important:

L'Adra: Son origine est toujours inconnue bien que nos amies l'aient déjà croisé dans les ruines Svartam'heim de Sérévian et l'ancienne retraite naine de Loda Khaz'rim. Son intention serait de rejoindre dès que possible un ancien sanctuaire Adra qui se trouverait au-delà de la mer d'Escondra. Il aurait pour cela besoin d'un guide. Pour l'instant, nul ne peut attester de sa bonne foi, pourtant il vient probablement de sauver la vie d'Adrianne en combattant le Zohaar.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 6 Nov 2016 - 18:04

Chapitre 19 : Le retour de la Bête.


Le groupe est en direction de la tour Marthrym après avoir réalisé une sépulture décente à Sylphan, le faucon d’Elvira. Sous la protection de la flèche elfique, le groupe peut désormais prendre un peu de repos. Les elfes montent à l’étage pour s’entretenir sur la suite des événements. Adrianne a décidé de rester avec l’Adra, répondant désormais au nom d’Asmön, qui a élu domicile dans une ancienne auberge, plus au Sud. Elvira, quant à elle, reste pour l’instant seule au rez-de-chaussée de la tour. La Mystique souhaite en effet avoir une discussion privée avec Tyraël…

Au même moment, tapis dans l’ombre, une jeune aventurière, amatrice de sensations fortes et d’anciennes reliques, se cache dans la tour de Marthrym. Ayant aperçu le groupe arriver, la rôdeuse a préféré faire profil bas afin d’espionner un moment ces nouveaux venus. Elle en profite pour écouter l’entretient entre Elvira et son Ange gardien.

La Mystique fait un compte rendu complet et aimerait que Tyraël explique toute la situation aux siens, dans le plan chimérique. Bien entendu, l’Ange gardien ne peut donner aucune information concernant le monde d’Elevingore. Cependant, il reste parfaitement en mesure de faire passer un message si toutefois cela reste possible. Elvira espère que si Marthrym est toujours en vie et qu’il apprend que Lyséria est enfermée à Chimelindë, il pourra certainement venir les aider à la libérer… D’un autre côté, si effectivement les filles n’ont pas le choix, elles devront peut-être tuer Lyséria…

La rôdeuse s’efface lentement pour regagner l’étage pendant qu’Elvira semble occupée. Arrivée devant la salle du cristal de puissance, la jeune aventurière tombe nez à nez avec les deux elfes qui restent dubitatifs et la questionnent sur son origine. Elvira monte elle aussi et finit par croiser la rôdeuse. Par mesure de précaution, la Mystique encoche une flèche et la questionne à son tour.

L’aventurière se fait petite et explique sa venue : elle a longtemps entendu parler des vestiges de Chimelindë et des histoires que l’on raconte sur les pouvoirs des Chimères. Elle a voulu voir elle-même si la légende de Chimelindar, le gardien de la cité, est vraie. La rôdeuse se présente sous le nom de Willa et ne montre aucune aussi hostilité au reste du groupe. Selon toute vraisemblance, elle est Hildane et originaire de Sérévian. Après tout, dans un endroit aussi dangereux, un peu d’aide est toujours bienvenue. D’autant que si la rôdeuse a fait le voyage seule sans encombre, c‘est qu’elle doit être plutôt douée.

Après une discussion générale sur la situation actuelle, les deux elfes décident de repartir en direction des terres de Valinore ; Emrys et Elenna espèrent récupérer rapidement les composants dont ils vont avoir besoin pour pratiquer leur rituel. Quelques formules, dosages et autres calculs alchimiques seront aussi certainement nécessaires. A contrecœur, le reste du groupe regarde les deux Elvens reprendre la route des Hauts Elfes…

Adrianne va passer la nuit au repaire de l’Adra. De leur côté, Elvira prépare le repas pendant que Willa récupère un peu de bois. A l’extérieur, la rôdeuse aperçoit une étrange lueur bleutée qui passe à travers les ruines à raz du sol. Elle décide de la suivre jusqu’à une sorte d’ancien bassin de marbre qui forme désormais une espèce de mare artificielle.

La forme bleutée évanescente semble intelligente mais farouche. Willa tente de l’approcher avec sagesse. La chose est en réalité un Esprit élémentaire d’eau, petite créature formée exclusivement de mana d’eau. Le Djinn semble prendre plusieurs formes différentes pour communiquer. Curieuse, la rôdeuse reste un moment avec la créature, tentant de l’apprivoiser en quelque sorte. Elle l’interroge sur Chimelindar et l’Esprit mineur prend la forme d’une caverne dans laquelle goûte de l’eau en abondance. Le Djinn connaît certainement des endroits que nul n’a visités encore.

Willa retourne à la tour avant la tombée de la nuit, l’élémentaire d’eau la suit désormais comme son ombre, intriguée par cette nouvelle forme de vie. La nuit est calme malgré deux hurlements dans le lointain qui vont déchirer la nuit…

Le lendemain matin, tout le monde se retrouve au pied de la tour. Adrianne a passé la nuit sous la protection de l’Adra qui semble avoir veillé longtemps. Willa part rapidement en direction du bassin afin de retrouver le petit Esprit de l’eau. Elvira et Adrianne font alors connaissance avec la petite créature de mana. Sous les questionnements de Willa, le Djinn d’eau se déplace comme s’il voulait qu’on le suive. Simplement, ce dernier a régulièrement besoin d’un peu d’eau pour favoriser sa matérialisation.

Les filles vont devoir sortir de la protection de la tour Marthrym afin de regagner l’ancienne place centrale. Au-dessus d’un monument haut perché encore debout, l’Adra garde un œil sur le groupe et sur les environs, au cas où la Bête serait en proie à des représailles…

L’Esprit mineur les conduit d’abord jusqu’au fleuve afin de se ressourcer, puis il longe la berge jusqu’à la place principale. Au centre trône toujours une ancienne fontaine sur laquelle reposait une statue massive représentant certainement une créature d’origine draconique. Le Djinn se déplace dans la fontaine et finit par disparaître à travers les nombreuses aspérités dans la roche tressées par le temps.

Autour d’elles, les filles se rendent comptent que le sol dallé est parfois fêlé par endroit. Adrianne espère bien trouver une caverne la dessous et saute de toute ses forces sur les quelques dalles lézardées. Soudain, le sol s’éventre sous ses pieds et la voilà en proie à une chute peut-être mortelle. Elvira et Willa interviennent rapidement en tentant d’attraper le bras de leur camarade, mais la pauvre tient à peine.

Elvira appelle Tyraël car lui seul pourra la secourir si d’aventure elle devait chuter. Cependant, si les filles lâchent, l’Ange gardien n’arrivera jamais à temps. Les filles peinent à remonter la semi-Adra et le sol se fendilles dangereusement autour d’elle. C’est alors qu’une silhouette massive les tire vers l’arrière avec une force impressionnante, sortant Adrianne du trou désormais béant et la sauvant d’une mort quasi certaine…

Les filles se retournent et reconnaissent l’Adra qui vient de leur porter secours. Cependant, ce dernier se présente là sous sa forme démoniaque et Willa commence déjà à s’écarter de lui avec terreur. Tyraël apparaît dans le ciel, pensant aux premiers abords que la menace vient du démon, il plonge, tête baissée en sa direction. Le démon lève une main au ciel d’un air de défie alors qu’Elvira et Adrianne tentent de le calmer. Elvira est saisie à la gorge et portée en l’air, sentant la rage dans la leur rouge des yeux du démon. Adrianne arrive tant bien que mal à calmer l’Adra en lui parlant et en détournant son regard. Le démon commence alors à desserrer son poing alors qu’Elvira somme Tyraël de rester à distance…

C’est alors qu’une bête noire et massive percute de toute sa force le corps de l’Adra, le saisissant rageusement à la nuque. Les filles sont projetées à terre sous l’impact, mais tiennent bon. La rodeuse, médusée, fait le tour de la fontaine et part se cacher dans les ruines à plusieurs mètres de là. Le Zohar maltraite furieusement l’Adra qui perd rapidement connaissance et revient à sa forme humanoïde. Elvira panique et n’arrive même pas à invoquer ses créatures. Adrianne se relève, sort son épée, et assène un coup puissant à la créature, lui ouvrant une large entaille sur la joue.

La bête tente de repousser Adrianne qui tient bon sur ses jambes et ne souhaite pas se laisser faire malgré le monstre qu’elle affronte. Le Zohar frappe l’Adra inconscient plusieurs fois à la tête jusqu’à ce que les dalles en dessous finissent par s’ouvrir sous la puissance des impacts répétés.

A distance, Willa trouve le courage de réagir en incantant un sortilège d’illusion faisant disparaître momentanément le corps de l’Adra aux yeux de tous. Le sort fonctionne à merveille, sous l’étonnement la bête lâche prise. Tyraël et Adrianne enchaînement alors leurs plus puissants coups contre la bête qui ne semble pas décontenancer pour autant.

C’est à ce moment-là qu’Elvira décide de prendre possession du corps de la Bête. Cette dernière semble résister ardemment malgré ses blessures mais Elvira tient bon. Adrianne cherche le corps encore invisible de l’Adra pour le mettre à l’abri du combat alors que Willa annule son sortilège. Tyraël conscient qu’Elvira a désormais pris possession du monstre, hésite à porter de nouveaux coups. Sous les ordres de la Mystique, l’Ange continue de frapper la bête faisant par la même occasion souffrir Elvira.

Tyraël à l’opportunité de donner le coup de grâce mais cela pourrait avoir de graves conséquences pour la mystique si la bête meurt alors qu’Elvira la possède toujours. Toutefois, l’invocatrice ne doit libérer son emprise que lorsque son ange gardien est prêt à porter le coup fatal, sinon la Bête risque de rentrer dans une rage folle. Aussi, Elvira retourne dans son corps passablement affaiblie au même moment où la bête lance un dernier rugissement qui est étouffé par la lame de Tyraël qui transperce de part en part le corps noir du monstre…

Le Zohar est tombé…mais le prix a été lourd : L’Adra gît encore inconscient à terre. Elvira est en état de choc suite à cette possession mentale. Willa s’approche d’Asmön et vérifie ses blessures et ses fonctions vitales. L’Adra ne respire plus et son cœur s’est arrêté… Adrianne n’hésite pas une seule seconde et récupère la potion de phénix dans son sac. Elle verse le contenu de la fiole dans la bouche d’Asmön, le forçant à déglutir. Ce dernier finit par reprendre une bouffée d’air frais avec difficulté, comme s’il avait retenu sa respiration trop longtemps. Cependant, il reperd rapidement connaissance…trop affaibli…

Willa commence à panser les blessures de l’Adra avec une certaine expertise et précise à Adrianne qu’il est désormais hors de danger. Il a plusieurs hématomes crâniens qui vont nécessiter bien des jours de repos et des soins réguliers… Willa confectionne une civière de fortune avec un des vieux morceaux de toile et quelques branches. Il va leur falloir un moment avant de regagner la protection de la tour Marthrym. De plus, rester dans le coin avec tout ce sang qui peut éventuellement attirer d’autres prédateurs n’est pas vraiment conseillé…

De son côté Tyraël emporte Elvira dans la tour de Marthym. Il la rassure par ses mots et sa présence. Elvira s’apaise rapidement une fois blottie dans ses bras. L’Ange dépose même un baiser sur le front de la Mystique qui finit de la calmer. L’épreuve a été difficile psychologiquement pour Elvira ; la Bête était puissante et sa volonté était grande. Malgré tout, le groupe se rassure en se disant que la principale menace de ces terres est désormais tombée pour de bon…

Personnages Importants :

Willa : Rôdeuse de Sérévian. Cette jeune hildane s’est aventurée dans les ruines de Chimelindë à la recherche de trésors enfouis et des artefacts de Chimelindar, le supposé gardien de la cité. Elle ne semble pas hostile au reste du groupe, au contraire, elle compte bien creuser cette affaire pour voir ce qu’elle peut lui rapporter. Elle reste particulièrement prudente face au danger.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Lun 5 Déc 2016 - 18:33

Chapitre 20: Voyage dans le temps.
20 parties déjà!!!



Adrianne ramène l’Adra blessé dans l’ancienne auberge en ruine. Willa, la rodeuse Hildane, fait rapidement ses adieux ; elle ne compte pas rester plus longtemps dans ce lieu de malheurs et compte retourner à Sérévian sur-le-champ. La semi-Adra panse les blessures d’Asmon et reste à son chevet jusqu’à son réveil. Elvira est emportée par Tyraël qui se réfugie dans la tour de Marthrym, plus au Nord. Dans ses bras, la Mystique s’apaise peu à peu et se remet de ses émotions et de son combat contre la Bête…

De son côté, Elenna est sur le chemin du retour. Elle revient des terres de Valinore où elle a laissé Emrys à ses recherches. Toutefois, Elenna ne revient pas seule. Sa mère, toujours inquiète pour sa fille, s’est assurée que deux nouveaux membres aillent prêter assistance dans cette affaire : un Hildan druide des terres de Norfen, un certain Odvar, dont l’histoire a ému la mère d’Elenna, tient à participer afin de s’octroyer les bonnes grâces des elfes. A côté, un chiméran magnar du feu nommé Valyrio, est quant à lui venu apporter son expertise chimérique à l’affaire.

Tous finissent par se retrouver dans la tour Marthyrm. Les présentations sont faites mais restent timides, voire austères pour Elvira, pourtant toutes comprennent aisément qu’un peu d’aide ne peut pas leur faire défaut. Elenna interroge ses consœurs sur l’existence de nouvelles grandes crevasses aux abords de la fontaine sur la place principale de Chimelindë, de même que la présence du corps meurtri de la Bête baignant dans son propre sang.

Elvira et Adrianne font un point sur la situation, relayées par Tyraël ; ils expliquent que le Monstre noir a été battu mais qu’Asmon, l’Adra, en a payé le prix fort. De plus, cette intervention leur a permise de découvrir l’existence d’une immense caverne située au-dessous de la grande place. Tous s’accordent sur le fait de trouver l’entrée du temple souterrain de Chimelindar. D’après les écrits d’Arvel Tyras’lyn, le temple du dragon devrait bien se situer au-dessous de la fontaine principale, ce qui semble correspondre avec la faille précédemment découverte…

Le groupe rejoint rapidement les lieues alors que l’Esprit mineur de l’eau, rencontré la veille, se manifeste à nouveau et semble suivre les pas du druide Odvar. Disposant d’une grande affinité avec l’élément de l’Eau, l’homme du Nord rentre vite en communication avec l’Esprit mineur qui continue de les guider en direction de la grande place.

Une fois arrivé, le groupe commence à tâter le terrain. Valyrio s’empresse de chercher des informations directement sur la fontaine alors que les filles tentent de trouver un moyen de descendre rapidement dans le gouffre, aidées par Odvar. De solides cordes sont nouées et tous commencent à amorcer leur descente, les uns après les autres. Elvira est partie en éclaireur avec Tyraël et commencent à faire un peu de lumière dans  ces nouveaux lieux.

La caverne baigne dans une noirceur imposante mêlée d’humidité. Des gouttelettes ruissellent ça-et-là sur les parois de la grotte. Valyrio incante rapidement des flammèches permettant à tous de percevoir les sombres environs. La grotte, gigantesque, est soutenue par un pilier central massif sur lequel repose la fontaine. Chacun commence à investiguer l’endroit.

Adrianne emprunte une sorte d’escalier qui remonte en colimaçon autour du pilier principal. Elenna part découvrir les reliques de gravures laissées sur les parois de la caverne en suivant un petit sillon d’eau ruisselante. Odvar suit, instinctivement, la direction empruntée par le petit Esprit de l’Eau qui le mène rapidement vers une arche cachée sous les décombres environnants. Elvira, Tyraël et Valyrio tentent de déblayer la découverte mais le labeur risque d’être long et compliqué. La Mystique invoque un Golem de Terre qui s’empresse de déloger les plus imposants blocs de roche.

Au plafond de la caverne, Adrianne active un levier : dans un craquement sinistre, la fontaine au-dessus d’elle commence à pivoter sur elle-même, laissant apparaître la sortie vers l’extérieur, donnant directement sur la grande place. Malheureusement, le mécanisme très ancien engendre une chute de roches et de stalactites présentes au plafond de l’immense grotte. La chute de pierre s’abat sur le reste du groupe en contrebas et malmène plusieurs membres qui, visiblement, ne s’attendaient pas du tout à la chose.

Malgré quelques ecchymoses et une fois l’arche dégagée, nos amis distinguent aisément de solides et majestueuses portes en pierre. Sur l’arche, des lettres chimériques sont encore visibles : « Hen së farena Chimelindar, drakon lime val’parthunax, ev’en lasserë al’missador van’hortavir Marthrym, Valmar agan Lysëria, era darolim iman-guelon agan daveron val’Chimelindë kalda. » Elvira s’empresse de donner une traduction du texte : « Ici se trouve Chimelindar, dragon fils de Parthunax, qui en vertu des accords des conseillers Marthrym, Valmar et Lyséria, est désormais gardien et protecteur de la cité des Chimères libres. ».

Aidé par le Golem d’Elvira, nos amis poussent les portes qui crissent horriblement. Le groupe entrevoit une pièce dallée de larges pierres sombres et claires, telles un damier. Au centre, une stèle surmontée d’une structure métallique ressemblant à une tête de dragon. Malheureusement, aucune griffe ne semble reposer sur la stèle. Valyrio commence à tâter les dalles de son bâton alors que d’autres jettent des pierres pour déterminer l’existence d’un piège dans la salle. Effectivement, la salle est piégée : des gerbes de flammes sont soufflées des murs lorsque les dalles sombres sont enclenchées.

Le groupe avance prudemment dans la pièce, prenant le temps pour certains d’admirer les fresques restées en bon état sur les murs, racontant l’histoire de la cité jusqu’à sa construction. Au fond de la pièce, une seconde arche massive sur laquelle semble fixée, à même la roche, une structure ressemblant à un disque d’auroc de couleur rubis sur lequel se dessinent trois encoches profondes. Autour de cette structure sont placés trois autres cercles d’aurocs translucides sur lesquels sont gravés les noms des conseillers de Chimelindë. Les cristaux symbolisant Marthrym et Lyséria sont allumés et brillent d’une vive clarté émeraude. Par contre, le cristal de Valmar semble parfaitement éteint…

Nos amis font rapidement le lien avec les tours elfiques qui sont positionnées à l’extérieur. Chacune dispose d’une auroc de puissance qui doit être relié à ce lieu. La tour de Valmar étant détruite depuis plusieurs siècles, il paraît alors normal que l’auroc ne soit pas activé. Au-dessus de ces cercles cristallins se dessine une nouvelle arche majestueusement ornée sur laquelle on peut lire : « Evin’zil ev’venar kishir, anera drakon. » ce qu’Elvira s’empresse de traduire à voix haute: « Que celui qui porte la griffe, réveille le dragon. ».

A ces mots, l’Esprit de l’eau commence à émettre une lueur bleuté étonnante et rapidement aveuglante. Très vite, l’air s’engouffre dans la pièce alors que des runes inconnues, d’un bleu brillant, apparaissent sur les corps et les artefacts les plus précieux de nos amis. Un vortex azur se met à aspirer tout ce qui se trouve à portée et le groupe commence à avoir grand peine à se maintenir debout. A l’époque, un ami d’Elvira et d'Elenna, l’elfe sylvain Elrohir leur avait témoigné d’un événement similaire. Il semblerait qu’il s’agisse d’un pont magique qui pourrait les transporter à travers le temps et les Âges.
Tour à tour, n’écoutant que leur instinct, nos amis se jettent littéralement dans l’horizon des événements…

Lorsqu’ils reprennent leur esprit, les membres du groupe se retrouvent dans une pièce sombre, sans lumière. Rapidement, Valyrio et Elenna éclairent les lieux de leur magie. Visiblement, nos amis ne semblent pas avoir changé de lieu, ils sont toujours dans la même pièce. Pourtant, les fresques semblent plus belles et fraiches que jamais et surtout, une griffe d’or repose sur la stèle centrale. Malheureusement, Tyraël semble avoir disparu et ne peut plus être invoqué…

Tous commencent à comprendre qu’ils sont certainement dans le passé sans toutefois savoir à quelle époque exactement. Des bruits se font entendre à l’extérieur ; marteaux et burins s’entrechoquent et taillent la pierre. Le groupe sort de la salle avec une certaine appréhension. Dehors, la caverne semble plus belle que jamais : plusieurs échaudages se dressent sur les parois alors que les tailleurs de pierres font leurs offices.
Adrianne se hasarde à interpeller l’un d’entre eux. Le dialecte chimérique employé par son interlocuteur est ancien mais la semi-Adra en comprend l’essentiel.

Sans trop attirer plus l’attention que cela, nos amis rejoignent la surface par l’escalier autour du pilier central. Au dessus, il semblerait que la fête soit à l’honneur ; de nombreuses effigies des chimères de l’Eau et de la Glace paraissent au centre des festivités. Il y a foule sur la place centrale, ce qui tranche considérablement avec les ruines précédemment arpentées.

Dans tout ce tumulte de chimérans, quelques ambassades Elvenes et Hildanes se distinguent. Mais personne ne remarque vraiment les membres du groupe, confondus dans la masse. Nos amis contemplent alors la magnificence de la cité de Chimelindë, encore toute jeune. Les tours des conseillers ne sont même pas encore complètement construites, seule celle de Valmar semble terminée.

La foule se rassemble devant une estrade richement décorée pour la fête. Un être d’origine chimérique, humanoïde, dont les affinités de l’Eau et de l’Ombre sont aisément perceptibles, monte sur la scène et prend la parole. Il s’agit du Conseiller Valmar en personne qui rend grâce aux Chimères de l’Eau, bien sûr, mais aussi à ses fidèles amis conseillers Marthrym et Lyséria sans oublier le peuple de Chimélindë et son protecteur Chimelindar, et insistant sur les nouvelles alliances avec les Trois Couronnes.

A la fin d’un discours sincère et reconnaissant, le Seigneur Valmar échange avec divers ambassadeurs de différentes races et la fête reprend de plus belle. Nos amis tentent une approche directe. Elvira est convaincue qu’ils doivent s’entretenir avec un ou plusieurs conseillers. Ils semblent avoir la chance de pourvoir récupérer la griffe de Chimelindar et de trouver un auroc qui possède la résonance du cristal de Valmar. Ainsi, ils pourront libérer Chimelindar dans le présent, ce qui pourrait, par la même occasion, leur offrir une aide conséquente pour sauver Lyséria. Pourtant, il va falloir trouver un moyen de convaincre le Conseiller Valmar sans trop en dire sur leurs réelles identités ni sur l’avenir qui attend la cité…

Le groupe aborde le Seigneur Valmar par l’intermédiaire de Valyrio. Elvira se fait porte-parole de ses camarades et engage la conversation en restant humble et courtoise. Valmar paraît déjà intrigué face à ce groupe hétéroclite et semble déjà sonder la plupart de nos amis. Elvira insiste sur le caractère discret de leur venue et de leur bienveillance à l’égard du peuple de Chimelindë. Le Conseiller reste suspicieux, les adeptes de sectes vont bon train à cette époque et Valmar manifeste une certaine prudence. Le groupe est escorté à la tour du Conseiller ; ils sont aussi dépossédés de leurs effets personnels et de leurs armes.

Une fois dans la tour, Valmar se montre toutefois un peu plus accueillant : il semble rassuré de ne percevoir aucune malveillance dans leur cœur. Nos amis récupèrent leurs effets alors que Valmar demande à ses domestiques de bien vouloir s’occuper des diverses offrandes qui ont été déposées au pied de la tour. Le seigneur invite alors nos amis à sa table et commence à les questionner assidument. Selon toutes vraisemblances, Valmar est conscient que les gens qu’il a en face de lui sont mystérieux à bien des égards : ils portent des tenues étranges, des écussons de maisons inexistantes et des objets aux estampes inconnues.

Aussi, le seigneur compte bien faire la lumière sur leurs réelles motivations et souhaite plus que tout connaître la raison de leur venue ainsi que le nom de leur employeur. Elvira est sur le point de tout divulguer sur leurs origines mais Adrianne intervient et tente une approche plus fine et reste volontairement mystérieuse sur bien des points.

Une magnifique bouteille offerte au seigneur en offrande est apportée par une domestique, le repas s’annonce d’une richesse et d’un intérêt certain. Nos amis se demandent alors comment ils vont pouvoir convaincre le seigneur Valmar de les aider sans toutefois risquer de divulguer trop d’informations sur le futur…

Personnages importants :

Valmar : Membre du Conseil des Trois de Chimélindë. Il fut un héros des Grandes guerres Chimériques, puissant et respecté. Valmar est certainement celui des 3 conseillers qui apprécie le moins les Trois Couronnes, pourtant il admet largement œuvrer pour la paix et accepte parfois de faire de lourdes concessions pour le bien de tous. Le groupe l’intrigue au plus au point et il compte bien creuser l’affaire.

Valyrio (Christophe): Aya Magnar, mage du feu. Valyrio est proche des Erators sans pour autant en avoir le statut. Ce chiméran a souhaite porter sa pierre à l’édifice étant l’importance des trésors de Chimelindë à ses yeux.

Odvar (Ingrid): Druide de l’Eau des terres de Norfen. Cet Hildan a fait un long voyage jusqu’en terres elfes pour une raison encore inconnue du reste du groupe. Réservé, il semble très à l’aise dans son domaine magique. Il paraît parfaitement stupéfait des récents événements mais garde un œil sage sur la situation.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mar 17 Jan 2017 - 18:08

Chapitre 21 : Le réveil du dragon.

Nos amies se trouvent à table avec le Seigneur Valmar qui continue de leur poser quelques questions sur leur prétendue mission. Les sujets vont bons trains : les relations entre les Chimères et les Trois Couronnes, le devenir des Adras parmi les Valars, l’originalité des sectes chaotiques, les tours magiques de la cité, le gardien supposé de Chimelindë ; la discussion ne manque pas d’intérêt. Valyrio, le mage de feu, préfère rester à l’écart et profiter de la fête à l’extérieur.

Pendant le repas, le conseiller Valmar se voit régulièrement offrir des cadeaux apportés par les domestiques de la tour. Une excellente bouteille de l’alliance Dervalienne est d’ailleurs rapidement ouverte, au plaisir des convives. Elvira souhaite prendre un peu de recul afin de peindre un portrait du seigneur de ces lieux. Un trépied avec une large palette de peintures diverses lui est proposée pour la peine ; elle s’installe à quelques mètres de la table et se lance dans cette œuvre.

A beau milieu du repas, la domestique offre une magnifique amulette sertie d’un rubis écarlate au seigneur Valmar, le conseiller accepte poliment. Des couronnes de fleurs sont proposées aux convives et tout le monde accepte avec joie ses marques de gentillesse. Une jeune chimérane annonce à l’assistance qu’une troupe d’Ondines est venue les divertir de leurs chants et de leurs danses. Le seigneur Valmar acquiesce et fait rentrer les danseuses.

De magnifiques et plantureuses jeunes femmes, semblables à des Naïades commencent mouvoir leur corps et à chanter une mélodie enivrante. Odvar se laisse d’ailleurs agréablement porter par ces séduisantes sonorités. Au bout de quelques minutes, lorsque les chants ensorcelants ont eu raison de la majorité des convives présentes, Adrianne se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond. Le conseiller Valmar ne bouge plus, il est comme paralysé alors que l’amulette brille de mille feux et résonne de concert avec les chants des Ondines.

La peur saisit la Tel’Valar lorsque l’une des Ondines woge et laisse apparaître son vrai visage, celui d’une succube aux traits abjects. Le démon femelle se rapproche dangereusement dans le dos du seigneur Valmar et lui plante cruellement ses longues griffes acérées dans la chair. Adrianne réagit, pendant que ses amis se réveillent à peine de leur torpeur, et lacère la succube de ses lames. Elvira découvre l’horreur de la scène alors qu’elle tentait de se concentrer sur sa toile. Elle aperçoit plusieurs menaces supplémentaires qui approchent dans le noir…

Provenant des salles avoisinantes, la Mystique aperçoit une créature malveillante, habillée d’une tunique sombre, qui invoque quelque chose d’une voix sourde et grave. De l’autre côté, un sceptre d’ébène s’approche dangereusement de la scène. Elvira invoque à son tour, faisant appel à un Golem de pierre pour la défendre et à un Efrit pour combattre le spectre et l’empêcher de nuire.

Les succubes deviennent folles et commencent à lancer des boules de feu à l’intérieur de la tour. Nos amis sont malmenés alors que les tentures et les tapis prennent rapidement feu. Adrianne continue de défendre Valmar paralysé ; elle arrive même à lui faire rouvrir les yeux. Odvar vient aussi à la rescousse et se concentre sur l’amulette que le Conseiller porte autour du coup.

Adrianne et la succube échangent plusieurs frappes mais la Tel’Valar a rapidement raison du démon. Elenna lance ses jugements de lumière les plus puissants et se fait prendre à partie par une succube qui se jette sur la table en sa direction. Le Golem d’Elvira résiste aux boules de feu et empoigne un démon femelle et la lance à travers une fenêtre. L’étage est désormais en proie à une multitude de sortilèges de feu, d’ombre et de lumière qui détruisent l’essentiel du mobilier et des décorations de la pièce…

Soudain, une vague d’eau, puissante, semble tourner autour du seigneur Valmar, éteignant ça-et-là les feux, et protégeant nos amis des attaques des succubes et de leurs acolytes. Malgré sa paralysie, le Conseiller Valmar arrive tant bien que mal à aider nos camarades et tente, lui aussi, de repousser la menace.

La créature en noir termine visiblement son incantation. C’est alors qu’une main noirâtre, massive, à l’aspect répugnant, sort littéralement de la table à laquelle nos amis étaient attablés. La succube qui combattait là est emportée dans les ombres en poussant un cri de frayeur devant les yeux médusés d’Elenna et d’Odvar.

Cette main monstrueuse venue d’Outremonde s’écrase contre les murs de la salle. Elenna et Adrianne se jettent à terre et se cachent sous la table pour éviter d’être écrasées. Elvira se lance à corps perdu sur la créature en noir qui l’esquive d’un geste sûr et tentent de garder le contrôle de son invocation. La Mystique empoigne son arc et commence à tirer, faisant fuir son opposant.

L’invocation commence à devenir totalement incontrôlable. Malgré la panique, Odvar arrive à sectionner la chaîne de l’amulette avec son couteau, libérant de fait le Conseiller qui recule prestement alors que la main s’approche dangereusement de lui. Valmar incante un sortilège de glace afin de geler la main d’Outremonde et d’avoir le temps de trouver un moyen de la révoquer.

Adrianne passe sous la table et fonce en toute hâte en direction de la créature en noir qui prend la fuite, talonnée de près par Elenna. Le spectre d’ébène a eu raison de l’Efrit d’Elvira et se dirige vers une domestique qui part rapidement sonner l’alerte après avoir pénétré dans la pièce. Elvira suit le spectre pour venir en aide à la malheureuse, qui n’a aucune idée de ce qui s’approche dans son dos.

Adrianne, dans une rage peu commune traque littéralement la créature en noir qui saute par l’une des fenêtres de la tour en déployant ses ailes sombres et membraneuses. La Tel’Valar n’hésite pas à sauter dans le vide sous les yeux médusés d’Elenna. Adrianne plante sa lame dans l’aile de la créature qui finit par perdre le contrôle et vient s’écraser quelques mètres en contrebas. La Tel’Valar s’acharne sur le démon, répandant sang et trippes sur plusieurs mètres autour d’elle…

A l’intérieur, Valmar somme Odvar d’aller chercher un grimoire qui repose sur une table dans une pièce voisine. Le druide du Nord s’exécute et cours récupérer l’ouvrage. Non loin du grimoire en question, se trouve dans une magnifique verrerie, une somptueuse griffe d’or… Odvar n’oublie pas ce qu’il est venu chercher et ramène le vieux grimoire au Conseiller. Ce dernier a besoin de consulter l’ouvrage afin de trouver une formule appropriée. Valmar demande alors au druide de continuer de contrôler le sortilège qui entrave la main.

Ovdar s’en sort avec brio et permet au conseiller de trouver une formule de révocation suffisamment puissante pour renvoyer la main monstrueuse de là d’où elle vient. A côté, Elenna descend les escaliers quatre à quatre pour tenter de venir en aide à Adrianne qu’elle croit probablement blessée après une telle chute.

La milice ne tarde pas à arriver sous les cris de désespoir de la domestique de la tour et du voisinage en proie à la panique. Adrianne est rapidement arrêtée par les autorités locales et sommée de déposer les armes ; la Tel’Valar finit par obtempérer au prix de quelques efforts... Elle est ramenée en direction de la tour ou l’escorte croise Elenna qui rechigne elle aussi à laisser ses armes à la milice, mais les gardes sont nombreux et gravement sérieux.

A l’étage, le seigneur Valmar termine sa révocation et salue la prestation d’Odvar. Dans une salle adjacente, Elvira est toujours aux mains avec le spectre d’ébène qui a manqué d’occire la domestique. Alors que tous accourent dans leur direction, la Mystique se débarrasse définitivement de la créature spectrale…

Chacun reprend peu à peu ses esprits. Valmar explique ce qui vient de se passer au capitaine de la milice qui rend derechef les effets personnels d’Adrianne et d’Elenna. Chacun de nos amis est gracieusement remercié par le maître des lieux. Le Conseiller s’engage même à accéder à une requête de leur choix.

La pièce est sans dessus-dessous. Tous passent à l’étage, se rapprochant du cristal de puissance se trouvant au sommet de la tour. Nos amis en profitent pour se nettoyer un peu et changer de vêtement après le rude combat qu’ils viennent de mener. Le groupe fait la demande d’un cristal de puissance qui disposerait de la résonance magique de la tour Valmar (indispensable pour ouvrir la porte de Chimelindar, dans la mesure où la tour n’existe plus dans le Présent), ce que le conseiller accepte sans grande difficulté. Dans un second temps, nos amis essayent de négocier une des griffes d’or (qui représente la clé pour ouvrir la porte de Chimelindar), ce que Valmar n’accepte pas directement.

Il est, à juste titre, particulièrement étonné d’une telle demande, ne comprenant pas pourquoi le groupe a besoin de la clé permettant de réveiller le gardien de la cité. Ce dernier ne répond qu’aux Conseillers de la cité, aussi Valmar pense que cela ne leur servirait à rien.

Soudain, un cor d’argent se fait entendre. Une personne importante vient d’arriver dans la cité. Valmar invite le groupe à le suivre à l’extérieur. Visiblement, le conseiller refuse de prendre la responsabilité de confier une griffe d’or à nos amis, il se contente de répondre : « elle saura »…

Le seigneur Valmar accompagne nos amis à travers la ville en direction d’un temple dédié aux Chimères dans le quartier Lyséria. Le groupe retrouve Valyrio, qui flânait, ça-et-là, et profitait de la splendeur de Chimelindë d’antan. Une fois arrivé dans un magnifique temple dont les pierres et les colonnades récentes rendent grâce à l’architecture chimérique, Valmar explique qu’ils vont pouvoir rencontrer la Conseillère Lyséria qui vient juste d’arriver des terres de Valinore. Valmar lui faisant pleinement confiance, c’est donc Lyséria qui tranchera quant à l’histoire de la griffe d’or…

La Conseillère est grande, belle, habillée de châles clairs, ses yeux brillent d’une lueur étrange et ses cheveux sont presque évanescents. De son aura émane une sagesse peu commune, mêlée de force et de faiblesse. Suite aux politesses d’usages, dame Lyséria souhaiterait s’entretenir avec certains membres du groupe, en privé…

Odvar accepte d’être le premier et suit Lyséria dans une pièce à l’écart. L’entretient porte essentiellement sur le voyage d’Odvar des îles du Nord, de sa famille et surtout de sa sœur qu’il recherche ardemment. Lyséria prophétise que le druide retrouvera sa sœur, mais de nombreuses zones d’ombres demeurent, certaines parties de la vision semblent pour le moins inquiétantes.

Adrianne passe à la suite. Leur échange s’aiguille rapidement sur les origines d’Adrianne et son rapport avec les Adras, notamment avec Asmon. Lyséria prophétise que l’Adra sera son plus fidèle allié ou son plus grand ennemi, trop de choses dépendent encore d’elle. La Tel’Valar est consciente que sa relation avec Asmon est délicate, mais elle a choisi de faire confiance.

Elenna lui emboite le pas. Lyséria s’entretient avec elle sur les relations avec les Elvens et, bien entendu, sur les pouvoirs lunaires et son don de clairvoyance. Elenna peut aussi faire appel à Azël pour avoir des visions mais ces dernières sont sujettes à interprétation. Etrangement, la prophétie qui la concerne est très proche de celle d’Adrianne. Azura juge les âmes des vivants ; Elenna devra faire un choix concernant l’Adra et aiguiller son amie pour la maintenir sur le droit chemin.

Enfin, c’est au tour d’Elvira de rester avec la Conseillère. Leur discussion s’oriente sur la famille de la Mystique sur l’île de Daga : la première fois que ses pouvoirs chimériques se sont manifestés, sa mère et sa sœur… Par la suite, c’est clairement la relation que l’invocatrice entretient avec Tyraël qui fait l’objet de la prophétie. Apparemment, plus Elvira va se rapprocher de lui et plus elle va le perdre. Étonnement, d’après Lysria, elle doit aussi le perdre, pour mieux le retrouver…

A la fin de tous ces entretiens privés, Lyséria accorde le droit à nos amis de disposer d’une des griffes d’or en leur souhaitant bonne chance pour la suite. Le groupe décide de rejoindre, sans trop tarder, le temple de Chimelindar. Le groupe est sous bonne garde, escorté par Valmar qui offre la griffe d’or sans rechigner en ajoutant : « Il faut qu’elle ait bien chaud… ».

Nos amis demandent à se recueillir seuls dans le temple ; ils pénètrent les lieux et retrouvent cette lueur bleutée qu’ils avaient croisée lors de leur premier voyage. Sans aucune hésitation, dès que le vortex se rouvre à la faveur des runes étrangères qui parcourent leur trésor respectif, nos amis sautent à l’intérieur et voyagent à travers les Âges et le Temps…

La pièce est à nouveau la même, mais plusieurs siècles se sont écoulés et tous sont heureux d’être revenus à leur époque. Pour se rassurer, nos amis ont pour preuve la torche et les petits cailloux qu’ils avaient jetés la première fois qu’ils étaient entrés dans la pièce et qu’ils avaient vérifié qu’il n’y avait pas de pièges. L’instant de vérité approche…

Le cristal de Valmar est approché des cercles d’aurocs concentriques et une lueur turquoise en émane. Le cercle principal émet alors une résonance toute particulière comme s’il n’attenait plus que la griffe soit enfin enclenchée. Elvira utilise sa maîtrise des sorts de feu pour embrasser la griffe et l’applique dans la serrure. La Mystique tourne la clé alors que les cœurs de tous ceux présents battent la chamade…

L’arche principale s’ouvre dans un craquement sonore puissant. Derrière, se trouve une petit salle richement ornée de décorations draconiques. Au centre, sur un magnifique piédestal d’argent forgé du plus bel effet, lévite à quelques centimètres seulement une magnifique magicite émeraude dont le centre brille d’une lueur orange au rythme de battements très lents… L’invocatrice saisit la pierre magique comme si c’était un objet d’une fragilité sans précédent…

Nos amis rejoignent alors la surface alors que la nuit est déjà tombée. Tous se préparent à l’arrivée du dragon alors qu’Elvira commence à prononcer une formule d’appel. Une lumière verte transperce le ciel sombre et les étoiles et, dans un nuage d’énergie émeraude, commence à prendre forme un dragon chimérique massif et puissant. La créature atterrit en s’adressant humblement au groupe.

Rapidement, Chimelindar devient le témoin impuissant d’une cité en ruine et en totale désolation, ce qui provoque chez lui un désarroi indescriptible. Nos amis tentent de le rassurer comme ils le peuvent et restent emplis d’un profond respect face au dragon. Ils lui expliquent que Lyséria est encore en vie et qu’ils doivent à tous prix la sortir de sa prison de cristal. Chimelindar s’en remet alors aux ordres du porteur de la griffe qui a fait appel à lui, celle qui l’a invoquée, qui n’est autre qu’Elvira…

Personnages importants

Lyséria :
Membre du Conseil des 3 de Chimelindë. Visionnaire et prophète, ses dons la font souffrir. Aussi elle fait très attention quant à l’utilisation de ses capacités de clairvoyance. Lyséria accepte d’aider nos amis et de leur confier une griffe d’or. Elle semble en savoir plus sur l’avenir qu’elle ne veut bien le laisser supposer.

Chimelindar : Dragon chimérique, fils de Parthunax. Une fois réveillé par nos amis, il est passablement affecté de constater les ruines de la cité qu’il était sensé défendre. Il reste parfaitement enclin à aider pour libérer Lyséria de sa prison et à se mettre à son service. En attendant, il semble reconnaître l’autorité de celle qui l’a appelé : Elvira.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mer 8 Fév 2017 - 11:41

Chapitre 22 : Le sceau sacrificiel.


Ce soir là, nos amies se retrouvent à la tour Marthrym. Odvar décide de prendre un peu de recul ; tel un ermite, il s’exile quelques temps avec son esprit mineur de l’Eau afin de faire le point sur les récents événements. Chimelindar a pris son envol, décidé à faire le deuil de la cité en ruine, de son côté…

Elvira en profite pour offrir un cadeau à chacune de ses camarades : des artefacts qu’elle a achetés lors de leur court séjour dans la cité de Chimelindë de l’époque. Ces pendentifs, sertis de pierres, leur permettra de rester en contact télépathique en permanence, pour peu que les objets magiques ne soient pas trop éloignés les uns des autres. Ensuite, toutes prennent un repos bien mérité sous la protection de la tour Marthrym.

Le lendemain, nos amies sont bien décidées à s’occuper des premiers sceaux magiques qui maintiennent Lyséria dans sa prison de glace. Elvira scrute le ciel, attendant impatiemment le retour de Chimelindar, alors qu’Adrianne s’enquiert de la santé d’Asmon. Elenna fait le point sur les différents composants dont elle aura besoin pour effectuer le rituel avant de rejoindre Elvira à l’extérieur.

Le dragon, sans sa grande sagesse, propose une alternative pour détruire le sceau de puissance. Si Asmon ne connaissait qu’un seul moyen pour en venir à bout, sceller le sceau dans le Néant, ce qui demande d’obtenir un grand pouvoir dont seuls les Valars disposent, il semblerait que Chimelindar sache utiliser le pouvoir de la griffe d’or qui l’a libéré.

En effet, le dragon explique que la griffe n’est pas un simple artéfact, elle permettrait de fabriquer une lame appelée Chrysalia si elle était forgée avec une épée digne de ce nom. La Chrysalia pourrait être enchantée par le souffle d’un dragon afin de devenir une arme d’une puissance redoutable, la Chrysaor, capable d’annihiler l’incroyable magie du sceau de Khantar. Aujourd’hui, les grands forgerons chimériques ne sont plus, mais les hauts Elfes de la Maison Laëndel seraient toutefois en mesure de forger une Chrysalia avec la griffe d’or de Chimelindar…

Ainsi, Adrianne ne serait pas obligé de subir l’épreuve du Néant en tentant de pactiser avec les démons pour obtenir un pouvoir plus grand et plus noir. Chimelindar met cependant en garde nos amis sur la Chrysaor ; cette lame pourrait avoir une puissance dévastatrice si elle devait se trouver dans de mauvaises mains et intime à nos amies de lui remettre l’épée dès lors que son utilité aura pris fin.

Valyrio, le mage de feu prend note des diverses informations, admiratif devant la force et la sagesse de Chimelindar. Il reste parfaitement enclin à user de ses pouvoirs pour aider nos amies dans cette entreprise délicate.

Le groupe est fin prêt à rejoindre la tour de Lyséria. Le plan reste simple et complexe à la fois : Elenna devra pratiquer un rituel afin d’activer le sceau de sacrifice. Toutefois, elle devra trouver le moyen de placer sur le sceau deux aurocs dans lesquels elle aura insufflé une quantité très précise de mana afin de briser le sortilège. A aucun moment le rituel devra être interrompu sous peine de tout faire rater. Le reste du groupe devra permettre à Elenna de remplir son office quoiqu’il arrive. Nul doute que Khantar aura pris soin de protéger le sceau contre toute forme de violation en permettant à diverses créatures de franchir les frontières des Mondes et empêcher nos amis de détruire le sceau…
Nos amis pénètrent dans la flèche, Chimelindar se tient prêt à s’occuper de tout ce qui pourrait sortir de néfaste de la tour pendant le rituel. Dans la salle du cristal où est enfermé Lyséria, le groupe prend place. Les regards se croisent avant le début du rituel et les visages sont tendus…

Elenna entame sa formule d’appel utilisant les poudres magiques et les essences nécessaires au rituel magique. Très vite, des volutes noires sont comme éjectées du sceau sacrificiel et déjà les premières créatures se manifestent ; lilith, acolytes des ombres et spectres d’ébènes se matérialisent dans la pièce. Nos amis vont devoir faire très attention, aucune magie ne doit toucher les sceaux qui retiennent Lyséria prisonnière.

Nos amies se lancent dans la bataille pendant qu’Elenna tente de se concentrer au maximum, faisant abstraction, autant que faire se peut, du tumulte environnant. Adrianne se lance déjà sur un acolyte et le frappe à plusieurs reprises. Elvira invoque ses anges qui tournoient dans les airs en affrontant les spectres rageurs. Valyrio, protégé par un bouclier de lumière, est frappé par un puissant spectre d’ébène et l’accule de ses sortilèges de feu.

Malgré l’agressivité notable des monstres de l’Ombre, le groupe parvient protéger la Haute Elfe qui peut se lancer à l’encontre du sceau et pratiquer le rituel d’enchantement sur les aurocs de puissance. C’était sans compter sur l’opiniâtreté d’une Lilith, bien cachée dans les ombres de la pièce, qui malmène les invocations d’Elvira et redonne vigueur à ses alliés.

Blessée par les dagues des Acolytes, Adrianne parvient quand même à se débarrasser de deux d’entre eux dans une rage commune au Tel’Valar. Elvira guide ses anges et offre protection à ses camarades. Valyrio dirige ses flammes pour se débarrasser de son spectre d’ébène qui ne trouve plus de solutions pour malmener son opposant. Une armoire proche du sceau sacrificiel prend feu, dangereusement…

Elenna doit attendre le moment précis où une vague de mana résonne du cristal principal avant de placer ses aurocs enchantés, ce qui ne facilite pas son affaire au milieu de tous ces sortilèges lancés et des lames qui s’entrechoquent. Des acolytes se transposent dans les ombres afin d’atteindre la Haute Elfe dans son dos, trop concentrée dans sa tâche. Malgré quelques estafilades, Elenna tient bon, ses amies veillent au grain, les anges d’Elvira lui offrent la meilleure protection possible.

Adrianne fait volte-face, prête à en découdre avec la Lilith qui se tient à distance depuis le début du combat. Les attaques font rages. La Tel’Valar rue de coups le démon qui ne se laisse pas facilement démonter. D’un coup net et précis de son fouet, la Lilith désarme Adrianne de l’une de ses lames. La semi-Adra redouble de techniques pour empêcher son adversaire d’agir.

D’autres esprits noirs sont expulsés du sceau lorsqu’Elenna place le premier cristal de résonnance. Certains se dirigent dangereusement en direction de l’Auroc principal dans lequel se trouve Lyséria. Elvira comprend rapidement que cela n’annonce rien de bon et lance ses sortilèges arcaniques qui vont vitrifier les esprits. Adrianne est toujours aux prises avec la Lilith, Valyrio gère les flammes environnantes et Elenna se débat entre les Acolytes qui tentent de la frapper et l’enchantement du second auroc.

Dans un dernier élan, la Lilith lance une flamme sombre en direction du sceau de puissance alors qu’un spectre s’y jette avec entrain, annonçant l’inévitable. Ce n’est que par les sortilèges conjugués de chacun que le spectre sera mis hors d’état de nuire et l’attaque de la Lilith résorbée. Valyrio arrive à contrôler les flammes qui menacent le sceau et permet une ouverture à Elenna qui place le dernier cristal de résonance.

Un bruit étrange se fait entendre, une brume épaisse se diffuse du cristal sacrificiel. Les créatures encore sur place se dissipent rapidement, impuissantes. Les maillons de la grosse chaîne maintenant le Cristal de Lysria au sceau sacrificiel tombent lourdement au sol dans un entrechoc sourd. Le sceau est désormais détruit pour de bon…

Nos amis font le point sur la situation. Plusieurs d’entre eux ont subit quelques blessures mais sans grande gravité. Les amulettes d’Emrys ne vont plus les protéger très longtemps, ils vont devoir sortir de la tour. Toutefois, la destruction du premier sceau est un succès, le rituel a parfaitement fonctionné. A l’extérieur, Chimelindar a pu s’occuper des résidus spectraux qui se sont échappés de la tour pendant le rituel, aussi, la tension peut redescendre enfin…

Il reste encore deux sceaux à détruire, Elvira espère que Tyraël, son ange gardien, a réussi à communiquer avec Marthrym, dans le monde des Chimères et que ce dernier pourra leur être utile pour briser le sceau de gardien. Concernant le sceau de puissance, le groupe devra faire un choix : assister Adrianne dans le Néant pour obtenir d’un Valar le pouvoir nécessaire ou faire confiance au dragon et tenter de faire forger une Chrysalia par les Hauts Elfes de Valinore…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 26 Fév 2017 - 17:59

Chapitre 23 La Chrysalia

Nos amis prennent un peu de repos à la tour de Marthrym. Tous paraissent satisfaits de cette première victoire sur l’un des sceaux qui retiennent Lyséria prisonnière dans cet Auroc de glace. Odvar retrouve le reste du groupe après avoir passé un peu de temps avec son Esprit mineur de l’Eau, qui le suit désormais partout.

Le lendemain, le groupe se prépare pour retourner en terres de Valinore afin de quérir l’aide des Hauts Elfes pour forger l’épée qui porterait la griffe de Chimelindar, sous les conseils avisés du dragon. Contre toute attente, Tyraël, indisponible ces derniers jours pour une mission d’importance, se manifeste. L’Ange gardien explique à son invocatrice que sa mission est un succès, et, malgré les réticences d’Adrianne pour éviter qu’il ne divulgue trop d’informations qui pourraient lui être préjudiciables, Tyraël sait pertinemment qu’il est déjà allé trop loin et qu’il devra en payer le prix fort…

Marthrym, l’ancien conseiller de Chimélindë et figure éminente de la période des Grandes Divisions, a bien passé la porte d’Elevingöre il y a plusieurs siècles de cela. Tyraël a pu le tenir informé du sort de Lyséria et Marthrym devrait revenir en Terrä sous peu. Toutefois, même si la nouvelle réjouit l’ensemble des convives, l’Ange gardien commence lentement à se déphaser. Elvira comprend alors que le contrat chimérique qui les lie a été passablement fragilisé par diverses circonstances ces dernières semaines… et Tyraël finit par disparaître, pour de bon, en s’excusant une ultime fois…

Elvira semble alors résolument inconsolable ; c’est comme si elle venait de sacrifier son lien avec son gardien pour le bien de la mission qu’elle s’était fixée. Odvar retrouve la Mystique à l’extérieur qui pleure toutes les larmes de son corps et trouve les mots pour tenter de la rassurer, aidé par son esprit de l’Eau qui démontre son empathie pour Elvira. De leur côté, Elenna et Adrianne font le point sur leur situation, ils vont devoir choisir les mots justes une fois arrivés en terres de Valinore afin d’obtenir l’aide des Hauts Elfes.

Après avoir échangé quelques mots avec Asmon, Adrianne rejoint le groupe en partance pour le Sud. Nos amis connaissent bien le chemin et évite sans difficulté les zones potentiellement risquées de la forêt. Ils rencontrent même un immense Golem Chimérique, Gardien du bosquet, qui échange avec eux des informations précieuses sur divers événements qui se déroulent plus à l’Ouest, dans la forêt des Vand’rills. La situation s’anime quelque peu d’ailleurs, dans ce coin du monde, car la menace de Derval’Amaris semble toujours réelle…

Le groupe arrive aux frontières elfes, bien gardées par les éclaireurs Svartal’heim. Ces derniers escortent nos amis jusqu’à l’intérieur des terres de Valinore. Par la suite, Elenna accompagne ses compagnons jusqu’au domaine familial à la périphérie de la grande cité des Hauts Elfes. Les parents et la petite Daria accueillent chaleureusement la communauté. Elendil, le père d’Elenna, compte toutefois avoir un entretient sérieux avec tout le groupe une fois qu’ils se seront rafraîchis un peu et qu’ils auront changé de toilette.

La jeune Daria semble avoir déjà fait des progrès fulgurant dans sa maîtrise de la magie. Aussi, la vie qu’elle mène chez les Hauts Elfes a vraisemblablement posé son caractère et elle paraît avoir gagné en maturité, dans un certain sens. Elendil s’entretient avec le groupe : Adrianne, Elvira, Elenna et Odvar sont présents. Une missive de Thamasa leur est parvenu ; la sage Tyras’Lyn explique que Merivh Cayin a réussi à trouver de l’aide chez les exorcistes des Enfants de Gaïa. Ces derniers attendront les nouvelles dans l’ancien temple dédié à Impéria situé au sud du Sanctuaire de Palidor. La directrice leur donne un contact sûr avec qui échanger au besoin dans la maison Tyras’lyn afin d’assurer un soutien logistique. Le Comte de Sérévian, malgré ses engagements dans la guerre qui sévit à Baram, souhaite fournir des hommes pour défendre la frontière Nord/Nord-Ouest de Derval’Amaris. De plus, Elendil assure que les cavaliers Thanatiels, dont Galdor le frère d’Elenna fait partie, garderont la frontière Sud/Sud-Est.

Les tribus Vand’rills s’agitent de plus en plus dans la forêt à cause de l’obscurité grandissante de la cité des Morts. Peut-être trouveront-ils là de nouveaux alliés contre le démon N’Audar et ses adeptes. En attendant, le groupe décide de jouer cartes sur table face au père d’Elenna qui semble en savoir plus sur ce qui se trame à Chimelindë.

Nos amis ont besoin d’une épée spéciale, forgée à partir de la griffe d’or de Chimelindar selon un procédé qu’utilisaient les forgerons Chimériques d’antan. Rares sont ceux qui connaissent ses formules à présent mais les Hauts Elfes de la maison Laëndel disposent encore aujourd’hui d’un tel savoir-faire. Elendil est enclin à appuyer la demande de sa fille et de ses amis et de leur rédiger une missive, pourtant, afin que le grand seigneur Tyrion Laëndel accepte de forger une telle épée, il leur faudrait avoir le soutien d’un membre de cette Maison…

Emrys Laëndel, très proche d’Elenna, devrait pouvoir apporter un peu plus de crédit à leur demande. Malheureusement, il semblerait la Svartal’heim ait pris quelques distances récemment avec le jeune elfe malgré le fait que celui-ci ait clairement affirmé ses sentiments envers elle. D’après Elendil, Emrys aurait souffert, sans trop toutefois le montrer, d’être écarté de la mission que s’est fixée Elenna bien qu’il ait été d’une aide indéniable notamment lors de la confection des amulettes de protection.

Elenna compte bien dissiper le malentendu et prouver à Emrys que ses intentions sont bien différentes de ce qu’il semble penser. La jeune elfe se rend dans le quartier des artisans afin de trouver la demeure et le local d’orfèvrerie dans lequel Emrys travaille sur ses plus belles créations. Elenna paraît gênée et redoute la réaction d’Emrys mais elle prend son courage à deux mains et se lance dans une explication sincère.

Le jeune elfe écoute attentivement et exprime son regret de ne pouvoir faire partie de cette « famille » qu’à trouver Elenna en les personnes d’Elvira et d’Adrianne notamment. Il semble avoir peur de n’être que celui qui aide, en retrait… Elenna est émue par ces dires et lui explique que ses intentions étaient tout autres. Avec conviction, la jeune elfe exprime son attachement sincère envers Emrys en indiquant qu’elle ne voulait surtout pas le mettre en danger étant donné le péril dans lequel elle l’avait entraîné…

Certes Elenna a trouvé des sœurs de cœurs mais elle n’a pas pour autan oublié d’où elle vient, ni qui est son peuple et sa famille, ni pour qui elle a des sentiments. D’un pas, Elenna s’approche de son compagnon et lui dépose un baiser sur les lèvres, qui finit de convaincre Emrys, dans une étreinte longuement attendue…

De leurs côtés, Adrianne et Elvira sont allées faire des recherches dans les archives des Svartal’heim. Depuis la disparition de Tyraël, Elvira semble obnubiler par la porte d’Elevingöre et les secrets qu’elle recèle. Odvar, quant à lui, est heureux de passer du temps avec son loup qui était resté dans le Royaume des elfes sous la protection de ces derniers.

Le druide du Nord finit par être rejoint par Elenna. Soucieux de savoir ce qu’il est advenu de sa sœur Edolfhinde et conscient que la jeune elfe dispose du don de clairvoyance, Odvar décide de se confier un peu plus sur son passé. Il demande à Elenna si elle serait capable de lui en dire plus sur cette sœur qu’il recherche ardemment depuis qu’il a quitté son pays. La Svartal’heim a besoin d’un objet appartenant à Edolfhinde pour faire appel au pouvoir d’Azël. Odvar lui propose une hache qu’il porte toujours sur lui et qui appartenait justement à sa sœur.

Elenna fait appel à son don et son esprit plonge dans une vision. Certaines images sont claires, d’autres floues ou sujettes à interprétation. Toutefois, l’elfe est en mesure de dire qu’Edolfhindë se trouve bien dans la région. Apparemment, elle aurait trouvé une communauté qui lui aurait appris à mieux maîtriser son pouvoir : cependant il s’agit visiblement d’une magie noire, très sombre. Néanmoins, la jeune elfe ne peut dire si cette communauté à de bonnes ou mauvaises intentions…

Le groupe se rejoint au domaine d’Elendil et fait route vers la demeure de Tyrion Laëndel. Emrys les accompagne, bien décidé à encourager son maître à travailler sur la Chrysalia ; ce serait d’ailleurs un honneur pour lui de le seconder. Le seigneur elfe finit par les recevoir tardivement et écoute attentivement les explications de nos amis et de son disciple. Tyrion se montre prudent bien qu’indubitablement intéressé par la griffe d’or. Il pose de nombreuses questions, notamment sur les objectifs de faire forger une telle arme…

Nos amis se montrent convainquant dans leur argumentation, aidé par un Emrys conquis et admiratif devant l’artéfact présenté ainsi que par la lettre d’appui du père d’Elenna. Aussi, le seigneur Laëndel accepte de répondre à la requête et demande à son disciple de l’assister dans cette entreprise. L’opération de synthèse, bien que rigoureusement délicate, ne devrait pas être très longue, ainsi, nos amis sont invités à patienter dans une salle au rez-de-chaussée.

C’est alors que le seigneur se présente, après quelques heures semble-t-il, accompagné d’Emrys, empli d’une grande fierté,  portant avec lui un linge de velours pourpre protégeant l’artéfact chimérique. Le groupe peut admirer la beauté de l’arme et Adrianne fait une démonstration de l’équilibre parfait de la lame.

Nos amis sont en possession d’une arme d’une qualité rare qui peut être enchantée par le souffle d’un dragon, ce qui en ferait potentiellement une lame d’une puissance légendaire. Il est temps pour le groupe de se remettre en route pour Chimelindë et détruire le prochain sceau, d’autant que le dragon leur avait proposé de se rejoindre sur place dès qu’il aurait retrouvé Marthrym…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mar 4 Avr 2017 - 14:57

Chapitre 24 : La libération de Lyséria


Le groupe remercie chaleureusement le seigneur Tyrion  pour la Chrysalia et s’en retourne au domaine d’Elendill. Tous comprennent, avant de partir, que la situation est plus délicate. Emrys sait très bien ce que le groupe a entrepris et espère vraiment le retour d’Elenna, dans une dernière étreinte. Daria gratifie Elvira d’un « au revoir ma maman mystique ».

Sur le chemin, Odvar s’arrête quelques instants aux abords d’un puits lunaire ; lEsprit de l’Eau semble rentrer en communion avec le flux magique d’Azura. Adrianne porte fièrement la Chrysalia mais la dissimule habilement lors de leur départ. Au-delà du pont des elfes, le groupe récupère quelques plantes médicinales trouvées ça-et-là dans la forêt.
Arrivé à Chimelindë, le dragon semble déjà les attendre, comme prévu. Il indique que le seigneur Marthrym est en route, il n’est pas venu seul, mais le rituel de la porte prend du temps et de l’énergie. Chimelindar a donc reçu l’ordre d’assister le groupe pour détruire le prochain sceau. Il est temps de pratiquer l’enchantement, la Chrysaor doit recevoir le souffle du dragon.

Adrianne porte la lame vers le ciel alors que Chimelindar s’approche. Il est si près d’elle qu’elle peut déjà sentir la chaleur qui se manifeste dans la gorge du dragon. Chimindar souffle, la partie la plus chaude, bleutée, de la flamme rentre en contact avec la lame elfique alors que des runes draconiques écarlates apparaissent. La Chrysaor est née. La Tel’ Valar sent déjà le pouvoir qui en émane…

Asmon se manifeste, le dragon reste suspicieux à son égard mais le laisse passer après avoir échangé avec le groupe. L’Adra souhaite apporter son aide, s’il le peut, il est aussi parfaitement curieux de voir de ses yeux la prison de Lyséria…

Tous descendent, Chimelindar se tient à l’extérieur prêt à empêcher la fuite d’éventuelles créatures malveillantes. Dans la salle principale, Asmon s’approche dangereusement du cristal de Lyséria et des sceaux de puissance, galvanisés par l’énergie qu’ils renferment. De plus, la résonance magique ne semble en aucune façon le faire souffrir. Adrianne tente de détourner son attention alors que le démon commence à wogue. Asmon résiste tant bien que mal et décide de quitter la pièce, il ne peut définitivement pas rester plus longtemps à proximité des sceaux de puissance, son sang de Valar est bien trop mis à l’épreuve et la tentation devient trop grande…

Elenna doit entamer le rituel pour activer le sceau, tous se positionnent dans la pièce. Adrianne devra frapper le sceau de la Chrysaor au moment précis où  toutes les runes se seront allumées ; la puissance du sceau sera alors optimale. L’onde de choc risque d’être impressionnante malgré tout…

Elenna active le sceau avec brio, le vent commence à s’engouffrer de nulle part dans la pièce faisant vibrer tous les objets présents. Au fur et à mesure, la terre commence à trembler et les vibrations se font plus intenses, le sceau aspire vers lui tout ce qui n’est pas fixer au sol. Odvar se met à couvert derrière un meuble solide rivé sur le planché de roche, Elenna reste cachée derrière le cristal de Lyséria. Elvira commence à glisser, aspirée par la puissance du sceau et réussi de justesse à s’accrocher aux maillons des imposantes chaines qui maintiennent le cristal dans lequel se trouve Lyséria. Adrianne en fait autant, prenant appui sur ses jambes. Divers objets commencent à s’éclater littéralement contre le sceau de puissance : pierres, morceaux de verres, de meubles, un véritable ouragan sévit désormais dans la pièce. Elenna incante ses boucliers de lumière afin d’offrir une protection à tous…

La puissance du sceau atteint son paroxysme alors que les pieds de certaines décollent du sol. Les corps sont attirés irrémédiablement dans une tempête sans nom, seule Adrianne tient encore avec brio, les deux pieds fixés sur le sceau et frappe de sa lame alors que la dernière rune s’allume. L’onde de choc est telle que le plafond se lézarde dangereusement et s’effondre en grande partie, pierre après pierre. La tour elle-même semble vaciller et soutenue par Chimelindar qui ne peut retenir la coupole qui se fracasse au sol dans un bruit assourdissant. Nos amis sont projeté dans la pièce, certains partiellement enterrés sous des gravas mêlés de terre et de poussières…

Tous se relèvent petit à petit sauf Odvar dont le bas du corps est bloqué par une large plaque rocheuse. Elvira invoque un Golem de pierre qui déblaie ce qu’il peut de ses mains épaisses. Le plafond est complètement éventré, la lumière du soleil entre dans la salle…

Alors que tous se remettent de leurs émotions, même Odvar, qui avait perdu connaissance, commence à reprendre du poil de la bête. Des silhouettes apparaissent à contre-jour au-dessus de la salle. Le groupe reconnait alors rapidement le seigneur Marthrym. A ses côtés se trouve un Chiméran plutôt jeune aux cheveux et aux yeux gris, arborant la toge des grands invocateurs des terres Mystiques. A leur côté se tient une somptueuse Chimère gardienne semblable à un oiseau légendaire.

Alors qu’Adrianne accueille cette aide avec une certaine condescendance, Elvira quant à elle met rapidement le genou à terre et salut les nouveaux venus. Le seigneur Marthyrm se présente au groupe avec distinction, il tente difficilement de masquer une tristesse profonde à la vue de la cité en ruine. Son compagnon, un certain Cid, se présente également en saluant respectueuse le groupe.

Le point est fait sur la situation: Tyraël a bien réussi à retrouver Marthyrm au-delà de porte d’Elevingore et lui avait fait passer le message selon lequel un groupe avait retrouvé Lyséria, enfermée dans un cristal depuis des siècles, et qui avait la ferme intention de la libérer.  Marthrym apprenant cela, a accouru aussi vite qu’il le put afin d’aider à la libération de son amie d’antan… Par ailleurs, il semble connaître l’esprit de l’Eau trouvé dans la cité par Odvar. Il s’agit d’Aqualimë, une essence du seigneur du Verseau offerte à l’époque de la construction de la cité en gage d’amitié entre Chimelindë et le Royaume d’Aquaria.

Adrianne en profite pour expliquer la situation générale de la région en faisant part notamment de la menace représentée par le démon N’Audar à Derval’Amaris. Marthrym écoute attentivement ; il explique qu’il a traversé la porte pour aider à sauver Lyséria mais qu’il est totalement ignorant de cette histoire, ne faisait plus partie de ce monde depuis des siècles. Il avoue même avoir laissées certaines affaires en Terrä en suspend depuis trop longtemps et qu’il avait justement prévu de s’en occuper une fois que Lyséria serait libérée et saine et sauve…

Les filles du groupe prennent rapidement les dires comme un refus total et catégorique d’aider contre le démon devant un Marthyrm particulièrement décontenancé qui vient juste d’apprendre la nouvelle concernant Derval’Amaris et n’avait donc pas du tout prévu d’aider contre ce nouveau Mal. Le quiproquo s’envenime tellement qu’Adrianne et Elvira réagissent avec une amertume grossière alors que Cid essaie tant bien que mal d’expliquer qu’ils ignorent tout de ce qu’il se passe en Terrä et qu’ils viennent juste d’arriver devant une cité en ruine. Nombreux sont les dangers, les guerres, les conflits en Terrä et ailleurs, aussi Marthrym et Cid expliquent humblement qu’ils ne peuvent malheureusement pas aider partout, surtout après avoir été absents depuis tout ce temps…

Les filles digèrent visiblement très mal les mots pourtant emplis d’une certaine solennité de Marthyrm et Cid mais tous finissent heureusement par se mettre d’accord sur la priorité actuelle, et ce pourquoi Marthyrm a répondu à l’appel de Tyraël : libérer Lyséria.
Marthrym et Cid inspectent les lieux et les sceaux. Marthyrm se demande même comment le groupe a pu réussir à détruire déjà deux des sceaux étant donné la difficulté incroyable que représentent ces sortilèges pour lui. Il suppose qu’il lui aurait fallu des mois, voire des années d’études pour arriver à les détruire et salue alors la prouesse du groupe. Les filles expliquent qu’elles n’ont toutefois pas agi seule : Arvel Tyras’lyn a passé plusieurs années à étudier les sceaux afin de libérer Lyséria, et ce, jusqu’à sa mort. Il a consigné tout dans un recueil qu’Elenna laisse à disposition, agrémenté des divers croquis d’Elvira.

Marthrym, Cid et le groupe échangent les informations. Le seigneur fait part d’un plan et chacun devra respecter son poste. Lyséria, sous sa forme chimérique, ne doit pas être tuée : il faut la bloquer et tenter de toucher son cœur et son âme afin de la libérer du contrat chimérique. Diverses créatures, rejetons des Valars, vont certainement apparaitre lorsque le sceau d’invocation sera activé. Nos amis devront s’en occuper, Marthrym et Cid se concentreront sur Lyséria et ses éventuelles invocations.

Elvira lance la formule d’appel et Lyséria apparaît aux yeux de tous, plus puissante et plus belle que jamais, accompagnée de créatures malveillantes qui profitent de l’ouverture d’un passage entre plusieurs plans : Spectres d’ébène, démons de Gandharion ailé, Acolytes sacrificiels et Efreets. Elvira invoque ses créatures : Golem et Fée pour se défendre et ses Anges pour aider contre les spectres. Chimelindar s’occupe des créatures sombres qui tournent dangereusement dans les cieux.

Le combat s’engage, Marthrym se lance et tente de bloquer Lyséria mais il est frappé par une puissance redoutable et vient s’écraser contre un mur alors que Cid tente d’entraver Lyséria de ses sorts de lumière. Elenna lance ses boucliers magiques et ses jugements mais se fait rapidement encercler par les Acolytes. Adrianne se lance sur le Gandahrion ailé qui se met à la poursuite d’Odvar qui combat deux Efreets de ses sortilèges d’Eau Vive.

Les sorts magiques pleuvent de toutes parts. Odvar lutte contre les Efreets ; ses sorts s’entrechoquent contre les boules de feu lancées par les créatures dans une opposition magique élémentaire très instable. Le druide fait appel à ses plus puissants sortilèges et balaye l’un des Efreets. Adrianne s’interpose pour bloquer les attaques du démon ailé en prenant appui sur les ruines et affrontant la bête dans les airs. Elenna, acculée par plusieurs adversaires est aidée par Elvira qui tire ses flèches assassines alors que son Golem la protège.

Lyséria se libère et engage le combat contre Marthrym qui vient de prendre sa forme Chimérique afin de mieux lutter. Le combat déploie une puissance magique violente aussi Marthrym tente de l’attirer à plusieurs mètres du reste du groupe. Soudain, Lyséria invoque une créature chimérique massive qui sort du sol. Aussi, Marthrym demande à Cid de se focaliser sur l’invocation. Lyséria fait pleuvoir des rocs sur toute la surface de combat qui mettent à mal plusieurs alliés. Cid prend lui aussi sa forme Chimérique et se lance à la rencontre de la Chimère ennemie.

Le Golem d’Elvira fait barrage alors qu’Elvira intime à sa fée de venir en aide au reste du groupe. Les anges combattent les spectres avec dextérité juste au-dessus des têtes des alliés. Elenna se défait de ses opposants à grand renfort de ses sorts de lumière, elle juge les Acolytes qui lui font affront. Cid tempère la force de la Chimère et l’occupe autant que possible de ses sortilèges, utilisant ses sorts de transposition pour attirer son regard et tentant de la déstabiliser. Adrianne fait tomber le démon ailé en le frappant de plein fouet de sa Chrysaor alors qu’Odvar à raison du dernier Efreet dans une lutte élémentaire sans merci. Le combat commence à tourner à l’avantage de nos amis. Cependant, Lyséria forme un dôme de force magique et combat Marthyrm à l’intérieur les isolant du reste du groupe.

Elenna, qui dispose d’un temps mort au milieu des sortilèges qui pleuvent, utilise ses pouvoirs de clairvoyance pour rechercher le spectre d’Arvel Tyras’lyn. Ce dernier semble lutter pour rentrer dans le dôme de magie, certainement afin de rejoindre Lyséria. Adrianne est soudain prise pour cible par la Chimère qui lance sa Lamentation, un puissant sortilège magique. Adrianne s’effondre au sol et perd connaissance sur le coup. Le démon Gandharéen, passablement blessé, s’empare de la Chrysaor dans un dernier acte de vengeance malsaine, et tente de porter le coup de grâce à la Tel’Valar. Le démon est stoppé net par une flèche assassine d’Elvira qui continue inlassablement de porter assistance aux alliés.

Dans les airs, Chimelindar hésite à lancer son souffle de feu de peur de toucher le groupe. Cid lui permet une ouverture à canalisant ses forces sur la Chimère  et intime aux autres de se mettre à terre. La créature massive s’embrase alors dans le souffle du dragon alors que Cid se téléporte aux côté d’Adrianne. La Tel’Valar est en vie, sonnée par l’attaque magique de la chimère, mais ses jours ne sont pas en danger et le temps presse. Cid décide alors de s’emparer de la Chysaor et se transpose sur la poitrine la créature en proie aux flammes. Il la frappe en plein cœur laissant la Chimère se déphaser peu à peu.

Le dôme magique est toujours vivace, Lyséria et Marthrym à l’intérieur se livrent à un duel chimérique peu commun sous les yeux impuissants du reste du groupe.
Cid rend l’épée du dragon à Adrianne et se prépare à dissiper le dôme. Son sortilège se retourne contre lui et il est projeté de plusieurs mètres en arrière. Chimelindar souffle à son tour et le dôme se désagrège peu à peu. Elenna tente de raisonner le spectre d’Arvel en lui lisant une lettre autrefois écrite par Lyséria et tente d’apaiser son esprit de ses sortilèges, malheureusement, le spectre n’aspire qu’à une chose : pénétrer dans le dôme pour s’approcher de sa bien aimée…

A l’intérieur, Marthrym est en souffrance, il sait qu’il ne doit pas tuer Lyséria et doit maîtriser la puissance de ses sorts, ce qui le laisse passablement désavantagé. Il réussi toutefois à bloquer Lyséria dans une armure de lumière mêlée de foudre alors que le dôme se fissure et permet à nos amis de se faufiler à l’intérieur. Marthrym est prêt à lâcher à tous instants et demande de l’aide. Elvira, consciente de l’épreuve que subit le seigneur, prépare son plus puissant sortilège de soin et lui redonne vigueur. Elenna suit le spectre d’Arvel et se rapproche dangereusement du combat. Alors que des éclats de foudre et de lumière éclatent ça-et-là autour de Marthrym et Lyséria, Elenna continue de lire la lettre. A ces mots, Arvel se rapproche de sa bien aimée, mais le texte lut par la Haute Elfe semble désormais plus toucher Lyséria que le spectre.

Peu à peu, Lyséria perd sa forme chimérique, ses yeux baignés de larmes, alors que Marthyrm, passablement affaibli, implore Elvira de commencer son incantation de rappel. Elvira s’exécute, soutenu de près par le reste du groupe, et Lyséria se déphase peu à peu sous les yeux d’Arvel qui, au contact de la magie d’Aqualimë, devient perceptible par tous…

Le dôme se dissipe rapidement alors qu’un bruit de chaines mêlé de sonorités graves se font entendre dans la chambre de Lyséria et tous se précipitent dans la pièce. Lyséria git au sol, visiblement frigorifiée, l’Auroc dans lequel elle se trouvait a disparu…
Le spectre d’Arvel se rapproche d’elle et lui murmure qu’il a enfin réussi à la retrouver, qu’il n’a plus peur désormais de la perdre… qu’ils pourront se retrouver et qu’il peut partir en paix…

Lyséria tourne de l’œil alors que Marthrym la porte dans ses bras. Elle paraît en hypothermie et un feu est allumé. Elle reprend ses esprits à moitié, toujours très affaiblie. Elle croit avoir rêvé d’Arvel Tyras’lyn et finit par s’endormir…

Le groupe rejoint la protection de la tour Marthym. Ce dernier explique qu’elle aura besoin de dormir pendant plusieurs heures probablement et qu’il faudra la veiller.  La situation s’apaise, nos amis ont enfin réussi, Lyséria est libérée…


Personnages importants :

Marthrym : Ancien conseiller de Chimelindë et héros des Guerres Chimériques. Il est surtout connu pour avoir affirmé la paix entre les Chimères et les Trois Couronnes, n’hésitant pas à officialiser des pactes d’alliance avec ses anciens ennemis. De retour d’Elevingorë pour sauver Lyséria, il compte bien s’occuper de certaines affaires personnelles qu’il aurait laissées derrière lui depuis trop longtemps, mais reste bien mystérieux à ce sujet…

Cid (Vachkyrie) : Grand invocateur des terres Mystiques. Il a fui sa terre natale pour des raisons inconnues. Il a fini par rejoindre Marthrym au-delà de la porte d’Elevingorë et n’a pas hésité à suivre Marthyrm en Terrä pour aider à libérer Lyséria. Puissant magicien, il a notamment démontré sa maîtrise des sortilèges de lumière et de transposition. Son histoire est pour l’instant inconnue du groupe. Il est capable de wogue en forme Chimérique.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 30 Avr 2017 - 12:40

Chapitre 25 L’Eclipse Asmodéenne.


Lyséria se remet peu à peu. Après avoir passé une nuit blanche à veiller sur elle, Marthrym décide de prendre un peu l’air et sort se promener aux alentours de sa tour. Cid et Elvira prennent le relais. La Mystique en profite pour écrire une lettre à Marthrym ou elle exprime son ressenti. Dehors, Elenna et Odvar partent en direction de l’ancien point d’eau ou Aqualimë a été trouvé ; elles ont à l’esprit de construire un puits lunaire qui pourrait raviver le flux magique positif de ces lieux.

Lyéria se réveille enfin, songeuse, assise patiemment devant nos amis. Elle remercie chaleureusement le groupe de l’avoir sorti de là et décide à son tour de prendre l’air. La cité en ruine l’attriste au plus haut point, mais quelque part, elle se sent soulagée et compte se ressourcer aux abords du puits lunaire fraichement édifié par les efforts conjugués d’Odvar et d’Elenna.

Tous se regroupent et échangent longuement sur le sauvetage de la chimère clairvoyante, sur la libération de Chimelindar et, bien entendu, sur la situation actuelle. Lyséria accepte derechef d’aider ceux qui l’ont sauvé d’une malédiction éternelle. Quand à Marthrym, Lyséria semble l’implorer d’aller retrouver sa fille… Nos amis comprennent alors pourquoi le consul comptait partir une fois son amie saine et sauve…

De son côté, Adrianne se fait du souci pour Asmon depuis les derniers événements dans la tour Lyséria. La lune est en phase asmodéenne, ce qui rend Amson particulièrement nerveux. Il woge régulièrement et semble avoir des difficultés à maîtriser ses pulsions démoniaques. Adrianne s’entretient avec lui et tente de lui apporter un peu d’aide, comme elle le peut. Néanmoins, il souhaite rester seul pour l’instant. Visiblement, son sang de Valar bouillonne et il pourrait ne plus pouvoir se contenir. Adrianne souligne qu’elle garde confiance en lui…

Avant de partir, Marthrym discute avec Elvira à propos de la lettre mais il avoue, à regret, qu’il ne peut se battre sur plusieurs fronts à la fois. Cependant, le consul scrute régulièrement le ciel, visiblement dans l’attente de quelque chose ou de quelqu’un. Dans les cieux, une silhouette s’approche de la cité en ruine. A la stupeur de tous, c’est Tyraël qui arrive toutes ailes déployées. Il semble redouter la réaction d’Elvira ; il n’est plus une invocation désormais, il a passé la porte d’Elevingorë en chair et en os. Elvira se jette à son cou, trop heureuse de le retrouver enfin alors qu’elle pensait ne plus jamais le revoir. Toute connexion astrale est rompue entre eux mais Tyraël a choisi d’œuvrer en Terrä et d’aider le groupe.

Après plusieurs échanges, Marthrym propose à Elvira de lui venir en aide même s’il n’est pas directement présent. Il est une chimère et elle est invocatrice. Le consul fourni à la Mystique un parchemin sur lequel il inscrit la formule permettant de l’invoquer. C’est un grand honneur que permet là Marthrym ; sa formule d’invocation est tenue secrète depuis la fin de l’Âge Noir et il serait catastrophique qu’elle tombe entre de mauvaises mains…

Après s’être assuré que Lyséria se soit parfaitement remise, Marthrym demande à Cid de continuer à veiller sur elle et de s’assurer que nos amis puissent rejoindre leurs alliés sans embuches. Cid pourra le rejoindre plus tard au nord du royaume de Baram. Le consul fait ses adieux et quitte la cité de Chimelindë…

Elvira consulte la formule d’invocation avec humilité et discute avec Lyséria qui lui apporte sagesse et conseils. Cid et Adrianne sont à l’extérieur de la tour, il semblerait qu’Adrianne est elle aussi ressenti le besoin d’écrire une lettre, Cid en est le destinataire. Elle souhaite revenir sur ses réactions passées et semble s’en excuser tout en expliquant ses raisons. Odvar est allé chercher quelques plantes médicinales pour préparer le voyage car le groupe va devoir rejoindre rapidement l’ancien temple d’Impéria où devrait se trouver les exorcistes de Gaïa. Elenna, de son côté, décide d’aller dans le quartier Lyséria ; avant de quitter la cité, elle souhaiterait se recueillir une dernière fois sur la tombe de Maël qui les a quittés la semaine passée…

Elenna part seule, ne craignant plus aucun danger désormais. Pourtant, la lune noire est encore visible dans le ciel matinal… Au détour d’une vieille ruelle, une ombre plane, menaçante au-dessus d’elle. Elle aperçoit alors une silhouette massive qu’elle reconnaît rapidement alors que le soleil s’assombrit dangereusement. Asmon lui barre volontairement le passage ; il ne semble plus être maître de lui-même…

Elenna a été averti par Adrianne, il y a quelques heures seulement, Asmon est dangereux pour elle, il ne devait pas être approché. L’elfe n’a plus pensé à cela lorsqu’elle a décidé de partir seule pour le quartier Lyséria. Elenna tente de rentrer en contact télépathique avec le reste du groupe, mais l’éclipse d’Asmodée paraît bloquer toutes transmissions… Elle est seule face au valar d’Asmon…

Ce dernier la fixe d’un rictus sérieux et menaçant. Il la provoque clairement alors que ça voix semble complètement altérée. Elenna refuse l’affrontement, ne souhaitant pas favoriser sa partie démoniaque, aussi elle tente de le raisonner. Asmon redouble de colère, argumentant sur la haine des elfes pour les Chimères et les Adras. Seul le Valar parle à présent. Elenna sent la fureur du monstre la submerger et c’est là que le démon se rue sur elle.

La Svartal’heim prend la fuite, Asmon la poursuit à travers les ruines jusqu’à en perdre haleine, lançant ses attaques magiques pour la faire chuter. Elenna se réfugie en hauteur, sautant sur un arbre pour passer au-dessus des ruines et prendre Asmon de vitesse. Dans sa course effrénée, elle chute d’une toiture branlante. Le démon pénètre dans la pièce et sort l’elfe des décombres. Il la saisit par le col, la traine et la jette dans la rue. Il la bat à plusieurs reprises mais l’elfe ne cherche pas à répliquer. Il la soulève, collant son front contre le sien ; les lunes entrent en résonance. Elenna utilise un sortilège de lumière pour aveugler le démon et se défait de son étreinte…

Étrangement, Asmon semble reprendre ses esprits l’espace d’un instant. Elenna remarque qu’elle est en mesure de le raisonner, mais la chose ne dure pas. Le démon redouble d’agressivité. Elenna le provoque alors volontairement, elle demande à ce que qu’il brise son éclipse solaire afin de pouvoir l’affronter à armes égales. Le subterfuge fonctionne à merveille. Touché dans son estime, Asmon accède à la requête de l’elfe et la saisit à nouveau, la frappant avec rage. Elenna profite de l’absence de l’éclipse pour rentrer en contact télépathique avec ses amis, implorant de l’aide…

Toutes ressentent alors une immense détresse provenant du quartier Lyséria, la souffrance physique d’Elenna est presque palpable mais le groupe est bien trop éloigné d’elle pour agir rapidement. Adrianne, qui s’entretenait avec Cid, supplie ce dernier de venir en aide à la Haute Elfe. Seul le mage Mystique peut se transposer jusqu’à cette distance. Lorsque Cid arrive sur place, Amson reprend peu à peu une forme humanoïde, visiblement très choqué, tremblant de frayeur. Elenna git au sol, inerte et sans vie, ruée de coups, maculée de sang, transpercer de part en part au niveau de l’abdomen, le sol noyé d’une mare rouge qui s’élargit à vue d’œil…

Amson, en proie à des sueurs froides, s’exprime en haletant. Cid manifeste ses pouvoirs, le menaçant et faisant rempart devant le corps d’Elenna, prêt à frapper à tout instants. Asmon recule, explique qu’il ne voulait pas. Il passe alors dans l’ombre des ruines proches. Cid ne sait que trop penser de la situation. Il prépare un sortilège alors qu’Amson disparaît dans la noirceur d’une éclipse…

Le groupe rejoint la zone en toute hâte. Cid s’emploie déjà à mener un rituel de résurrection avant qu’il ne soit trop tard. Elvira et Lyséria apportent leur aide et leur puissance magique au rituel. Elenna est réanimée, mais il s’en est fallu de peu. Elle reste sévèrement blessée mais elle peut témoigner de ce qu’il s’est passé…

Elenna va avoir besoin de repos. Heureusement pour elle, la protection de la tour Marthyrm, le flux magique du puits lunaire et les efforts conjugués de nos amis vont pourvoir la remettre sur pied assez rapidement bien qu’elle risque de garder les séquelles de ce combat pendant plusieurs lunes…

Nos amis prennent un temps de répit ce soir-là avant le départ. A la faveur de la nuit, Adrianne s’inquiète beaucoup pour Asmon qui a disparu suite aux récents événements. Ce dernier semble bloquer volontairement toutes communications avec elle. Toutefois, la Tel’Valar parvient quand même à rentrer en contact avec lui. Asmon semble particulièrement mal, les blessures qu’il a infligées à Elenna le hantent ; il a vraiment voulu la tuer et il l’a fait. Adrianne tente de le rassurer tant bien que mal en lui expliquant que l’elfe s’en était sorti, ils ont pu arriver à temps et la ranimer à grand renfort de rituels magiques. Adrianne lui pardonne son geste et sa colère désespérée retenant qu’elle sait très bien qu’il n’était plus maître de lui-même… Il est clair qu’Asmon aura besoin de temps et nul ne peut plus dire quelle part de lui va l’emporter désormais…

Le lendemain, il est temps pour le groupe de partir rechercher les alliés potentiels et de faire le point sur la situation et préparer un plan de bataille. Sous les ordres de Lyséria, Chimelindar accompagne le groupe au temple d’Impéria au sud-ouest de la forêt des Vand’rills. Lyséria est encore affaiblie et parle peu. Elenna se remet de ses blessures, petit à petit, mais les douleurs sont encore bien présentes ; elle sait pertinemment qu’elle ne pourra pas trop forcer…

Le temple d’Impéria est en ruines, au même titre que la cité de Chimelindar, encore un vestige d’un temps passé. Le dragon masque sa présence à la faveur de la canopée forestière et laisse nos amis avancer vers la clairière du temple. Les lieux semblent parfaitement déserts. Le lierre pousse abondement sur les restes de l’édifice. Pourtant, l’ensemble paraît encore debout, malgré les âges, bien qu’une partie des murs et de la toiture soient éventrés.

Nos amis distinguent la présence de sceaux magiques, notamment à l’entrée du vieux temple. Il s’agit d’une protection d’alignement, empêchant toute intrusion d’êtres et de créatures malfaisantes. Le groupe pénètre les lieux avec précaution pendant qu’Adrianne et Tyraël restent à l’extérieur pour couvrir éventuellement leurs arrières. Elenna fait appel aux exorcistes d’une voix peu sûre et d’un ton interrogateur. Aussitôt, des Hildans apparaissent ça-et-là dans la pièce principale, sortant de diverses illusions : l’un d’eux avait pris l’apparence d’une large poutre tombée, un autre celui d’une vielle commode mitée, encore un autre se recompose à partir d’un tas de décombres…

Merivh Cayin se manifeste alors et accueille le groupe, content de retrouver celles qui l’ont sorti des griffes des Do’nvirs. Le mage garde toujours une attitude assez distante, même froide de part son caractère, toutefois il présente l’ensemble de ses compagnons de voyage. Une bonne douzaine d’exorcistes des adeptes de Gaïa ont répondu à l’appel et sont décidés à empêcher l’ascension d’N’Audar. Les présentations sont faites et les exorcistes n’en croient pas leurs yeux lorsque Lyséria leur est introduite. L’espoir renaît…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Dim 28 Mai 2017 - 14:49

Chapitre 26: La tribu Vand'rill et le temple de Palidor.



Nos amis s'entretiennent longuement avec les exorcistes. Il font notamment la rencontre d'un certain Armand Astien, un homme d'âge mûr, sage et bienveillant, et d'une femme plus jeune nommée Marbelle Gernisty, à la fois douce et pertinente. Odvar s'empresse d'observer leurs méthodes alchimiques et de composition de potions afin de partager ses connaissances.

Le gîte et le couvert leur est offert alors que Cid fait ses adieux et s'en va rejoindre Marthrym dans les terres de l'Est. Elvira travaille d'ailleurs sur la formule d'invocation de l'ancien consul de Chimelindë en se retirant dans un coin tranquille du temple, à l'abris des regard indiscrets. Lyséria s'approche d'elle et tente de soulager la Mystique de ses troubles en posant les mains sur son front et incantant des formules d'arcane mental.

De leur côté, les Exorcistes leur apprennent qu'ils disposent d'un sceau de transposition capable de les envoyer rapidement au sanctuaire de Palidor où se trouvent les Hauts Elfes. Toutefois, ces derniers se montrent prudents et n'accepteront d'ouvrir le passage qu'à la condition qu'un elfe Svartal'heim accède à leur requête.

Avant cela, il s'agit de rejoindre une tribu Vand'rill située plus au Nord afin de glaner quelques alliés supplémentaires. Armand Astien s'est déjà entretenu avec leur porte-parole, un Vand'rill à la tête de lion nommé Dro'Vendal. Lyséria manifeste des symptômes de fatigue avancés, ce qui n'est pas étonnant après l'épreuve qu'elle a vécu. Ensuite, alors que les exorcistes préparent le départ pour le sanctuaire de Palidor, nos amis prennent la route de la forêt, à la recherche de la tribu Vand'rill.

Le groupe, accompagné par Tyraël, se met en marche en suivant les indications des Fils de Gaïa. Apparemment, le camp Vand'rills n'est éloigné que de quelques lieues, nos amis devraient le rejoindre assez rapidement. Elvira mène le groupe mais, très vite, les points de repères commencent à être difficile à prendre dans la végétation foisonnante...

Soudain, des gémissement sourds se font entendre. Odvar se rend sur place guidé par ses instincts druidiques et il finit par débusquer, dans les fourrés, une Dryade blessée semblables à une petite fille. La créature est farouche et très difficile à approcher. Le druide de l'eau devra user de tout son talent pour l'amadouer suffisamment afin qu'elle accepte les premiers soins. La Dryade ne parle pas et ne semble même pas comprendre la langue commune. Pourtant, en remerciement, la petite créature paraît montrer le chemin à nos amis. Après quelques lieues, le groupe arrive à l'entrée du camp Vand'rill et la Dryade fait ses adieux en disparaissant comme par magie à travers la végétation luxuriante.

Dans le camp, nos amis semblent un peu décontenancés. Ils ne savent pas comment se présenter sans risquer de causer la crainte de la tribu. Une jeune Cernnunar qui vient de les apercevoir s'est enfuit sans demander son reste et rapidement des soldats larges d'épaules apparaissent aux yeux du groupe. Nos amis expliquent derechef leur venu et souhaitent s'entretenir avec l'Hortator Dro'Vendal.

Dans la tente du chef, les présentations sont faites. Dro'Vendal semble à la fois sage et puissant. Le vieux Felnar à rallier plusieurs tribus à sa cause et il est prêt à traiter avec de nouveaux alliés. Il explique à nos amis que les tribus sont malheureusement affaiblies; en plus de la menace grandissante à Derval'Amaris, un nombre important de jeunes et de soldats ont été séduits par les Hildans de Baram, leur promettant gloire et richesses s'ils s'engageaient dans leur effort de guerre. Aussi, les tribus se sont vidées, au grand dam des anciens...

Le groupe comprend alors aisément qu'une aide extérieure est plus que bienvenue. Dro'Vendal indique que les forces Vand'rills seront bien limitées. De plus, il semblerait qu'un clan Ogre, les Uh'Gar, ont récemment établi une alliance avec les Ogres de Derval, ce qui est un première plutôt inquiétante. Les Vand'rills auraient bien du mal à combattre les morts-vivants et les démons de la cité des Morts, toutefois, ils connaissent bien les Ogres et ne les craignent pas. Aussi, l'Hortator propose d'empêcher les Ogres de prendre à revers les armées alliées et bloquer toute alliance avec le clan de Derval.

Une fois l'accord passé, l'Hortator invite nos amis à un banquet et leur offre le gîte pour cette nuit. Malgré leur vie simple, les Vand'rills n'hésitent pas à offrir leurs meilleurs mets et parures au groupe, au rythme des danses tribales et des diverses représentations. Odvar et Elenna décident eux aussi de participer aux festivités en entamant un rituel de puits lunaire afin de remercier leurs hôtes. La magie elfique couplée à la transe de l'eau du druide émerveillent le regard des Vand'rills.

En fin soirée, alors que les festivités continuent bon train, Elvira et Tyraël vont s'éclipser quelques temps pour un moment d'intimité. Adrianne en fait de même avec le fils de l'Hortator, un majestueux Felnar, qui commençait à porter un grand intérêt à la Tel'Valar. Même Odvar va se laisser tenter par la chose lorsque trois femelles félines l'enivrent de leurs baisers. Seule Elenna ne succombe pas à la tentation bien que plusieurs Vand'rills parmi les plus braves aient tenté leur chance. L'elfe s'enquiert plutôt de l'affection que lui portent deux jeunes garnements de la tribu.

Le lendemain, L'Hortator remercie encore généreusement nos amis pour l'aide qu'ils vont apporter à l'ensemble de la forêt en cas de succès. Dro'Vendal offre à Elenna un large appeau qui permettra à nos amis de sonner le début de la bataille afin que les Vand'rills puissent empêcher l'avancée des Ogres d'Uh'Gar. Les adieux se font dans un profond respect mutuel et l'Hortator envoie même trois de ces meilleurs guerriers escorter le groupe jusqu'au temple d'Impéria.

Une fois sur place, nos amis font le point avec les exorcistes. Ces derniers sont ravis d'entendre d'aussi bonnes nouvelles et sont heureux de pouvoir compter les Vand'rills parmi leurs alliés. Tous doivent désormais rejoindre le sanctuaire de Palidor. Le rituel est prêt, Armand Astien n'attend plus qu'Elenna pour intercéder en leur faveur auprès des Hauts Elfes afin qu'ils ouvrent le passage. Pour éviter toutes complications concernant Lyséria et son statut particulier, il est convenu qu'elle prendrait une apparence humaine en masquant sa puissante aura, de manière à ce que personne ne détecte son pouvoir...

Au centre du sceau de transposition, Elenna s'entretient avec le seigneur des Thanatiels en personne. Ainsi, le groupe, accompagné des exorcistes, peut transposer sans inquiétude jusqu'au sanctuaire de la Licorne. Sur place, les cavaliers Thanatiels accueillent nos amis en grande pompe. Les yeux d'Elenna se remplissent de fierté lorsqu'elle aperçoit son frère dans les rangs des unités d'élites, fleuron de l'armée Svartal'heim.

Tous se présentent au seigneur Roevin Thanatiel. Ce dernier fait un point rapide sur la situation actuelle, sans rentrer dans les détails. Il intime au groupe de prendre du repos et de se restaurer convenablement sous la protection du sanctuaire avant de préciser le plan de bataille.

Elenna et Tyraël font un tour des lieux et rencontre même le sage Jolneverin, actuel priant du Temple de Palidor. L'ange aspirait depuis longtemps de pouvoir contempler la magnificence de ce sanctuaire et d'échanger avec son priant. La mystique s'entretient avec dame Aveleen, une archimage Haute Elfe qui sert de contact à la sage Tyras'lyn. L'archimage lui tend d'ailleurs une lettre de la part de la directrice de l'académie qui lui indique de le professeur William Jensen s'est porté volontaire, avec quelques mages, pour assurer au groupe de s'infiltrer efficacement dans la cité Morte.

Adrianne, de son côté, va s'empresser d'écrire une missive à l'intention de la sage Tyras'lyn, elle souhaite qu'un message parvienne à Asmon qui se trouve actuellement dans les ruines de l'ancien poste Haut Elfe au nord du Bourg de Bas-champs. Elle espère ainsi que l'Adra ne se laissera pas aller à son désarroi et à ses pulsions. La Tel'Valar met bien en garde les messagers sur le caractère instable d'Asmon actuellement mais elle espère que l'auroc qu'elle a enchanté si personnellement, et qui fait partie intégrante du message, aura un effet positif sur lui.

Odvar s'entretient toujours avec Marbelle Gernisty et en profite pour apprendre à concocter une potion capable de prévenir le mal provoqué par une morsure de zombi. En compagnie d'Aqualimë, il jouit de la bienfaisance des lieux.

Elenna s'entretient avec son frère qui la prend dans ses bras, trop heureux de la retrouver saine et sauve. Galdor lui semble blessé aux côtes; une mauvaise altercation avec des Do'nvirs en embuscade aux abords de la cité des Morts. Le jeune cavalier Thanatiel est robuste et sa blessure ne paraît pas grave, bienheureusement. Enfin au calme, la jeune elfe en profite pour écrire une lettre à ses parents et à son bien-aimé...

Après quelques heures, le seigneur Roevin regroupe tout le monde et expose le plan d'attaque: les Hildans de Sérévian s'occuperont du front Ouest et du Nord, renforcé par les hommes du capitaine Falcedon du poste d'Arendall. Les Hauts Elfes vont contrôler le front Est et Sud grâce aux cavaliers Thanatiels. Les Vand'rills, quant à eux, vont tenir un front plus au Sud pour stopper l'avancée des Ogres d'Uh'Gar et empêcher toute forme d'alliance. Les exorcistes seront partagés sur tous les fronts afin d'être efficace sur les différents points stratégiques.

Nos amis, eux, vont prendre un esquif mener par William Jensen en amont, et devront se laisser dériver au fil du fleuve qui traverse Derval'Amaris lorsque la bataille fera rage et que les Do'nvir seront occupés à la défense des remparts. Ils pourront ainsi s'infiltrer au cœur même de la ville et atteindre la tour du démon rapidement.

Les alliés sont plus nombreux que les forces en présence à Derval'Amaris et ils sont bien préparés. Toutefois, nul ne peut prédire l'issue de la bataille avec certitude, surtout lorsqu'un démon tel que N'Audar dirige les opérations dans une cité remplie de Morts-Vivants. Les hommes sont confiants mais le combat va être rude. Le Valar doit être vaincu pour que la paix renaisse enfin sur ces terres...

Personnages importants:

Armand Astien
: Exorciste des Fils de Gaïa du compté d'Yral. Il a répondu à l'appel de Merivh Cayin et il est bien déterminer à aider nos amis avec son groupe. Il semble expérimenté et bienveillant.

Marbelle Gernisty : Disciple d'Astien, exorciste fille de Gaïa. Elle fait partie des jeunes apdetes. Particulièrement douée en composition, Marbelle a suivi son maître et semble avoir un confiance absolue en lui.

Roevin Thanatiel: Vieux Seigneur des Chevaux et des Licornes. Droit et fier, Roevin est certainement le seigneur Haut Elfe le plus conscient de la menace représentée par N'Audar. Il va mener le front elfique avec force et bravoure. Il est juste avec ses hommes, pour peu qu'ils lui restent loyaux.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mar 4 Juil 2017 - 18:22

Chapitre 27: La chute du Valar


Nos amis sont fins prêts, le plan est établi, les exorcistes les ont gratifié de potions contre la zombification en cas de soucis avec les Morts-Vivants. De plus, chacun d'eux à récupérer un parchemin d'exorcisme suffisamment puissant pour libérer n'importe quel revenant.

Le groupe rejoint le point de rendez-vous, sur la rive nord, avec William Jensen de l'académie de Thamasa. Sur place, nos amis, accompagnés de Merivh Cayin, rencontrent le professeur Jensen qui est venu avec quelques sorciers Nelcars, une unité d'élite de mages formés pour combattre la magie noire. Bien entendu, comme la Sage Tyras'Lyn l'avait pressenti, Jonah Cayin s'est arrangé pour s'infiltrer dans le bateau. La rencontre avec Merivh est assez délicate; le jeune semble beaucoup en vouloir à son père, pourtant, il paraît rassuré de le savoir en vie...

Alors que Hawk explique la suite des événements à la communauté, Merivh et son fils s'entretiennent un peu plus loin. Au bout d'un moment, Merivh lance un sortilège qui entrave son fils et le menotte. Il invoque un serviteur des ombres afin de veiller sur sa progéniture mais ne compte pas l'emmener au cœur de Derval'Amaris. Personne ne semble s'opposer à son avis et, malgré l'insistance de Jonah, le groupe monte sur la chaloupe et commence à descendre le fleuve en direction de la Cité des Morts...

Tous peuvent déjà entendre les clameurs du combat. Les Hauts Elfes de Valinore et les Hildans de Sérévian sont passés à l'offensive. A priori, nos amis devraient avoir un peu plus le champs libre maintenant que les forces des Do'nvirs se concentrent sur la défense de la cité. Toutefois, il leur faudra rester très vigilants, certains points stratégiques seront toujours âprement défendus...

Nos amis pénètrent dans la cité par le nord du fleuve; tout paraît très calme à l'intérieur des murs alors que la bataille fait rage sur les remparts. Sur les bords du canal, une véritable horde de zombis et de squelettes bloque les escaliers qui permettent de rejoindre l'ancien quartier commerçant. Tous se dissimulent sous les sortilèges des sorciers Nelcars de Thamasa en attendant le bon moment pour accoster...

Hawk garde l'œil sur la berge et entrevoit un mince passage où les morts-vivants sont moins concentrés. Un par un, les zombis ne représentent aucune menace, mais c'est toute une troupe qui borde le canal et nos amis souhaiteraient rester le plus discret possible. William donne le feu vert et encourage le groupe à le suivre. Il bondit hors de la chaloupe, talonné par nos amis, et commence à découper des têtes avec dextérité. Adrianne et Hawk s'arrangent pour se frayer un chemin vers les escaliers mais les morts-vivants s'agglutinent rapidement autour d'eux et manquent presque d'en mordre un ou deux.

Tous parviennent rapidement sur la place du quartier commerçant. Les sorciers ont dû user de quelques sortilèges pour mettre à bas quelques zombis récalcitrants. Au centre de la place se trouve un petit contingent de mage Do'nvir, ils semblent garder un œil sur un sorte de cristal de puissance verdâtre qui rayonne sur les lieux. Deux des nécromanciens s'approchent du canal, alertés par l'agitation anormale des morts-vivants. Nos amis se cachent derrière un mur en ruine. Les sorciers Nelcars décident de les prendre en embuscade pendant que Hawk part en avant pour empêcher les autres Do'nvirs d'appeler des renforts.

Le groupe profite de la diversion des sorciers Nelcars pour se faufiler dans les anciennes ruelles et restent à couvert. Hawk se débarrasse d'un des sectateurs en le poignardant et l'emmenant dans les ombres... Malgré tout, quelques nécromanciens se retournent en direction des mouvements perçus et commencent à tirer leurs sortilèges de flammes et de foudre à l'aveuglette en direction de nos amis. Le groupe fonce à travers les ruelles, bien protégés. Néanmoins, un sortilège frappe une ancienne toiture branlante qui vient s'effondrer devant Odvar, séparant le druide du reste du groupe...

D'un rapide échange à travers l'éboulement, nos amies et Odvar se donnent rendez-vous de l'autre côté des ruines, au niveau de l'escalier donnant sur la ville-haute. Odvar est visiblement pris en chasse par l'un des sectateurs. Au détour d'une ruelle, il se cache un instant derrière un mur d'une vielle bâtisse pour reprendre son souffle. L'air devient soudainement glacial autour de lui et lorsqu'il fait volte-face, il aperçoit dans la ruelle face à lui une Do'nvir encapuchonnée de noir lui lançant des lances de glace.

Le druide du Nord reconnaît là très bien ce type de sortilège, mais il ne peut pas en croire ses yeux lorsque la silhouette scande son nom. Il s'agit de sa sœur Edolfhinde qui a rejoint l'ennemi comme l'avait prédit Lyséria, confirmé par les visions d'Elenna... Odvar lui somme d'arrêter alors que sa sœur, tout aussi surprise, lui intime l'ordre de quitter les lieux au plus vite. Edolfhinde le menace sérieusement de ses sorts de glace pour le forcer à fuir mais Odvar tient bon; il compte bien ramener sa sœur dans le droit chemin...

Soudain, un sortilège des Nelcars vient frapper Edolfhinde de plein fouet, trop occupée à batailler avec son frère. Odvar se jette à son secours alors que Merivh Cayin, prêt à en découdre avec la sectatrice, apparaît lui aussi dans la ruelle. Le druide de l'Eau protège sa sœur, faisant rempart de son corps et lui apporte les premiers soins magiques. L'exorciste demande des explications et le met sérieusement en garde. Odvar lui explique la situation derechef en implorant qu'on lui fasse confiance. Merivh, lui même bien placé pour comprendre qu'un mage noir peut revenir dans le droit chemin accède à sa requête tout en lui informant qu'Edolfhinde est certainement touchée par la marque du démon, ce qui pourrait se révéler extrêmement dangereux pour tout le groupe...

Odvar place sa sœur à l'abri dans un coin de la ruelle, à moitié consciente, où il espère qu'elle passera inaperçue. La marque du démon est visible sur son avant-bras... Edolfhinde lui explique que lorsqu'elle a compris qui étaient vraiment les Do'nvir, elle n'a pas eu d'autre choix que de les suivre. Elle continue de lui conseiller de fuir rapidement ces lieux comme si elle craignait le courroux du Valar. Odvar reprend son chemin à travers les ruines pour rejoindre le reste du groupe.

Pendant ce temps-là, nos amies suivent le chemin ouvert par Hawk et elles arrivent à proximité de l'escalier menant à la ville-haute. Quelques Do'nvirs sont placés sur les remparts et scrutent en contrebas. Hawk est frappé par un mauvais sortilège alors qu'il pensait pouvoir prendre les sectateurs en furtif, il parvient à se cacher derrière une vieille charrette qui lui sert d'abri de fortune et en profite pour avaler une bonne lampée de sa flasque pour se redonner un peu d'entrain.

Les filles passent à l'attaque, Elenna et Elvira tirent leurs flèches pendant qu'Adrianne tente de leur ouvrir un passage en attaquant au corps à corps. La Tel'valar a raison d'un des Do'nvirs caché dans les ruines bien que ce dernier ait réussi à lancer un de ses sortilèges. En toute hâte, le groupe rejoint les escaliers en montant les marches quatre à quatre. Odvar, apercevant enfin ses amies, leur emboîte le pas. Sur le chemin, ils peuvent apercevoir une multitude de morts-vivants se déverser du château d'Amaris en direction de la place du quartier commerçant. William Jensen intime l'ordre au groupe de continuer son chemin, sans se retourner. Nos amis passent de l'autre côté des remparts alors que Hawk, Merivh Cayin et les sorciers Nelcars tiennent position face à une véritable horde de Non-morts...

Sur les miradors de la ville-haute, le groupe scrute en contrebas; l'ancien quartier magique à l'air plus que jamais calme, ce qui tranche avec le tumulte environnant. La tour d'N'Audar trône fièrement en amont du quartier, un majestueux mais non moins inquiétant auroc vert brillant culmine à son sommet. La porte d'entrée ne semble pas fermée. Prudemment, le groupe s'approche des lieux...

Il ne leur faut pas longtemps pour comprendre que la tour est protégée par une barrière magique et, alors que nos amis tentent de trouver un moyen pour se frayer un chemin à l'intérieur, trois silhouettes inquiétantes apparaissent à l'entrée. Un homme de faible stature marqué d'une multitude de marques de scarifications et de sceaux diverses est accompagné par un Valar imposant, à l'aspect rigoureusement effrayant, qu'Adrianne reconnaît sans mal comme apparenté à la famille de Gandharion. A leur suite, le groupe est médusé de retrouver le supposé Adra Asmodéen nommé Asmon...

Le mage Hildan se présente comme étant Grimman Gorma, le chef religieux des Do'nvir, et introduit le démon Gandaréen Athrosis ainsi qu'Asmon. Le groupe reste sur ses gardes. Tous ont l'air de s'allier dans cette affaire et discutent déjà de qui ils vont pouvoir s'attaquer en premier. Au grand désarrois du groupe, le visage d'Asmon est impassible. Ce dernier avoue même vouloir achever le travail en tuant Elenna de ses propres mains. Le démon Gandharéen s'octroie le droit de faire d'Adrianne sa prisonnière de choix; il explique qu'elle fera un cadeau diplomatique de choix pour assurer une alliance entre N'Audar et les Valars de Gandharion. Grimman décide alors de pouvoir disposer D'Elvira et d'Odvar selon sa guise au nom du Valar qu'il sert...

Elenna entend une voix dans sa tête, Lyséria lui annonce que Chimelindar devrait les rejoindre rapidement, il faut qu'elle gagne du temps. Adrianne regarde Asmon dans les yeux mais ce dernier ne trahit aucune sympathie à son égard, pourtant il porte autour de son cou le cristal qu'elle lui avait enchantée de ses mains. L'elfe feint de continuer la discussion jusqu'à l'arrivée de Chimelindar.

Un puissant souffle de feu tombe sur la tour, détruisant en un instant la barrière magique qui sépare les deux groupes ennemis. Contre toute attente, Asmon frappe de toutes ses forces le mage Grimman et le démon Arthosis, les propulsant sur les murs d'enceinte de la tour. Une éclipse lunaire obscurci rapidement les perceptions des deux acolytes alors qu'Asmon intime l'ordre au groupe de pénétrer dans la tour pour combattre le démon.

Nos amis ne se font pas prier, surtout voyant le chef Do'nvir et le Valar Gandharéen se relever rapidement en criant au traitre et en lançant des sortilèges puissants à l'aveugle. Adrianne ne peut s'empêcher de se retourner regardant Asmon canaliser son sortilège. Ce dernier lui demande une dernière fois s'il est bien un Adra, ce qu'Adrianne acquiesce en versant une larme, avant qu'Asmon lui implore de monter à la tour car il sait qu'il ne va pas pouvoir retenir ses assaillants bien longtemps...

Le groupe commence son ascension de la tour alors que le combat s'engage en bas. Le décor paraît sublime, de belles tentures colorées ornent les murs de la tour. Pourtant, du sommet retombe des cages retenues par de puissantes chaînes dans lesquelles gisent des corps, souvent écorchés, suintant de sang... Ce qui donne à l'ensemble une atmosphère particulièrement glauque et horrible...

Au sommet, une arche s'ouvre sur une grande salle circulaire aux pierres apparentes. Sur les côtés, quatre arcades sont surmontées d'étranges runes magiques de transposition. Au fond, un escalier monte vers un étage d'où filtre le cristal de puissance de la tour. N'Audar trône fièrement dans la salle comme s'il attendait nos amis et s'adresse à eux de sa voix sombrement glaciale et fière...

Ne souhaitant pas le laisser parler très longtemps, Adrianne lance les hostilités se ruant vers le démon avec sa Chrysaor. Elvira invoque ses anges pour assurer la protection du groupe. Elenna se concentre sur les runes des arches avec Odvar. Rapidement, le démon manifeste sa puissante aura éthérée et se prépare à frapper Adrianne de sa lame spectrale. Des créatures, semblables à des gargouilles apparaissent à travers les arches et chargent nos amis.

Le combat est difficile, l'aura éthérée de N'Audar lui donne un avantage certain et affaibli le groupe en permanence. Le monstre frappe Adrianne d'un air déjà victorieux mais il est surpris de voir que la Chrysaor est capable de parer les coups de son épée spectrale sans difficulté. La Tel'Valar en profite pour lui asséner un coup puissant, laissant le démon en proie à la douleur. Ce dernier se déphase dans l'éther et se déplace dans la pièce, Adrianne arrive de justesse à esquiver ses attaques avant de devoir engager le combat contre les gargouilles.

Pendant ce temps-là, Elenna et Elvira tentent de détruire les runes de transposition de leurs flèches et Odvar essaie de bloquer les accès de ses sortilèges de glace. Ils souhaitent empêcher que d'autres créatures pénètrent dans la tour alors qu'ils luttent déjà contre plusieurs monstres. A travers la dernière arche, une étrange silhouette encapuchonnée apparaît, allongée à terre... Elenna la frappe d'un jugement avance qu'elle ne se relève. Odvar aperçoit imperceptiblement que le démon se rapproche de la silhouette en question. N'Audar reprend forme en la portant. Odvar reconnaît le visage de sa sœur, Edolfhinde qu'il avait laissée dans la ruelle...

Le démon visiblement surpris par la puissance de ses assaillants se sert d'elle comme d'un bouclier, menaçant le reste du groupe. Soudain, Odvar rentre dans une rage folle, ses yeux deviennent rouge-sang et il semble déployer une énergie à la fois puissante et malfaisante. Le Valar paraît ravis de voir cette réaction de colère, comme s'il s'y attendait. Adrianne lutte avec acharnement contre les gargouilles, aidée par Elvira qui soigne régulièrement le groupe et dont les deux anges viennent de se déphaser après avoir vaillamment combattu contre les gargouilles.

Le démon approche, laissant Edolfhinde au sol, la traitant de traitre, et frappe Odvar de sa lame spectrale. Malgré la puissance de l'attaque, Odvar se relève comme possédé; il saute sur le démon et saisit la tête du monstre sous ses cornes, plaquant ses mains sur ses tempes et hurlant comme un damné. Eldolfhinde, dans un ultime effort, rampe et saisit les pieds de la Bête gelant la surface pour entraver ses mouvements. Le démon perd son sourire malfaisant alors que du sang commence à couler de ses oreilles et de son nez. Odvar semble lui aussi souffrir de cette frénésie mais il ne paraît pas s'affaiblir...

Elvira soigne le druide et sa sœur dans cet effort surhumain alors qu'Elenna frappe le démon de son jugement de lumière le plus puissant. Adrianne profite du fait que le démon soit entravé et bloqué pour lui planter la Chrysaor profondément dans la poitrine, le transperçant de part en part... N'Audar, médusé et sidéré, pousse un dernier râle d'agonie avant se tomber au sol, dissipant de fait son aura malsaine...

Odvar tombe au sol, comme une masse inerte. Ses yeux sont révulsés par sa frénésie et il ne respire plus. Elvira et Elenna tentent de lui apporter les premiers soins alors qu'Adrianne sort sa lame du corps du démon. Soudain, l'atmosphère se met à changer, le corps du démon commence à se déphaser et l'ensemble de la pièce paraît prendre des teintes différentes...

Au bout de quelques instants, nos amis se retrouvent sur une plaine grisonnante sans vie, entourée par une brume si épaisse qu'elle ne laisse filtrer aucun relief à plus de trente mètres. Odvar est toujours au sol, Eldolfhinde n'est pas apparu dans ce monde étrange. Nos amis pensent d'abord à une illusion, mais c'est alors que la voix du Valar se fait entendre et leur annonce d'un ton grave et glacial qu'ils sont les bienvenus dans l'Ether...

Dans son monde, N'Audar est tout puissant, il n'est même pas obligé de se matérialiser et tient à se délecter de la souffrance de nos amis. A présent, le groupe va devoir affronter ses propres morts... Le démon puise dans les esprits de ses victimes l'âme de ceux qui ont trépassé afin de les affliger une nouvelle fois...

Le paysage semble changer pour laisser place à un décor connu de nos amis. Dans une sorte d'atelier se trouve une femme bâillonnée et ligotée sur une chaise. A ses côtés, un Uelmen'rill fait barrage de son corps. Le groupe reconnaît là Madissa Cayin et Zyl'Amar dans leur forme spectrale... Les deux esprits frappeurs se jettent avec hargne sur les filles alors qu'Elvira tente de réanimer Odvar. Elenna se souvient que tous disposent d'un parchemin d'exorcisme et qu'il est temps de s'en servir afin que les âmes de Madissa et Zyl retrouvent enfin la paix, sinon ils erreront à jamais dans les limbes... Elenna et Adrianne s'exécutent après avoir essuyé les premières attaques. Elle lisent toutes deux la formule contenue sur leur parchemin et une lumière aveuglante vient frapper les spectres les libérant de l'emprise du démon...

N'Audar ne s'arrête pas là, il invoque le spectre du Gangrelard et celui de la mère de Daria alors que le paysage change à nouveau en affichant le décor du poste d'Arendall. Adrianne se lance sur le Gangrelard et Elenna lui emboîte le pas en incantant ses jugements de lumière. Elvira meurtri par la présence du spectre de la mère de sa petite protégée, retrouve son sang-froid et sort le parchemin d'exorcisme alors que le fantôme se rue vers elle. Odvar peine à se relever et contemple la scène médusé. Le druide s'avance pour venir en aide à ses amies et perçoit une forme sombre et imposante se matérialiser dans la brume...

Adrianne plante sa Chrysaor au plus profond du corps du Gangrelard, laissant échapper un tas d'immondices des humeurs aqueuses du monstre, brûlé par les sortilèges d'Elenna. Elvira exorcise le spectre de la mère de Madissa et reconnaît, alerté par Odvar, les grondements sourds du Zohar qui se matérialise plus loin... La Mystique n'hésite pas une seule seconde, deux de ses amies sont en prise avec un Gangrelard, Odvar et elle sont seules face au Zohar qui va charger d'une seconde à l'autre. Elvira ferme les yeux, se concentre, et prononce la formule d'incantation de Marthrym.

Le seigneur Marthrym se matérialise dans un sceau d'invocation d'une rare puissance, ce qui maintient le Zohar à distance. Alors qu'Elvira utilise ses sortilèges de Vie pour soigner ses camarades, elle implore Marthyrm de lui venir en aide pour affronter le Zohar. Ce dernier se lance avec rage sur l'invocation et l'ancien consul de Chimelindë fait pleuvoir ses plus puissantes attaques sur le monstre protégeant de ses sortilèges les membres du groupe. Adrianne se défait du Gangrelard et s'extirpe avec difficulté de la masse visqueuse qui se répand au sol...La Tel'Valar finit par perdre conscience à son tour... La haute elfe se rue vers elle pour la réanimer avant qu'il ne soit trop tard...

Marthyrm terrasse le Zohar mais semble souffrir de l'aura éthérée qui plane en ce monde. Il explique à Elvira qu'il risque de ne pas pouvoir perdurer en ces lieux bien longtemps. Il faut à tous prix que le démon se matérialise afin de lui porter le coup fatal à présent qu'il doit être affaibli. Soudain, Elenna est en proie à une vision: à travers elle parle Lyséria qui convoque le Valar. N'Audar manifeste son mécontentement de sa voix d'outre-tombe à travers les cieux. Martrhym implore Lyséria se forcer le démon à prendre corps...

La voix de Lyséria est telle que N'Audar finit par se matérialiser contre son gré alors des volutes spectrales, manifestations d'une multitudes d'esprits errants, tournoient et semblent s'échapper du corps du Valar dans une tempête fantomatique. Marthrym somme alors le groupe à frapper de toutes leurs forces en se joignant à eux. Elenna fait appel à ses puissants sortilèges de lumière, Odvar projette ses lances d'eau et de glace, Elvira incante sur ses dernières forces. Leurs attaques conjuguées frappent de plein fouet le corps du démon avec violence. Adrianne, en proie à de sérieux vertiges, brandit sa Chysaor et pourfend N'Audar de sa lame dans une attaque finale vengeresse...

Sous l'impact, une multitudes de faisceaux lumineux transpercent le corps du démon qui hurle au désespoir et une onde spectrale vient balayer la surface de combat... Lorsque nos amis reprennent enfin leurs esprits, ils se retrouvent dans la tour magique à Derval'Amaris. Le Cristal de puissance se fissure dangereusement de même que les murs de la tour. Aidé par Edolfhinde, le groupe descend quatre à quatre les marches, s'aidant les uns les autres, meurtris par les combats, alors que l'édifice commence à s'effondrer...

A l'extérieur, les armées Hidanes et Elfiques ont pénétré les défenses ennemis. Après la chute de N'Audar et l'effondrement de sa tour, les quelques Do'vnirs sont en proie à la débandade et fuient autant qu'ils le peuvent, rattrapés par les forces alliés. Des cris de victoires se font entendre dans la cité des Morts; les squelettes et les zombis sont tous à terre comme si toute magie néoromantique s'était évanouie en un instant. Nos amis, bien que soulagés de la mort du Valar, ne manifestent pourtant aucune signe de victoire...

Affaiblis et blessés, le groupe commence à chercher du regard leurs compagnons d'infortunes... Adrianne s'effondre de tristesse lorsqu'elle aperçoit le corps meurtri d'Asmon, gisant au sol, inerte et sans vie, à proximité de ses ennemis... Elvira retrouve Hawk et Tyraël, en partie sous les décombres. Hawk est passablement blessé et toujours inconscient, plusieurs marques de brûlures et d'impacts de foudre sont visibles, son œil gauche est crevé... Tyraël reprend ses esprits bien qu'il soit lui aussi sévèrement touché. Son aile droite a été complètement arrachée et son bras est fracturé en plusieurs endroit... Merivh Cayin est retrouvé mort parmi les décombres de même qu'un des puissants sorciers Nelcars de Thamasa...

Elenna, bien qu'épuisée par les combats, court en direction des rangs elfes à la recherche de son frère. Elle retrouve Galdor affaissé à terre, pleurant à chaudes larmes sur le corps de sa licorne tombée au combat. Lorsqu'il aperçoit sa sœur, un grand sentiment de soulagement anime Galdor mais il ne peut se résoudre à se lever: ses jambes sont fracturées et partiellement écrasées par son armure... mais malgré la douleur, ses jours ne sont pas en danger...

Le combat est terminé... Un profond soulagement de victoire gagne les rangs alliés mais une lourde amertume se ressent dans les cœurs de ce qui ont perdu des proches dans cette bataille...



_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1606
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   Mar 1 Aoû 2017 - 18:52

Chapitre 28: La couronne Chimérique



La bataille est terminée, il s'agit maintenant de s'occuper des blessés et de faire le point sur les pertes. Quelques sectateurs encore présents sont rapidement matés par les forces alliées et sont faits prisonniers. Derval'Amaris est investie et les rares otages encore en vie sont libérés...

Adrianne se recueille sur la dépouille d'Asmon. En pleur, elle récupère l'auroc de puissance qu'elle avait spécialement confectionné pour lui. Grâce au cristal, elle peut ressentir les dernières émotions d'Asmon; son combat pour devenir Adra, ce besoin de trouver sa place en ce moment et son véritable nom: Asmonandra...

Elenna s'occupe de son frère Galdor et le laisse aux bons soins de son amie Raven  qui, elle aussi, a bien combattu. L'elfe s'enquiert des blessés avant d'être rejoint par Emrys qui s'est frayé un passage dans les lignes elfiques. Ce dernier l'enlace dans une étreinte de soulagement avant de lui manifester tout son amour.

Elvira prend soin de Tyraël et de William et les laisse aux soigneurs Elfes et Hildans une fois rassurée qu'ils sont en vie. Elle finit par rejoindre Jonah pour lui raconter la bataille et l'emmène jusqu'au corps de Merivh...  Jonah pleure sur la dépouille de son père, inconsolable malgré les mots d'Elvira... La mystique s'en va discuter avec le capitaine Falcedon  afin de prendre conscience des pertes. Plus de soixante morts, et le double de blessés, sans compter les Vand'rills... malgré la rudesse du combat, pour un vétéran comme le capitaine Falcedon, les chiffres restent plutôt positifs...

Odvar et Edolfindhe se soutiennent mutuellement, tous deux passablement affaiblis par le combat contre N'Audar. Odvar s'arrange pour que sa sœur ne soit pas placer en détention en négociant avec le seigneur des Thanatiels; Eldofindhe restera en garde à vue jusqu'au procès la concernant pour savoir si elle peut être tenu pour responsable dans cette affaire...

Adrianne est rejoint par Elenna. Toutes deux décident de rendre un dernier hommage à la dépouille d'Asmon. Elles dressent un bûcher funéraire alors qu'Elenna entame une prière lunaire. Plusieurs elfes et quelques Hildans présents autour viennent assister à la scène, partageant ainsi ce moment de deuil...

Le groupe accompagne la troupe qui retourne en Valinore. Une fois à la cité, la communauté est accueillie par le peuple et leur famille. Les retrouvailles sont chaleureuses et émouvantes avec les parents d'Elenna et la petite Daria; les elfes lancent des pétales au passage de ceux qui se sont battus pour la paix...

Nos amis se retrouvent au domaine d'Elendil pour un repos bien mérité. Odvar, de son côté, préfère rester aux côtés de sa sœur, détenue provisoirement dans les geôles de Valinore. Après le repas, le groupe souhaite s'entretenir avec le père d'Elenna en privé. Le cas de Lyséria est mis sur la table et Elendil l'avait bien compris; nul besoin pour elle de maintenir son sortilège d'illusion la faisant passer pour une elfe. Elle est gracieusement remerciée pour son aide décisive contre N'Audar mais il va bien falloir expliquer tout cette histoire aux autorités pour plus de transparence.

Elendil, leur fait part des décisions des juges Valestis concernant les affaires qui seront discutées le lendemain, notamment sur le statut d'Edolfindhe et de son implication chez les Do'nvirs... Nos amies seront appelées à la barre afin de témoigner. Le père d'Elenna leur somme de rester parfaitement honnêtes étant donné que lui-même a dû jouer un double-jeu risqué afin de couvrir certains agissements de sa fille et nos amis, même si c'était pour la bonne cause...

Le lendemain matin, le groupe rejoint le tribunal des Valestis. Edolfindhe est rapidement appelée à la barre afin que tous puissent entendre sa version, sous les regards avisés de la reine et de la princesse de Valinore. Le procureur Valesti n'hésite pas à poser les questions qui fâchent afin d'apporter plus de clarté à la situation. Eldolfindhe reste honnête, tête baissée. Tour à tour, les membres du groupe vont pouvoir défendre la sœur d'Odvar avec engagement, soulignant qu'elle a apporté une aide décisive dans le combat contre N'Audar en se retournant contre lui.

Les attaquent comme les défenses restent justes et respectueuses de l'accusée. A la fin des plaidoiries, le juge décrète qu'Edolfindhe ne peut être tenue pour responsable de ses actes étant donné qu'elle était marquée par le démon et donc soumise à son emprise; des rituels viendront confirmer la disparition de la marque, par prudence. Le juge rappelle à Edolfindhe qu'elle ne devra pas, à l'avenir, accorder une confiance aveugle aux membres d'une secte aussi dangereuse et préfère ainsi la placer sous la tutelle de son frère. Les erreurs qu'elle aura pu commettre chez les Do'nvir seront effacées à condition qu'elle accepte de collaborer avec les autorités en présence et qu'elle se soumette à divers rituels de purification. Le jugement est favorablement accueilli par le groupe, aussi Edolfindhe remercie les magistrats pour leur bienveillance et leur compréhension.

Le cas de Chimelindar est aussi évoqué par les Valestis qui craignent la présence d'un dragon chimérique dans les environs. La présence de Lyséria est rapidement mise en avant, créant quelques réactions de surprise au sein de l'assemblée. Non sans réserves, les magistrats n'hésitent pas à faire appeler la chimère à la barre afin de témoigner. Lyséria défend Chimelindar comme étant le protecteur de Chimelindë; il reste sous son entière tutelle et a dédié sa vie à la défense de la cité ce qui fait de lui un allié et non un ennemi des Trois Couronnes. Le retour de Marthrym est lui aussi abordé, non sans apporter son lot de stupéfaction chez les Hauts Elfes. Toutefois, les Savartal'heim reconnaissent l'amitié réciproque qui existaient autrefois entre les Chimères libres de Chimelindë et les Elfes de Valinore. Aussi, ces derniers acceptent Lyséria comme la digne héritière du consulat de Chimelindë et souveraine des terres s'y attachant.

Elvira n'hésite pas à prendre la parole devant l'assemblée du tribunal pour proposer à dame Lyséria de fonder une nouvelle cité, une NeoChimelindë. Pour cela, selon les sages mots de la reine de Valinore, le banquet de victoire qui a lieu dans quelques jours au comté de Sérévian devrait être le moment opportun pour une telle proposition, sous le regard approbateur des représentants des Trois Couronnes d'Escondra.

Après quelques jours de repos en terres de Valinore, notre communauté se retrouve au Comté de Sérévian, dans le bourg bien connu de Bas-Champs. Plusieurs hauts pontes sont présents ou représentés par des ambassadeurs de renoms. Une veillée funèbre prend forme sur la grande place du bourg, spécialement aménagée pour l'occasion. Le Comte de Sérévian en profite pour rappeler l'importance de l'alliance contre les forces obscures en Escondra, et remercie plus que jamais nos amis sans qui rien n'aurait été possible. Tous saluent alors notre groupe et les invitent à dire quelques mots. Adrianne prend la parole dans un discours engagé, parfois agressif comme à l'accoutumé, ce qui déstabilise son auditoire et en renfrogne d'autres... Toujours est-il qu'elle semble mettre en valeur la présence d'un allié de poids dans la bataille, un allié Adra inconnu de tous mais pourtant décisif dans ce combat: Asmonandra ...

Elvira prend sa suite, rappelant l'implication de plusieurs personnes qui ont donné leur vie dans ce combat et qu'elle a connu personnellement: son ami Doriac, le Brenavë Zyl'Amar, l'exorciste Maël et Merivh Cayin le père de Jonah. Elle souligne également que l'union a fait leur force, qu'importe les origines et les barrières ethniques. La Mystique n'hésite pas à réaffirmer l'importance de l'aide fournie par Edolfindhe lors du combat contre N'Audar, ainsi que l'intervention décisive de l'Adra. Son discours retentit d'un écho certain dans l'auditoire, les boucliers sont frappés, les coupes tintent et s'entrechoquent, les convives se congratulent mutuellement.

La cérémonie des remises de distinctions va bientôt prendre place, en attendant que les hauts pontes statuent sur les plus méritants, Elvira fait une annonce officielle. Elle semble un peu gênée mais elle reste parfaitement sûre de ses propos. Chimelindë doit être rebâtie afin de retrouver sa superbe d'antan. Bien entendu, la cité est en ruine depuis des siècles, mais une NéoChimelindë pourrait être reconstruite sous l'autorité de Lyséria.

Son discours obtient un certain écho dans l'assemblée sous le regard mesuré de Lyséria. Soudain, un ambassadeur Nelween de Thuranbrand prend la parole. Il explique la situation vécue dans la vallée de Nosvalle et le combat que les siens ont dû souffrir pour vaincre un Béhémoth. Aussi, la couronne de Brand défend l'idée d'un pouvoir chimérique fort. Il exprime la nécessité de retrouver une alliance avec les Chimères aussi vivace que celle qui existait à l'époque de Chimelindë et des Trois consuls. Il va même plus loin qu'Elvira en défendant l'idée d'une couronne chimérique afin que les Quatre Couronnes soient enfin représentées en Escondra...

Le discours du Nain est relayé très rapidement par les Vadn'rills et les représentants des communautés chiméranes, qui acquiescent sans retenue. La reine Lucrétia de Valinore semble elle aussi consentir à la chose, rappellent l'alliance durable qui avait liée les Hauts Elfes aux Chimères libres. Le compte de Sérévian ne peut aussi rêver meilleure alliance suite aux souffrances de son peuple mais ne peut se ranger à la majorité étant donné qu'il n'est qu'un vassal du roi de Baram...

Dame Lyséria prend à son tour la parole est accède aux proposition qui lui sont faite. Si elle doit être reine des enfants des chimères qui le souhaiteront en Escondra, sous le consentement des Trois Couronnes, alors elle acceptera d'endosser cette lourde tâche.
Nos amis sont décorés d'une distinction royale pour les services rendus et chaque seigneur va également décorer ses soldats et les plus méritants. Même les morts seront décorés à titre posthume tels que Doriac, représentant les Nelweens, Zyl'Amar pour la communauté des Brenavës, Maël et Merivh pour les exorcistes, de même qu'Asmonandra pour son implication indiscutable.

En fin de soirée, alors qu'Odvar fait honneur au vin de Bas-Champs avec sa sœur et les soldats de Sérévian, Elvira se sent affaiblie et fiévreuse. Tyraël l'emmène à l'auberge afin qu'elle prenne du repos, sous les yeux avisés de la sage Tyras'lyn et l'archimage Brandelant. Adrianne et Elenna accourent au chevet de leur amie. Tyraël et Elenna sont particulièrement inquiets, les sortilèges de soin ne fonctionnent pas. Pourtant, les mages de Thamasa semblent plutôt confiants et manifestent paradoxalement leur contentement. Selon eux, Elvira est entrain d'accéder à la Renaissance...

La Mystique semble souffrir, son corps lutte contre la fièvre et une puissance inexplicable. Elle finit par perdre connaissance alors que son corps commence à changer. Une aura magique de forte résonnance commence à envahir tout son être. La sage explique que, suite à toute l'expérience qu'Elvira a accumulé, l'augmentation de son pouvoir magique, les épreuves qu'elle a enduré et les connaissances qu'elle a réunies, ne peuvent plus être contenu dans son enveloppe actuelle. Elle est en train de s'élever à un nouveau stade d'existence qui lui permettra d'atteindre les niveaux supérieurs du pouvoir et de la sagesse. Seuls quelques rares individus connaissent la Renaissance...

Le corps d'Elvira change et commence à prendre une forme chimérique; son affinité élémentaire se manifeste avec plus de force, ses attraits Felnars se manifestent eux aussi avec intensité. La Mystique se réveille alors en contemplant ce corps et cette puissance nouvelle sous le regard bienveillance de l'assistance. Elle reprend peu à peu sa forme d'origine, toute étonnée de se retrouver en pleine forme, de corps et d'esprit... Une nouvelle Elvira est née...

Le lendemain matin, nos amies s'en retournent dans les terres de Valinore. Après plusieurs jours de repos, certains commencent à préparer leur départ. Odvar compte retourner quelques temps dans les terres du Nord pour retrouver sa mère. Accompagné de sa sœur, ils voyagent tous deux plus d'un mois jusqu'aux îles de Norfen. Le retour au pays est émouvant, la rencontre avec sa mère l'est tout autant. Le druide de l'eau en a appris beaucoup plus sur la malédiction qui pèse sur sa famille et l'oblige à porter un talisman qui bride son pouvoir incontrôlable, comme sa soeur. Il continue ses recherches afin de trouver un moyen de ne plus déclencher cette fureur intarissable. En effet, du sang Valar coule dans ses veines suite à une alliance malveillante entre ses ancêtres et des Valars Felnars loups, faisant d'eux des guerriers infatigables et enragés...

Après plus d'un mois passé au pays, Odvar décide de retourner en Escondra, il a promis d'aider à la construction de la cité de NéoChimelindë. Eldofindhe décide de rester en Norfen, elle va pourvoir refaire sa vie ici et s'occuper de sa mère. Le druide l'eau fait ses adieux mais compte bien revenir régulièrement dans le Nord, notamment une fois ses recherches sur cette malédiction terminées.

De son côté, Adrianne prend le chemin du sanctuaire Adra dans la forêt de Théronde. Quelques mages de Thamasa la guide à bon port. Sur place, la Tel'Valar fait face à un édifice étrange donc l'architecture lui rappelle de loin celle des chimérans. Un étrange démon Dagara mais visiblement pacifiste se manifeste et la fait rentrer la questionnant sur les raisons de sa venue. Adrianne peut alors percevoir différents types de démons cherchant repentance en ces lieux...

Elle accède aux zones réservées aux reliques et au rituel des Priants. De grandes allées s'ouvrent sur des alcôves dans lesquelles les Priants entrent en communion avec les Adras défunts. Adrianne décide de retrouver Asmonandra, fut-il à travers un Priant, fut-il une simple réminiscence du vrai Asmon. Parmi trois candidats dévoués à la cause des Adras, la Tel'Valar choisit un démon Farenh, un Valar de feu qui semble être le plus proche de caractère de celui d'Asmon et plus prompt à l'investir.

Suite au rituel, Adrianne peut enfin retrouver Asmon sous une forme invoquée et évanescente. Bien sûr, il ne s'agit pas la du vrai Asmonandra mais plus d'un souvenir fidèle de son moi-vivant. Toutefois, il conserve en partie son caractère, sa mémoire, son savoir. Emue mais consciente de cette réalité, Adrianne va converser un long moment avec cette réminiscence, heureuse de pouvoir contribuer au fait que le savoir d'Asmon et son être vont perdurer à travers le Priant dans ce sanctuaire pour les siècles des siècles...

Pendant ce temps, Elvira doit faire ses adieux aux terres de Valinore et à la famille d'Elenna. Elle doit emmener sa fille adoptive Daria à l'académie de Thamasa afin qu'elle suive l'un des meilleurs cursus scolaire et magique de tout Terrä. La séparation avec Isil, la mère d'Elenna, est très difficile. Cela fait bien des semaines que la Haute Elfe élève la petite Daria pour laquelle elle semble avoir une affection sincère et réciproque...

Daria fait ses premiers pas en tant qu'apprentie élémentaliste à l'académie de Thamasa sous le regard ému et bienveillant d'Elvira. Cette dernière est convoquée par la sage Tyras'Lyn qui lui demande si elle souhaiterait devenir sa disciple; cela fait bien longtemps que la sage n'en avait pas pris. Elvira surprise mais honorée de cette proposition, accepte en bégayant quelque peu. Elle explique qu'une fois son aide apportée à la cité, comme promis à Lyséria, elle sera ravie de devenir sa disciple.

Elenna, de son côté, va s'occuper de sa famille. Elle console sa mère après le départ de Daria et prend soin de son frère encore blessé. La Haute Elfe s'entretient également avec son cher et tendre Emrys. Elle souhaite lui commander un artéfact un peu spécial. Etant donné que le groupe risque fortement de se séparer régulièrement depuis la fin des hostilités, chacun va reprendre sa vie; Elenna aimerait que tous puissent rester contact si d'aventures il arrivait malheur à l'un d'entre eux. Emrys consent à fabriquer des amulettes d'aurocs enchantés qui résonneront à l'unisson et s'activeront si l'un d'entre eux se trouve dans le malheur et nécessiterait de l'aide.

Une fois tout le monde de retour en Escondra, elle offre les amulettes enchantées par Emrys à ses compagnons. Elvira et Tyraël ont une bonne nouvelle à annoncer à leurs amis: la Mystique est enceinte. Tous célèbrent cet événement et félicitent les futurs parents.
Il est temps de donner un coup de main aux artisans, tailleurs, maçons, bâtisseurs de NeoChimelindë. Les Nelweens sont déjà à l'ouvrage depuis plusieurs semaines, aidés par quelques Hildans et relayés par les Vand'rills des tribus voisines. Elvira s'occupe de superviser certaines constructions et s'applique à travailler sur des fresques en y mettant tout son talent. Odvar et Elenna édifient un puits lunaire dans la nouvelle cité, afin qu'Azura veille sur ces lieux. Adrianne aide partout où elle peut être utile et se montre particulièrement dévouée à la tâche.

Une fois la cité suffisamment achevée, dame Lyséria, chimère et ancien consul de Chimelindë est sacrée reine au milieu de ses sujets, de nos amis et des Trois Couronnes. Elvira invoque une dernière fois Marthrym, profondément ému, afin qu'il puisse contempler le sacrement de son amie fidèle et la nouvelle cité qui a été construite. Sa majesté Lyséria remercie encore nos amis pour tout ce qu'ils ont fait. Elle gardera pour eux une affection sincère et un respect éternel. Le Royaume de Chimecalda est né...

C'est ainsi que s'achève cette campagne des Valars d'Escondra...



Epilogue


Elvira: Elle va s'installer à NeoChimelindë et ne reviendra jamais dans les terres Mystiques. En plus de Daria, qui excelle dans ses études, Elvira sera la mère de quatre enfants (Doriac, Asmon, Madissa et Lyla) avec Tyraël "l'aile blanche" qui deviendra son époux et commandant de la garde Royale de sa Majesté Lyséria. Elvira prendra aussi à cœur d'être disciple de la sage Tyras'lyn qu'elle considèrera comme une vraie mère spirituelle. Elle continuera ses recherches sur les créatures chimériques et les relations astrales et planaires. Ses ouvrages, illustrés de sa propre main, seront des références en la matière à Thamasa. Ses études lui permettront de réaliser un véritable rêve en traversant la porte d'Elevingore, guidé par Tyraël et le seigneur Marthrym qui les accueillera à bras ouvert. Elle restera une conseillère de choix pour sa Majesté Lyséria qu'elle mènera sur la voix de l'unité avec les autres Couronnes, défendant ardemment le respect entre tous...

Elenna: Elle va partir en pèlerinage à travers Terrä avec Emrys. Elenna va porter la lumière d'Azura aussi loin que lui permettent ses voyages. Elle continuera de combattre les forces du Mal et à entendre les confessions de ceux qui demanderont son aide. Parti parfois pendant plusieurs années, le couple elfe reviendra régulièrement en Escondra pour retrouver leurs amis, leur famille, et rendre hommage à sa majesté Lyséria. Elle se mariera avec Emrys lors d'une cérémonie où tous ses proches seront présents avec une Daria adulte et magicienne accomplie. Elenna n'oubliera jamais son combat contre Asmon qui a ouvert son esprit à la repentance. Aussi, elle saura offrir son aide à ceux dont les âmes semblent perdues. Des siècles après les événements, la "fille d'Azurä" continuera d'arpenter cette terre avec son compagnon et témoignera avec émotion et nostalgie de ces moments d'un Âge passé...

Adrianne: Elle va rejoindre les Erators de Primevall suite au sacrement de sa Majesté Lyséria. Elle combattra les Valars et les sectes chaotiques avec toujours autant de ferveur et deviendra une élite Tel'Valar réputée dans tout Escondra. En parallèle, Adrianne deviendra une active fer de lance dans la lutte des Adras qu'elle défendra toute sa vie corps et âme afin de redorer le blason de ces démons repentis. Elle reviendra souvent dans le sanctuaire Adra afin de s'entretenir avec l'esprit Asmonandra pour lui demander conseil ou lorsqu'elle se sentira perdue. Elle n'oubliera jamais celui qui lui a sauvé la vie et lui a montré la véritable valeur des Adras et de leur combat. Proches de ses sœurs, la "protégée des Adras" va guider certains de ces êtres jusqu'en Chimecalda où une nouvelle vie, éloignée des chimères noires, leur sera réservée et où ils pourront enfin trouver une place en ce monde...

Odvar: Le druide du Nord deviendra un alchimiste réputé en Escondra. Il va lui aussi s'installer à NeoChimelindë où il sera un conseiller avisé de la reine et un ambassadeur pour les tribus Vand'rills avec qui il entretiendra toujours d'excellentes relations. Il épousera d'ailleurs une Ursidar qui lui donnera cinq beaux enfants. Odvar continuera de chercher à contrôler le pouvoir de la malédiction qui touche sa famille. Au cours de ces recherches, il sera à la limite de sombrer dans la folie destructrice de ce pouvoir. Heureusement, sa femme et ses amis seront toujours là pour l'aider à porter ce fardeau. Aussi, grâce à eux, il arrivera à créer un artéfact suffisamment puissant qui lui permettra de contrôler ce pouvoir tout en annihilant les effets de la malédiction. Il en offrira à sa sœur Edolfindhe, elle aussi mère de plusieurs enfants. Le "Druide du Nord" aura réussi à endiguer l'infortune de sa famille pour les siècles à venir...

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Odvar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Les Valars d'Escondra] Elvira/Elenna/Adrianne/Zyl'Amar
» Présentation de la Garde d'Annúminas
» Salon de Sorgues 2011 by Révo
» La grossesse Sims 3
» ( CRÂ ) lvl 180 -> Natori (doublon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trollistes & Compagnie :: JEUX DE RÔLE :: Terrä :: Campagnes personnalisées-
Sauter vers: