Trollistes & Compagnie

Jeux de Rôles, de sociétés, cartes et figurines (Association)
 
AccueilPortailGalerieCalendrierFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Sam 3 Oct 2015 - 10:20

Chapitre 1: Le domaine de Raéro


Les Brenavës ont terminé la préparation du sérum qui guérira la corruption de l’Elderhim.  Un cortège retourne dans l’antre des Spriggans afin de les libérer du joug des adeptes de Jadnar. Dame Serë, gardée en otage par l’Hortator Spriggan, est alors libérée. Personne n’est fier de laisser des créatures telles que les Spriggans à l’intérieur de cet antre mais il s’agit là d’un moindre mal face à la menace Jadnar…

De retour au bourg de Bas-champs, Elrohir exprime sa volonté de retourner chez les siens. Il considère que sa mission touche à sa fin et il est temps pour lui de retrouver les bois de Cernam. Dame Serë lui emboîte le pas et décide elle aussi de partir en direction du royaume sylvestre. La séparation avec le reste de l’équipe est empreinte de solennité : Raéro, le nain du groupe, remercie encore chaleureusement Elrohir pour avoir été un compagnon fidèle, puissant et digne de respect. Hua Shan promet de continuer à chanter les louanges du valeureux elfe sylvain. Elrohir assure à ses amis qu’il fera surface à nouveau si d’aventures les adeptes de Jadnar devaient refaire parler d’eux…

Les Zilmaars, de leur côté, ont décidé de quitter la région. Maintenant que les tensions se sont apaisées et que les Jadnars ne représentent plus une menace directe, ils comptent bien s’installer dans une forêt plus à l’Est et quitter la chaleureuse hospitalité des Brenavës.

Le jeune seigneur Clamared est lui aussi sur le départ. Le roi l’a mandé pour participer à l’effort de guerre dans la province de Baram Sud. Le manoir devrait être utilisé pour des réunions protocolaires, nos amis ne pourront plus y trouver le gîte et le couvert  comme à l’accoutumé…

Aussi, plus rien ne retient désormais nos amis dans la région mis à part Elenna, l’elfe Svartal’heim, qui compte bien continuer son enquête sur la présence de plusieurs Valars. Raéro propose donc à Hua Shan de partir pour le royaume Nelwen de Thuranbrand. Il y dispose d’un domaine dont il doit s’occuper, comme tout bon seigneur.

Alors que nos amis commencent à atteler la carriole pour se mettre en route, deux Chimérans se présentent au manoir Clamared. Selon toutes vraisemblances, il s’agit de deux Vand’rills : l’un d’eux à la tête de fauve, un Felnar. L’autre arbore des bois comme les cervidés, un Cernnunar. Ils se présentent respectivement sous les noms de Soulimane et Karnos.

Les deux Vand’rills, originaires d’une forêt plus au Sud, semblent chercher du travail dans la région. Aussi, ils souhaitent se mettre au service d’un seigneur local en tant que mercenaires. Malheureusement, le seigneur Clamared est sur le départ et n’a pas vraiment le temps d’engager des mercenaires à la va-vite. D’un autre côté, les deux chimérans pourraient bien intéresser le jeune seigneur Raéro en partance pour son domaine. Elrohir est parti pour Cernam, Elenna compte rester dans la région et Elvira continue également son enquête. En clair, seul Hua Shan va suivre le courtaud chez les Thuranbrands. Aussi, Raéro propose aux deux Vand’rills de rentrer à son service. Le nain compte bien tester leurs compétences en chemin pour voir s’il a fait un bon choix.

Le groupe ainsi consolidé de deux nouveaux membres s’apprête au départ. Il leur faudra pas moins de trois jours pour atteindre le domaine de Raéro. Le premier relais fortifié est situé à plus de dix lieues de là, en plein milieu de l’immense Plaine du Jour. C’est endroit sûr en journée et la visibilité est excellente, cependant, ce lieu reste très dangereux de nuit étant donné la présence de trolls dans les montagnes alentours…

La première partie du voyage est idéale, le temps est au beau fixe, les chevaux sont frais et les routes royales sont larges et bien entretenues. Nos amis arrivent au relais de la Plaine. Ce dernier est bien gardé de nuit, des sentinelles scrutent du haut des remparts en permanence au cas où la vermine aurait l’audace de venir se frotter de trop près. Nos amis prennent un bon repas et décident de fêter leur départ. Les deux Vand’rils préfèrent rester sobres pour assurer des tours de garde alors que Raéro et Hua Shan font honneur au vin local. Si le Pavois d’Eriador supporte bien l’alcool, il semblerait que ce ne soit pas le cas du jeune Magus. Hua Shan enchaîne les verres sans trop se soucier du reste du voyage, il entonnera même une jolie bluette en l’honneur de Raéro et tombera face contre terre après un dernier canon ingurgité.

La nuit se passe sans encombre même si Hua Shan se réveille avec une sérieuse gueule de bois. Nos amis reprennent la route. En chemin, ils vont, par chance, croiser une caravane marchande qui leur permettra de se ravitailler en éléments divers.

Après quelques lieues, les sens du Cernnunar sont en alerte, des chevaux se déplacent en lisière de forêt. Soudain, six brigands dont trois à cheval sortent des fourrés et attaquent la carriole. Karnos compte bien défendre le convoi et se lance à leur rencontre. Raéro pose pied à terre et se poste en rempart. Soulimane est frappé par une flèche et se met à couvert. Hua Shan lance ses sortilèges de foudre et concentre rapidement l’attention des malandrins.

Le premier cavalier est mis en déroute et désarçonné par nos amis, cependant, les archets concentrent leurs tirs sur Hua Shan qui est percuté à plusieurs reprises et finit par chercher la protection du nain. Soulimane se cache derrière un cheval au sol, lui servant de rempart de fortune, et lance ses attaques de feu. Karnos se rend compte que les archers représentent la menace principale et engage le combat en chargeant de toutes ses forces. A terre, les brigands se lance sur le nain. Le Pavois d’Eriador bloque sans sourciller les attaques de trois des malfrats et protège, par la même occasion, le mage Felnar passablement blessé.

La plupart des malandrins continuent de concentrer leurs efforts sur Hua Shan, percuté de toutes parts, qui peine drôlement après une nuit aussi alcoolisée, et finit par tomber à terre au pied du nain qui se bat à trois contre un. Karnos échange plusieurs attaques avec l’un des cavaliers qui manque presque d’achever Hua Shan. Soulimane se lance à la rescousse du mage Felnar et le force à boire une potion pendant que le courtaud gagne du temps en déviant les attaques adverses. Karnos, lance en avant, percute un archer et le désarçonne se sa monture dans la foulée.

Hua Shan reprend peu à peu ses esprits, affaibli. Raéro estoque l’un des brigands pendant que Karnos part à la rencontre du second cavalier archer. Le mage Felnar, se relève dans un ultime éclat vengeur, brandit son Galaxias et inflige un terrible sort aux assaillants. L’avantage revient à nos amis qui retrouvent un second souffle après ce sortilège lancé par Hua Shan. Karnos bataille sans relâche contre l’archer l’empêchant de décocher ses flèches assassines et finit par lui donner le coup de grâce.

A terre, Réaro défait rapidement un nouvel adversaire et se lance à la poursuite d’un fuyard. C’est finalement Soulimane, en forme de lion, qui aura le dernier mot en bondissant au-dessus du courtaud, plantant griffes et crocs profondément dans la chair du dernier malfrat. La victoire est acquise et la plupart s’en sortent bien. Raéro ne souffre que de blessures superficielles et Karnos, de quelques ecchymoses et entailles. Soulimane, lui, a prit une mauvaise flèche mais les organes vitaux ont été épargnés, la blessure devrait rapidement guérir. Seul Hua Shan a eu moins de chance et souffre de belles hémorragies. Heureusement, plusieurs membres du groupe sont capables de faire appel aux sortilèges de guérison. Il devrait s’en sortir après une bonne nuit de sommeil et quelques infusions.

Tout porte à croire que ces brigands souhaitaient attaquer la caravane marchande que le groupe à rencontrer précédemment. Nos amis en profitent pour sauver deux des montures des malfrats et Hua Shan insiste pour les emmener avec eux. A la tombée de la nuit ils arrivent à l’avant-poste de Beltalir. Nos amis y prennent un repos bien mérité en glanant quelques informations supplémentaires sur les lieux. Le groupe de bandits qu’ils ont rencontré en chemin est d’ailleurs connu des autorités du coin. L’aubergiste fait une demande originale à Réaro, il l’interroge, à demi-mot, pour savoir si les Vand’rills qui l’accompagnent sont à vendre… ce qui en dit long sur la mentalité de certains Hildans du coin… Nos amis passeront une nuit sans festivités, cette fois-ci, afin de regagner un maximum de force.

Le lendemain, le groupe fait route vers les collines du Nord-Est en direction du Royaume des Thuranbrands. Ils n’auront pas le temps de traverser la passe de Nosvalle, réputée dangereuse, avant la nuit et décident donc de bivouaquer à la lisière d’une forêt peu avant la route des collines. Nos amis organisent des tours de garde. Dès le premier tour, assuré par Réaro, d’étranges lueurs se manifestent dans la forêt. Le groupe garde un œil sur ses apparitions ; Hua Shan fait même appel à la clairvoyance d’Azël et perçoit un spectre de femme mais nos amis ne pousseront pas plus loin pour l’instant leurs investigations…

Arrivé au domaine, le groupe décide de faire le tour des fermes du coin. En effet, Raéro se doit de bien connaître son fief et les gens qui sont à son service. Il demande à Dwalur, son majordome, de lui faire un compte rendu de la situation. Plusieurs bonnes nouvelles pointent à l’horizon : dans la ferme des Grimwolds, l’une des filles, Orane, semble très doué en couture et travaille des motifs ouvragés du plus bel effet. Côté ferme des Landors, c’est la bière brassée par Méorod et Nabélia qui étonne notre petit seigneur. Cette cervoise est digne d’un roi et mériterait d’être connue dans tout le royaume. De plus, Karnos s’improvise rapidement comme conseiller auprès de Raéro et lui suggère de préparer un jardin officinal dans la ferme des Landors car la mère de famille semble bien connaître les herbes et autres plantes médicinales.

Plusieurs pistes restent intéressantes à creuser pour faire fructifier le domaine. Malgré tout, quelques soucis gâchent le tableau : Rédane, de la ferme des Grimwolds, est bien malade et selon l’expertise faite par le groupe, seul un remède élaborer avec grand soin pourra vaincre le mal dont elle est victime. Gyor, le grand-père Grimwold, semble tenir sa ferme d’une main de fer bien qu’il soit très efficace dans son travail. Chez les Landors, c’est Migosh, le dernier né qui fait des siennes ; Raéro se propose de le prendre comme futur écuyer pour faire de lui un homme et lui apprendre les valeurs. Quant à Méorod, il est si cupide qu’il vend sa cervoise bien trop chère malgré sa qualité ; il est loin d’être bon commerçant.

Plus important, Raéro n’oublie pas qu’il va devoir rapidement traiter avec les seigneurs locaux et rendre hommage aux bannerets du roi. Il devra choisir avec discernement ses alliances s’il veut s’assurer une place de choix à la table des seigneurs de Thuranbrand...

Personnages importants :

Soulimane (Joël) : Après les événements du Triden de Tritoch, Soulimane a quitté ses compagnons pour retourner dans la forêt des Vand’rills. Il y a rencontré Karnos le Cernnunar et s’est lié d’amitié avec lui. Content de pouvoir continuer à voir du pays, il a souhaité cette fois-ci partir pour les terres du Nord en quête d’un travail rémunéré et a rapidement été engagé par Raéro.

Karnos (Domi) : Cernnunar originaire de la forêt des Vand’rills d’Escondra. Il a suivi Soulimane après s’être lié d’amitié avec lui. Il souhaite voir du pays en proposant ses services. Calme et sage, il peut se montrer impétueux et véloce en combat. Il devient rapidement un conseiller avisé de Raéro. Irrémédiablement végétarien, Karnos peut prendre une forme de cervidé à quatre pattes tel un centaure.

Dwalur : C’est le majordome du domaine de Raéro. Il chapote un peu tout sur place. C’est un homme loyal et responsable mais reste facilement intimidable.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")


Dernière édition par NeoZell le Mer 6 Juil 2016 - 10:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Mar 10 Nov 2015 - 18:18

Chapitre 2 : La Forêt Noire et le banquet des seigneurs.



Le jeune seigneur Raéro a pris la décision de s’occuper des ses gens, de son domaine, de ses alliances. Tout d’abord, c’est le cas de Redane de la ferme des Grimwold qui pose problème. La pauvre paysanne semble bien malade depuis plusieurs jours et passablement affaiblie. Cela mine l’humeur de la famille, principalement celle des enfants…

Malgré les soins apportés jusqu’alors par le groupe, la pauvre femme se meurt. Même les épurations magiques de Hua Shan n’ont qu’un effet de courte durée. Soulimane se propose de concocter un remède mais si la plupart des ingrédients pourront être trouvés dans le coin ou achetés, d’autres seront plus difficile à obtenir. La plante d’Esuna, aussi appelée « feuille des Elfes », dispose d’incroyables capacités régénératrices. Malheureusement, elle est très difficile à trouver dans les environs ; seule la Forêt Noire, dans les terres d’Ambervale, domaine des Elfes Los Sylvan’heim, abrite en son sein de nombreuses de ses plantes…

Le groupe se sépare : Soulimane et Kranos décident de partir pour la Forêt Noire et espèrent récupérer rapidement le précieux ingrédient. De leur côté, Raéro et Hua Shan vont s’occuper du reste. Dwalur, quant à lui, va s’occuper d’organiser le banquet des chefs car Réaro compte bien inviter pas moins de quatre bannerets du roi : Orik, son mentor et pavois d’Eriador, Akhnef « barbe folle », du domaine de Maliria, Thorek « crin d’acier », du domaine de Nosvalle et Falrim « fines runes » du domaine de Ragham’Ethil. Les bannerets invités ont tous été scrupuleusement choisis en fonction des choix d’alliance du jeune seigneur Raéro.

Les deux Vand’rills du groupe partent en direction des monts du nord de Thuranbrand qui jouxtent la frontière avec la Forêt Noire. Ils préfèrent éviter les routes principales des nains et coupent à travers les vastes plaines du royaume. Alors que la montagne se dessine devant eux, ils finissent par retrouver les routes principales et, entre deux monts, un chemin serpente en direction de la forêt des Elfes de la Nuit. Une grande arche Nelwen symbolise la frontière et nos amis s’enfoncent petit à petit dans la pénombre de la canopée d’Ambervale…

Ils décident de suivre une sorte de sentier pendant un temps, sans trop savoir où ce dernier va les mener. Karnos sonne du cor afin d’avertir de leur présence ; les Elfes Los’Sylvan n’aiment effectivement pas que l’on s’aventure dans leur forêt sans y avoir été invité. Les deux Vandr’ills prennent le temps de prendre un peu de repos après une longue marche, en attendant une réponse.

La Forêt Noire semble étrange, des bruits, des ombres, des lueurs virevoltes entres les arbres géants. De sombres toiles s’effilent au gré des branchages et englobent peu à peu la zone où se trouvent nos amis. Une silhouette au corps d’ours semble tourner autour du groupe sans vraiment se montrer. L’arche par laquelle nos amis sont passés s’est évanouie comme par enchantement…

Soudain, Karnos se retourne et aperçoit Soulimane en train de chercher tout autour de lui. Le Felnar semble avoir perdu la trace de son compagnon alors qu’il se trouve juste à côté de lui. Malgré leurs efforts conjugués, les sens de Soulimane sont parfaitement altérés, il paraît complètement perdu.

Une silhouette, à mi-chemin entre une elfe et une étrange jument, apparaît petit à petit aux yeux de Karnos. Lors de cette entrevue, l’elfe explique à Karnos que les Esprits de la forêt Noire ne sont pas vraiment enclin à les laisser pénétrer plus loin, d’autant que Soulimane est vu comme une sorte de prédateur inconnu. Elle a du intervenir avant que ces mêmes esprits ne s’en prennent directement à nos amis. Novelia, l’elfe, accède à la requête de Karnos, elle cède une large feuille d’Esuna afin qu’il soigne la pauvre Redane mais refuse de leur donner un plant. Cette fleur est sacrée pour le peuple de la Forêt Noire, aussi elle intime à Karnos de repartir d’où il vient à présent qu’il a obtenu ce qu’il cherchait. Soulimane sera libérer de l’emprise des esprits d’Ambervale et pourra lui aussi repartir sain et sauf.

A leur retour, les deux Vand’rills décident de passer la nuit dans un poste avancé Nelwen, non loin de là. Grâce au sauf-conduit rédigé par Raéro, ils peuvent passer une nuit sans encombre. Le lendemain, nos amis repartent en direction du domaine de Raéro mais ils connaissent encore mal la région et leurs pas les mènent plus au nord-est. Ils comprennent alors qu’il leur faut longer les montagnes vers le sud pour retrouver leur chemin…

Les yeux persans de Soulimane distinguent, sur le flanc d’une montagne voisine, une étrange silhouette animale bipède qui arpente le relief d’un pas mal assuré. La créature finit par dégringoler et le corps du malheureux vient se fracasser sur la roche en contrebas sous les yeux médusés de nos amis impuissants. Karnos prend une forme ailée et s’envole en direction des lieux. Visiblement, il s’agissait d’un Vand’rill, le corps paraît fortement amaigri et plutôt sale. Le pauvre a du errer bien des jours dans les diverses aspérités des montagnes de Thuranbrand avant d’arriver jusqu’ici…

La présence de cette créature est parfaitement singulière, et sa malheureuse condition l’est certainement encore plus. A côté du corps git une sorte de cercle d’argent, semblable à un serre-tête relativement grossier ; la chose est brisée en deux morceaux distincts et une rune arcanique y est gravée dessus. Nos amis décident de prendre l’étrange objet avec eux afin de le montrer au reste du groupe.

Pendant ce temps là, Raéro et Hua Shan sont partis récupérer les différents ingrédients nécessaires à la potion pour soigner Redane. Le Felnar en profite même pour effectuer un rituel à Meïlir, moyennant quelques offrandes. Un signe de l’astre cosmique lui intime d’en savoir plus sur cet étrange spectre qu’ils ont aperçu nuitamment dans la forêt lors de leur arrivée dans la région…

Le nain mène son compagnon au bourg de Mérilia. La pauvreté ambiante frappe tout d’abord le jeune seigneur. La concurrence des mines Hildanes  et l’effort de guerre au sud contre la vermine troll semblent toucher de plein fouet le bas peuple. Raéro, ému par la situation, décide même de venir en aide à un pauvre mendiant qu’il accepte de prendre à son service. Le jeune seigneur nain recrute également un ancien mineur qui paraît solide, motivé et avec une famille à charge.

De retour au domaine, Raéro organise quelques menus travaux. Certaines fermes ont besoin d’être restaurées et une nouvelle doit être bâtie pour accueillir les nouveaux arrivants. Hua Shan continue d’apporter des soins à Redane de façon journalière, mais le mage Felnar ne semble pouvoir que ralentir l’inévitable…

En attendant le retour de leurs camarades Vand’rills de la Forêt Noire, Raéro et Hua shan vont continuer à officier dans le domaine. Le mendiant ne semble pas être une recrue de choix, le fourbe tape dans la réserve de bière et semble trop affaibli pour être efficace au travail, ce qui lui attire le foudre du vieux Gyor de la ferme des Grimwold. Raéro décide de lui donner une seconde chance et Hua Shan fait appel aux astres pour en savoir plus sur les potentielles destinés du malheureux. Bienheureusement, Orek, l’ancien mineur se montre très vaillant à la tache.

Le groupe se retrouve au domaine et nos amis décident de préparer l’élixir de soin. Morine, de la ferme des Landor, est appelée en renfort pour aider à la préparation des ingrédients. Soulimane va devoir se lancer dans une composition qui dépasse ses compétences. Pourtant, à force d’efforts, le Felnar réussi à produire l’élixir et à soigner la pauvre Redane ; ce qui lui vaudra toute la gratitude du vieux Gyor…

Apparemment, tous les bannerets invités ont répondu à l’appel et participent au banquet de Réaro. Tour à tour, le nain et ses compagnons vont s’entretenir avec les différents seigneurs du royaume. Raéro souhaite tout d’abord rendre hommage à Orik, qui est à la fois son mentor et celui qui deviendra son seigneur lige. Le jeune seigneur en profite d’ailleurs pour lui faire goûter sa somptueuse bière.

Ensuite, ce sera le tour d’Akhnef, barbe folle, seigneur de Maliria et plus proche voisin de Raéro. Ce dernier essaie de se faire bien voir par le banneret en question mais Akhnef montre rapidement sa déception lorsqu’il comprend que le cœur de Réaro ira en premier lieu à Orik. L’entretient reste tout de même profitable pour les deux seigneurs ; Barbe folle est même prêt à lui envoyer quelques hommes de son fief pour l’aider à s’installer. Par ailleurs, il compte bien lui proposer quelques missions d’escorte.

Vient le tour de Torek, du domaine de Nosvalle. Comme à l’accoutumé, ce dernier se montre plutôt rude et froid. Il semble particulièrement préoccupé par la concurrence Hildane dans les mines du sud, la guerre et tout ce qui en découle. Aussi, il ne semble pas vraiment d’humeur festive et reste discret sur sa situation dans l’ensemble.
Enfin, nos amis s’entretiennent avec Falrim Fines runes, un vieux nain un peu gâteux mais très érudit. Raéro en profite pour lui parler du cercle d’argent trouvé par Karnos. Le vieux Falrim lui indique qu’il s’agit d’un cercle de contrôle, un enchantement assez grossier mais plutôt puissant qui permettrait d’asservir, dans une certaine mesure, celui qui le porte. Nos amis décident de confier la chose à Fines runes afin qu’il l’analyse plus sérieusement…

A la fin du banquet, Réaro et ses compagnons se doutent bien que la situation est préoccupante. Cette guerre menée au Sud contre les Trolls de Grim’Zaroth, l’alliance avec les Hildans de Baram qui devient de plus en plus fragile, la concurrence singulière des mines du Nord et la présence d’un Vand’rill dans les montagnes des Brands avec ce cercle de contrôle, n’augurent rien qui vaille.

Raéro décide de jouer cartes sur table avec son mentor Orik qui finit par accepter de lui parler ouvertement. La situation semble bien plus délicate qu’il n’y paraît. Un convoi d’ambassadeurs et de pavois d’Eriador a été envoyé dans les montagnes d’Armingard il y a plusieurs lunes de cela, mais en réalité, il s’agissait d’aller se renseigner sur ses arrivées relativement massives de Vand’rills dans les terres de Baram. D’après les espions du roi Dwerun, le chancelier de Baram cache bien des choses.

Orik propose a Raéro d’enquêter en partie sur l’affaire, il doit savoir pourquoi un Vand’rill se trouvait là et surtout pourquoi il portait ce cercle de contrôle en argent. Pour cela, il doit se rapprocher du seigneur Torek, ce qui ne sera pas une mince affaire, et obtenir sa confiance. Il faut espérer que Torek, pourtant réputé droit et loyal, ne s’est pas rabaissé à manigancer ou à agir dans la corruption…

Personnages importants :

Le vieux Gyor : C’est le grand-père de la ferme des Grimwold. Il tient cette propriété d’une main de fer, il est rude avec les membres de sa famille y comprit parfois avec son propre seigneur. Il reste cependant très efficace au travail.

Orik « pavois d’Eriador » : Il est l’un des bannerets les plus porches du roi de Thuranbrand et un puissant guerrier protecteur. Orik gère l’essentiel des missions des pavois d’Eriador, l’unité d’élite qui fait la fierté du royaume de Thuranbrand. Il est aussi le mentor de Raéro et son seigneur lige.

Akhnef « Barbe folle » : Il est le seigneur de Maliria et le banneret le plus proche géographiquement de Raéro. Toutefois, il semble un peu dépassé par la situation actuelle et aspire plutôt à une seigneurie tranquille et sans histoires…

Thorek « Crin d’acier » : Seigneur de Nosvalle, la seigneurie la plus rude du royaume. Thorek est un héros de guerre et un puissant vétéran respecté. Avec l’âge, il est devenu de plus en plus froid et aigri. Son domaine est régulièrement attaqué par les Trolls des montagnes de Brand. Il gère l’exploitation minière de Nosvalle.

Falrim « Fines runes » : C’est un vieux nain un peu loufoque. Souvent terré dans sa forteresse de Ragham’Ethil, il étudie les runes anciennes et crée de puissants artéfacts. Toutefois, il ne se sent que peu concerné par la situation actuelle et la guerre qui sévit à Baram Sud.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Jeu 10 Déc 2015 - 20:22

Chapitre 3 : Le conte d’Hargrim et Hagerta.

Nos amis décident prendre un peu de repos au domaine de Raéro et effectuent quelques emplettes matinales. Avant de se lancer dans la mission proposée par le seigneur Orik, nos amis comptent bien s’occuper de ce fameux spectre féminin apparu dans la forêt de Dangrim, lors de leur arrivée dans la région.

Raéro guide le groupe dans la plaine de Ragham jusqu’au poste avancé de Galdon. En quelques heures à peine, ils longent les collines du sud et arrivent sur le domaine de Furen, un petit seigneur de Ragham. Nos amis comptent l’interroger sur la présence du fantôme étant donné la proximité de sa demeure avec la forêt.

Le seigneur Furen les accueille à bras ouverts et n’hésite pas à sortir saucisses et boissons pour ses invités. L’intérieur est tout à fait atypique : Furen est un chasseur, plusieurs animaux empaillés servent d’ornements. D’ailleurs, quelques cervidés font partie des diverses trophées du seigneur local ce qui met Karnos plutôt mal à l’aise. Le Cernunnar réprime sa colère poliment dans la mesure où le seigneur ne souhaite heurter personne parmi ses convives.

Lors de l’entretient, Furen admet que nombres de personnes ont déjà prétendu avoir aperçu le fameux fantôme, pourtant lui-même considère cette affaire comme une légende sans grands fondements.  Après l’insistance des convives, le seigneur raconte l’histoire d’Hargrim et Hagerta. Il s’agit là d’un conte pour enfant bien connu dans la région, même Raéro se rappelle peu à peu ce récit.

Hargrim était un vaillant guerrier de Ragham, il a combattu avec force et courage une horde de trolls qui avaient pris sa troupe à revers, en traversant, on ne sait comment, tout un pan de montagne. Lors de la bataille, les valeureux nains ont dû repousser la vermine jusqu’aux berges du lacs de Melinore. La légende veut que les Nelwens aient été victorieux ce jour-là mais Hargrim se serait fait emporter dans les profondeurs des eaux du lac par une cohue d’orcs vengeurs… Hargrim est devenu un model de bravoure : son combat, une légende, ce héros, un Ancien.

Le conte raconte aussi, qu’Hagerta, l’épouse d’Hargrim, avait très difficilement accepté la mort de son mari. N’ayant aucun corps sur lequel pleurer, elle décida de partir pour le lac de Melinore afin de trouver la dépouille du défunt. On raconte qu’elle se serait noyée dans les eaux du lac après s’être lamentée des jours durant sur le lieu du combat, sans avoir pu trouver ce qu’elle cherchait. Apparemment, son spectre hanterait les lieux et serait toujours en quête d’une dépouille aujourd’hui oubliée…

Poussée par la curiosité, nos amis se dirigent vers la forêt en question à la recherche du spectre de la veuve d’Hargrim. Selon les dires de Furen, seuls les clairvoyants seraient vraiment en mesure de percevoir le fantôme d’Hagerta. Karnos guide ses compagnons dans la forêt et ils atteignent rapidement les berges du lac de Melinore. Point de spectre à l’horizon… il va falloir attendre la tombée de la nuit… comme lors de leur premier passage…

Ils en profitent pour prendre leurs repères aux abords du lac, certains découvrent différentes aspérités dans la roche creusées par l’eau, d’autres plongent dans le lac à la recherche d’éléments laissés par la bataille qu’aurait livrée les nains en ces lieux. Des débris d’armes et d’armures sont encore présents, fixés à jamais dans la vase.

Le groupe décide de bivouaquer, protégés par la canopée, à proximité du lac. Pendant la nuit, lors du tour de garde de Hua Shan, le spectre d’apparence féminine, visiblement Nelwen, se manifeste à nouveau et semble guider notre ami en amont du lac. Nul doute pour Hua Shan, il s’agit du fameux fantôme d’Hagerta…

Le Felnar réveille ses camarades et guide le groupe. Raéro ne cherche pas à s’encombrer longtemps avec son armure ou son arme et part tel quel. Nos amis suivent le spectre sous les eaux alors que Soulimane reste faire le guet sur la berge afin de garder leur camp de fortune et envoie son « moi astral » à la suite de ses camarades.

Hua Shan, Raéro et Karnos passent à travers un enchevêtrement de plantes diverses et atteignent un boyau inondé avant de faire surface dans une caverne sombre et humide. Le Felnar passe en tête et continue de suivre le fantôme qui ne manifeste aucune agressivité à son égard. Le spectre semble vouloir montrer quelque chose ou du moins amener nos amis quelque part.

Faisant appel aux pouvoirs de Malaki, Hua Shan se fond dans les ombres et avance dans la caverne. Il entend des pas se rapprocher. Un Lévrak des abysses récupère d’étranges champignons phosphorescents qui poussent dans l’humidité oppressante de la caverne. Les Lévraks sont l’antithèse des Naïades et sont considérés comme de la vermine agressive et dangereuse. Hua Shan n’hésite pas une seul seconde et frappe la créature des ses éclairs de Meïlir avant d’être aperçu. Le monstre tombe rapidement au sol mais le bruit et la lumière provoqués par le sortilège risquent de ne pas passer inaperçu. Déjà, d’autres grognements se font entendre. Nos amis avancent à pas de loup. D’autres Lévraks se manifestent, parfaitement interloqués ; leurs yeux noirs et luisants distinguent cependant parfaitement dans la pénombre ambiante…

Les braillements vociférés par les Lévraks montrent clairement leur hostilité face au groupe et Hua Shan n’hésite toujours pas à lancer ses sortilèges à travers la caverne. Raéro poursuit la projection astrale de Soulimane qui se lance sur l’un des Lévrak. Plusieurs de ces monstres plongent dans les eaux ténébreuses de la caverne afin de se lancer dans la bataille…

Hua Shan et ses dangereux éclairs sont rapidement pris pour cible par les Lévraks qui bondissent hors de l’eau et acculent le pauvre Felnar contre le mur, le perforant de leurs lances tribales. Bienheureusement, Karnos vient à son secours et se défaits de certains monstres, laissant le champ libre à Hua Shan pour une retraite éphémère. Raéro, plaque l’un des Lévrak au sol mais il a bien du mal à le retenir tant le corps glissant de la bête empêche le nain de le saisir fermement. Le pavois d’Eriador empoigne une arme de fortune laissée au sol, une ancienne épée orque étant donné son aspect grossier, et charge le malheureux Lévrak. Sous l’impact, Raéro écrase la créature mais tombe lourdement dans les eaux sombres de la caverne…

Hua Shan se soigne rapidement et lance ses sortilèges contre la vermine des abysses, Karnos continue de lutter aussi avec brio. Devant la force du groupe, plusieurs Lévraks préfèrent plonger sous les eaux afin d’éviter un combat perdu d’avance. C’est alors que deux autres créatures font leur apparition. L’un d’eux ressemble plus au chef de cette tribu, plus massif et plus agressif, il arbore une hache à deux mains de conception naine et un étrange anneau serti d’aurocs orangés. L’autre dispose d’un bâton et s’approche, en psalmodiant, d’un autel au centre de la caverne sur lequel repose un auroc verdâtre aux reflets inquiétants…

La projection astrale de Soulimane ne tient pas plus longtemps, et notre ami, resté à l’arrière, décide de partir à l’assaut de la caverne afin de prêter main forte à ses compagnons, et n’oubliant pas de cacher soigneusement les effets personnels du seigneur Raéro. Le chef Lévrak bondi sur le duo Hua Shan et Karnos en hurlant dans une langue inintelligible.

Soulimane fait son entrée et bondi au dessus de ses compagnons pour attraper, tel un prédateur, un des malheureux Lévrak qui succombe rapidement sous les crocs acérés du Felnar. Nos amis ont bien du mal à éviter les attaques puissantes du chef Lévrak alors que Réaro, toujours immergé dans les eaux de la caverne, commence à se faire malmener par des Lévraks plus agiles dans ce milieu. Soulimane vise le shaman Lévrak en bondissant sur l’autel. Il malmène le monstre le laissant pour mort au pied de l’autel et commence à s’intéresser de près à l’auroc verdâtre.

Du fond de la grotte, une véritable cascade commence à alimenter le bassin de la caverne et fait rapidement monter le niveau de l’eau. Soulimane regarde le cristal qui ne semble rien augurer de bon et décide de le frapper de ses puissantes griffes alors que l’eau continue de monter et que l’auroc coule, comme une pierre, au fond de la caverne...

Bientôt, nos amis se retrouvent totalement immergés à la merci des Lévraks, bien plus à l’aise dans ce milieu entièrement aquatique. Alors que ces monstres ne semblaient pas représenter une menace réelle pour nos amis, voilà que la situation devient désormais très préoccupante. Tous les subterfuges sont bons pour tenir sous l’eau : métamorphoses partielles pour les uns, potion pour les autres, et pour les moins chanceux comme Soulimane, l’apnée…

Le chef Lévrak prend Karnos pour cible sous les eaux et le malmène dangereusement. Il faudra l’aide de tous ces compagnons pour défaire le Cernnunar de se mauvais pas. Raéro a bien du mal à être efficace, sous l’eau, avec une vieillerie orque en main. Hua Shan soigne tant bien que mal ses camarades, hésitant à lancer ses sortilèges d’éclair dans un milieu conducteur.

Cependant, le Felnar perçoit d’étranges lueurs émaner du cristal d’auroc. Des spectres des précédentes décennies paraissent en sortir et prennent forme dans la caverne. Selon toutes vraisemblances, il s’agit des fantômes des nains et des orcs qui ont livré bataille dans cette même grotte, il y a plus d’un siècle de cela. Les fantômes continuent leur combat d’antan, telle une réminiscence du passé, sans s’occuper de nos amis…

Bienheureusement, le niveau de l’eau commence à redescendre rapidement dans la grotte. Karnos se défait de l’emprise du chef Lévrak en prenant sa forme de centaure mais il a bien du mal à frapper le monstre sous l’eau. Nos amis reprennent cependant l’avantage sur les créatures des abysses après une très grosse frayeur. Soulimane lance ses sortilèges de feu, empoigne le chef Lévrak et le lacère de ses griffes. Hua Shan part chercher l’auroc verdâtres au fond des eaux, responsable de l’apparition des spectres.

Alors que les derniers Lévraks sont achevés ou se sont enfuis, nos amis aperçoivent médusés des fantômes de Lévraks emporter sous les eaux les derniers spectres nains et orcs. Il semblerait que lors de ce fameux combat qui a opposé les Nelwens et les Trolls, une troisième force ait choisi d’intervenir dans l’ombre et d’achever tout le monde. Parmi les victimes Nelwens, un capitaine portant un magnifique anneau serti d’aurocs orangés est apparemment emporté sous les eaux et noyé alors que le spectre d’Hagerta laisse éclater un hurlement sinistre et strident…

Nos amis sont enfin venus à bout des Lévraks. Malheureusement pour eux, les spectres sortis du cristal verdâtre ont terminé eux aussi leur combat et commencent à prendre conscience de la présence du groupe et à se montrer vindicatifs. Les armes blanches sont inutiles dans un tel combat et nos amis l’ont bien compris. Hua Shan utilise son sortilège d’osmose magique afin de vider les apparitions de leur flux et les forcer à retourner dans l’auroc. Soulimane lance ses boules de feu à travers la caverne afin de les empêcher d’attaquer. La stratégie fonctionne bien et rapidement tous les spectres s’en reviennent au cristal vert dans un dernier soupir d’outre-tombe…

Le groupe peut enfin souffler un peu. Raéro récupère l’anneau magique que portait le chef Lévrak. Il pense, à juste titre, que cet artefact appartenait au capitaine Hargrim et doit renfermer un pouvoir certain. Le nain décide de se passer l’anneau au doigt au moment même où ses compagnons lui déconseillent de le faire. Une violente douleur s’empare du nain, comme si ses entrailles étaient compressées, le faisait perdre connaissance rapidement…

Le spectre d’Hagerta réapparaît et ne semble pas enclin à laisser l’anneau à n’importe qui. Raéro se réveille peu à peu et nos amis font attention de saisir précautionneusement l’anneau magique sans le passer au doigt. Le fantôme d’Hagerta se dirige alors vers un autre boyau, à priori condamné. Le groupe va devoir sotir quelques quintaux de décombres avant de pouvoir passer de l’autre côté.

Lorsque nos amis pénètrent dans ce cul-de-sac, ils aperçoivent rapidement un squelette allongé au sol. Avec précaution, le groupe dévoile l’identité de la dépouille à travers une sorte de journal muni d’une reliure de cuir ; les dernières pages indiquent ceci :

« 3 de Meïlir : Je reprends mes notes à présent que les pages sont suffisamment sèches. Je n’ai pas réussi à trouver le corps de mon époux, pourtant je suis sûre qu’il était dans cette caverne, il reste des traces de combats, d’armes et d’armures. J’avais raison : mon mari et ses guerriers ont poursuivi la vermine jusque dans cette grotte…
Des créatures hideuses, sorties des abysses m’ont blessées, je me suis enfuit dans cette caverne et j’ai utilisé la dernière rune de terre que j’avais, cela a crée un éboulement, plusieurs de ces créatures sont mortes certainement, je vais pouvoir souffler mais le chemin pour sortir est désormais bouché…
4 de Meïlir : Je n’arrive plus à sortir les rochers, je m’en suis fait saigner les mains. Ma petite Gothride doit se faire du souci… J’ai les quelques champignons que j’ai trouvé dans la caverne mais sans pouvoir les faire chauffer, ils ne sont pas très bons…
5 de Meïlir : Je contracte des maux de ventre atroces, j’ai essayé de trouver une autre sortie mais je ne vois que de la roche, je n’ai plus de runes, ni d’outils, je suis coincé ici…
6 de Meïlir : Je suis très fatiguée, cela fait 2 jours que je suis ici, j’ai de l’eau mais ces champignons me rendent malade, j’entends des voies, et parfois je ne sais plus ce que je fais… (écriture rapide)Je commence à paniquer… cette grotte me rend claustrophobe, je pense avoir de la fièvre et ma blessure ne guérit pas.
9 de Meïlir : (écriture difficile, saccadée et large) J’ai réussi à sortir un rocher ! Je vais pouvoir sortir ! Il me restait une rune, elle était tombée dans l’eau, quelle chance. Je suis si fatiguée, je dors un peu et demain, je pars.
Absence de date (écriture difficile, chancelante) C’est bon, Hargrim est venu me tirer de là avec ses guerriers, je les ai appelés, ils m’ont entendu et ils ont tout déblayé en un rien de temps. Je vais pouvoir rentrer à Ragham m’occuper de ma petite Gotride, je suis si contente...
Absence de date (écriture peu lisible) De retour à la maison, enfin, ma petite Gotride était toute contente de retrouver sa mère et son père. Le mois de Malaki approche à grand pas, ce sera l’anniversaire de ma petite d’ici peu, elle ne se doute même pas de la surprise que je lui ai prévu ! Par contre, je vais demander à Hargrim de faire commander deux bons stère de bûches, qu’est ce qu’il fait froid en ce moment, je n’arrive pas à me réchauffer…
»

Nos amis comprennent rapidement de quoi il retourne. Hagerta n’est jamais sortie vivante de cette caverne… le squelette porte un étrange anneau serti d’aurocs mauves. Le groupe récupère respectueusement les effets personnels de la dépouille ainsi que les ossements et s’en retournent à la civilisation.

Il est grand temps que la région apprenne la vérité sur toute cette histoire afin que la légende soit restaurée. Après un court saut chef le seigneur Furen, nos amis partent en direction de la ville de Ragham, ils comptent bien rechercher les descendants du couple Hargrim et Hagerta. A l’hôtel de ville, Raéro demande les archives d’état civil et trouve rapidement ce qu’il cherche. Nos amis retrouvent où Gotride a été enterrée et, dans la foulée, récupèrent l’adresse actuelle de sa descendance.

Le groupe rejoint la tombe de Gotride et y dépose les anneaux magiques, respectueusement. Les deux spectres, celui d’Hargrim et d’Hagerta apparaissent alors, tenant la main d’une troisième apparition bien plus jeune. Les esprits ainsi libérés remercient chaleureusement nos amis pour leur aide précieuse et offrent avec générosité leurs anneaux magiques…

Le groupe rejoint, plus tard, la demeure d’une fille de Gotride, expliquant avec beaucoup d’émotion leurs aventures. Une sépulture digne sera accordée aux reliques d’Hagerta et nos amis comptent bien accepter de participer à la cérémonie…

Personnages importants :

Furen : Seigneur et vassal de Wulfrim « Marteau d’airain ». Furen est un petit seigneur passionné par la chasse. Il accueille à bras ouvert Réaro et ses compagnons dans sa demeure.

Spectre d’Hagerta : Fantôme qui ère aux abords du lac de Mélinore et de la forêt de Dangrim. Elle hante ces lieux à la recherche de la dépouille de son futur mari. Elle a demandé, à sa manière, de l’aide à nos amis. Bienheureusement, le groupe a réussi à rapprocher Hargerta, Hargrim et leur fille dans la mort.

Hargrim : Ancien héros et Ancien Nelwen. Il est connu pour avoir mené les Nains de Brand à de nombreuses victoires. Après sa mort tragique lors d’un raid troll au lac de Melinore, Hargrim a été élevé au rang d’Ancien par ses contemporains. Malheureusement, son culte s’est peu à peu essoufflé après quelques décennies.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 3 Jan 2016 - 11:32

Chapitre 4 : Le sanctuaire Astral

Nos amis participent à la cérémonie des reliques d’Hagerta. Un ovate d’Hagrim prend la parole et exprime toute sa reconnaissance envers le groupe de Raéro. A cette occasion, et au vu des services rendus, chacun reçoit une médaille honorifique, signe distinctif qui fait d’eux des « membres honorés du culte des Anciens de Brand ». Nos héros ainsi remerciés s’en retourne au domaine de Raéro pour prendre un peu de repos. Le petit seigneur en profite pour faire le point sur l’organisation générale de ses terres.

Le fidèle Dwalur annonce qu’une missive d’importance est arrivée de la part d’Agnar, un petit seigneur voisin, vassal de Wulfrim « marteau d’airain ». Apparemment, cet Agnar comptait marier sa fille Borgia au prédécesseur de Raéro. Aujourd’hui, il espère renouveler son offre et consent au mariage de sa fille avec notre jeune seigneur nain. La nouvelle provoque une certaine effervescence, plutôt positive. Un mariage avec une noble voisine représenterait un atout politique majeur et indéniable tant pour Agnar que Raéro. Seule ombre au tableau, d’après Dwalur, Borgia manifesterait un physique particulièrement ingrat. Bienheureusement, c’est une personne extrêmement instruite et consciente de la géopolitique actuelle qui saurait parfaitement trouver sa place à côté d’un seigneur.

A quelques lieues de là, dans les chemins des montagnes de Brand, un disciple de Terrä nommé Alrin arpente les sentiers enneigés à dos de ponette. Notre ami comptait assister à la procession organisée en faveur des Astres solaires. En effet, Horion, Elora et Terrä sont alignés de telle façon qu’Elora apparaît en plein jour inondant de lumière le ciel terrestre. Sans être un événement rarissime, la chose reste tout à fait remarquable et les adeptes solaires n’hésitent pas à accorder quelques offrandes lors de cette expérience.

Malheureusement pour lui, Alrin a mis beaucoup de temps pour traverser la partie forestière. De plus il progresse lentement avec toute cette neige. Il sait déjà qu’il a manqué le départ de la procession. Toutefois, il devrait se consoler en allant au sanctuaire effectuer quelques offrandes et prières personnelles. Arrivé au croisement des sentiers, Alrin aperçoit d’étranges traces de pas dans la neige. Certaines sont suffisamment épaisses et anormalement profondes pour inquiéter notre disciple. De plus, ces traces ont l’air de se concentrer en direction du sanctuaire.

Prenant peur de risquer gros en allant à l’encontre des créatures qui ont laissé ces traces préoccupantes, Alrin décide de rejoindre la cabane d’un ermite qui sevrait se trouver non loin de là. C’est avec stupeur que notre disciple aperçoit une maison complètement détruite et brûlée. L’événement n’est pas vraiment récent, la neige a d’ailleurs recouvert une bonne partie des ruines.

Bravant sa peur, Alrin se faufile prestement dans ce qui reste de la cabane. A l’intérieur, il y trouve la dépouille du malheureux ermite, éventré depuis plusieurs jours. Le corps du vieux nain a été dépouillé de tous ses effets mis à part sa simple toge qui lui servait d’habit. Par-ci, par-là, des bocaux, vasques, tonneaux gisent éclatés par terre. Alrin trouve tout de même un carnet personnel que l’anachorète renseignait régulièrement :

« J’ai mis tout mon savoir et mes connaissance dans cette pierre de sagesse, elle reviendra au Temple lorsque j’aurai parachevé mon œuvre. L’alignement solaire est prévu pour le 19 de Malaki. Je sais bien que les adeptes du Temple ont prévu une procession, comme à chaque fois, mais je n’accorde que peu d’intérêt à ces parades, au contraire, c’est précisément le bon moment pour moi pour observer cet alignement et étudier ses influences.
Le savoir est lumière, il est ouvert à tous, mais j’ai préféré fermé le sanctuaire aux non-initiés pour l’instant, quelques trolls égarés chassent dans le secteur, il faudrait que j’en avertisse Balnir et Sigrun. Je doute que la vermine puisse résoudre l’énigme des sceaux de la porte mais les vicaires du Temple en ont l’habitude.
J’ai d’ailleurs caché mon bâton, sait-on jamais, ses forces telluriques ne se manifesteront que lorsqu’un œil avisé témoignera de l’alignement solaire : Horion inondera de lumière Elora alors l’œil de la Terre-mère brillera. »

Apparemment, certains éléments de cette dernière page ont été gratté comme si elles avaient intéressé quelqu’un d’autre, en particulier les termes : « pierre de sagesse, sanctuaire et bâton ». A proximité de la cabane en ruine se trouve une sorte de télescope muni de cercles concentriques sur lesquels apparaissent des runes astrales. Tourner ces cercles permet d’aligner différentes lentilles réfractrices afin d’ajuster le réglage. S’aidant des notes du recueil de l’ermite, notre vicaire manipule les cercles afin d’aligner les runes d’Horion, d’Elora et de Terrä. A travers la lentille principale, Alrin aperçoit une lumière vive émise depuis un pan de la montagne lui faisant face. Un bruit de roche qui se déplace se fait entendre. Notre disciple se retourne et aperçoit un magnifique bâton tellurique surmonté d’un bel auroc jaune et luisant.

Alrin ne perd pas plus de temps, il empoigne le bâton et décide de partir chercher de l’aide. Les adeptes du temple de Terrä doivent être déjà bien loin dans les montagnes à l’heure qu’il est. Aussi, notre disciple décide de repartir dans la plaine afin de quérir l’aide d’un seigneur voisin. Il est bien évident que si ces traces sont celles de trolls, Alrin ne pourra se débarrasser d’eux tout seul…

Au manoir Raéro, nos amis continuent d’encourager le seigneur d’accepter le mariage avec la fille d’Agnar. Ils sont cependant rapidement coupés dans leur élan lorsque l’on frappe vigoureusement à la porte. Alrin, le vicaire de Terrä pénètre dans le manoir expliquant sa mésaventure. Il a besoin d’aide, des trolls sont certainement en train de souiller le sanctuaire Astral et les adeptes du Temple de Terrä sont partis en procession depuis l’aube.

Sans aucune hésitation, Raéro, accompagné de Hua Shan et de ses mercenaires Soulimane et Karnos, accepte de venir en aide au Temple séance tenante. Quelques trolls ne représentent pas une grande menace en soit mais la situation reste tout de même préoccupante. Nos amis s’équipent, s’habillent chaudement pour l’occasion et attèle deux chevaux à une carriole. Les voilà partis en direction des montagnes, Alrin leur servant de guide.

Une fois sur place, à ce fameux croisement, nos amis repères les traces de pas des trolls dans la neige. Il semblerait qu’ils soient six ou sept ; essentiellement des orcs, de taille moyenne, et deux trolls des montagnes, plus massifs. Le groupe s’avance devant l’entrée du sanctuaire fermée par une porte massive ornée de cercles de pierres sur lesquels sont gravés les runes astrales. Voilà donc comment l’ermite à défendu l’accès au sanctuaire. Cela dit, les traces de pas des trolls ont bel et bien l’air de passer cette entrée. Comment de telles créatures ont pu déjouer l’énigme de la porte ?

L’ermite a bien précisé que seuls les initiés pourraient comprendre comment passer cet accès. Hua Shan se souvient parfaitement de ses cours sur les Astres et les Runes magiques ; c’est avec facilité qu’il fait tourner les cercles de pierre de manière à ce que les runes soient regroupées par catégories astrales, à savoir : les Solaires, les Lunaires, les Cosmiques et les Stellaires. Nos amis pénètrent alors dans un couloir où le courant d’air se fait violent…

Rapidement, Hua Shan entend déjà que les trolls ne sont pas loin et qu’ils les ont certainement entendu entrer. Raéro et Soulimane n’hésitent pas un seul instant et décident d’ouvrir la marche, suivis de près par Hua Shan, Karnos et enfin Alrin qui ferme la marche. Le sanctuaire s’ouvre sur une large salle d’où partent deux escaliers menant à un autel de pierre placé sur les hauteurs. Au plafond, un gigantesque planétarium du système d’Horion surplombe l’intégralité de la salle principale. L’ensemble ressemble plus à une grande caverne glacée dont les plaques de givres, les stalagmites et les congères couvrent le sol et les murs et où d’incroyables stalactites menacent à tout instant de rompre sous leur propre poids…

Dès leur entrée, des orcs descendent en trombe de l’autel surélevé alors que les trolls s’avancent de toute leur masse à la rencontre de nos amis. Le combat s’engage, Raéro provoque rapidement les grands trolls car il est bien le seul à pouvoir supporter leur force colossale. Soulimane se jette sur l’un d’eux et conjure son « moi astral ». Karnos tente une percée en chargeant les orcs sous sa forme de centaure et arrive sous l’impact à en reverser plus d’un, même s’il doit accuser quelques coups. Hua Shan lance sa plus puissante attaque en invoquant les forces de Meïlir. Le Felnar vient en effet de remarquer qu’un orc manipule d’étranges runes gravées sur l’autel. La vermine est touchée de plein fouet par les éclairs du Cosmo Magnar et peine à se relever. Alrin assiste ses compagnons en frappant les trolls de ses sortilèges solaires.

Le combat fait rage, les orcs sont robustes et n’hésitent pas à forcer leurs attaques comme des brutes. Un des trolls finit par attraper Soulimane et le projette à travers le sanctuaire sur ses autres compagnons. Le Felnar réussi tant bien que mal à amortir sa chute mais la puissance des trolls est redoutable. Raéro lutte d’ailleurs contre l’un d’eux avec une bravoure sans égale, le monstre vient fracasser son gourdin sur le pavois d’Eridor du seigneur nain. Le troll arrache même une stalagmite qu’il vient écraser à nouveau sur Raéro mais ce dernier tient bon.

L’orc présent sur l’autel se remet de ses émotions et, se tenant à couvert, manipule toujours l’autel de pierre. La représentation de Meïlir descend alors du planétarium et lorsque Hua Shan lance à nouveau ses sortilèges d’éclairs, ces derniers sont comme absorbés par la planète. Le Cosmo Magnar doit trouver une parade s’il ne peut plus utiliser ses sorts cosmiques ; il a l’idée de conjurer un Azëlite qui dispose en autres de facultés télépathiques, pour l’assister dans son combat. Après tout, comment un simple orc arrive à manipuler l’autel magique du sanctuaire Astral ?

Le combat continue, Karnos souffre de plusieurs blessures mais malmène les orcs avec une grande efficacité. Il compte même rejoindre l’autel en chargeant quatre à quatre dans l’escalier. Le sol est, par endroit complètement gelé, les plaques de verglas rendent périlleux certains déplacements tant pour nos amis que pour les orcs.

Alrin utilise son bâton tellurique, celui-là même trouvé chez le vieil ermite. L’aura régénératrice qu’il dégage devrait en partie suffire pour soutenir toute l’équipe. Soulimane est en mauvaise position, les coups de griffes enflammées et ses morsures ont beau être redoutables, un des trolls finit encore par l’attraper et à le jeter à travers la pièce. Le Felnar vient alors se briser sur le sol glacé du sanctuaire. Pour couronner le tout, l’orc sur l’autel fait descendre la planète Minerve ; le froid se fait alors plus intense et les flammes de Soulimane s’estompent comme par magie. De son côté, Hua Shan utilise ses sortilèges pour faire tomber les stalactites sur les orcs retranchés.

D’autres orcs font leurs apparitions et sont munis d’arbalètes, ils frappent aléatoirement nos amis de leurs carreaux pernicieux. Raéro en termine avec son troll, le transperçant de sa lance et continue dans sa lancée. Hua Shan Utilise ses sorts de télékinésie pour faire chuter les stalactites au dessus des têtes des orcs. Alrin continuent d’harceler la vermine de ses sorts solaires tout en déplaçant son bâton tellurique et ainsi couvrir plusieurs de ses alliés. Karnos, à force d’acharnement, perfore de sa lance l’orc sur l’autel. Il remarque d’ailleurs que scélérat porte une magnifique pierre orangée autour du coup.

Il ne reste désormais plus qu’un troll qui, passablement affaibli par nos amis, commence à prendre la fuite, et deux orcs qui continuent d’harceler nos amis en rechargeant leurs arbalètes sous le couvert de larges formations de glace. Les deux racailles décochent leurs carreaux sur le corps déjà meurtri de Soulimane, le laissant pour mort, dans une mare de sang…

Karnos tente de le soigner à distance puis se met en rempart devant l’escalier pour empêcher la fuite de la vermine qui commence à détaler par couardise. Raéro se rue sur le corps du Felnar et tente de lui retirer la flèche logée dans sa gorge tout en lui faisant boire une potion. Malgré tous ses efforts et la puissance du bâton telluriques d’Alrin, Soulimane semble vraiment trop atteint. Hua Shan n’a d’autre solution que de se surpasser en tentant un sortilège de catégorie Maître de l’arcane de Vie. Galvaniser par le combat, le Cosmo Magnar puise dans toutes ses forces pour réanimer son compagnon Felnar et réussi vaillamment un sortilège pourtant bien au-delà de ses compétences.

Karnos, dans un élan de rage, dévale l’escalier en percutant les malheureux orcs en fuite. De leur côté, Réaro et Alrin ont finalement raison du troll des montagnes qui émet son dernier souffle dans un borborygme inaudible. L’un des Orcs a pourtant réussi à s’échapper par l’arrière du sanctuaire qui donne directement sur la montagne, et ce, malgré les sortilèges de Karnos et d’Alrin.

La situation s’apaise, le disciple de Terrä récupère finalement la pierre de sagesse du vieil ermite. C’est visiblement grâce à elle que cet Orc a eu connaissance de l’existence de se lieu, du bâton magique, et de la façon d’utiliser l’autel du planétarium. Alrin compte bien respecter les volontés de l’anachorète ; cette pierre doit revenir au Temple de Terrä, elle est le résultat des recherches de toute une vie…

Raéro et le vicaire décident de transporter le corps de Soulimane, toujours passablement blessé, au sanctuaire de Terrä afin qu’il puisse y recevoir les soins adaptés. Les autres s’arrangent pour jeter les corps des orcs et des trolls défunts qui ont déjà assez souillés les lieus et finissent par rejoindre le reste du groupe au Temple.

La situation est expliquée à l’Ovate de Terrä qui convient de garder Soulimane sous observation tout en remerciant chaleureusement nos amis pour le servie rendu. Le temple accepte de céder certains artefacts mineurs qu’ils ont en leur possession et chacun est remercié comme il se doit. Une fois Soulimane remis sur pied, nos amis pourront faire leurs adieux et retourner dans la plaine…

Personnages importants :

Alrin (Florent) : Vicaire de Terrä. C’est un nain passionné par les influences des Astres Solaires. C’est lui qui prévient nos amis du danger représenté par les trolls des montagnes. Grâce au bâton tellurique du vieil ermite et de ses sortilèges solaires, il a été un allié de poids lors de cette affaire.

Le vieux Thungon : Vieil ermite des montagnes de Brand. Grand érudit à la solde des Astres, il vivait à l’écart du Temple de Terrä afin de se concentrer sur ses recherches. Il a crée une pierre de sagesse dans laquelle il semble avoir transmis tout son savoir. Tué par un groupe d’Orcs, c’est parce que l’un d’entre eux lui a dérobé sa pierre que tout à commencé…

Maître Nodîn : Ovate de Terrä. Il vie avec ses disciples dans un Temple assez retiré dans les montagnes. Cepedant, il garde contact avec le reste de son peuple dans la vallée de Ragham. Il accueille bien volontiers nos amis après le service rendu au Temple et accepte de s’occuper de Soulimane pendant sa convalescence.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Lun 8 Fév 2016 - 21:38

Chapitre 5 : Quelques jours plus tôt…

L’ovate du temple de Terrä demande à nos amis s’ils auraient l’amabilité de mettre le vieil ermite en terre avant de repartir dans la vallée. La neige est beaucoup tombée cette nuit, et leurs déplacements sont assez difficiles sur ces sentiers de montagne.

Arrivés sur place, Soulimane s’occupe de ramollir la terre gelée avec ses sorts de feu, Karnos bricole une pelle de fortune avec ce qu’il reste des outils du vieil ermite. Raéro soutient Soulimane dans son affaire alors que Hua Shan examine le télescope sur le promontoire et commence à vérifier l’alignement des planètes, la conjonction solaire est toujours présente. De plus, la position actuelle des miroirs et des runes sur l’engin semble concentrer le rayonnement solaire…

Des runes apparaissent sur son visage, ce qui attire l’attention de Réaro. Le nain, à son tour, commence à manifester le même symptôme au niveau de son anneau et sur son avant-bras. Tous se rejoignent aux abords du télescope et chacun émet ses mêmes runes. Soulimane explique qu’il a déjà vécu pareille expérience ; il s’agirait de runes temporelles inconnues. Le Felnar n’a même le temps de finir son explication qu’un grand flash de lumière les aveugle…

Étrangement, tout juste après, il semble y avoir moins de neige, comme si elle s’était mise à fondre d’un coup. Derrière eux, nos amis aperçoivent avec stupeur que la demeure du vieil ermite est intacte, de la fumée sort d’ailleurs de la cheminée, comme si le vieil ermite Thungon n’avait jamais été attaqué par les Orcs. Hua jette rapidement un coup d’œil au télescope mais l’alignement des planètes semble différent ; Horion est bien à son zénith mais Elora paraît reculée. Apparemment, nos amis se trouveraient quelques jours dans le passé… Ils aperçoivent également, dans le flanc de montagne d’en face, un Vand’rill épuisé en train de se frayer un chemin dans les corniches et les failles. La créature ressemble en tous points au Vand’rill ours que Karnos avait aperçu quelques jours plus tôt, faisant une chute mortelle…

Le groupe est arrêté en pleine discussion métaphysique par le vieil ermite qui les interroge sur leur présence dans son jardin. Nos amis tentent d’expliquer leur venu, plus ou moins maladroitement, sans pour autant prendre le risque d’avouer ce qui leur est arrivé, par peur de passer pour des fous ou par peur de modifier les événements.
Karnos décide d’aller à la rencontre du Vand’rill qui semble avoir pris peur lorsque Raéro lui a fait de grands signes sur le promontoire. Hua Shan lui emboîte le pas et prend sa forme de vol. Les autres rentrent tranquillement dans la chaumière du vieil ermite pour discuter un peu.

Karnos et Hua tentent de rattraper le Vand’rill mais ce dernier a emprunté une faille difficile d’accès dans sa fuite, il a certainement plusieurs minutes d’avance sur eux. Ils finissent par le rejoindre mais Hua décide de s’approcher de l’homme-ours furtivement. Lorsque le Felnar apparaît aux yeux du Vand’rill, ce dernier, pris de peur, bascule rapidement en arrière en proie au vide. Hua tente de bloquer sa chute en utilisant la télékinésie, Karnos arrive en renfort et le replace sur la corniche.

Le malheureux semble avoir perdu connaissance après sa dernière ascension. Il est passablement affaibli et à bout de force, il n’a certainement pas mangé depuis plusieurs jours et les sortilèges de soin n’ont, pour ainsi dire, aucun effet sur lui. Karnos décide de rester auprès du malheureux et de lui apporter toute l’aide possible, tout en se cachant de son double. En effet, nos amis aperçoivent un volatile étrange approcher des lieux, il s’agit du double de Karnos, son double du passé. Ils s’arrangent pour ne pas être vu. Dès que possible, Hua Shan repart à la chaumière du vieil ermite pour chercher des vivres et autres nécessités.

Pendant ce temps, Raéro et Soulimane laissent le vieux Thungon et décident de partir pour le sanctuaire afin de pister les fameux Orcs qui sont sensés tuer l’ermite sous peu. Toutefois, nulle trace de trolls dans les parages. Arrivés au sanctuaire, ils se mettent à scruter les alentours. Ils repèrent ainsi des traces laissées au fond de la caverne, sur un pan de falaise ouvert sur l’extérieur, des orcs ont dû grimpés par là. En contrebas se dessine un petit bois dans une vallée étroite. Soulimane n’hésite pas et lance une puissante boule de feu sur le flanc lui faisant face pour créer une avalanche. Un torrent de neige se déverse alors furieusement dans la vallée. Nos amis espèrent ainsi que si les Orcs ont établi un repaire dans le coin, il certainement touché. Par la suite, ils décident de faire fondre de la glace sur le sol dallé du sanctuaire haut, de manière à créer une plaque de verglas bien glissante lorsque l’eau aura gelé. Une fois leur besogne faite, ils s’en retournent chez l’ermite.

Ils retrouvent Hua Shan qui récupère un peu de vivres pour Karnos et le Vand’rill restés dans une faille de la montagne voisine. Le Felnar téléporte l’essentiel pour son camarade.
L’ermite questionne nos amis à propos du sanctuaire et le groupe n’hésite pas à le mettre sérieusement en garde contre les trolls des montagnes et encouragent le vieux Thungon à fermer l’accès rapidement. L’ermite s’y résous et les voilà partis à nouveau pour le sanctuaire. Thungon y manipule le planétarium et ferme l’entrée au moyen d’une solide porte de roche sur laquelle est gravée les différentes runes astrales.

Ainsi rassurés, nos amis repartent prendre un peu de repos dans la chaumière. Invités par le vieil ermite, ils décident de passer la nuit dans son humble maisonnette, seul Karnos passe une dure veillée dans la faille avec le Vand’rill inconscient, tentant tout ce qu’il peut pour sa survie. Raéro s’assure des tours de garde durant la nuit au cas où les fameux Orcs auraient la mauvaise idée d’attaquer un fois le soir venu…

Karnos passe en effet une nuit très difficile, il a néanmoins trouvé une moyen de bricoler une toile de tente pour le protéger lui et le Vand’rill du froid inexorable qui s’insinue dans la faille. Le lendemain matin, le malheureux semble avoir miraculeusement survécu, mais il reste encore passablement affaibli…

Nos amis tentent le tout pour le tout, le Vand’rill n’est toujours pas transportable et ne semble pas reprendre conscience mis à part quelques soubresauts. Hua Shan peut tracer un sceaux de téléportation sur la corniche afin d’envoyer le corps du malheureux directement dans la chaumière de l’ermite. Si l’idée fonctionne, il sera bien plus facile de soigner le pauvre homme-ours. Malheureusement, c’est un sortilège qui dépasse quelque peu les compétences du Cosmo Magnar et la marge d’erreur pourrait être fatale. Ont-ils vraiment le choix ?..

Hua Shan s’exécute alors que Karnos prend une forme ailé pour surveiller la réapparition du malheureux. Le sortilège fonctionne, malheureusement le Vand’rill apparaît à une quarantaine de mètres de la chaumière, en pleine montagne, au-dessus du vide. Personne n’a le temps de réagir et le pauvre vient se fracasser sur le flanc de la montagne. Karnos fonce à sa rencontre mais il est déjà trop tard, même le parchemin de vie dont il dispose ne suffit pas à réanimer le malheureux. Déçu après tout ce qu’il a entrepris, Karnos s’en retourne à la chaumière, passablement attristé. Hua s’enquiert également du pauvre homme-ours et arrive tant bien que mal à arracher quelques instants de conscience au blessé ; dans une ultime gerbe de sang, trois mots seront prononcés « seigneur, nain, mine »…

Nos amis s’interrogent sur la suite des événements. Ils n’ont pas réussi à sauver le Vand’rill mais ils ont tout de même réussi à récupérer de minces informations qui pourraient leur être fortes utiles. A présent, ils comptent bien empêcher que le vieil ermite soit tué par des trolls, dans les jours qui suivent…

Difficile d’éviter l’effet papillon, mais nos amis décident de prendre le risque. Raéro écrit une lettre pour expliquer leur venu et ce qu’ils ont vécu, il demande même à l’ermite de témoigner par écrit de la présence de traces de trolls dans les environs. Ils comptent livrer ces lettres à leurs « moi » du passé. Karnos profite du temps qu’il lui reste pour mettre en terre son compatriote Vand’rill afin de lui rendre un dernier hommage.

Hua Shan se propose d’aller se téléporter directement dans la chambre du manoir Raéro afin de déposer les missives. Il s’exécute et apparaît dans la demeure. Les doubles de nos amis sont en pleine discussion dans le salon et s’apprêtent à sortir pour faire un tour dans le domaine. Apparemment, leurs doubles comptent rendre visite à Redane. Hua Shan, caché derrière la porte se souvient de cette scène qu’il a vécu quelques jours auparavant, lorsqu’ils étaient allés soigner la pauvre femme.

Pourtant, Hua compte bien expliquer la situation de vive voix, considérant que les lettres ne vont peut-être pas suffire à éclaircir la chose pour leurs doubles du passé. Aussi, il propose à Gotride, la femme de chambre de Réaro, de demander à son seigneur de bien vouloir le rejoindre, car il doit vivement s’entretenir avec lui.

Hua Shan mesure mal son initiative car son double est lui aussi sur le départ avec le seigneur Raéro. Ce dernier, inquiété par la présence de ce « second Hua Shan » ne peut s’empêcher de penser aux pouvoirs d’illusion et de métamorphose d’Ashna, la malicieuse adepte de Jadnar. Les doubles rentrent en trombe dans le manoir et menacent rapidement Hua Shan un peu dépassé. Notre Cosmo Magnar va tout de même arriver à prouver son identité et à apaiser quelque peu les choses. Il explique finalement sa venue sous la stupéfaction de son audience. Hua Shan tente de n’oublier aucun détails pour permettre à leur « moi du passé » de sauver le vieil ermite, quitte à changer le cours des événements…

Midi approche, et Horion, à son zénith, finit par emporter nos amis dans une onde de lumière éclatante. Cela semble faire vingt-quatre heures que nos amis ont fait le voyage dans le passé et le moment est venu pour eux de revenir à leur temps. Ils finissent tous par réapparaître au moment de leur départ, simplement deux ou trois choses ont changé : la chaumière semble intacte, mis à part quelques traces de lutte dans les environs. Apparemment, l’ermite est bien en vie. Ce dernier sort même de la chaumière, assez interloqué de leur présence.

Par contre, il semblerait que Soulimane soit en souffrance sans raisons particulières. Certaines blessures sont apparues sur son corps, de plus, les dons offerts par l’ovate du temple de Terrä ne font plus partie de leur équipement, comme s’ils avaient disparu. Il semblerait que leurs doubles ne soient jamais allés au temple de Terrä et que Soulimane n’ait pas pu recevoir leurs soins. Ensuite, le combat avec les Trolls ne semble pas avoir eu lieu au sanctuaire mais directement aux abords de la cabane du vieil ermite…

Par chance, le vieux Thungon les remercie chaleureusement de l’avoir débarrassé de ces vermines d’Orcs et nos amis s’en tireront tout de même avec divers anneaux solaires en guise de remerciements. De son côté, Soulimane est hors de danger mais souffre de contusions supplémentaires.

Le voyage n’a pas été inefficace : une vie a été sauvé, et des informations importantes ont pu être glanées, nos amis vont pouvoir retourner au domaine Raéro pour un repos bien mérité bien que beaucoup de questions trônent dans leur tête après pareille expérience…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 20 Mar 2016 - 13:59

Chapitre 6 : Réception funèbre

Raéro invite un seigneur voisin, un certain Agnar, valet  du banneret Wulfrim « Marteau d’airain ». Le seigneur Agnar consent à marier sa fille Borgia avec le jeune pavois d’Eriador. A la clé, une dot de 15 000 pièces d’or est prévue, ce qui ne laisse pas notre jeune seigneur Raéro indifférent. Certes Borgia est réputée pour avoir un physique particulièrement ingrat, cela dit, elle est aussi connue pour être une dame très raffinée et notablement cultivée.

Aussi, tout est mis en œuvre pour assurer une première rencontre sous de bons auspices. Le seigneur Raéro prend soin de forger lui-même une dague d’apparat d’excellente qualité, sur laquelle est sertie un auroc de Jade ; un véritable cadeau de seigneur. Karnos, de son côté, s’atèle à confectionner une couronne naturelle, façonnée avec diverses fleurs et plantes, avec en son sein, une magnifique Edelweiss. Soulimane, suite aux blessures dont il a été victime il a peu, va devoir tenir le lit et se reposer encore un ou deux jours.

Une véritable réception va être organisée avec un tournoi d’épreuves, et Raéro fait monter quelques tribunes couvertes accolées à son manoir pour l’occasion. Des combats vont avoir lieu, pour divertir nos chers seigneurs, mais aussi une épreuve d’adresse, une démonstration de magie et, bien entendu, l’épreuve des énigmes pour les plus sages d’entres eux. Tout cela, accompagné par les douces chansons et autres poèmes d’un barde Skald, fraîchement invité pour la soirée par le courtaud.

Le lendemain, les invités arrivent. Le seigneur Agnar est accompagné de sa fille Borgia, naturellement, mais aussi par deux de ses suivantes : Olga et la jeune Astrid. Ensuite, parmi les invités d’Agnar se trouvent : Hengrim, un marteau d’airain, Kadrin, un traqueur des montagnes, Valkana, une jeune runicologue, Rimbul, un garde du corps pas très fin, Skalven, ovate d’Hargrim et enfin Goderick, le conseiller du seigneur Agnar.

Tous saluent bien humblement le seigneur et sa fille ; les cadeaux sont alors distribués, ce qui enchante Borgia. Les présentations sont faites et tout à l’air de débuter dans les meilleures conditions malgré une certaine nervosité manifestée par Agnar et son conseiller. D’ailleurs, alors que Raéro tient à faire goûter sa meilleure bière, le seigneur Agnar se sert un liquide brun liquoreux dans sa coupe. Plusieurs convives se rendent vite compte qu’il s’agit de « Sombre », une drogue liquide bien connue du marché noir, très addictive…

Le tournoi peut commencer et les invités s’inscrivent aux différentes épreuves, parfois à plusieurs d’entres-elles. Tout d’abord, l’épreuve de force: il ne s’agit pas de lutte à mort, mais bien d’une démonstration de force et de techniques selon les principes du combat Nelwen. Aussi, quatre objets sont déposés dans la surface de combat : le marteau de forgeron, la hache de guerre, le bâton de l’érudit et le bouclier du protecteur.

Karnos démarre les hostilités en affrontant le guerrier « marteau d’airain ». Rapidement, le Vand’rill prend sa forme de centaure et se lance dans la bataille, profitant de l’effet de surprise. Hengrim, le guerrier, ne se laisse pas faire et empoigne une arme dans chaque main pour asséner des coups dévastateur au Cernunnar. Le combat est difficile pour Karnos, la surface de combat ne lui permet pas de mettre à profit ses dons de centaure et Hengrim l’a bien compris. En se plaçant aux limites de la zone, le marteau d’airain empêche toute charge. Karnos s’en sort avec les honneurs mais il finit, après une belle lutte, maintenu au sol par Hengrim, et doit s’avouer vaincu.

Le combat suivant met en scène le seigneur Raéro contre Rimbul, le garde du corps du seigneur Agnar. Rimbul est une véritable montagne pour un nain, il avoisine les 1,60 m. Au début de l’affrontement, les adversaires choisissent leurs armes. Rimbul empoigne marteau et hache, Raéro récupère le bouclier et le bâton. La force du garde du corps surprend à plusieurs reprises notre petit seigneur mais techniquement, il reste plus lent et moins adroit dans ses frappes. Au bout de quelques passes échangées et diverses contusions de part et d’autre, le seigneur Raéro remporte le combat sans grande surprise. La finale opposant Hengrim à Raéro n’aura lieu qu’après les autres épreuves, de manière à laisser les combattants prendre un peu de repos.

Le concours d’adresse peut alors débuter. Même les mages peuvent y participer puisque les projectiles magiques sont acceptés. Kadrin, le traqueur taciturne se distingue rapidement en touchant les premières cibles immobiles en plein centre. Valkana arrive à passer le premier tour en tirant des boules de feu avec son bâton runique. Hua Shan touche de ses éclairs alors que Karnos lance, avec beaucoup de précision, sa lance. Même Alrin, le vicaire de Terrä participe et lance son sortilège d’Horion sur la cible.

Le deuxième tour est déjà bien plus compliqué. La cible est mobile et plus éloignée. Le traqueur des montagnes fait mouche sans grande difficulté. Par contre, nos amis vont l’avoir rude : Karnos, blessé à l’épaule lors du précédent combat, rate la cible de peu. Valkana rate, elle aussi de justesse, mais réussi à toucher Rimbul à la tête. Hua Shan maîtrise mal ses éclairs qui viennent se perdre dans le manteau neigeux et Alrin semble en faire autant… Kadrin, assez déçu, remporte sans difficulté l’épreuve d’adresse…

Il est l’heure de la démonstration magique, histoire de faire oublier la médiocre qualité de l’épreuve précédente. Karnos, toujours volontaire, se propose de divertir le jury composé du seigneur Agnar, de dame Borgia et du seigneur Raéro. Le Vand’rill fait appel à ses sortilèges de la Nature pour faire croître un arbuste, il va même jusqu’à faire éclore des fleurs alors que nous sommes en plein hiver. Ensuite, il utilise ses dons de métamorphose pour prendre l’apparence d’un noble arbre, l’Acarin. Bien qu’il ne soit pas un véritable magicien, Karnos s’en sort avec les honneurs.

Ensuite, Valkana fait démonstration des pouvoirs de runicologie. Chose remarquable, cette jeune naine est capable de graver des runes sur tous types de gemmes à mains nues. Elle dessine en effet les runes dans les airs, d’un seul geste de la main, et le symbole magique s’applique, par enchantement, sur la gemme. Ce don exceptionnel éveille volontiers la curiosité du jury.

Vient le tour du Cosmo Magnar de Thamasa. Sa démonstration magique se change rapidement en un véritable show dans lequel Hua Shan cherche vraiment à époustoufler les seigneurs : tours de magie avec un wyrm, éclairs en chaîne, lévitation par télékinésie, disparition, invocation, toute la gamme y passe. Si certaines convives remarquent que Hua Shan s’adonne à beaucoup d’esbroufes pour épater la galerie, l’effet n’en reste pas moins unanime sur notre jury Nelwen. Les applaudissements pleuvent à la fin de la représentation.

Difficile de passer après un tel spectacle. Néanmoins, Alrin, le vicaire de Terrä, va faire démonstration des pouvoirs de l’aspect solaire, alors que Raéro prouve qu’il est capable d’utiliser les arcanes d’Annulation lors d’une présentation pendant laquelle il fera participer plusieurs convives. Skalven, l’ovate de Terrä, étonne le jury en parant, à main nues protégées d’une rune de terre, la plus puissante frappe du seigneur Raéro. La victoire de cette épreuve revient, sans trop de surprises, à Hua Shan…

La finale des combats va commencer. Le seigneur Raéro affronte Hengrim, le marteau d’airain. Notre courtaud sait que ce combat va être plus compliqué que le précédent. Lorsque les deux adversaires rentrent dans la surface de combat, chacun récupère ses armes de prédilection parmi les choix possibles, et chacun jauge l’autre avant de se lancer. Le combat fait rage, Hengrim ne semble faire aucune courbette au seigneur et combat avec ardeur. Raéro est obligé d’essuyer plusieurs frappes dévastatrices du marteau d’airain qui vise le point fort du petit seigneur : le bouclier. Hengrim sait que tant que le Pavois disposera d’un bouclier, il n’aura aucune chance de gagner. Il en faut cependant plus au jeune seigneur pour s’avouer vaincu. Même si les coups d’Hengrim font voler en éclat la rondache de bois, Raéro lui assène plusieurs coups puissants au bâton.

Sur la fin, Hengrim tente de briser l’arme du pavois d’Eriador de sa hache mais le bâton tient bon. Raéro en profite et use de sa prodigieuse force pour pousser son adversaire hors des limites. Notre courtaud sort finalement vainqueur de cette épreuve de force.
Des présents sont distribués à chaque vainqueur, des cadeaux prestigieux : un arc serti de gemmes pour le traqueur, un auroc précieux de diamant pour le Mage Felnar et une hache enchantée de feu pour Raéro. La dernière épreuve va bientôt commencer et l’ensemble des convives s’en retournent à l’intérieur du manoir pour profiter de la chaleur d’un bon feu de bois.

Le seigneur Agnar, bien éméché, en profite pour peloter la plus jeune des suivantes de sa fille, au grand dam de cette dernière, et demande aussi une nouvelle flasque de Sombre à son fidèle Goderick. L’apéritif est bien entamé lorsque Hua Shan suit Goderick jusqu’à la carriole du seigneur. Le conseiller lui confie, non sans mal, qu’il se fait beaucoup de souci pour son seigneur. Agnar semble avoir trempé dans des histoires louches ces derniers temps, et le regrette amèrement, il s’est même mis à boire du Sombre sans demi-mesure… Goderick est passablement nerveux et craint pour la vie de son seigneur…

Raéro, de son côté, en profite pour faire plus ample connaissance avec dame Borgia. Il reste à la fois courtois et honnête avec elle. Rapidement, Agnar demande à toutes les convives de se rassembler pour l’épreuve des énigmes. Goderick revient avec une nouvelle flasque pour son seigneur ainsi que le livre d’énigmes de « Falrim, le Sage ». Hua Shan hésite un moment à subtiliser la dernière flasque de Sombre présente dans la carriole mais il finit par se raviser…

La dernière épreuve peut alors commencer, des équipes se forment. Nos amis s’en sortent tous avec les honneurs, certaines énigmes semblent plus coriaces que d’autres. D’ailleurs, Hua Shan paraît bloquer dès la première. Au fur et à mesure que les énigmes avancent, plusieurs participants sont éliminés. Alrin et Valkana vont d’ailleurs commencer à se saouler plus que de raison. La finale se joue entre Hua Shan, qui a décidé de faire équipe seul, ne faisant confiance qu’à ses Astres et Raéro qui fait équipe avec Borgia. Malheureusement pour notre jeune seigneur, c’est Hua Shan qui remporte l’épreuve, prouvant ainsi la sagesse des mages de Thamasa.

Le barde Skald est invité à réciter un poème : « Le charme d’un sourire » en l’honneur de Dame Borgia. A la fin de cette louange, Agnar se verse une copieuse rasade de Sombre dans sa bière et décide de trinquer à la santé de nos deux jouvenceaux. Tous lèvent le verre et boivent avec entrain.

Soudain, à peine a-t-il fini d’ingurgiter le contenu de sa coupe que le seigneur Agnar commence à éructer avec difficulté. Il semble avoir beaucoup de mal à respirer. Réaro et Rimbul interviennent rapidement, tentant de le soulager et d’éviter qu’il ne s’étrangle avec quelque chose. Le Seigneur Agnar est en train de s’asphyxier. La flasque qui contenait le Sombre est rapidement isolée. Plusieurs convives s’approchent du seigneur qui agonise de plus en plus, ses lèvres bleuissent dangereusement, à vue d’œil. Selon toute évidence, le seigneur est victime d’un empoisonnement mais aucun n’arrive à identifier la substance nocive. Hua Shan et Karnos tentent bien de lancer des sortilèges d’épuration mais sans trop savoir quel sort utiliser. Alrin utilise son bâton runique, mais il ne semble pas avoir l’effet escompté sur Agnar. De plus, dans la panique, le Cosmo Magnar rate son incantation la plus puissante…

L’angoisse s’empare de tous, Raéro fait appeler Morine de la ferme des Landor, mais cette dernière mettra du temps à arriver. Nos amis décident d’aller réveiller Soulimane qui se repose à l’étage alors que le seigneur Agnar agonise littéralement. Lorsque le Vand’rill arrive dans la salle principale, il est déjà presque trop tard, le seigneur Agnar gît au sol et est pris de violentes convulsions. Ses yeux sont révulsés et maculés de sang. Raéro tente le tout pour le tout et pratique une trachéotomie en utilisant la trousse de soin préparée par le vicaire Alrin, pendant que Soulimane s’attèle à reconnaître la substance toxique contenue dans la flasque de Sombre.

L’intervention n’a malheureusement aucun effet perceptible, Borgia détourne les yeux,  le poison a touché le système respiratoire. Le cœur du seigneur s’arrête, même un sortilège de réanimation ne servirait à rien tant que le poison corrompt toujours son corps. Au bout de quelques minutes de panique, tous comprennent qu’il n’y a plus rien à faire, le poison a été le plus fort, à la fois violent et rapide. Les convives sont atterrées, dame Borgia semble inconsolable, Goderick est en panique totale.

Les invités commencent à se regarder d’un œil suspicieux, tous se demandent si l’assassin est assis en ce moment même à la table du seigneur Raéro. Cependant, aucune preuve directe ne peut assurer l’identité du coupable. Il est même possible que le poison ait été placé bien avant l’arrivée d’Agnar au domaine.

La substance nocive est finalement identifiée : il s’agit de Narâg, une sorte d’aconit particulièrement virulente. La flasque qui contient le poison est conservée pour de plus amples analyses. Il s’agit maintenant de calmer les convives et d’assurer la protection de tous. Raéro fait appeler son fidèle Dwalur lui demandant d’annoncer, dès demain matin, la mort du seigneur Agnar. Le courtaud et ses apprentis pavois d’Eriador vont assurer la sécurité du domaine cette nuit… le banquet est définitivement annulé…

Le lendemain, les visages sont tirés, marqués par l’expérience traumatisante de l’empoisonnement du seigneur Agnar sous leurs yeux. Les regards se fuient. Raéro propose d’escorter, ses hommes et lui, le convoi de dame Borgia jusqu’à son domaine. Une fois là-bas, il compte bien enquêter sur les affaires dans lesquelles trempaient son confère d’autant qu’Hua Shan a consulté les Astres, et semble déjà avoir quelques pistes à creuser…

Personnages importants :

Agnar : Un des seigneurs de Ragham et valet de Wulfrim « Marteau d’airain ». C’est un personnage plutôt agréable et généreux bien qu’un peu pervers. Il a sombré dans l’alcoolisme et la consommation abusive de Sombre à la suite d’obscures affaires. Il avait promis une dot impressionnante pour le mariage de sa fille. Il a été empoisonné lors du banquet pour une raison encore inconnue…

Borgia : Fille cadette d’Agnar, son frère est parti en guerre dans le Sud. Dame raffinée et cultivée mais au physique particulièrement ingrat. Elle reste humble et courtoise tout au long de la journée et ne semble pas insensible aux charmes du seigneur Raéro, ni aux cadeaux de Karnos. Elle soupçonne son père de s’être acoquiné avec de la vermine. Elle se trouve actuellement en plein deuil et devra assurer la régence du domaine en l’absence de son frère.

Valkana (Guest-star Mélodie) : jeune runicologue entrée au service du seigneur Agnar il y a peu. Elle entretient une complicité certaine avec dame Borgia avec qui elle s’entend bien. Elle semble avoir des dons incroyables en matière de runes pour son jeune âge. Apparemment, Agnar l’aurait engagé pour expertiser un convoi de minerai et de gemmes.

Goderick : Conseiller d’Agnar. Incroyablement nerveux toute la journée. Il se faisait beaucoup de souci pour son seigneur et il avait raison. Il ne semble toutefois pas au courant des affaires d’Agnar, qui le maintenait à l’écart, mais il est persuadé que ce sont ses affaires louches qui l’ont menées à sa perte.

Hengrim : Marteau d’airain au service d’Agnar. C’est un guerrier avant tout, peu loquace, il n’en est pas moins juste et combat avec honneur. Cela dit, il semble plus être un mercenaire qu’autre chose. Le combat et l’argent semble ses seules véritables motivations.

Kadrin : Traqueur des montagnes, à la fois habile et froid. Résolument taciturne, il semble déçu de ne pas avoir eu de véritable adversaire lors de l’épreuve d’adresse. Sans y être totalement indifférent, il ne semble pas non plus particulièrement affecté par la mort du seigneur Agnar.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 10 Avr 2016 - 19:34

Chapitre 7 : Enquête au domaine d’Agnar.

Nos amis escortent dame Borgia et ses convives jusqu’au fief. Durant la matinée, un intendant de justice vient faire le point sur cette affaire de meurtre par empoisonnement sur la personne du seigneur Agnar. Notre jeune courtaud n’est pas inquiété au vu de la situation. Les causes du meurtre sont certainement dues à un règlement de compte ; Agnar trempait visiblement dans des affaires louches…

Le groupe souhaite vraiment la lumière sur cette épisode et aider la justice à résoudre ce problème. Ils demandent à dame Borgia s’ils peuvent avoir accès aux différentes pièces du manoir afin de mener l’enquête. La noble naine leur laisse carte blanche et toutes les portes leurs sont ouvertes.

Grâce aux visions de Hua Shan, le groupe a tôt fait de trouver les premiers indices : une chance miraculeuse leur permet de sortir une lettre quasiment intacte de l’âtre de la chambre du seigneur. Apparemment, Agnar est bien incriminé dans une affaire de détournement de fonds ayant, par ailleurs, coûté la vie à plusieurs nains. Le seigneur paraît se repentir de ses fautes, prêt à dénoncer cette négoce frauduleuse, mais l’auteur de la lettre semble ne pas être de cet avis et menace sans détour Agnar pour son manque de loyauté.

Les choses se précisent plus lorsque nos amis trouvent, dans un tiroir à double-fond, une étrange clef ouvragée portant le symbole de l’Ancien Nelwen « Grimmore », maître des trésors cachés. Attachée au passe, au bout d’une chaînette fine et argentée, se trouve un carré du cuir souple sur lequel se trouve écrite la clef d’un code encore inconnu.

Le groupe rejoint la bibliothèque, dernier lieu représenté dans les visions de Hua Shan. Nos amis y trouvent un large tome sur l’ancien Grimmore qui semble étrangement collé aux rayons de la bibliothèque. Ils remarquent une serrure qui sied parfaitement à la clef ouvragée trouvée auparavant. Un mécanisme s’active avec un système composé de chiffres. En utilisant le code trouvé plus tôt, où les lettres sont remplacées par des chiffres, nos amis découvrent rapidement le mot de passe qui n’est autre que « BORGIA ».

Une porte s’ouvre laissant entrevoir une pièce où nos amis peuvent deviner la présence d’une salle aux trésors. Parmi les richesses présentent se trouvent plusieurs caisses larges dans lesquelles figurent des minerais et des aurocs bruts des carrières de Nosvalle ; une petite fortune d’après le seigneur Raéro. Tout s’explique désormais : le seigneur Agnar s’est bien allié avec quelqu’un pour détourner du minerai. Une partie du convoi est d’ailleurs stocké dans cette pièce même si, pour l’instant, tous se demandent comment une telle quantité de pierreries a pu arriver là s’en que personne ne s’en aperçoive.

Borgia est atterrée, Rimbul et le majordome paraissent eux aussi parfaitement déconcertés. Les différentes personnes de maison sont alors interrogées par le groupe mais personne ne semble avoir vu de tels convois de minerais transiter par le manoir, ce qui est parfaitement curieux. Aussi, seul nos amis, Borgia, Rimbul et Goderick sont au courant de cette histoire qu’ils ne comptent pas vraiment ébruiter même si le protocole les oblige à alerter les autorités. Goderick accorde 48 heures à nos amis avant d’avertir officiellement les autorités. Borgia et Goderick sont passablement attristé par ces découvertes et semblent inconsolables…

Le groupe soupçonne plusieurs seigneurs, notamment Torek « Crin d’acier » et ses valets de Nosvalle et comptent bien utiliser ces 48 heures pour continuer l’enquête. Dame Borgia insiste auprès de Réaro pour qu’ils prennent un repas chaud ce soir au manoir mais notre courtaud a d’autres projets plus pressés. Le nain mène ses deux amis au poste de Ghalgon ; le seigneur Raéro souhaite mettre le nez dans les registres de douane et les rapports d’enquête sur les convois de minerais.

Arrivés au poste, nos amis font le point : le premier convoi a été attaqué il y a un mois de cela, les malfrats étaient armés jusqu’aux dents alors les convoyeurs ont préféré laisser leur le butin sans escarmouche. Par la suite, la sécurité des convois a été fortement renforcée. Il y a une quinzaine de jours, un second acheminement a été attaqué mais celui-ci était bien défendu. Malheureusement, la chose s’est terminée dans un bain de sang, au grand dam des seigneurs locaux… Il y a fort à parier que ces manants eussent été parfaitement au courant des itinéraires empruntés.

La nuit ne va pas tarder à tomber, aussi, nos amis décident, sous l’impulsion du courtaud, de mener une investigation sur les lieux de l’attaque du premier convoi. Les faits s’étant déroulés il y a un mois, les indices sur place restent minces, pour ne pas dire inexistants. Seul Karnos utilise ses pouvoirs pour discuter des faits avec la faune locale en espérant qu’un animal ait pu voir la scène. Une hermine qui courait par-là donne quelques indications supplémentaires. Les malfrats semblent avoir utilisé une certaine forme de magie pour dissimuler ou transporter leur butin. La nuit tombe déjà et nos amis devront reprendre leur enquête lorsque Horion refera surface.

De retour au manoir du seigneur Agnar, le groupe note qu’un des chevaux n’est plus attaché. La porte d’entrée est grande ouverte. A l’intérieur, nos amis sont accablés d’apercevoir dame Borgia pleurer à chaude larmes sur le corps sans vie de Goderick. Les mêmes symptômes d’empoisonnement sont visibles autour de sa bouche ; l’assassin au Naräg a encore frappé. Plus inquiétant encore, Rimbul, le garde du corps, semble avoir disparu. D’après dame Borgia, c’est lui qui est monté sur le cheval manquant et est parti au galop en toute hâte.

Sans perdre plus de temps, Karnos et Hua Shan entament leur métamorphose de volatile et s’envolent à tire-d’aile à la poursuite de Rimbul qui semble avoir au moins une heure d’avance alors que Raéro décide de rester aux côtés de dame Borgia, effondrée, pour la défendre corps et âme contre toute nouvelle menace…

Personnage importants :


Rimbul : Garde du corps d’Agnar. Peu causant, Rimbul paraît être plutôt limité intellectuellement. Il n’en est pas moins solide et particulièrement grand pour un nain. Le groupe le suspecte fortement d’être l’auteur des empoisonnements et Hua Shan avait déjà détecté son alignement antipathique. Il a disparu en trombe après la mort de Goderick, à moins qu’il ne soit juste parti à la recherche du véritable assassin…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 22 Mai 2016 - 18:27

Chapitre 8 : Un Pavois en otage.

Un Elfe Los’Sylvan de la Forêt Noire est passé par le manoir de Raéro à la recherche de deux Vand’rills correspondants à la description de Soulimane et Karnos. Cet Elfe s’est présenté sous le nom d’Eowen et souhaiterait savoir si la fleur d’Esuna offerte par son peuple a été utilisée à bon escient par nos amis. Soulimane lui assure que la naine touchée par la maladie la semaine passée, a bien été soignée grâce au remède des elfes.

Soulimane, encore convalescent suite à ses nombreuses blessures de combat, demande un service à l’Elfe de la Nuit. Un sérum contre un poison virulent doit être remis au seigneur Raéro qui a fait route avec ses compagnons, dont l’autre Vand’rill Karnos, en direction du domaine d’Agnar. Après lui avoir expliqué la situation, Eowen se met alors en route malgré l’heure tardive, n’étant pas gêné le moins du monde par la tombée de la nuit.

Après une bonne heure de marche, le Los’Sylvan entend une voix masculine en souffrance dans les bois à sa gauche. Hésitant quelques instants, Eowen finit par aller voir de quoi il retourne. Il trouve Rimbul, le garde du corps d’Agnar, celui-là même activement recherché par Hua Shan et Karnos. Le courtaud paraît mal en point, son mollet fâcheusement haché par un piège à loup. N’écoutant que son altruisme, Eowen prodigue les soins nécessaires au nain afin de le remettre sur pied.

Rimbul lui explique qu’il est à la poursuite d’un malfaiteur et continue sa route en remerciant l’Elfe qui reprend son chemin, heureux d’avoir effectué une bonne action. Il tombe rapidement sur les deux Vand’rills, Hua Shan et Karnos, eux aussi en quête de l’assassin…

Nos amis se présentent les uns les autres et Eowen explique sa venue, il est d’ailleurs prêt à donner un coup de main si, d’aventure, un meurtrier se trouvait dans les parages. Cependant, d’après les dires de l’Elfe, Rimbul ne doit pas être la personne recherchée. Nos amis apprennent ainsi, qu’apriori, le garde du corps d’Agnar semble intègre et s’il est parti aussi rapidement, c’était avant tout pour se mettre à la poursuite du tueur.

Malheureusement pour nos camarades, cela fait déjà une bonne vingtaine de minutes que le Nain est parti seul dans les bois après avoir été sommairement soigné par Eowen…

Tout à coup, nos amis sont criblés de flèches provenant de toutes parts. Disposant d’une bonne vision nocturne, le groupe repère rapidement des silhouettes en embuscade. Hua Shan se met très vite à couvert, prêt à incanter ses sortilèges. Karnos prend sa forme de centaure et charge en direction d’un des embusqués. Eowen, se faufile à travers les arbres pour bénéficier de leur protection et trouver une ouverture pour décocher ses flèches.

Le combat n’est pas aisé, ce sont des traqueurs des montagnes qui leur font face ; des nains entraînés, rompus à la chasse et à la survie dans les forêts et les monts de Brands. Des pièges sont disséminés dans tous le périmètre et nos amis vont en faire les frais. Hua Shan est rapidement immobilisé par une rune de glace. Karnos charge l’un des traqueurs évitant comme il peut les salves de flèches. Eowen échange plusieurs tirs de flèches contre une silhouette bien cachée.

Malgré la ténacité des traqueurs, nos amis s’en sortent avec brio. Hua Shan arrive à se libérer tant bien que mal de son piège de glace en allumant sa torche et fait pleuvoir ses sortilèges sur les traqueurs. Eowen, très à l’aide en milieu forestier, arrive à débusquer l’un des chasseurs. Karnos supporte ses blessures, renverse son assaillant et le plante de sa lance dans la poitrine. L’un des traqueurs arrive tout de même à prendre la fuite laissant Hua Shan frappé en plein abdomen par l’un des pièges acérés.

A la fin du combat, nos amis pansent leurs blessures. Hua Shan a été sérieusement mutilé par des piques de bois qui sont venues se longer profondément dans son ventre et, même si ses jours ne sont pas en danger, il va devoir veiller à soigner plus sérieusement cette meurtrissure…

Il n’est pas lieu de continuer plus en avant, nos amis ignorent si d’autres traqueurs sont dissimulés dans les environs, et tous ont subit des blessures. Aucun signe de Rimbul, mais il est trop risqué de partir à sa recherche. Nos amis font marche arrière et repartent en direction du domaine d’Agnar.

Pendant ce temps-là, au manoir d’Agnar, Raéro s’empresse de consoler dame Borgia. Le petit seigneur décide de faire le tour du manoir à la recherche d’éventuels indices. Une fenêtre au rez-de-chaussée est ouverte ; des traces de boue séchée et de débris végétaux diverses sont visibles sur le rebord. Quelqu’un est forcément passé par-là… D’après dame Borgia, Rimbul est sorti du manoir en toute hâte par la porte principale. Il est donc tout à fait possible qu’il ne soit pas l’auteur du méfait et qu’il soit, au contraire, parti à la recherche du vrai meurtrier…

Raéro décide de sortir pour faire le tour du manoir, dans la pénombre de la nuit. Il entend l’un des gardes d’Agnar éructer avec souffrance et s’avance prudemment. Le Pavois d’Eriador aperçoit alors une bonne dizaine de brigands, armés jusqu’aux dents, à pas furtifs, avancer à vive allure en direction du manoir. Le petit seigneur fait volte-face et fonce par la porte principale pour donner l’alerte. Les deux gardes du manoir ne sont plus. Raéro se retrouve donc seul, sans ses compagnons. Seul pour défendre le manoir, ses habitants et dame Borgia…

Les truands rentrent de toutes parts ; brisant les vitres des fenêtres, enfonçant la porte d’entrée. Très rapidement la panique s’installe dans le manoir sous les cris horrifiés des jeunes domestiques prises à partie. Raéro tente de faire barrage de son corps pour protéger les victimes des canailles mais les pièces du manoir sont larges et les ouvertures nombreuses. A lui seul, il ne peut contenir la dizaine de malandrins. Même à cinq contre un, le pavois ne faibli pas et se débarrasse avec aisance de deux ou trois d’entre eux. Cependant, n’est pas pavois d’Eriador qui veut : les domestiques, le pauvre cuisinier et dame Borgia sont rapidement malmenés sous les yeux horrifiés de Réaro qui ne peut protéger tout le monde à la fois.

Le sang de plusieurs brigands jonche déjà le sol sous les frappes du jeune seigneur, mais l’un des traqueur, qui semble être la tête pensante du groupe, intime à ses hommes et au brave Pavois de considérer plus sagement la situation. La crapule sait pertinemment que Raéro ne va pas tomber facilement et que, même seul, il risque d’emporter dans sa mort la grande majorité des crapules présentes. Menaçant dame Borgia et les jeunes servantes, le traqueur somme notre petit seigneur de poser les armes avant que le sang ne coule à nouveau.

Raéro hésite, considérant le fait qu’il pourrait peut-être venir à bout se toute cette racaille avant de donner son dernier souffle. Pourtant, il se ravise rapidement lorsqu’une dague effilée et plusieurs carreaux d’arbalètes menacent sérieusement les jours de dame Borgia. Raéro laisse choir sa lance alors que deux brigands lui retirent son bouclier…
Le chef des vauriens fait rapidement fouiller le manoir. Ces derniers sont venus chercher quelque chose, de toute évidence. Raéro doit accepter de céder le code de la salle des coffres pour éviter que les otages soient à nouveau malmenés. Les brigands sont venus pour récupérer le convoi de minerais que le seigneur Agnar avait conservé dans son propre manoir…

Néanmoins, les malandrins ne s’arrêtent pas là. Ils veulent s’assurer que personne ne mène l’enquête sur leurs agissements, surtout depuis qu’ils ont conscience qu’un Pavois d’Eriador à mis le nez dans leurs affaires. Le chef décide de prendre un otage pour être certain que l’histoire soit rapidement étouffée. Dame Borgia, fille de seigneur, fait une victime parfaite et offre un gage d’assurance idéal. Pourtant, dans un dernier élan chevaleresque, Raéro décide de se proposer lui-même comme otage, libérant ainsi Borgia de toutes nouvelles souffrances…

Le traqueur ne se fait pas prier plus longtemps et accepte volontiers d’avoir notre petit seigneur comme otage ; un Pavois d’Eriador offre incontestablement une excellente monnaie d’échange et assure que toutes langues soient tenues sur cette affaire. Les bandits emportent avec eux le courtaud dépossédé de ses attributs, sous le regard empli de larmes de dame Borgia. Le chef des malandrins assure que le seigneur Raéro sera relâché en temps voulu si l’histoire ne fait pas plus de vagues…

Pendant ce temps, Hua Shan, Karnos et Eowen sortent de la forêt et prennent la direction du manoir d’Agnar sans se douter une seule seconde de ce qu’il est advenu de Raéro. Toutefois, les yeux perçant de l’Elfe repère facilement, dans la pénombre ambiante, le cortège formé par les bandits qui rentrent au bercail. Nos amis se rendent alors comptent que Réaro fait parti du convoi, un sac de toile brunâtre sur la tête…
Le groupe hésite à intervenir directement et à porter secours à leur compagnon nain.

Cependant, ils viennent déjà d’essuyer un combat, leurs blessures sont toujours fraîches et les bandits semblent encore être une dizaine. Nos amis décident donc de les suivre furtivement jusqu’à leur repaire : Hua Shan devrait s’en sortir s’en trop de difficultés avec ses sortilèges. Pendant ce temps, Karnos décide de voler le reste de la nuit en direction de la capitale afin d’avertir les autorités des Pavois d’Eriador et les tenir au courant de l’affaire. Eowen, quant à lui, va directement au domaine de Raéro pour faire le point.

Le petit seigneur est en mauvaise posture. Dépourvu de son armure et de son bouclier, il git dans une cage barrée de fer dans une grande masure quelque part dans les bois qui jouxtent la vallée de Nosvalle. Hua Shan a réussi à se frayer un chemin dans les lignes ennemis afin de débusquer le repaire des bandits. Au complet, ils seraient une bonne vingtaine dont plusieurs traqueurs des montagnes et des runicologues, le reste ne semble formé que de bandits de grands chemins. Une fois les informations glanées, le Felnar s’en retourne au domaine pour retrouver ses camarades et établir un plan.

De son côté, au petit matin, Karnos réussi à recruter quelques pavois d’Eriador prêts à défendre l’honneur d’un de leur confrère. Malheureusement, ils ne peuvent intervenir militairement sur le repaire des malandrins sans l’accord des bannerets du Sud. De plus, le souci reste que les pavois sont des protecteurs, pas vraiment des assaillants, mais ces derniers promettent de défendre ardemment le domaine de Raéro et de dame Borgia en cas de représailles.

Kadrin, le traqueur présent au petit tournoi des seigneurs, semble à la tête de cette affaire. Raéro tente bien de lui soutirer quelques informations, derrière ses barreaux, mais Kadrin reste à la fois subtil et malin. La situation est très délicate et la vie du jeune seigneur Pavois est en désormais en jeu…

Personnages importants :

Eowen (Patrick) : Elfe Los’Sylvan de la Forêt Noire. Son arrivée paraît assez mystérieuse ; il semble intéressé de savoir si les nains ont fait bon usage de la fleur d’Esuna confiée par son peuple. Ce qui est certain, c’est qu’il accepte volontiers d’apporter son aide au groupe face aux bandits de Kadrin.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 19 Juin 2016 - 10:36

Chapitre 9 : Sauver le seigneur Raéro.

Au petit matin, nos amis font le point sur la situation. Ils attendent impatiemment la venue des renforts, les Pavois d’Eriador de Nuthungard, qui assureront la défense du domaine de Raéro. A présent, il faut établir un plan pour garantir la sécurité de dame Borgia et, bien entendu, trouver un moyen de délivrer le seigneur Raéro.

Le groupe accueille les Pavois d’Eriador qui arrivent en fin de matinée. Pendant ce temps là, Hua Shan utilise ses pouvoirs des Arcanes pour effectuer le rituel de téléportation qui le ramène directement au manoir de Borgia. Il explique à cette dernière qu’il serait sage de se mettre à l’abri, afin d’éviter les éventuelles représailles des brigands, et compte bien la reconduire au manoir de Raéro qui bénéficie de la protection des Pavois. La dame accepte, après discussion, et finit par suivre le Cosmo Magnar.

Au manoir du courtaud, les sentinelles découvrent une missive, fichée d’un carreau d’arbalète, plantée dans le bois de la façade du manoir. Apparemment, il s’agit d’une lettre de rançon laissée là par les ravisseurs du petit seigneur qui exigent la somme de 3000 pièces d’or en échange de la vie de Raéro…

A la lumière de cette nouvelle, l’affaire est sérieusement discutée. Le montant, sans être exorbitant, reste tout de même conséquent. D’après le majordome Dwalur, le seigneur Raéro ne dispose en tout et pour tout de 1500 pièces de trésorerie. Cela ne suffira pas à payer la rançon et une hypothèque devra être fixée sur certains de ses biens. Dame Borgia est tenue au courant de la missive des ravisseurs. Elle intime Karnos d’accepter de payer la rançon plutôt que de risquer la vie d’autres personnes ainsi que celle de son tendre seigneur…

Nos amis écoutent les revendications de la dame mais décident tout de même de tenter de sortir le petit seigneur de cette funeste affaire. Karnos ne semble accorder aucune confiance en la parole de ces brigands. Cela dit, combattre de front serait une entreprise bien risquée sachant que les traqueurs ont du piéger tous les alentours. De plus, s’ils sont trop nombreux, ils risqueraient de se faire remarquer facilement. C’est le Magus de Thamasa, Hua Shan, qui va devoir trouver le moyen de s’infiltrer dans le repaire des malandrins et se débrouiller pour téléporter rapidement Raéro…

Pendant ce temps-là, dans la masure des brigands, le nain se réveille après une mauvaise nuit trop fraîche. Au petit matin, deux canailles ramènent un autre nain, haut de taille, passablement passé à tabac, et l’enferment avec Raéro pour lui tenir compagnie. Le pauvre malheureux n’est autre que Rimbul, à moitié défiguré. Le petit seigneur va s’assurer de la santé du nouveau venu et tente, avec les moyens du bord, de soulager un peu la peine de son compagnon d’infortune.

Rimbul est fortement affaibli mais il fait comprendre à Raéro qu’il possède, dans sa botte gauche, un objet qui pourrait les aider à sortir de là. Le petit seigneur, feignant de soigner les blessures du mortifié, en profite pour sortir un poinçon métallique de la chausse de Rimbul qu’il garde sous sa tunique en le cachant habilement.

Le courtaud garde un œil sur les va-et-vient des brigands à l’intérieur de la masure. Il attend le bon moment pour tenter de crocheter la serrure. Il semblerait qu’une ronde soit organisée toute les deux heures. Kadrin, la tête pendante de ces gredins, est particulièrement nerveux et sur le qui-vive mais il s’assure que tout le monde reste à son poste.

Raéro profite d’une relève pour vérifier la solidité de la serrure. Grâce au poinçon métallique, il n’a aucune difficulté à faire lever le verrou mais il préfère rester sur ses gardes et attendre le moment opportun pour tenter une fuite. Le secteur est probablement quadrillé en long, en large et en travers, et il ne sera pas facile de sortir sans risquer gros…

De leur côté, le reste du groupe met en place le plan de sauvetage. Hua Shan devra agir seul, c’est lui qui a les meilleures chances de percer les lignes ennemies sans être vu. Le Magus va devoir rejoindre Raéro et le téléporter sous la barbe des malandrins grâce à un sceau de rappel qu’il a préalablement placé dans le manoir du petit seigneur.

Hua Shan se met en route dès la tombée de la nuit pour profiter de l’obscurité ambiante. Il prend une forme de chat noir et fait appel à Malaki, l’astre cosmique, pour bénéficier de ses pouvoirs d’occultation. Le Magus se déplace aisément à travers les lignes ennemies, évitant habilement les pièges laissés ça-et-là par les traqueurs Nains. Pourtant, au bout de quelques lieues, Hua Shan se laisse avoir par l’une des ruses disséminées dans la forêt et il se rend rapidement compte que l’un des traqueurs est sur sa piste. Aussi, il doit faire un détour important pour espérer le semer et se remettre de ses blessures…

Tardivement, le chat noir arrive à proximité du repaire des brigands et reste tapi dans l’ombre, surveillant les allées et venues des malandrins grâce aux torchères allumées.  Hua Shan rentre en contact télépathique avec Raéro mais le Magus doit fortement insister pour espérer communiquer avec son camarade. Apparemment, une force magique protège l’enceinte de la masure et ne facilite pas l’utilisation des sortilèges…

Par la pensée, le petit seigneur explique que les runicologues, qu’il a bien observés jusqu’alors, ont placé diverses runes de protection autour de la bâtisse, notamment au niveau des ouvertures. De plus, il rajoute que la relève de la ronde ne va pas tarder. Hua Shan coupe la communication télépathique après avoir indiqué à Raéro qu’il va tenter une infiltration au moment où les sacripants vont relever leurs collègues. Le courtaud se tient prêt à l’intervention de son compagnon, notamment au cas où il y aurait du grabuge. La vie des deux amis va se jouer ici…

Hua Shan, toujours en forme de chat, s’avance en cherchant une aspérité assez large entre les rondins de bois massifs qui forment l’essentiel des murs de la masure. Dès qu’il pénètre à l’intérieur de la bâtisse, le Magus doit lutter contre une puissante force d’anti-magie pour éviter de reprendre sa forme d’origine. Il se déplace sous couvert des meubles de fortune présents dans la pièce tout en restant à distance des quelques sources lumineuses.

Kadrin est débout, nerveux. L’un de ses traqueurs vient de lui faire savoir que quelque chose avait pénétré le périmètre et cela ne lui plaît pas. Un runicolgue assis en face de lui, le rassure tout en parcourant nonchalamment les pages d’un livre ésotérique. Hua Shan profite de ce moment pour se faufiler dans la cage dans laquelle se trouve Raéro et Rimbul.

Malheureusement pour ce dernier, il serait bien trop risqué pour Hua Shan de tenter une téléportation à trois. Le courtaud est plus que navré de laisser Rimbul ici, mais il n’a désormais plus le choix s’il veut sauver sa vie… Hua Shan n’hésite pas plus longtemps, il reprend sa forme originelle pour lancer son sortilège de rappel en agrippant Raéro qui se tient prêt. Kadrin aperçoit la scène, interloqué et décontenancé. Dans une ultime injure, il bande son arc de flammes et tire aussi vite qu’il le peut alors que Raéro et Hua Shan disparaissent dans un sceau de transposition…

Nos amis atterrissent dans le manoir Raéro, dans la salle principale du rez-de-chaussée. Le petit seigneur a été sauvé mais il s’en est fallu de peu. Kadrin n’a d’ailleurs pas manqué son tir pour autant ; une magnifique flèche enflammée est fichée dans l’épaule gauche du courtaud qui la déloge d’une seule main. Tous les accueillent à bras ouvert, les félicitant pour l’épreuve qu’ils viennent de subir et prennent soin d’eux.

Cependant, le groupe craint d’éventuelles représailles de la part de Kadrin et ses hommes, et Raéro organise rapidement la défense de son domaine malgré son épaule meurtrie. Les pavois d’Eriador sont placés et assurent déjà les positions défensives. Nos amis vont rester sur le pied de guerre jusqu’au petit matin. Visiblement, Kadrin n’a pas osé attaquer le domaine avec ses hommes… ce qui à au moins le mérite de ne pas faire couler le sang, à nouveau…

Le lendemain, après avoir pris un peu de repos, nos amis décident de partir pour la capitale, le roi doit être averti de cette affaire et Raéro compte bien démanteler ce réseau de brigands jusqu’à son dernier membre. Tous partent en direction de la forteresse de Nuthungard, escortés par les Pavois d’Eriador. Quelques gardes s’assurent toujours le reste de la sécurité du domaine en l’absence du seigneur.

Arrivés à la capitale en début d’après-midi, Raéro et ses compagnons souhaitent s’entretenir avec son seigneur lige, le Pavois Orik. Malheureusement, ce dernier est parti en guerre depuis quelques jours déjà. Aussi, nos amis vont directement devoir rendre compte au roi en personne alors que les Pavois d’Eriador sont remerciés et s’en repartent à leur caserne. Au vu des affaires dans lesquelles trempaient Agnar, dame Borgia redoute fortement l’entrevue avec le roi, et avance la mine basse et l’air grave…

Dwerun « Couronne d’Eriador », roi des Nains de Thuranbrand, les reçoit dans la salle du trône. Tous posent un genou à terre et Raéro s’entretient un moment avec son roi lui expliquant toute l’affaire. Le courtaud n’omet pas de rappeler que des seigneurs, peut-être même des bannerets pourraient être à l’origine de cette histoire. Le roi décide donc de lancer une enquête, sans en avertir les seigneurs locaux, conformément aux conseils de Raéro. Sa majesté demande également des comptes sur la mission donnée par Orik, à savoir l’enquête dans la vallée de Nosvalle sur le domaine de Torek « crin d’acier ».

Raéro explique qu’il n’a pas vraiment eu le temps de s’occuper de la mission assignée par son seigneur lige au vu des événements récents, ce qui n’a pas l’air d’enchanter le roi. Sa majesté rappelle Réaro à l’ordre en insistant notamment sur les responsabilités qu’incombent ses nouveaux statuts de seigneur et de Pavois. Réaro doit protection à son peuple et doit accorder priorité aux ordres qui lui sont assignés avant tout. Les affaires personnelles sont à reléguer au second plan car entre la guerre qui sévit au sud et les affaires funestes qui touchent Nosvalle, le roi semble se montrer particulièrement intransigeant.

Raéro se renfrogne, jugeant les remontrances de son roi dures et sévères et rappelant que ces affaires sont très certainement liées. Toutefois, sa majesté ne semble n’admettre aucun compromis, surtout si d’autres seigneurs sont à l’origine de ces manigances. Aussi, le roi Dwerun ordonne à Raéro de s’occuper, séance tenante, de cette mission dans la vallée de Nosvalle afin d’y mener l’enquête qui lui avait été demandée par son seigneur lige Orik.

Les mercenaires Vand’rills, Karnos et Soulimane, sont remerciés pour leurs services. Hua Shan, pour sa part, sera remercié à la hauteur de son acte de bravoure, sa majesté lui accordant une distinction honorifique particulière pour avoir sauvé un seigneur de Brand. Pour le reste, une enquête judicaire devra être menée, le roi Dwerun va envoyer ses intendants de justice ; le seigneur Raéro et dame Borgia devront alors témoigner plus en détail de cette affaire…

Personnages importants :

Dwerun « Couronne d’Eriador » : Roi actuel des Nains de Brands. Étant donné les événements récents et la guerre qui sévit au Sud, sa majesté ne semble pas particulièrement magnanime. La situation est délicate et l’alliance qui le lie à la couronne Hildane de Baram ne tient désormais plus qu’à un fil. Le roi Dwerun s’efforce de rester juste mais se montre à la fois ferme et intransigeant sur ses décisions.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Mer 6 Juil 2016 - 10:25

Chapitre 10 : Retour au repaire des brigands.

Nos amis quittent la forteresse de Nuthungard, escortés par quelques Pavois d’Eriador et des intendants de justice royaux. Le groupe rejoint le domaine de Raéro où ils vont pouvoir se préparer avant de se mettre au service de Torek « Crin d’acier » dans la vallée de Nosvalle.

Une fois sur place, le seigneur Raéro et Dame Borgia sont bien occupés avec les intendants de justice qui mènent l’enquête sur le domaine. Hua Shan, Karnos et Eowen décident donc de vaquer à leurs occupations. Eowen en profite pour donner un coup de main à Soulimane qui prépare quelques décoctions pour la suite de leurs aventures. Karnos se propose d’aller chercher des plantes et diverses herbes pour offrir les composants nécessaires aux potions de ses compagnons. Au passage, il n’hésite pas à se confectionner trois lances de bois qui lui seront certainement utiles pour la suite.

Hua Shan, de son côté, utilise son temps libre pour retourner au temple Solaire. Il se souvient avoir laissé un auroc de puissance en expertise ; un cristal verdâtre trouvé lors qu’une quête précédente dans la grotte des Lévraks. Le mage s’entretient longuement avec l’expert de Terrä. Ce dernier explique que l’auroc aspire les âmes environnantes des défunts grâce à un enchantement primaire complexe.

L’auroc est si imprégné par l’enchantement de base qu’il ne pourrait être désenchanté. Malheureusement, la magie qu’il émet reste proche de l’arcane de Nécromancie et l’expert n’hésite pas à mettre Hua Shan en garde contre les effets néfastes d’un tel artéfact. Il reste toutefois la possibilité de détruire le cristal en question, sans trop de difficulté. Cependant, il semblerait que le Cosmo Margnar préfère récupérer l’auroc pour le compte de l’académie de Thamasa afin qu’il soit étudié de façon plus approfondie…

De retour au manoir de Raéro et après avoir pris un repos bien mérité, nos trois amis décident d’assurer la sécurité de la forêt proche jusqu’au repaire des bandits, avant de partir pour Nosvalle. En effet, il reste beaucoup de pièges laissés là par les malandrins et des bandits sont peut-être encore en garnison dans leur masure…

Un apprenti Pavois nommé Baradin se propose d’assister le groupe pour cette mission. Ensemble, ils partent en direction du repaire des bandits en s’assurant de bien désarmer les pièges environnants. Hua Shan, aidé par Eowen et ses yeux d’elfes et Karnos, très à l’aise en milieu forestier, n’a aucun mal à se débarrasser des embuches présentes. Nos amis rejoignent, en fin d’après-midi, la masure des  voleurs. A première vue, le lieu semble plutôt désertique ; les malandrins ont dû quitter les lieux rapidement après le sauvetage de Raéro…

Tout à coup, une flèche est tirée d’une des fenêtres de l’étage et nos amis se mettent rapidement à couvert. Eowen décide de faire le tour de la bâtisse afin de prendre les bandits à revers. Karnos lui emboîte le pas alors que Hua Shan incante un bouclier de protection sur l’Elfe. Baradin reste en retrait et assure la défense des lieux au cas où des Traqueurs seraient encore présents dans les environs…

Eowen arrive au nord de la masure et tente une entrée par l’étage. Il est rapidement pris à partie par un Traqueur qui l’assaille de flèche. Protégé par le bouclier magique de Hua Shan et couvert par Karnos qui lance ses javelots de bois avec une grande précision, Eowen se fraye un chemin par l’une des fenêtres de la bâtisse. Il engage le combat avec le Traqueur qui se défend avec brio.
Karnos, d’un bond habile, atteint facilement l’étage et tente de donner un coup de main à son compagnon. Le Traqueur se sent rapidement en danger. D’un coup de pied habile, le Nain frappe Karnos à la poitrine et le fait basculer par-delà l’encadrement de la fenêtre. Le Cernunnar tombe lourdement au sol mais, malgré sa mauvaise chute, il se relève rapidement, oubliant sa douleur, et remonte très vite à l’étage.

Eowen se livre à un combat difficile mais profite de l’intervention de Karnos pour faire chuter le nain. Le Traqueur est très habile et ne se laisse par avoir par les frappes agiles de l’Elfe. Les deux adversaires se blessent mutuellement. Toutefois, le nain ne semble pas avoir l’avantage dans ce combat, au contraire, son épaule saigne abondamment, touchée précédemment par la lance de bois de Karnos…

Le Traqueur commence à reculer dans la bâtisse, Karnos apparaît à nouveau sur le rebord de la fenêtre et incante un sortilège d’enchevêtrement. Le Cernnunar, meurtri par sa chute, ne réussit pas à contrôler son sortilège qui commence à dériver de façon improbable dans la pièce. Le nain en profite pour faire volte-face et fuit en dévalant les escaliers quatre à quatre. Malheureusement pour lui, l’une des marches craque dans un fracas intense et il s’effondre dans sa descente. Eowen et Karnos restent bloqués un moment mais se mettent rapidement à la poursuite du Traqueur qui se relève tant bien que mal. Au rez-de-chaussée, le nain fonce en direction de la porte principale avec nos deux amis sur ses talons…

Pendant ce temps-là, Hua Shan lance ses puissants éclairs sur le bandit qui tire des flèches par la fenêtre sud. Déterminé à en finir rapidement, le Cosmo Magnar prépare son plus puissant sortilège en canalisant les forces de Meïlir dans ses deux mains. Le choc est tel que Hua Shan est propulsé à plusieurs mètres en arrière et manque de se blesser grièvement. Heurté dans son estime par cet échec, le mage est bien décidé à se rattraper. Il fait appel aux pouvoirs d’occultisme de Malaki et lance deux éclairs d’osmose à travers l’encadrement de la fenêtre. Le bandit s’effondre rapidement, vidé intégralement de son essence magique sous les assauts répétés du Cosmo Magnar.

Hua Shan se dépêche alors de regagner la porte principale afin de venir en aide à ses camarades qui semblent lutter à l’intérieur de la masure. A ce moment-là, le mage se retrouve nez-à-nez avec le Traqueur en fuite. Le Cosmo Magnar, aussi surpris que le nain lui faisant face, lance deux séries d’éclairs tonitruants, à bout portant. Le choc projette le Traqueur à travers la pièce, le laissant s’écraser lourdement contre le rare mobilier encore présent.

Eowen se dépêche de rejoindre le nain heurté de plein fouet par les éclairs du mage. Il commence à tenter de le soigner afin que le gredin soit suffisamment conscient pour être interrogé. Karnos, quant à lui, se lance à l’étage, côté sud. Le second bandit laissé inerte par Hua Shan tout à l’heure est en train de reprendre ses esprits. Le Cernnunar le charge de toute sa force et le percute violemment de ses bois en pleine poitrine. Le malheureux nain traverse la fenêtre et vient s’écrouler en contrebas à l’extérieur, éjecté de la masure.

Baradin, l’apprenti Pavois ligote rapidement le malandrin pendant qu’Eowen et Hua Shan s’occupent du Traqueur dans la bâtisse. Au fond de la pièce, dans une cellule, nos amis aperçoivent le corps de Rimbul, son corps percé de plusieurs carreaux… Une idée vient à l’elfe : les deux prisonniers qu’ils ont fait pourraient très bien porter le corps de Rimbul jusqu’au manoir Raéro en guise de châtiment. Le groupe se met alors en marche accompagné par les deux brigands, passablement affaiblis, qui portent Rimbul sur une civière de fortune…

Tout au long du chemin de retour, les deux crapules ne cessent de se plaindre et d’injurier nos camarades.  Ces derniers tentent bien de leur soutirer quelques informations mais seul le Traqueur semble au courant de l’essentiel et n’est pas vraiment enclin à parler, même sous la contrainte. Au fur et à mesure, le chasseur nain, conscient de sa défaite cuisante et de sa déroute prochaine commence vouloir négocier sa liberté.

Malheureusement, la discussion s’envenime vite. D’ailleurs, l’un des brigands en profite pour râler de plus belle et tenter de frapper Eowen. Le traqueur tire parti de la situation et essaie même de s’évader à la faveur des arbres mais il est bien vite rattraper par les sortilèges de Hua Shan qui le stoppent net dans son élan. Karnos s’occupe d’assommer le brigand récalcitrant et ils finissent tous par reprendre le chemin du manoir…

A quelques pas seulement de l’entrée, un objet dissimulé sous la tunique de Hua Sha se met à briller étrangement : il s’agit là de l’auroc de puissance que le mage cosmique avait fait expertiser. Les émanations éthérées qui s’en échappent interpellent profondément nos amis. Hua Shan est quelque peu décontenancé et cherche à comprendre les raisons de l’activation du cristal. Eowen, trop accoutumé aux cristaux de puissance dans sa forêt d’origine, semble vouloir rapidement réduire à néant la chose.

C’est alors que le Cosmo Magnar plonge ses yeux dans l’auroc verdâtre, certainement afin de contrôler sa résonance, mais les pupilles du mage commencent à briller dangereusement à l’unisson avec le cristal. Karnos et Eowen réagissent rapidement en ôtant l’auroc de puissance des mains du mage et commencent à jeter ce qui leur tombe sous la main sur l’artéfact nuisible. Même Baradin recouvre l’objet de son bouclier. Malheureusement, il en faut plus pour réduire la résonance du cristal. Karnos, toujours lucide, incante un sortilège de bouclier de flore et rapidement, un monticule d’écorce vient envelopper l’objet néfaste coupant, de fait, ses émanations magiques…

Hua Shan reprend peu à peu ses esprits et commence à expliquer, sous le regard interrogateur de son assistance, les informations relatives à l’expertise de l’artéfact en question. Une fois la résonance du cristal tarie, le mage s’empresse prudemment de vérifier l’état de l’objet. Selon lui, l’auroc de puissance vient d’aspirer deux âmes errantes qui devaient se trouver à proximité : celle de Rimbul et celle du Traqueur, qui a dû trépasser sous peu suite à la dernière altercation, et dont les corps gisent non loin du groupe.

La mission que le groupe s’était fixée est un succès et même si l’un des brigands est mort en cours de route, l’autre sera livré aux autorités et interrogé sur ses méfaits. Reste maintenant à s’occuper de ce fameux cristal de puissance, récupéré par Hua Shan, qui semble aspirer les âmes errantes comme l’avait indiqué l’expert de Terrä. Nos amis sont fin prêts pour leur voyage à Nosvalle mais peut-être devront-ils régler la question de l’auroc aux pouvoirs éthérés qui pourrait menacer désormais la sécurité du groupe…

Personnage important :

Baradin :
Apprenti Pavois d’Eriador, mis à disposition au manoir de Raéro. Fidèle et loyal, il n’hésite pas à prêter main forte dès qu’il le peut. Cependant, il semble encore peu réactif et agit peu de son propre chef, certainement trop habitué à recevoir un ordre direct avant d’entreprendre quelque chose.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Mer 14 Sep 2016 - 13:57

Chapitre 11 : les Cocatrices de Caraneg.

Après avoir pris du repos au manoir Raéro, nos amis décident de préparer leur départ pour Nosvalle. Soulimane le Felnar et Eowen l’Elfe de la Nuit, les rejoindront plus tard, étant pour l’instant occupés sur le domaine… Karnos, le Cernnunar, est inquiet à propos du cristal de puissance éthéré récupéré par Hua Shan, et exprime de sérieuses réserves quant à son utilisation.

Le Magus de Thamasa prend en considération les inquiétudes de son compagnon. Il va d’ailleurs faire appel aux visions d’Azël pour être guidé pour la suite des événements. Enfin, tous deux reconnaissent que l’artéfact ne peut agir sans contrôle. Ils doivent impérativement trouver un moyen de contenir sa résonance magique.

Dans un premier temps, Hua Shan souhaite libérer l’une des âmes présente, celle du traqueur nain. Dans un second temps, nos amis comptent obtenir un coffre enchanté ou suffisamment épais pour bloquer la résonance de l’auroc et ainsi être protégé de son pouvoir malfaisant…

Nos amis rejoignent la forêt afin de trouver un endroit pour libérer l’âme du traqueur, à l’abri des regards indiscrets. C’est alors que Karnos ressent une certaine animosité ambiante sans toutefois savoir pourquoi. Tel une proie, le Cernnunar se sent stressé et particulièrement aux aguets. C’est comme si les prédateurs alentours devenaient plus agressifs et plus sanguinaires que jamais.

Hua Shan, de son côté, ne semble pas perturbé. Au contraire, il se concentre en plongeant ses yeux dans l’auroc éthéré sous le regard inquiet de Karnos. Soudain, une âme spectrale semble expulsée du cristal tel un nuage évanescent. Très rapidement, l’apparition s’en retourne dans le plan éthéré, et le Cosmo Magnar finit par ne plus ressentir de présence autour de lui, sans avoir vraiment pu réellement apaiser l’âme en question…

Le groupe, pas tout à fait satisfait des résultats de leur besogne, décident de prendre la direction de la ville de Maliria. Là-bas, ils se font forger un petit coffre boisé cerclé d’acier sur lequel vont venir se fixer de solides et épaisses plaques de plomb. Le cristal de puissance éthéré, dans lequel se trouve toujours une âme, celle de Rimbul, est alors placée à l’intérieur du coffre, les plaques de plomb empêchant la diffusion de la résonance magique. Pour plus de précaution, Hua Shan pratique un rituel astral afin de faire passer le coffre dans un plan où sa résonnance ne saurait agir en Terrä…

A présent que la potentielle menace, représentée par l’auroc de puissance, semble écartée, il est désormais temps pour nos amis de prendre la route de Nosvalle et de se mettre au service du seigneur banneret Torek. Les deux Vand’rills prennent alors la route dès l’aurore. Ils choisissent la route la plus longue, passant par la plaine et les grands axes.
C’est ainsi qu’ils atteignent le village de Caraneg sous la tutelle d’un petit seigneur portant le même nom. Ne souhaitant pas faire la route de nuit, nos amis préfèrent rester dormir ici et pensent rejoindre Nosvalle le lendemain ; la cité de Torek n’est désormais plus très loin de toute façon.

Dans la petite auberge du village, les deux Vand’rills ne passent inaperçus. Malheureusement, quelques regards suspicieux se manifestent déjà. Le patron, lui, semble pourtant plutôt agréable et tient à rassurer nos amis ; après tout, les nains de Nosvalle ne sont pas bien habitués à voir des étrangers. Rien de grave selon le tavernier. Pourtant, un groupe de badauds au regard inquisiteur s’attarde longuement sur nos camarades, comme s’ils allaient fondre sur eux pour en découdre au moindre faux pas.

Hua Shan et Karnos décident de ne pas faire de vague même s’ils sont largement en mesure de donner une bonne correction à ces vauriens. Les deux Vand’rills continuent tranquillement leur repas sans faire d’esbroufes. Dans la taverne, les nains entonnent des chants liés et rendent hommage à l’équipe de nuit de mineurs qui s’en va dans les profondeurs de la montagne. C’est alors qu’Hua Shan décide de jouer un morceau sur l’estrade, choisissant judicieusement ses mots pour plaire à son auditoire. La chose à l’air de plaire, les nains se servent de plus belle, bien contents qu’un étranger chante leurs louanges.

Après quelques minutes, un nain jeune assez large, les cheveux hirsutes, se risque à s’approcher de la table des deux Vand’rills après les avoir longuement observés. Nos amis accueillent le courtaud à la mine basse mais désireux de communiquer. Apparemment, le nain se nomme Byor et semble tremper dans une affaire dont il ne paraît pas spécialement fier : sa sœur et lui ont eu la bonne idée d’apprivoiser des Cocatrices, créatures chimériques volantes semblables à des oiseaux massifs à la tête de coq, aux ailes de chauves-souris, au corps reptilien et à la queue de serpent.

Les Cocatrices sont des créatures intelligentes, non agressives dans l’absolu mais pourtant terriblement dangereuses, capables de pétrifier n’importe qui d’un seul regard. Tous semblait se passait comme dans le meilleur des mondes ; les Cocatrices étaient nourris en échanges d’offrandes diverses d’essences et de sels élémentaires, mais aussi quelques plumes rares magnifiques et donc onéreuses.

Toutefois, récemment, les créatures se sont montrées particulièrement agressives, ne laissant personne les approcher de près ou de loin, sans raisons apparentes. Aussi, un ami de Byor, un certain Gan, a eu la mauvaise idée de voler un œuf du couple de Cocatrices afin d’élever l’oisillon de son côté, en toute tranquillité, et ainsi profiter de ses bienfaits. Le pauvre nain a été retrouvé le lendemain, pétrifié dans son jardin…

Evidemment, Byor ne souhaite pas avertir les autorités craignant le courroux de son seigneur. De plus, il espère que nos amis, eux-mêmes Vand’rills, auront la capacité de régler l’affaire et de rendre l’œuf sans risquer de représailles. Devant la bonne volonté du nain, qui ne cherche qu’à rendre de fameux oeuf et à sauver son compagnon, nos amis acceptent d’apporter leur aide et suivent Byor chez son ami Gan…

Ce dernier est effectivement pétrifié de la tête au pied, il faudra pratiquer un rituel de purification complet pour espérer le guérir. De plus, l’œuf de Cocatrice est introuvable ; nos amis vont devoir soigner Gan s’ils espèrent savoir où il a caché l’œuf. Malheureusement, il va être difficile de pratiquer le rituel sans certains composants, notamment des substances appartenant au Cocatrices responsables du sortilège.

Le soir venu, nos amis partent en direction des chemins de montagne, guidés par Byor. Les Cocatrices ont, à priori, aménagé leur nid dans une grotte présente sur un plateau large, encaissé dans la montagne. Une fois arrivé sur place, le groupe aperçoit le plateau  bordé de falaises abruptes. Byor indique du doigt la direction de la grotte mais il reste parfaitement hostile à l’idée d’aller plus en avant, craignant une mauvaise réaction des Cocatrices…

Hua Shan et Karnos s’avancent alors seuls sur le plateau, laissant Byor à l’entrée de la zone qui forme d’ailleurs la seule issue praticable. Karnos utilise ses sortilèges afin de rentrer en communication avec le couple de Cocatrices. Malheureusement, le sort ne semble pas fonctionner, au grand étonnement de son lanceur… Dans l’obscurité, nos amis s’approchent alors de la grotte. Soudain, une forme volante, massive et inquiétante commence à tourner au-dessus d’eux. De plus, à l’entrée du plateau, il semblerait que Byor soit pris à partie par un groupe de nains qui vient d’arriver, ceux-là même croisés plus tôt dans la taverne à la mine patibulaire.

Contre toute attente, le monstre volant fonce en direction des nains bruyants sous le regard médusés des deux Vand’rills. Un imposant Cocatrice s’empare d’un trait, en plein vol, de deux des nains présents. Ces derniers poussent des hurlements de surprise mêlés de terreur. Ils sont alors relâchés à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, en proie à une chute mortelle…

Le monstre fait alors volte-face et revient en force face aux derniers nains encore au sol, dont Byor. Aussitôt, Karnos, n’écoutant que son courage, charge en forme de centaure en direction des nains en panique. Il souhaite protéger Byor dans son élan en le mettant à couvert. Hua Shan, de son côté, se camoufle dans les ombres, se préparant à invoquer une de ses créatures capable de prouesses télékinésiques.

Le Cocatrice est rapide, Karnos parvient à protéger Byor de son corps mais ils sont tous deux emportés dans les airs par le monstre. Le Cernnunar est perforé dans son flanc par les serres puissantes de la bête. Par chance, leur poids conjugués ne permettent pas au Cocatrice un vol très rapide, pourtant l’oiseau chimérique fait tout de même preuve d’une force hors du commun.

Alors que le monstre s’apprête à projeter Karnos et les deux nains contre le flanc de la falaise, le Cernnunar incante un sortilège de métamorphose. La transformation lui suffit à se libérer des serres et à prendre son envol. La chute de Byor est miraculeusement ralentie par Hua Shan et son invocation. Le dernier nain est malheureusement moins chanceux et vient s’écraser lourdement au sol…

Le Cosmo Magnar ne s’est cependant pas rendu compte que la femelle Cocatrice était apparue derrière lui et qu’elle le cherchait dans les ombres. Karnos, craignant pour son compagnon, fonce à vive allure en direction de la femelle, visant ses yeux. Au moment où son regard plonge dans celui de la créature, Karnos sent son corps entier s’engourdir dangereusement. S’il ne résiste pas au sortilège de pétrification, c’est la mort assurée…

Karnos se reprend, serrant les dents, et arrive à supporter le sort mais son atterrissage semble plus que difficile. Hua Shan intervient, il fait appel aux pouvoirs de Meïlir afin de générer deux éclairs en direction de la grotte, espérant faire diversion. Le subterfuge fonctionne à merveille ; les créatures, craignant pour leur progéniture, se lancent rapidement dans la grotte. Karnos se relève et prend la fuite, Hua Shan sur ses talons intimant à son invocation de s’occuper de Byor encore inconscient…

Une fois en sécurité, nos amis font le point sur la situation. Byor et Karnos sont vraiment passés à deux doigts de la mort et vont devoir se soigner rapidement. Les Cocatrices étaient visiblement pris d’une fureur extrême, les rendant à la fois plus violents et plus forts. Il semblait impossible de les raisonner… Heureusement, Hua Shan a réussi à récupérer quelques ingrédients sur place, notamment de magnifiques plumes de Cocatrice qui vont pouvoir servir au rituel.

Le groupe regagne le village de Caraneg et la maison de Gan. Hua Shan peut alors commencer le rituel de purification pendant que Karnos panse ses blessures et prend un peu de repos. Petit à petit, le sortilège de pétrification laisse place à une mince couche de sable fin autour du corps de Gan qui finit par reprendre ses esprits et qui raconte ce qui lui est arrivé. L’œuf est enfin récupéré, Gan l’avait minutieusement caché dans sa maison, au fond d’un grand coffre rempli de couvertures. Nos amis espèrent que le fait de présenter l’œuf intact mettra les Cocatrices dans de meilleures dispositions…

Le lendemain, le groupe reprend alors le chemin du plateau, de jour cette fois-ci. Etrangement, une fois arrivés sur place, nos amis ne ressentent pas la même tension que la veille, l’atmosphère ne semble pas aussi agressive qu’hier. Karnos arrive à communiquer avec les Cocatrices ; le mâle sort de la grotte et marche en direction des deux Vand’rills. Si la créature reste imposante et méfiante, elle n’est pas moins dépourvue de cette hostilité malfaisante qu’elle a manifestée la veille…

Karnos présente respectueusement l’œuf qu’il dépose avec humilité et sans animosité. Le mâle s’avance, soufflant et pestant après nos amis. Il finit par prendre l’œuf et retourner vers la grotte où l’attend sa femelle, sans demander son reste. Peu de temps après, tous deux prennent leur envol et partent en direction des montagnes de Brand au Nord-Est…

Nos amis font le point avec Byor et Gan et se décident afin à partir après en avoir terminé avec cette affaire. Les deux Vand’rills sont toutefois passablement affectés par ce qui vient de se passer et qui semble faire écho à l’animosité des prédateurs qu’avait déjà ressenti Karnos ces jours-ci. Même Hua Shan paraît plus nerveux que d’habitude maintenant qu’il y prête attention.

Les deux compagnons reprennent la route après avoir été remerciés par les nains. Ils arrivent à destination devant la grande citée de Nosvalle. Taillée à flanc de montagne, la ville se divise en plusieurs étages. Un vieux mais non moins imposant château trône au sommet de la cité, surplombant le reste de la vallée. Dans l’enceinte de la ville, fiers de leur distinction royale, les Vand’rills sont accueillis avec humilité par les gardes de la cité et guidés directement au château du seigneur Torek. Ils patientent alors quelques temps dans une salle jusqu’à ce que le banneret fasse son apparition.

Comme à son habitude, Torek « Crin d’acier » arbore un regard à la fois sérieux et noble. Il accueille nos amis assez sobrement avec son franc-parler habituel après avoir pris connaissance de la lettre d’Orik, donnée par Karnos. Les deux Vand’rills sont désormais au service du seigneur Torek et ils ne seront pas de trop étant donné la situation délicate dans laquelle se trouve la vallée de Nosvalle. Le banneret s’entretient d’ailleurs longuement à propos des quelques soucis alentours, de l’affaire des convois détournés et des brigands.

Il est certain que nos amis auront forts à faire ici. Ils devront se faire bien voir de « Crin d’acier » pour pouvoir entrer dans ses bonnes grâces, mais pour cela ils devront réussir les missions qui leur seront assignées…

Personnage important :

Byor : Jeune nain de Caraneg qui a demandé de l’aide à nos amis suite à une mésaventure avec un couple de Cocatrices. Après avoir reçu l’aide du groupe, Byor se sent fortement redevable envers Karnos et Hua Shan.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Lun 24 Oct 2016 - 12:46

Chapitre 12 : L’escorte de Wulfur.


Nos amis sont rejoins par Soulimane et Eowen et tous passent désormais au service du seigneur Torek « Crin d’acier » qui leur donne pour mission d’escorter son intendant, collecteur d’un impôt exceptionnel pour la guerre qui sévit loin dans le Sud. Torek ne paraît pas vraiment défendre ce nouvel impôt mais il n’a pas le choix, il s’agit là d’une décision royale qui permettra, entres autres, de réunir des fonds pour aider les Nains de Kuründ.

Cette mission ne va pas être facile, « Crin d’acier » leur avoue sans détours qu’ils ne seront pas les bienvenus, surtout chez certains seigneurs qui risquent d’avoir bien du mal à recueillir le dit impôt. Torek présente au groupe Wulfur, son intendant, accompagné de deux manteaux noirs, des guerriers d’élites de Nosvalle : Rollünd et Hodrig.

Leur objectif est de s’assurer de la sécurité de l’intendant et du convoi, ainsi que le l’assister dans ses démarches auprès des seigneurs locaux. Ainsi, ils doivent collecter l’impôt dans les quatre domaines qui jouxtent la cité de Nosvalle, chez les vassaux de Torek. Le voyage ne devrait pas très long entre chaque village et ils pourront d’ailleurs passer la nuit sur place ; des chambres leurs sont déjà réservées. Ils éviteront ainsi de voyager de nuit.

Le groupe est prêt pour le départ, Karnos vérifie la diligence et l’attelage en attendant le cocher qui tarde à venir. La compagnie part alors en direction du domaine de Grindol qui se trouve à flanc de montagne au Sud-Est de leur position. La route semble plutôt calme bien que le temps soit morose et que les averses soient régulières.

Contre toute attente, Eowen et le cocher sont frappés de larges morceaux de pierre lancés à leur encontre. Le groupe est attaqué par des Golems étonnamment violents ; ces derniers s’en prennent à la carriole à l’aide de véritables rochers. Le véhicule est durement impacté alors que Soulimane et Karnos tentent de calmer les ardeurs des grandes créatures. Néanmoins, seul Eowen arrive à communiquer avec eux en utilisant un dialecte chimérique proche du leur.

Apparemment, ces Golems viennent du Sud ; ils se sont sentis chassés par les Hildans et les  Nelwens qui s’octroient toujours plus de territoire dans la montagne afin d’en déterrer quelques richesses. De plus, un grondement qui fait trembler la terre se fait entendre et plusieurs créatures sont devenues agressives. Les Golems perdent confiance, et amputent ces mauvais augures aux Hommes et aux Nains…

Après moult négociations, les créatures de pierres acceptent de laisser passer les nains, sans grande conviction. Nos amis auraient certainement pu les affronter mais les Golems ne sont généralement pas néfastes comme les monstres ; il s’agit certainement d’un fâcheux concours de circonstances.

Après avoir pris un peu de distance, le convoi s’arrête. Kanors tient à vérifier les dégâts. Bienheureusement, ils ne sont heureusement pas trop graves et n’empêcheront pas la carriole de rouler. L’escorte en profite alors pour casser la graine alors que Wulfur se plaint encore de l’attitude intolérable des Golems à leur encontre. L’intendant compte bien en parler aux seigneurs locaux dès que possible, et trouve la réaction de ces créatures plus que disproportionnée.


Hua shan en profite pour sonder le groupe de nains et utilise son sens des auras afin de détecter si quelques malveillances se cachent dans leur cœur. Apparemment, il n’en est rien, certes ces nains ne sont ni des saints ni des enfants de cœur mais une certaine bonté domine chez eux.

Le groupe arrive enfin au domaine de Grindol. La diligence ne passe pas inaperçu et déjà l’ambiance se fait plus pesante. Les paysans, les mineurs, le peuple en général,  ont l’air maussade et paraissent fatigués. De son côté, l’intendant s’occupe de confirmer leur arrivée à l’auberge et de prendre rendez-vous avec le seigneur des lieux.

Hua Shan, quant à lui, s’en va glaner quelques infos chez les manteaux noirs en compagnie de Rollünd pendant qu’Eowen fait le tour de la bourgade pour prendre la température et remarquera, à ce titre, qu’il ne passe pas vraiment inaperçu. De leur côté, Soulimane et Karnos vont se désaltérer avec une bonne cervoise fraîche à la taverne en compagnie de Hodrig, et vont le questionner sur la vallée de Nosvalle.

Au bout d’un certain temps, des mineurs et autres badauds se regroupent petit à petit autour de la diligence de l’intendant. Ce groupe devient, en peu de temp,s une petite foule de quelques dizaines de personnes à l’air mécontent. Devant cela, Hua Shan, de retour à la taverne, accompagné de Rollünd, monte sur une caisse en bois pour prendre un peu de hauteur et s’adresse à la populace qui commence à s’échauffer.

Les manteaux noirs jouissent d’une bonne réputation dans la vallée, Hua Shan le sait et profite de la présence de Rollünd pour commencer un discours. Le Felnar choisit bien ses mots et reste diplomate afin de canaliser les ardeurs des mineurs. Si quelques jurons et autres réprimandes peuvent s’entendre, le discours du Felnar semble avoir un impact plutôt positif dans l’ensemble et rapidement, la foule se disperse…

Nos amis se regroupent et partent en direction de la trésorerie, un bâtiment administratif pas bien grand mais solide, aux murs épais. Ils y rencontrent le seigneur Grindol, peu content de les voir récupérer les deniers de son domaine. Aigri et fatigué, le seigneur se montre volontairement amer avec l’intendant et son escorte en demandant à ce qu’une demi-douzaine d’hommes lui soit assignée pour assurer la sécurité de son domaine et éviter les émeutes.

L’intendant Wulfur règle la paperasse alors que la cassette contenant l’impôt est entreposée dans le coffre principal de la trésorerie. Le soir venu, après le repas, c’est Soulimane et Hodrig qui vont se relayer pour assurer la sécurité du coffre fort. Eowen préfère se coucher tôt ce soir pour économiser ses forces et veille à panser ses contusions. Karnos choisit de rester proche de l’intendant qui commence à s’adonner à des jeux d’argent dans la taverne pendant que Hua Shan joue un peu de musique pour égayer la salle.

Les deux Vand’rills se rendent rapidement compte que l’intendant joue beaucoup, plus que de raison. Ce dernier finit même par perdre l’intégralité de sa bourse et se résout même à mettre une belle bague en gage qu’il finit aussi par dépenser. Wulfur s’énerve d’ailleurs contre Karnos et Hua Shan qui tentent de le raisonner, les envoyant balader et leur interdisant la table. Penaud et probablement peu fier de lui, l’intendant finit par monter se coucher…

La nuit se passe sans encombres. Soulimane et Hodrig, qui protègent le coffre, n’ont pas à sortir leurs armes ce soir là. Le lendemain, nos amis reprennent la route après avoir fait leur paquetage. Karnos rafistole la diligence et les quelques mauvais coups qu’elle avait essuyés la veille contre les Golems. Alors que le groupe est sur le départ, tous, sauf les nains visiblement, entendent un incroyable rugissement tonitruant qui fend l’air et la montagne à travers la vallée de Nosvalle…

Le hurlement agit comme une sorte d’appel primal pour les Vand’rills ; les Felnars se sentent galvanisés alors que Karnos se montre plus craintif et plus alerte. Bienheureusement, aucun ne se laisse envahir par l’influence du rugissement, mais il est désormais clair que quelque chose s’est réveillée au plus profond de la vallée…

Personnages importants :

Wulfur : Intendant du seigneur banneret Torek. C’est lui qui doit collecter l’impôt dans la vallée. Il paraît parfaitement conscient de la situation et de la difficulté que relève actuellement sa mission. Cela dit, il semble avoir un sérieux penchant pour les jeux d’argent dans lesquels il engloutit une petite fortune.

Rollünd : Manteau noir de Nosvalle. Il est un rude et âpre guerrier qui connait bien la vallée et ses créatures. Il semble se rapprocher un peu de Hua Shan et lui a d’ailleurs présenté une antenne de sa confrérie à Grindol.

Hodrig : Manteau noir de Nosvalle, lui aussi. Solide et volontaire, il connaît la vallée comme sa poche et n’hésite pas à prodiguer des conseils au groupe pour peu qu’on lui demande. En général, il n’est pas spécialement loquace sauf autour d’un bon verre.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Mer 14 Déc 2016 - 17:20

Chapitre 13 : Le domaine d’Hodrin.

Le groupe fait route en direction du domaine d’Hodrin. Soulimane décide de rester à l’intérieur de la caravane avec Wulfur et les Manteaux noirs pour le reste du voyage. Leur tranquillité est mise à l’épreuve lorsque un groupe d’Orcs sales sortent des fourrées avoisinantes en lançant leurs haches et en hurlant à plein poumons. Surpris, Hua Shan est blessé à l’épaule alors que Karnos reçoit un carreau d’arbalète dans la cuisse. La riposte ne se fait pas attendre : Eowen décoche ses flèches assassines, Karnos chargent de toute sa hauteur et le Cosmo Magnar fait pleuvoir les éclairs.
Devant une telle démonstration de puissance, les rares Orcs rescapés détalent rapidement en direction de la forêt…

La caravane reprend sa route dans la vallée sous la pâle lueur d’un soleil hivernal. Le groupe arrive au domaine du seigneur Hodrin. L’ambiance y est particulièrement morose et les visages sont tirés. De tristes mines pour de tristes nains visiblement… Comme d’habitude, Wulfur s’affaire à réserver leurs places à l’auberge et envoie un messager quérir le seigneur des lieux.

Nos amis ont quartier libre pendant que Wulfur met les choses en place. Tous vont prendre la température et glaner des infos par-ci par-là dans le village. Ils décident de prendre un bon repas dans une taverne voisine. Ils en profitent pour se faire plaisir et s’offrir un repas plutôt conséquent, d’ailleurs, l’Elfe Eowen fait particulièrement honneur aux alcools locaux. Le tavernier les prend apparemment pour des hommes du seigneur voisin, un dénommé Durmark, étant donné leur facilité à sortir les pièces de leur bourses. Cela attire les convives alcoolisées, notamment des mineurs appauvris et largement éméchés qui voient là un bon moyen de se faire payer tournée sur tournée.

L’alcool n’aidant pas, les esprits s’échauffent et l’un des mineurs manquent de fracasser sa chope sur la tête d’Eowen qui n’en demandait pas tant. Soulimane et Karnos tentent de temporiser pendant que Hua Shan incante un sort d’illusion pour détourner l’attention des mineurs alcoolisés. Le groupe préfère sortir rapidement pour éviter une éventuelle bagarre de taverne qui semblait s’engager. Dehors, Eowen est dessoûlé la tête la première dans les auges à chevaux les plus proches, au grand rire des badauds qui passaient par-là…

Le groupe rejoint l’intendant et ses hommes. Wulfur renvoie un messager au seigneur, qui tarde visiblement à venir. Soulimane et Karnos sont envoyés pour aller voir si le seigneur est disponible à la trésorerie. Sur place, de nombreuses personnes s’affairent. Visiblement, rien n’est prêt… Paperasses et sacs de toiles diverses jonchent le sol et les tables.

Le seigneur Hodrin finit tout de même par les recevoir dans la hâte et explique qu’il n’est pas encore en mesure de payer la dite taxe. Le seigneur, d’âge mur, paraît stressé, anxieux et plutôt abattu. Il semble même avoir mis en gage plusieurs possessions de son propre domaine au vue des contrats d’hypothèques qui sont visibles ça et là…

Wulfur et ses hommes arrivent, l’intendant cherche bien à se montrer compréhensif dans les mots, pourtant il reste parfaitement intransigeant quant à sa mission. L’impôt doit être prélevé et sera prélevé. Hodrin demande tristement d’obtenir un délai ; cet après-midi doit se sceller une vente de possession minière à un seigneur voisin, Durmark. Hodrin voulait clairement éviter d’en arriver là, mais il semble que Wulfur est bien décidé à ne pas prendre de retard dans sa récolte de taxe.

Pendant que les Nains s’affairent à leurs paperasses nos amis vont continuer de glaner quelques infos et se détendre un moment ; Hua Shan joue aux cartes avec de vieux bougres, alors que Karnos s’essaye aux fléchettes. Eowen reste à l’extérieur pour observer les mouvements. Le tavernier de l’auberge accepte de causer quelque peu. A priori, les seigneurs Durmark et Hodrin ne s’apprécient pas trop. Hodrin reproche à son jeune homologue de ne pas tenir compte des actes, toujours en cours, qu’il avait passés avec le père de Durmark. Ces contrats liaient les deux domaines dans un certain respect des terres de chacun et assuraient l’amitié entre les deux seigneurs. La chose est clairement en train de péricliter d’autant que le jeune Durmark s’apprête à racheter une mine à Hodrin.

Contre toute attente, l’intendant Wulfur entre dans l’auberge, accompagné d’un seigneur Nain. D’après sa description, il s’agit de Durmark en personne. L’aubergiste les fait passer dans une pièce privée. Hua Shan ne tarde pas à se métamorphoser et à utiliser ses sortilèges cosmiques afin d’épier leur entrevue. Étonnamment, le Felnar apprend que le seigneur Durmark s’est montré particulièrement généreux ; il a même offert un don pour combler le déficit du seigneur Hodrin en plus du rachat de la mine. Malgré leurs différents, Durmark compte bien aider son homologue. En sortant de l’auberge, il offre même un repas chaud à un pauvre mendiant…

Wulfur, bien content d’avoir finalisé ses contrats en bonne et due forme, décide de prendre un peu de repos à la taverne. Aussi, comme la sécurité de la cassette contenant la taxe est sous la protection du seigneur local ce soir, nos amis peuvent avoir carte blanche. Le groupe choisit de partir en direction du manoir d’Hodrin afin d’en apprendre plus sur la situation et laisse l’intendant Wulfur à ses jeux d’argent…

Arrivé sur place, le groupe demande audience humblement. Le majordome accepte de les faire entrer après quelques réticences ; d’après lui, le seigneur Hodrin est affaibli et ne souhaite pas voir du monde. Nos amis arrivent quand même à négocier leur entrée et le seigneur du domaine finit par les recevoir. Hodrin continue de boire régulièrement une potion sensée combattre son anxiété mais plusieurs sont d’avis que cette mixture à l’air plus néfaste qu’autre chose…Hua Shan en profite d’ailleurs pour subtiliser habilement l’un des flacons du seigneur.

Durant l’entretien, le groupe apprend que le seigneur Durmark ne respecte effectivement plus les accords que son père a passé avec Hodrin, ce qui corrobore les informations données par le tavernier précédemment. Ainsi, de fait, leurs deux domaines sont désormais en conflit permanent. Cependant, le seigneur Durmark semble se distinguer et s’offre la part belle de cette mésentente, au grand dam du seigneur Hodrin.

Une fois l’entrevue terminée, le groupe prend congé du seigneur Hodrin. A l’extérieur, Soulimane s’emploie à humer les senteurs du flacon mais, manque de chance, la potion lui glisse et mains et vient se briser au sol. Hua Shan se débrouille, en utilisant ses sortilèges de Malaki, pour pénétrer dans la demeure d’Hodrin afin de voler, une fois de plus, un des flacons contenant le médicament du vieux nain. L’objectif est de pouvoir l’analyser afin de déterminer si d’autres substances n’ont pas été rajoutées.

Nos amis rendent visite au vieil apothicaire du village, qui fait office de guérisseur de fortune. D’après le majordome d’Hodrin, ce vieux nain serait l’auteur du médicament du seigneur, alors le groupe en profite pour lui acheter un de ses fameux flacons en plus de quelques potions bien utiles. Soulimane pourra tester la potion dès qu’il en aura la possibilité.

Finalement, tous repartent à l’auberge pour une nuit bien méritée. Étonnamment, l’intendant Wulfur semble s’être refait un peu ce soir, comparé à la nuit dernière, toutefois, il continue de jouer plus que de raison et cela continue d’inquiéter nos amis…

Comme la sécurité de la cassette contenant la taxe est toujours assurée par la milice locale, nos amis peuvent alors jouir d’une vraie nuit de sommeil. Dès demain, ils partiront pour le domaine de seigneur Durmark et ils espèrent bien que certaines question laissées en suspend trouveront réponse…

Personnage important :

Le majordome du seigneur Hodrin :
Ce nain, petit et élégant, semble inquiet pour la santé de son seigneur. Il n’est pas d’ailleurs pas vraiment enclin à laisser nos amis déranger Hodrin bien longtemps, même s’il reste toujours courtois dans ses démarches.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 8 Jan 2017 - 13:47

Chapitre 14 : Les Vand’rills rescapés.


Soulimane décide de rester sur le domaine d’Hodrin pour continuer ses recherches sur le fameux médicament contre l’anxiété que prend le seigneur. Il aimerait déterminer si quelques substances n’auraient pas été volontairement rajoutées dans la mixture.

Le reste du groupe continue son périple dans la vallée de Nosvalle. Le prochain domaine est celui du seigneur Durmark ; sur lequel commence à peser de sérieux soupçons. Le temps est clément, pourtant, Hua Shan commence à manifester un agacement et un mécontentement croissant. De son côté, Karnos ressent à nouveau ce sentiment d’alerte et de danger que lui prodigue ses instincts de Cernunnar. Le hurlement primaire, que tous les Vand’rills ont pu entendre ces derniers jours, résonne à nouveau dans leur tête, et se fait, cette fois-ci, plus violent…

Des formes se meuvent dans le bois qui jouxte le sentier dans la vallée, quelque chose les épie depuis déjà un moment. Hua Shan, toujours aussi énervé, rompt le silence et lance ses éclairs à l’aveuglette à travers les larges conifères. La réponse ne se fait pas attendre, une dizaine de Vand’rills sortent en trombe de derrière les arbres. Deux Ursidars, massifs et d’une vélocité incroyable fonce en direction de la diligence en balayant de leur poids Karnos, pétrifié sur place, et Hua Shan abasourdi.

Le groupe de Vand’rills semble parfaitement coordonné, mais certains d’entre eux, notamment les Felnars et les Ursidars, sont visiblement plus solides que d’ordinaire ; dans leurs yeux brille une étrange lueur rougeâtre qu’Eowen ne tarde pas à démasquer. En effet, seul l’elfe semble immunisé aux effets néfastes du hurlement qui déchire la vallée depuis quelques jours. A contrario, les Felnars comme Hua Shan, se sentent galvanisés mais incapables de se contrôler. De leur côté, les Cernunars, comme Karnos, ont tous leurs sens en alerte, mais sont clairement sur la défensive.

Karnos, justement, reprend ses esprits, saisit sa lance et frappe l’ours qui vient de le faire chuter. L’Ursidar est bien blessé, pourtant il ne manifeste aucune souffrance face à la douleur et continue sa charge comme de rien n’était. Hua Shan, en proie à une haine féroce, commence à incanter son sortilège le plus puissant, alors qu’une vague d’énergie insoupçonnée parcours son corps.

Eowen et Karnos ont bien du mal à ralentir l’a charge des deux ours, d’autant que deux Felnars enragés foncent eux-aussi, à toute allure, toutes griffes dehors. Les deux Manteaux Noirs sortent de la carriole et engagent le combat avec les bêtes furieuses. Une étrange forme presqu’invisible s’approche alors de Kanors qui, dans la hâte et en proie à la peur qui saisit ses tripes, frappe de sa lance. La créature apparaît sous les traits d’un Zalard qui éructe avec difficulté et implore Kanors de lui venir en aide.

Visiblement, le Zalard ne semble pas victime du sort qui rend fou les prédateurs. L’homme-lézard explique que certains membres de son groupe sont devenus incontrôlables, mais ne sont pas mauvais de nature ; ils seraient en proie à un mal qui réveille en eux leurs plus bas instincts. Karnos se ravise l’espace d’un instant et applique même un sort de soin sur la créature avant de repartir au combat ; ses amis et les nains sont toujours en danger. La bataille est rude, les Felnars et les Ursidars sont démesurément forts et très résistants.

Contre toute attente, Hua Shan, dans une folie vengeresse lance des éclairs d’une puissance redoutables. La foudre saisit de douleurs toutes les créatures vivantes présentes, y compris les camarades du mage. Tous sont frappés de plein fouet, sans distinction. Alors que Karnos invective le Cosmo Magnar pour sa réaction, Hua Shan semble prêt à récidiver sans le moindre mal comme s’il n’entendait pas les injonctions de ses amis.

L’un des Ursidar est mis à terre tant bien que mal alors qu’un des Flenar saute dans la carriole et malmène Rollünd. Eowen fait pleuvoir ses flèches afin de défendre la diligence et ses amis. Karnos, se débarrasse du Felnar et libère Rollünd d’une fâcheuse position ; il en profite même pour lancer une potion de soin à l’autre Manteau Noir. De son côté, Hodring abat le Felnar qui lui fait face d’un revers de son marteau, mais la mâchoire du monstre a bien emporté avec elle un morceau du bras droit du nain…

Hua Shan commence à reprendre ses esprits et invoque rapidement une créature capable de bloquer les altérations mentales. L’Ursidar toujours debout éclate, d’un revers de patte dévastateur, le crâne d’Hodrig qui vient s’encastrer contre le rebord de la diligence. Dans une rage folle, il bondit sur Hua Shan et le frappe de toute sa force.

Heureusement, le monstre reprend peu à peu ses esprits et reprend sa forme originelle…
Le soulagement général n’est que de courte durée : Rollünd, ptraque, sort de la carriole et l’Ursidar repart dans une frénésie sans nom en l’espace d’un instant. Nos amis sont obligés de l’abattre froidement, incapables de le contrôler…

Un rugissement terrible se fait alors entendre à la sortie de la forêt. Un Felnar à la tête de panthère semble rabrouer les Cernunnar qui ne prennent pas part au combat. Une femelle est d’ailleurs lourdement giflée. Eowen essaie de temporiser les choses : déviant habilement les flammes environnantes causées par les éclairs de Hua Shan, il encercle  le chef Vand’rill. Wulfur tente de sortir de la carriole en invectivant les malandrins qui s’en prennent à son convoi.

A la vue des nains, le chef Vand’rill rentre dans une frénésie semblable à celle des autres. Karnos s’interpose avec l’aide d’un mâle Cernunnar pour calmer le Felnar à la tête de panthère. Les choses commencent à se tasser petit à petit, mais la tension reste extrême. Les nains ne sont vraiment pas contents de ce qui leur arrive et Hodrig paraît mort, la tête fichée dans le bois de la diligence. Le chef Vand’rill lutte pour éviter de perdre le contrôle de lui-même, avec beaucoup de difficulté, et traite les autres de « shadrons », qui signifie « traitres ».

Nos amis comprennent que les Vand’rills, comme certains de leur groupe, ne sont clairement pas eux même. Une malveillance magique est à l’œuvre, ils en sont parfaitement conscients. De plus, ce groupe de Vand’rill qui vient de les attaquer semble être des rescapés des mines naines. Jul’Ancar, le Zalard, essaie d’expliquer la situation : d’après lui, les nains asservissent les siens en les contrôlant magiquement, faisant d’eux leurs esclaves, ce que Wulfur et Rollünd ne tardent pas de démentir sur-le-champ, comme un affront fait à leur peuple.

La situation s’envenime rapidement, Wulfur comme Rollünd ne souhaite pas entendre plus longtemps les élucubrations de ceux qu’ils considèrent comme des sauvages qui viennent de les attaquer sans raisons. Nos amis décident de jouer franc-jeu sur leurs intentions et n’hésitent pas à dire qu’ils sont effectivement en train de mener une enquête secrète pour faire la lumière sur cette affaire. Nos amis doivent faire part de toutes les preuves qui sont déjà à leurs dispositions et utilisent leurs meilleurs arguments pour convaincre les nains de leur bienveillance.

Si effectivement certains seigneurs nains sont corrompus dans cette histoire, ils vont tous devoir être prudents et garder le secret. Wulfur se résout à entendre les arguments de nos amis mais il ajoute qu’il va forcément devoir faire part de l’attaque des Vand’rills sur la route pour des raisons de sécurité. Rollünd lui, écoute, l’œil grave et sévère puis se tait, n’émettant aucune objection mais restant clairement suspicieux. Il compte bien interroger le reste de sa troupe d’élite pour se faire une idée.

Hua Shan décide de rester avec les Vand’rills quelques temps, histoire de comprendre comment ils ont pu en arriver là et tenter de les aider au mieux. Le reste du convoi reprend la route en direction du domaine de Durmark…

Une fois là-bas, nos amis commencent à glaner des informations dans le village, comme à l’accoutumé. Wulfur s’occupe de réserver les chambres et la table à l’auberge,  Rollünd s’en va quérir les siens après avoir échanger quelque peu avec Karnos, notamment sur l’enterrement d’Hodrig. Etrangement, le domaine semble bien plus prospère que les précédents, pourtant rien n’indique que des Vand’rills sont exploités dans les mines du coin. D’ailleurs, le physique des Vand’rills ne choque pas plus dans ce village que dans ceux qu’ils ont déjà visités. Nos amis ont quartier libre alors que Rollünd revient de son entrevue avec les siens. Hua Shan est de retour et fait le point avec ses camarades sur la suite des événements.

Apparemment, certains Manteaux Noirs ont été écartés de la sécurité sur les chemins de montagnes au profit des Traqueurs. Le seigneur Durmark aurait récemment changé le dispositif de protection. Rien qui n’alerte vraiment les Manteaux Noirs mais Rollünd semble commencer à croire que quelque chose cloche. Un marchand aurait été attaqué par des Vand’rills, pourtant, l’affaire à l’air d’avoir été étouffée, et encore une fois, les Manteaux Noirs n’ont pas eu à donner suite à cette affaire récupérée par la milice locale.

Rollünd donne le nom et l’adresse du marchand à nos amis qui décident d’aller vérifier ce qu’il en est. Ils ne savent pas si le marchand a été tenu de ne pas divulguer plus d’informations à ce sujet ou s’il a subit des menaces. Hua Shan et Karnos décident de se faire passer pour des négociants en bière afin d’interroger le nain, malheureusement, et malgré des dégustations bien arrosées d’alcool diverses, ce dernier ne confirmera pas avoir subit d’attaque de la part de Vand’rills. Difficile de dire s’il a subit des pressions ou pas. Le groupe décide de prendre congé…

Sur les murs de la taverne, une affiche indique que le seigneur Durmark a décidé d’abolir le travail de nuit des mineurs ; ce que le peuple à plutôt l’air d’apprécier. Nos amis discutent avec l’aubergiste des divers potins du coin. Karnos amène la discussion sur ce prétendu Hildan, géologue de son état, qui serait venu faire part de ces services au seigneur et aurait permis de découvrir de nombreuses veines de minerais précieux et aurait fait la fortune des mines de Durmark.

L’aubergiste semble bien embêté d’avouer que le géologue Hildan les a apparemment bien aidé dans cette histoire et continue de discuter des mines. Nos amis ont bien l’intention de faire un tour dans les veines du coin, toutefois, il semble y en avoir un certain nombre. D’après le tavernier, l’une des plus récentes, la mine de Loganir serait la plus riche de toutes.

Wulfur s’occupe de récolter la taxe, que le seigneur Durmark paye sans sourciller. Il offre même généreusement de beaux tonnelets de bière à l’intendant et son escorte, ainsi que de bonnes bouteilles d’alcool pour le seigneur Torek. Tous profitent d’un bon repas à l’auberge. Wulfur se sent en vaine ce soir et commence rapidement à jouer son argent, comme à chaque fois, intimant à nos amis de ne pas faire de grabuge afin de ne pas le mettre dans une situation inconfortable avec toutes ces histoires…

Avant la nuit, Karnos et Hua Shan décident de trouver un nouveau refuge aux Vand’rills rescapés de peur que Durmark n’envoie rapidement ses hommes pour les faire tuer. Eowen, quant à lui, décide de rester en compagnie de Rollünd à l’auberge afin de veiller à ce que Wulfur ne dilapide pas la moitié de son patrimoine dans le jeu.

Les deux Vand’rills rejoignent le camp des rescapés à deux ou trois lieues de là. Ils ont pris la peine d’envoyer une missive  au temple de Terrä, sous couvert du seigneur Raéro, afin de demander de bien vouloir accueillir ces « réfugiés » Vand’rills, le temps de leur trouver un nouveau refuge. Une fois sur place, nos amis expliquent la situation au groupe de rescapés. Ces derniers vont devoir suivre le chemin des montagnes afin de rejoindre le temple de Terrä. Ils prendront la route rapidement après avoir remercier nos amis.

Karnos et Hua Shan repartent au village alors que la nuit tombe. La présence d’un Traqueur nain se fait sentir, certainement un éclaireur venu débusquer le repaire des Vand’rills rescapés. Nos deux amis décident de lui tendre un piège et Karnos en profite pour l’assommer d’un coup net et précis derrière le crâne. Le Nain est laissé en vie, partiellement ficelé afin qu’il puisse s’en sortir. Le groupe se dépêche alors de rejoindre le village.

Nos amis font le point sur la situation. Il n’y a pas de temps à perdre, ils doivent rapidement trouver le lieu où se trouve les esclaves Vand’rills. Hua Shan et Karnos se métamorphosent et s’envolent à tire-d’aile en direction des mines au Nord du domaine. Ils suivent les indications sur la route et trouve la mine de Loganir sans trop de difficulté. Toutefois, l’entrée semble gardée : deux miliciens, équipés et armés font le guet. Il est presque impossible de passer sans être vu ou sans s’en prendre aux gardes.

Karnos décide alors de trouver un chemin directement par la montagne, à la faveur d’une ouverture quelconque qui les mènerait directement au cœur de la montagne.
Par chance, il finit par trouver une artère suffisamment large pour rejoindre les salles et les veines de la mine. Nos deux amis y descendent avec discrétion. La faille est juste assez large pour une personne et la descente est longue et fastidieuse. Finalement, ils atterrissent dans un boyau de la mine. Les lieux sont très sombres et lugubres. Ils suivent les quelques indications laissés par des panneaux divers.

Apparemment, l’accès à la partie Nord-Est de la mine est condamné : les panneaux indiquent des émanations de gaz et donc la possibilité d’un coup de grisou. Nos amis décident justement de suivre ce chemin et pénètrent les lieux malgré les avertissements divers laissés par les nains pour bloquer l’accès à cet endroit. Hua Shan crochète la serrure et nos amis pénètrent dans ce nouveau boyau, sans lumière…

Une odeur désagréable vient irriter leurs narines mais il ne s’agit pas la de gaz, plutôt une odeur de crasse et de sueur. Rapidement, nos amis découvrent le secret des lieux : plusieurs dizaines de Vand’rills travaillent ici, portant tous une tiare frontale argentée, symbole de leur servitude forcée. Les pauvres malheureux ne semblent même pas prêter attention à la présence de nos amis et continuent leur besogne comme de véritables bêtes de somme…

Des Nains sont présents dans ces veines et semblent en assurer la sécurité, pas moins de trois contremaîtres se partagent la corvée de garder les Vand’rills sous contrôle. Nos amis font le point sur la situation. Ils ne préfèrent pas pour l’instant réagir avec une trop grande témérité et préfèrent prendre du recul avec de décider quoi que ce soit.

Contre toute attente, une forme se meut à proximité et se rapproche étrangement d’eux. Nos amis, pris de peur en premier lieu se rendent compte qu’il s’agit de Jul’Ancar, le Zallard du groupe des rescapés qui les a suivi jusqu’ici et qui compte bien faire libérer tous les Vand’rills retenus esclaves dans cette mine…

Personnages importants :

Jul’Ancar : Zallard faisant partie des Vand’rills rescapés. Il sait qu’il s’est enfuit des mines mais ne garde pas de souvenirs de ce qu’il s’est vraiment passé. Il n’a pas souhaité accompagner son groupe, préférant suivre nos amis pour connaître la vérité. Il ne paraît pas sujet au mal qui touche le reste de la communauté. Prudent et discret comme un caméléon, il est toutefois déterminé à libérer ses confrères esclaves des mines des Nains

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Lun 20 Fév 2017 - 20:11

Chapitre 15 Un bain de sang…


Soulimane, de retour du domaine d’Hodrin, fait la rencontre d’un nain protecteur nommé Tacik à l’entrée de la bourgade de Durmark. D’après ses dires, ce dernier a été employé par le seigneur Raéro afin de prêter main forte aux mercenaires déjà présents. Il en profite pour tailler le bout de gras autour d’un repas chaud à l’auberge du coin. Eowen les rejoint rapidement en expliquant que Karnos et Hua Shan sont en mission de renseignements.

Dans les mines, Jul’Ancar souhaite faire libérer les Vand’rills mais malheureusement, il n’est pas un grand guerrier et n’est pas très courageux non plus… Toutefois, il donne d’importantes informations à Karnos et Hua Shan concernant les contremaîtres qui surveillent les esclaves Vand’rills et notamment sur les tiares magiques. Le groupe décide de repartir dans le hameau afin de présenter ma situation à leurs camarades.

Une fois à l’auberge, nos amis s’entretiennent avec Rollünd. Ce dernier, alerté par ces événements demande tout de même des preuves solides pour pouvoir convaincre les Manteaux Noirs présents et d’autres Nains sur le domaine. En effet, pour oser prendre les armes contre un seigneur, il vaut mieux avoir des arguments dignes de ce nom. Après moult réflexions, Rollünd propose de faire passer les Vand’rills par les montagnes afin d’éviter la plaine. La situation reste délicate, aussi, le Manteau Noir explique à Karnos que quoi qu’il advienne, il devra lui faire confiance…

Nos amis se préparent et repartent à l’assaut de la mine; Eowen en profite pour déterminer un chemin de repli pour les Vandr’ills, Tacik s’arrange pour prendre avec lui de bons tonnelets de bière alors que Karnos et Hua Shan montrent le chemin à suivre.
Une fois sur place, le groupe découvre deux gardes en train de blaguer à l’entrée de la mine. Tacik s’empresse de donner le change à ces deux pauvres nains en leur offrant la tournée de leur vie. Une fois les gardes suffisamment alcoolisés, Tacik en assomme un pendant que Hua Shan lance un sort d’illusion pour se débarrasser de l’autre.

A l’intérieur, le Cosmo Magnar lance ses sortilèges de Malaki afin que tous bénéficient d’une furtivité magique hors du commun. Ils aperçoivent les fameux contremaîtres. D’ailleurs, l’un d’entre eux est justement en train de replacer une nouvelle tiare magique sur le front de l’un des Vand’rills esclaves qui commençait à se montrer moins coopératif. En conjuguant leurs efforts, nos amis se débarrassent rapidement des contremaîtres : le premier est assommé dans la foulée, le deuxième est tué sur place par Eowen d’une flèche assassine alors que le troisième offre plus de résistance à Tacik qui fini quand même par le mettre à terre.

Le bureau est fouillé, un registre est trouvé. A l’intérieur se trouve les comptes de la mine, la quantité de minerai extraite et les salaires des divers contremaîtres, grassement payés pour leur sale besogne.

Karnos récupère le registre et une sacoche remplie de tiares que portait l’un des Nain à la ceinture. Le Cernnunar se métamorphose et s’envole à tire d’ailes pour apporter les preuves à Rollünd pendant que le reste du groupe sécurise la zone et continue d’inspecter les lieux.

Dans un des boyaux de la mine, menant à un cul-de-sac, nos amis trouvent une salle avec un auroc mauve dans un vitrage fixé sur un autel de pierre. Ayant récupéré une magnifique clé ouvragée sur l’un des contremaîtres, Tacik s’avance pour ouvrir le coffre de verre. L’Auroc mauve correspond parfaitement à ce que Hua Shan avait vu dans sa vision. Aussi, le Cosmo Magnar en profite pour entamer un rituel à Azël en ce concentrant sur l’objet magique.

Certaines parties de la vision paraissent très claires, Hua Shan entrevoit la bête, le monstre à qui appartient cet Auroc de puissance : un Béhémoth. Apparemment, les nains ont été abusés : un sorcier Hildan aurait trouvé cet objet dans les mines de Baram, plus au Sud, l’Auroc est en réalité un morceau de la corne d’un Béhémoth. Ce rendant compte de la gravité de sa trouvaille et conscient que le monstre est passablement attiré par le fragment d’Auroc, le sorcier s’est arrangé pour envoyer le Béhémoth loin des terres de Baram, à travers la vallée de Nosvalle, dans le Royaume de Thuranbrand…

Pendant ce temps-là, Karnos est pleine discussion avec Rollünd. Le Manteau Noirs va pouvoir utiliser les preuves pour s’assurer la loyauté de certains Nains. Il explique aussi où il retrouvera le groupe pour faire fuir les Vand’rills. Les hommes de Durmark sont sur le qui-vive, il va falloir être prudent. Nos amis devront le rejoindre sur les sentiers qui mènent vers les montagnes après le pont du hameau.

Une fois Karnos de retour dans la mine et le plan établi, nos amis commencent à faire sortir les Vand’rills. Le groupe s’est d’ailleurs rendu compte que ces pauvres esclaves sont aisément contrôlables tant qu’ils portent la tiare. Ils acceptent n’importe quel ordre simple qui leur est demandé. Dans la mesure où plusieurs d’entres eux sont affaiblis et pour éviter une émeute, nos amis préfèrent laisser les tiares sur leur front pour les contrôler plus facilement…

La petite troupe, agrandie d’une bonne trentaine de Vand’rills, passe tout d’abord par une large clairière bordée d’arbres et s’avance prudemment dans le hameau. Ils arrivent tous près du pont. Cependant, nos amis ne sont pas rassurés : pas de relève de gardes et personne sur le pont, même après plusieurs minutes d’attente…

Soudain, nos amis aperçoivent une silhouette sur le pont. Un Manteau noir approche et fait signe, mais ce n’est pas Rollünd. Tacik s’approche à son tour se demandant s’il s’agit bien là du plan pensé par Rollünd. Le Manteau encourage le groupe à faire avancer les Vand’rills. Cela dit, Tacik reste sur le pont à côté du Manteau Noir, sur ses gardes.

Soudain, une voix se fait entendre de l’autre côté du pont. Le seigneur Durmark apparaît en personne avec ses hommes pour leur barrer la route. La situation dégénère très vite lorsque Tacik cri au traitre en frappant de plein fouet le Manteau qui bascule du pont et tombe lourdement dans l’eau, la poitrine maculée de sang. Durmark rentre dans une rage folle et intime à ses hommes de passer à l’offensive.

Les flèches des traqueurs pleuvent alors que Durmark intime l’ordre aux Vand’rills de se retourner contre le groupe. Tacik hurle à plein poumons et domine les ordres de Durmark contre toute attente. Le seigneur devient fou et ordonne à ses hommes de frapper dans le tas et d’allumer les tonneaux de poudre. Rollünd et l’un de ses amis se retournent alors contre les hommes de main du seigneur pour venir en aide à nos amis. C’est la mêlée, la situation dégénère complètement.

Le bain de sang commence… Tacik demande aux Vand’rills de retirer les tiares de contrôle afin qu’ils retrouvent leur libre arbitre. Les hommes de Durmark lancent les tonneaux en plein milieu des Vand’rills sur le pont. Tacik, n’écoutant que son courage, s’empare de l’un d’entre eux pour le jeter à l’eau alors que les Vand’rills commencent à sauter du pont, complètement effrayés.

Le premier tonneau explose, Tacik est projeté, tombe à l’eau et manque de se noyer avec son armure. Le deuxième tonneau explose en plein milieu des Vand’rills, tuant en un instant plusieurs d’entre eux…

Hua Shan tente bien de ressusciter quelques uns des malheureux et lance ses éclairs sur les arbalétriers nains alors que Soulimane se fraye un chemin sur le pont détruit et manque de tomber lui aussi à l’eau. Karnos, de son côté, se métamorphose, contourne le pont et ses ennemis, évitant comme il peut les flèches des Traqueurs.

Les Vand’rills se rebellent, parmi eux, les prédateurs deviennent enragés et se jettent sur les miliciens qui ont tué plusieurs des leurs. Hua Shan lutte pour garder sa concentration, les Traqueurs sont toujours frappés de ses éclairs, l’un des nains est même tué. L’autre fini par s’enfuir. Soulimane pousse la foule de Vand’rill pour atteindre les hommes de Durmark. Il affronte l’un d’eux pris pour cible par Karnos qui le charge vaillamment. Le seigneur, visiblement dépassé par les événements, prend la fuite talonné par le Cernnunar qui ne compte pas le laisser s’enfuir.

Soulime invoque son double et se défait de l’un des hommes de main de Durmark alors qu’un des Manteau Noir tombe à terre. Rollünd, quant à lui, remporte la victoire sur son opposant mais il est blessé par l’un des gardes et tombe dans la rivière, une lance dans le ventre. En contrebas, Tacik aidait les Vand’rills à sortir de l’eau ; il tend un bâton de fortune à Rollünd qui s’en empare par chance. Le nain tire de toutes ses forces et ramène le Manteau Noir sur la berge.

Malheureusement, Tacik ne sait pas comment aider son compagnon et appelle Hua Shan à l’aide. Le Cosmo Magnar n’arrive plus à se concentrer dans ce brouhaha et ce bain de sang, et il doit lutter contre le Mal qui galvanise les prédateurs… L‘un de ses éclairs frappe même Soulimane dans son dos alors que ce dernier donnait le coup de grâce à son ennemi. Dans un dernier effort, le mage de Thamasa saisit la pierre du Béhémoth et tente d’apaiser les prédateurs Vanr’rill qui commencent à se montrer incontrôlables et menacent à présent le groupe allié. Soulimane poursuit à son tour Durmark en suivant Karnos mais le seigneur arrive, par une chance insolente, à éviter de justesse les sortilèges d’enchevêtrement du Cernnunar…

Durmark arrive à son manoir qui jouxtait la rivière, en panique totale. Il se fait prendre dans un sort de Karnos mais parvient tout de même à rentrer dans sa demeure. Le Cernnunar le poursuit en tout hâte, pénètre dans le manoir et aperçoit le seigneur, comme atteint de folie, avec une sacoche de runes rouges, plusieurs dizaines certainement, qui débordent d’entre ses bras. Karnos lui demande de se rendre, ne lui laissant aucune alternative.

Durmark se défend d’avoir agit pour son peuple, que le groupe vient de tout mettre par terre, que son peuple va être voué à la misère... Le seigneur perd visiblement tout son sang froid. Par ailleurs, sachant ce que lui réserve Torek pour traitrise, dans un dernier élan de folie, Durmark active les runes, qui s’embrasent les unes après les autres.

Karnos hurle de se mettre à terre, se retourne et court vers la porte pour éviter l’explosion. La déflagration propulse le Cernnunar, qui s’écrase à quelques mètres de la porte d’entrée mais qui tient bon. Aidé par Soulimane, ils commencent à tenter d’arrêter le feu qui commence à menacer les tapis, les tentures et le mobilier du manoir…

Hua Shan et Tacik sont sous le choc. Une douzaine de Vand’rills gisent au sol dans une mare de sang ou flottent sur le lit de la rivière, le corps meurtri... Au milieu d’eux, les corps des Nains, des miliciens, des hommes de Durmark gisent aussi pour une dizaine d’entre eux…

Nos amis se rejoignent alors que les habitants commencent à sortir, alertés par le tumulte mais apeurés par la scène. L’intendant Wulfur est appelé sur place. Les rares soldats restants, Manteaux Noirs et Traquers intègres, rassemblent les corps et les blessés. Les Vand’rills en font de même pour les leurs…

Le groupe fait le point sur la situation avec Wulfur alors que tous témoignent des machinations du seigneur Durmark. Son manoir est fouillé, de nombreuses correspondances, dossiers, accords illégaux l’incriminent sans aucun doute possible…

Selon toutes vraisemblances, Durmark s’est lui aussi fait abuser : un soit disant géologue Hildan, un certain Marcus Balder, s’est présenté comme un enchanteur et lui a proposé ses tiares d’asservissement. Il lui a menti sur les origines de l’Auroc mauve prétextant qu’il faisait uniquement parti du rituel d’asservissement. En réalité, cet auroc est un morceau, extrait par les Hildans, de la corne frontale du Béhémoth. Le « géologue » Hildan espérait ainsi que le monstre se tournerait vers les contrées naines pour déverser sa rage, tout en permettant aux Hildans de continuer à asservir les Vand’rills.

A la base, tout porte à croire que le seigneur Durmark ne souhaitait qu’aider son peuple ; il réinvestissait l’argent qui était destiné à l’effort de guerre, pour redorer le blason de son domaine et des domaines voisins, assurant un salaire honorable et de bonnes conditions de vie au peuple de la vallée. Malheureusement, l’engrenage s’est resserré au fur et à mesure et il a du se résoudre à diverses actions immorales, de vols, d’extorsion, d’esclavagisme bien entendu, et de meurtres. Rapidement, il s’est fait dépassé par la situation et à complètement perdu pied…

Toujours est-il que la véritable menace qui plane sur ses terres est bel et bien réveillée, le Béhémoth est en marche… Nos amis l’ont compris et en avertissent très vite les autorités présentes…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 19 Mar 2017 - 18:44

Chapitre 16 : La traque de Kadrin.


Les corps des défunts sont entassés et brûlés, Nains comme Vand’rills. Les visages sont tirés. Nos amis prennent un peu de repos cette nuit-là, une fois que les choses se sont calmées…

Wulfur a envoyé un messager quérir les ordres du banneret Torek. Les Vand’rills encore présents sont parqués dans une grande grange, faute de mieux pour l’instant. Ce qui ne semble pas vraiment leur faire plaisir.

Les Nains sur place continuent leurs recherches. Apparemment, une correspondance a été retrouvée entre Durmark et le seigneur Agnar, qui témoigne encore de quelques affaires de chantage. De plus, un échange avec Kadrin est mis en évidence, le fameux Traqueur qui avait retenu le seigneur Raéro en otage. Apparemment, Kadrin se trouverait dans un refuge non loin du temple de Terrä, dans la montagne, là où personne n’aurait l’idée d’aller le chercher…

Du côté Vand’rill, beaucoup sont affaiblis, blessés ou malades. Ils manifestent deux réactions différentes : Ra’Chalur, un ours, assez massif mais plutôt pacifiste, préfère ne pas faire de vague et prend ce qu’on lui donne en attendant de pouvoir regagner ses terres. De l’autre côté Dan’Za, à la tête de panthère, pense que les Nains devraient leur assurer réparation pour ce qu’ils ont enduré et ne sont pas contents d’être « enfermés » dans une grange.

Les trompettes sonnent, le banneret Torek arrive, passablement irrité par la situation. Il offre une nouvelle escorte à Wulfur mais il ne semble pas content d’apprendre que nos amis ont espionné dans ses rangs sans qu’il en soit informé. Même s’il conçoit que c’était pour la bonne cause. Concernant Kadrin, il demande d’ailleurs au groupe de bien vouloir s’occuper de lui. Torek aimerait voir ce traitre au bout d’une pique, ce qui permettrait par la même occasion au groupe de se venger de tout les méfaits commis par le Traqueur. Si, au passage, ils peuvent récupérer tout ou partie du chargement du convoi volé… mais il n’est pas sûr qu’il reste quoique ce soit de ce fameux chargement… Ce qui est sûr, c’est qu’il faut frapper rapidement car Kadrin n’est certainement pas encore au courant de la mort de Durmark , et cela ne saurait tarder.

Torek saisit la lance des Durmarks, un artefact de la famille du même nom, trésor de guerre dans la vallée, et la prête en acompte au groupe de mercenaires. Torek accepte de leur céder l’arme si nos amis mènent à bien cette mission et ramènent les restes du convoi, si d’aventure il en reste quelque chose.

Torek ne sait pas vraiment quoi faire des Vand’rills pour l’instant, mais il écoute les conseils du groupe et de ses hommes. Après discussion, il convient de les mener rapidement à la frontière afin qu’ils retrouvent leurs terres rapidement.

Concernant le Béhémoth : les conseillers demandent à pouvoir s’entretenir dans les plus brefs délais avec un sacré spécialiste. Le groupe pense notamment au vieil ermite proche du temple de Terrä, justement spécialiste des astres, qui fabriquait une pierre de savoir. Il pourrait les aider à trouver les points faibles de la bête et savoir donc comment l’affronter. Ensuite, il faudra régler le problème des Morts-vivants ; Hua shan pense déjà à l’auroc trouvé dans les cavernes des Lévraks, lorsqu’ils ont sorti les reliques d’Hagerta de Ragham.

Nos amis espèrent aussi trouver plus d’aide mais Torek explique rapidement qu’ils manquent désormais cruellement de temps, qu’ils sont désormais seuls, le temps joue contre eux. Torek va envoyer des éclaireurs pour connaître précisément l’avancée du Béhémoth, mais ils savent déjà que c’est une question de jours…. Personne ne pourra venir les aider, même pas le roi…

Torek compte essentiellement sur les seules forces restantes dans la vallée : les Manteaux Noirs, les Traqueurs des montagnes et les alliés éventuels apportés par le groupe : Marteaux d’Airain dans la famille d’Hargrim et Hagerta, Pavois d’Eriador disponibles alliés à Raéro. Malheureusement, les armées du roi n’arriveront jamais à temps pour les aider efficacement…

Plusieurs sujets sont discutés : l’éloignement du fragment de la corne notamment, qui attire inexorablement le Béhémoth et galvanise les prédateurs. Cependant Torek se montre intransigeant sur ce point et demande à ce que le problème ne soit pas déplacé ailleurs comme l’ont fait les Hildans. Il faut détruire la Bête. Nos amis devront se retrouver à Nosvalle très rapidement, Torek les y attendra, s’il n’a pas de nouvelle du groupe, il partira à la bataille sans eux…

Le groupe doit partir pour le refuge de Kadrin tant qu’il est temps. Ils récupèrent, au passage, l’aide d’un Traqueur qui semble intègre et paraît avoir une dent contre Kadrin, un certain Eisenbjorn. Ce dernier les guidera dans les montagnes. Eowen reste avec les Vand’rill pour leur assurer escorte. Ceux qui sont alliés à l’ours vont être raccompagnés au-delà des terres naines, les autres qui suivent Dan’za souhaitent se battre pour empêcher le Béhémoth d’agir et libérer ceux qui sont sous son joug. Ils vont attendre dans le temple de Terrä, faute de mieux.

Le groupe part au refuge de Kadrin et mettent en place un plan. A la nuit tombée, ils passent à l’offensive. Kadrin et ses hommes sont loin de se douter de ce qui les attend. Bjorn et Hua restent à couvert et frappent un Traqueur bien caché dans la seule tour de garde du refuge. Karnos passe par derrière le bâtiment pour prendre ses ennemis à revers, Soulimane prend le côté et Tacik fonce dans le tas. Le plan est plus au moins respecté et, comme prévu, les hommes de Kadrin sont bels et bien pris au dépourvu malgré le Traqueur dans la tour qui leur inflige de sérieux dégâts.

Tacik protège l’ensemble du groupe mais doit souffrir plusieurs attaques de plein fouet en encaissant tant bien que mal. Karnos rentre par l’arrière et se défait d’un runicologue de sa lance de glace avant qu’il n’ait la possibilité de soigner les siens ou de lancer ses runes. Soulimane saute au-dessus du mur d’enceinte et attaque les premiers Nains qui se trouvent à sa portée, aidé par son double. Il pénètre dans le refuge en sautant à travers une fenêtre.

Tacik hurle pour provoquer Kadrin qui ne souhaite pas se montrer pour l’instant. Au contraire même, il intime à ses hommes de venir se replier à l’intérieur alors que les flèches de Bjorn et les éclairs de Hua shan pleuvent de tous côtés. Sous l’impulsion de Karnos et Soulimane, les hommes de Kadrin n’ont pas d’autre alternative que de combattre sur plusieurs fronts.

Tacik aperçoit Kadrin qui tire ses flèches de feu au-dehors, bien caché derrière une fenêtre. Il tente de le provoquer à nouveau, permettant aux autres de se placer et d’investir le reste du refuge. Malheureusement, Kadrin, bien décidé à se débarrasser de son agresseur, canalise toutes ses forces contre Tacik. Le pauvre Nain à déjà eux fort à faire en combattant au corps-à-corps plusieurs adversaires à la fois depuis le début du combat. Kadrin décoche une flèche assassine qui vient se loger directement dans la gorge de Tacik, ne lui laissant aucune chance…

Hua shan n’a plus les forces nécessaires pour lancer un sort assez puissant pour le ressusciter et manque d’utiliser, dans la hâte, un parchemin de résurrection. Cela dit, Kadrin est désormais à découvert, Soulimane lui emboite le pas le forçant à sortir pendant que Karnos combat plusieurs malandrins à l’intérieur du refuge. Bjorn et Soulimane ont raison de Kadrin qui n’arrive plus à se défendre à deux contre un. Malgré plusieurs roulades et pirouettes pour esquiver, Soulimane et Bjorn ne lui laissent aucune chance... Néanmoins, Tacik gît toujours au sol, inerte…

Hua shan, Karnos et le double de Soulimane se défont des derniers malandrins, même si l’un d’entre eux tente bien de fuir, en vain… La situation se calme rapidement. Kadrin est mort, Karnos le décapite de façon propre et nette et tous commencent à vérifier qu’il n’y a plus de menace dans le bâtiment. On ne peut plus rien faire pour Tacik malheureusement… il aura donné sa vie dans ce combat...

Le groupe fait cependant une découverte d’importance : une partie du convoi est bien retrouvée dans le sous-sol du refuge ; il y en a encore pour plusieurs milliers de pièce d’or vu la quantité d’aurocs et de minerais bruts. Tacik n’est certainement pas mort en vain…

Personnages importants :


Ra’Chalur : Vand’rill ours rescapé des mines de Durmark. Il se montre reconnaissant envers le groupe et reste discret face au nain. Il ne souhaite qu’une chose : retourner dans sa forêt et accepte humblement ce qu’on lui propose, sans faire de vagues.

Dan’Za :
Felnar à la tête de panthère et au tempérament de feu. Bien plus caractérielle, Dan’Za à clairement une dent contre les Nains même si elle semble comprendre peu à peu la situation. Elle souhaite néanmoins se rendre utile face au Béhémoth, ne supportant pas le fait de voir ses congénères contrôler par un monstre.

Eisenbjorn : Traqueur des montagnes qui semble avoir une dent contre Kadrin. Apparemment, il a déjà eu à faire lui-même s’il ne souhaite pas évoquer cette histoire. Il n’hésite pas à accompagner le groupe jusqu’au refuge de Kadrin afin de le débusquer.

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Mar 11 Avr 2017 - 15:48

Chapitre 17 : Préparer le combat contre la Bête.


Nos amis ont pris un peu de repos au repaire de Kadrin, ils ont fait brûler les corps des sbires du Traqueur et ont rendu hommage à Tacik, mort au combat. Au petit matin, le groupe décide de se répartir les tâches. Ils pensent ramener le reste du convoi de minerais à Nosvalle, ce qui pourrait mettre Torek dans de bonnes dispositions. De plus, ils doivent aller chercher l’aide de tout allié potentiel pour combattre le Béhémoth et trouver un moyen d’en savoir plus sur la façon d’affronter la Bête.

Soulimane se propose de se charger du convoi, accompagné d’Eisenbjörn. Hua Shan décide d’aller questionner l’ermite des montagnes et Karnos va s’occuper de recruter tous les nains vaillants aux abords du domaine de Raéro. Chacun s’attèle à sa tâche afin de rejoindre au plus vite la cité de Nosvalle pour mettre en place un plan de bataille.

Soulimane et Eisenbjörn chargent le convoi attelé par les solides poneys de traits présents dans les écuries du refuge. Toutefois, nos amis savent qu’une fois arrivés dans la vallée, les bandits de grands chemins pourraient considérer ce convoi comme une aubaine étant donné qu’il représente plusieurs milliers de pièces d’or de minerais bruts.
Malheureusement, nos amis ne sont que deux pour le défendre. Soulimane propose alors de trouver un moyen de camoufler le minerai une fois le domaine de Durmark rejoint.

Avec un tel convoi, les chemins de montagnes restent difficilement praticables mais Eisenbjörn connaît bien la région et se débrouille tant bien que mal pour arriver à bon port. Une fois au domaine, Soulimane organise les choses avec les nains présents sur place pour cacher la présence du minerai précieux afin de ne pas attirer les convoitises des malandrins. Tout le monde met la main à la patte. Les mineurs charrient des caisses pleines de briques de pierre utilisées pour la construction. Les bucherons apportent plusieurs stères de bois. Ainsi, le dessus de chaque caisse de minerai est bourré de matériaux diverses.

Le Vand’rill et Eisenbjörn reprennent alors la route plus sereinement. Pour éviter tout soupçon, Soulimane se cache sous les bâches qui recouvrent l’une des caisses et laisse Eisenbjörn guider le convoi, vêtu d’habits marchands. Nos deux compères arrivent sans embûches à la cité de Nosvalle après avoir passé quelques postes de douane. Le subterfuge semble avoir parfaitement fonctionné.

Pendant ce temps, Karnos prend sa forme de vol et part en direction du domaine de Raéro à tire-d’aile. Il aperçoit en contrebas les Nains des domaines proches qui répondent à l’appel de leur banneret et se déplacent dans la vallée en direction de la cité principale. Une fois arrivé sur place, Karnos s’entretient avec Dwalur, le majordome du seigneur Raéro. Le Cernnunar lui explique la situation, la vallée de Nosvalle a besoin de nains pour venir combattre le Béhémoth et tout aide sera la bienvenue.

Dwalur répond favorablement à la demande, son seigneur lui a laissé des ordres. Le majordome s’engage à faire appel à tous les alliés disponibles à proximité. Karnos pourra ainsi compter sur la participation de plusieurs Pavois d’Eriador et apprentis, de soldats de Maliria et du domaine de Borgia et de quelques Marteaux d’airain de Ragham si le temps le lui permet. Vingt à trente âmes supplémentaires pourront ainsi renforcer la bataille, peut-être plus si la chance leur sourit. Confiant, Karnos repart en direction de la vallée sans perdre de temps.

De son côté, Hua Shan se rend chez l’ermite des montagnes. Il espère qu’en tant que spécialiste des Astres, le vieux Thungon pourra répondre à ses questions. Sur place, Hua Shan reconnaît aisément les lieux à proximité du Temple Astral dans lequel se trouve le planétarium. Il fait encore très froid en altitude, aussi, de la fumée sort de la chaumière de l’ermite. Ce dernier reçoit le Felnar bien qu’il mette un certain temps à le reconnaître…

Hua Shan lui montre le fragment de corne de Béhémoth en lui expliquant la situation. La pierre de Savoir, fameux auroc enchanté par Thungon qu’il porte autour du coup, se met à briller. Le vieil ermite démontre alors  que l’alignement solaire qui a eu lieu la dernière quinzaine n’y est certainement pas pour rien dans cette affaire. Le Béhémoth est une créature Stellaire, en plus d’une force colossale du fait de sa masse, il dispose des pouvoir d’Athanor, de Véga et de Minerve. Il est donc capable de faire tomber des pluies de feu de glace et de déclencher des tempêtes…

Thungon doit consulter les Astres pour en savoir plus. Dehors, l’ermite manipule ses télescopes et miroirs au moyen de divers leviers et manivelles ; la pierre de Savoir brille alors de mille feux. Thungon explique qu’il ne doit pas abuser des pouvoirs de la pierre, elle aurait des effets néfastes sur son esprit s’il l’utilisait trop, aussi il propose de répondre à trois questions de Hua Shan concernant le Béhémoth…

Le Cosmo Magnar choisit avec attention chaque question qu’il pose. Il remarque d’ailleurs que l’ermite a des moments d’absence depuis qu’il vient d’utiliser les pouvoirs de la Pierre. Toutefois, il apprend du vieux nain que le point faible du béhémoth est sans aucun doute sa corne frontale. La Bête doit être affaiblie autant que possible afin que quelqu’un puisse frapper le sommet de son crâne avec le fragment de sa propre corne. La chose ne sera pas aisée, mais elle aura le mérite d’être efficace.

Dans un second temps, Hua Shan apprend qu’il devra se servir de l’Auroc aux pouvoirs éthérés pour aspirer les âmes des Vand’rills défunts qui sont attirés par le Béhémoth. Il devra prendre le temps de réaliser un rituel assez complexe d’exorcisme dans un lieu relativement calme, et devra être assisté. Ainsi seulement, les âmes des Vand’rills pourront retourner au Royaume des Morts.

Enfin, le Felnar apprend que l’enchantement présent sur le fragment d’auroc fait partie d’un réseau de cristaux enchantés à intervalles réguliers depuis la vallée de Nosvalle jusque dans les montagnes du Nord de Baram. Ainsi, les Hildans bénéficient des pouvoirs du fragment de corne mais le Béhémoth est attiré ailleurs… Une fois la bête détruite, les effets de l’enchantement devrait rapidement s’estomper, mais les piliers devront être détruits pour plus d’efficacité.

A la fin de l’entretient, le vieil ermite accepte même de confier sa pierre de Savoir à Hua Shan considérant le fait qu’il en aura certainement plus besoin. De plus, d’après Thungon, ce serait un excellent moyen de permettre à la Pierre d’emmagasiner un savoir supplémentaire très important. Le Cosmo Magnar remercie le vieux sage et s’en repart en direction de la vallée. Le Felnar manque presque de se faire occire dans les airs par une Vouivre qui l’a pris en chasse. Bienheureusement, Hua Shan a vite rejoint la protection de la canopée forestière en contrebas pour échapper à la créature…

Tous se retrouvent à la cité de Nosvalle. Ils rejoignent rapidement le château de Torek qui surplombe la ville. Le banneret est entouré de ses meilleurs hommes, capitaines d’unités d’élite et conseillers. Karnos lui rend la tête de Kadrin et rajoute que le reste du convoi volé a été rapporté. Torek les remercie comme il se doit. Il offre officiellement la lance des Durmarks au groupe et fourni la prime tant attendu que le seigneur Orik, le maître de Raéro, avait promis de donner une fois la mission terminée, à laquelle le banneret Torek ajoute un supplément pour la récupération du convoi.

Nos amis enrichis vont toutefois avoir de quoi les occuper. L’heure est à la guerre, un plan de bataille doit rapidement mis en place. Hua Shan fait part des informations qu’il a pu glaner chez l’ermite. Torek et ses capitaines en prennent compte et font le point sur la situation. Le Béhémoth devra être affronté au poste avancé de Larch qui constitue la meilleure chance de détruire la Bête. Cette dernière devra être attirée sous l’arcade principale afin d’y être bloquée. Les Nains ont prévu de faire forger d’énormes chaînes qui seront tirées par des balistes lourdes afin d’entraver au maximum les mouvements de la créature.

Hua Shan devra s’occuper des âmes des Vand’rills défunts afin qu’ils ne représentent pas une grande menace pour le reste de la troupe. Il sera ensuite libre de ses mouvements. Soulimane devra se fondre dans la mêlée, au plus près des Vand’rills sous le contrôle de la Bête afin de leur faire retrouver leur libre arbitre. Karnos devra participer aux charges et trouver un moyen de rejoindre le haut du poste pour frapper le Béhémoth avec le fragment de corne dès que le monstre sera suffisamment affaibli.

Comme si cela ne suffisait pas, les éclaireurs ont détecté une bande de trolls en déplacement. Nul doute que la vermine va se servir de la bataille pour tirer partie de la situation. Des Orcs et des Gobelins sont donc à prévoir… Il faut maintenant se préparer au mieux, il leur reste la journée pour le faire, d’après les éclaireurs, le Béhémoth ne devrait pas tarder, si son avancée est constante, il devrait être au poste le jour suivant… Cela suffit juste à Torek pour lever une cohorte suffisante et finir de forger les dernières armes et les chaînes qui serviront à entraver le Monstre…

Nos amis profitent de se temps pour assurer leurs préparatifs. Soulimane s’emploie à concocter plusieurs potions, Hua Shan et Karnos décident d’aller quérir l’aide des Golems des montagnes. Le Cernnunar avait aperçu les créatures de roche la veille, lorsqu’ils étaient encore au refuge. Aussi, il sait dans quelle direction ils se dirigeaient.

Les deux compères passent une bonne partie de la journée à chercher la présence des Golems. Ils finissent par repérer leur avancée mais leur corps se dissimule si parfaitement au sein des falaises rocheuses et escarpées qu’il est très difficile de les repérer. Les créatures de pierre ne semblent pas, à première vue, très enclin à la discussion, encore moins à venir en aide aux Nains. Les Golems semblent amèrement remontés contre eux à cause des événements récents. Karnos doit user de tous ses arguments et Hua Shan de tous ses charmes pour faire prendre conscience aux Golems de la situation et que leur puissance pourrait vraiment servir à régler les problèmes qui sévissent dans les montagnes.

Après un entretient délicat, certains Golems acceptent d’aider pour assurer la destruction des piliers car ils représentent aussi une menace pour eux. Malheureusement, ils se refusent d’aider contre le Béhémoth, prétextant qu’ils ne sont pas responsables de son arrivée et qu’ils ne souhaitent en aucun cas causer la mort de leurs congénères. Nos amis n’ont d’autres choix que d’accepter les conditions, si les Golems aident à détruire les piliers qui relient le réseau d’enchantement, cela leur enlèvera déjà une solide épine du pied.

Le soir venu, le château de Torek est en pleine effervescence pour les préparatifs, les visages sont tendus mais fiers. Hua Shan prépare les composants nécessaire au rituel de magie, assisté par un exorciste répondant au nom de Brugal. Karnos lui, monte le fragment de la corne du Béhémoth sur une hampe afin de pouvoir s’en servir de lance le moment venu. Soulimane termine ses potions et les distribuent aux membres du groupe.

Au petit matin, il leur faudra partir pour le poste de Larch, pour l’ultime bataille…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Dim 21 Mai 2017 - 19:25

Chapitre 18 : La fin du Béhémoth.


Nos amis se préparent au combat ce soir-là. Ils partiront demain avant l’aube pour assurer la défense du poste de Larch et de toute la vallée. Les visages sont tirés. Les Vand’rills de Dan’za rejoignent Nosvalle et s’entretiennent avec le groupe ; ils on l’air de ne plus craindre grand chose et sont déterminés à avoir raison du monstre.

Sous les ordres de Torek « Crin d’acier », la troupe part en direction du poste de Larch, agrémentée d’une trentaine d’hommes qui ont répondu à l’appel de Karnos, représentant du seigneur Raéro dans la vallée de Ragham et des domaines alentours. La troupe compte alors plus de cent trente âmes, tous sont des soldats de métiers ou membres d’unités d’élites.

Une fois sur place, les défenses sont organisées. Le seigneur s’assure que chacun soit à son poste et réajuste le plan de bataille : Karnos doit attirer la bête sous l’arche principale entre les deux tours protectrices. L’une des tours est accolée à la montagne, l’autre longe la route Sud. Les balistes devront tirer de larges chaînes pour encercler la bête et entraver ses mouvements.

Hua Shan trouve une structure rocheuse lui offrant une certaine sécurité bien qu'il manque un peu de visibilité. Eowen place des runes magiques en guise de pièges, aidé par Karnos, et se place sur la tour Sud. Soulimane s’avance avec les guerriers Vand’rills qui semblent bien décidés à tout donner. Au loin, la silhouette massive du Béhémoth est déjà visible, il est accompagné d’une nuée de créatures qui se meuvent avec rapidité…

La première vague arrive. Elle est essentiellement composées de des créatures ailées : vouivres, sylphayars et d’insectoïdes. Toutes se mettent à plonger en direction du poste alors que Karnos aperçoit le Béhémoth à quelques dizaines de mètres en retrait. La Bête semble immense. Sur la tour Sud, Eowen se bat avec une dextérité remarquable, comparable aux elfes les plus agiles de la Forêt Noire. Les vouivres font déjà tomber plusieurs nains du pont supérieur. Les archers et les arbalétriers nelwens tiennent bon sous les ordres du seigneur Torek.

Les premiers spectres font surface et occasionnent déjà des dégâts sur les premières lignes. Heureusement, la plupart des nains sont munis d’une arme en argent, prévue à cet effet, et ils repoussent autant que possible les créatures éthérées.
Hua Shan commence à préparer le rituel, secondé par un exorciste nelwen. Malgré la dangerosité représentée par les spectres, le magus préfère attendre le dernier moment avant d’intervenir, une fois que tous les esprits seront présents afin d’en enfermer un maximum...

Le Monstre arrive, Karnos fait tourner la première vague de défense composée des Pavois d'Eriador et de solides soldats. Torek hurle ses ordres à plein poumons. Le Béhémoth doit être impérativement attiré sous l’arche principale pour être entravé.

Les pièges d’Eowen fonctionnent à merveille ; nombre de Vand’rill à la solde de la Bête sont bloqués dans leurs mouvements. Soulimane, qui se défait tant bien que mal des spectres aux côtés de Dan’Za, se lance sur la vague des Vand’rills possédés. Il ne leur fait aucun cadeau. Il tranche des gorges et lacèrent ses ennemis. Il se heurte rapidement aux hommes de Dan’Za qui lui font comprendre qu’il doit impérativement éviter de les tuer, juste les assommer s’il le peut, après tout, ces Vand’rills sont contrôlés par le Monstre, ils n’ont aucun libre arbitre.

La Bête approche alors qu’une bourrasque de vent s’engouffre dans la vallée. Karnos donne ses dernière directives pour placer au mieux les soldats nains sous l’œil approbateur de Torek. Il tend haut le fragment de corne qu’il porte au sommet de sa lance. L’appât fonctionne à merveille, le monstre passe sous l’arche. Torek hurle à plein poumon à ses chefs balistaires de lancer les chaines. Les tirs sont précis, ils entourent rapidement le Béhémoth par de puissants maillons d’acier, lui laissant que peu de marge de manœuvre. A présent il faut frapper vite et fort, si le monstre se libère, tout est perdu. Une tempête de Véga fait rage sur la surface de combat, certains soldats sont emporté dans les airs alors que les viouvres et autres créatures ailées battent en retraire, fragilisées par les conditions...

Eowen vise la bête mais tient difficilement sur ses jambes au sommet de la tour, plusieurs nains se sont mis à couverts en attendant une accalmie. Les spectres traverses les murs des tours et frappent les soldats avec force. Karnos et la vague de défense bloquent l’avancée des spectres alors que certains se lancent déjà sur la bête. Plusieurs nains sont écrasés sur la place par les puissantes pattes du monstres, d’autres tentent de monter sur les chaînes pour frapper la Bête au visage, les Marteaux d’airain lancent leur arme de toutes leur forces.

Hua Shan, plus que jamais concentrer, condense le pouvoir de l’auroc sous les yeux médusés de l’exorciste, se demandant quand le mage de Thamasa va se décider à user de son pouvoir. La situation devient délicate, les nains tombent les uns après les autres depuis quelques minutes...

Eowen arrive à frapper la bête à sont point faible, le perforant d’une flèche de feu assassine sur le sommet du crane à proximité d’une plaie, montrant aux Traqueurrs et aux Manteaux Noirs l’endroit précis où frapper. La tempête se calme mais le Béhémoth s’agite violemment de douleur.

Il porte des coups puissants de ses flancs sur le pilier central soutenant le pont principal. Eowen manque de tomber de la tour, l’appentis en bois sur lequel il se trouvait vient de s’effondrer, emportant avec lui plusieurs nains. Le Sorceleur se rattrape in extremis d’une main avant de se mettre à l’abri dans tour pour reprendre son souffle. Une pluie de feu vient de tomber sur le champs de bataille occasionnant de lourd dégâts, se heurtant aux tours du poste.

Hua Shan lance enfin le sortilège, c’est alors que tous les spectres présents sur la surface de combat sont aspirer dans une tornade éthérée sans nom, hurlant au désespoir telles des banshees. Certains esprits tentent comme il peuvent de s’accrocher aux nains pour éviter d’être aspirer dans cet entonnoir de magie d’outre-tombe.

Soulimane continue de se battre en plein front avec ses frères, il pousse un puissant rugissement, qui, secondé par celui de Dan’za, fait sortir plusieurs Vand’rills de leur torpeur. Les malheureux sont désormais libérés du contrôle de la Bête et semblent complètement désorientés au milieu de la bataille, la plupart prennent la fuite à toute jambes.

Les hommes de Dan’za commencent à frapper la Bête sur son flanc et sur l’arrière, menacés par les pattes meurtrières. Certains tentent de grimper sur le dos du monstre pour le lacérer d’en haut. Soulimane suit l’initiative et saute sur le Béhémoth. Ce dernier redouble de colère sentant les Vand’rills le mordre et le taillader dans son dos. Une autre flèche assassine d’Eowen touche avec une incroyable précision et le Béhémoth gronde de rage.

Soulimane prend un coup de patte arrière, dans l’agitation, et manque de tomber à la renverse. Sonné, il redouble de courage et se relance à l’assaut du monstre. La pluie de feu fait rage et frappe partout. Des incendies s’allument ça-et-là sur le champs de bataille, embrasant plusieurs soldats nelwens et Vand’rills dans des cris effroyables. Soulimane est frappé de plein fouet par une roche embrassée et tombe au sol, inerte. Une épaisse fumée composée de cendres chaudes s’élève alors sur le champs de bataille, rendant le malheureux Felnar à la tête de lion invisible à ses alliés.

Le Béhémoth frappe à nouveau le pilier central de rage qui se fissure dangereusement. Une chaîne cède alors, lui permettant d’éventrer d’un coup de patte deux pavois qui défendait le front. Karnos à une ouverture, les spectres sont absorbés par le cristal que contrôle Hua Shan, il doit regagner la tour nord pour passer sur le pont et monter sur la Bête.

Torek hurle à plein poumon ; il faut tirer une autre chaîne des puissantes balistes sinon le Béhémoth risque de se libérer et tous les efforts auront été vains. Eowen, qui tient toujours bon au sommet de la tour, aidé de quelques Traqueurs, tente de couvrir un Manteau Noir qui s’approche de la baliste. Ce dernier empoigne l’arme et tire une nouvelle chaîne venant entraver le  Monstre pour de bon.

Karnos charge en toute hâte en direction de la tour nord, accompagné d’une petite troupe de Marteaux d’airain, de Manteaux Noirs et de soldats de garnison. Des spectres s’accrochent à lui et il peut sentir les membres spectraux traverser tout son corps jusque dans ses entrailles avant de se débarrasser d'eux...

La tornade éthérée diminue peu à peu aspirant sans relâche les fantômes des esprits Vand’rills qui accompagnaient le Béhémoth. L’exorciste peut désormais s’en sortir seul, Hua Shan décide de sortir de son refuge de fortune pour se lancer dans la bataille.
La fumée, les cendres et les morts forment une vison d’horreur. Le Magus se ressaisit et entame son plus puissant sortilège de résurrection. Au pied des tours, les runicolgues nains soignent les blessés qui arrivent par paquets. Karnos bénéficient des premiers soins sans s’arrêter dans l’ascension de la tour.

Arrivé au premier étage, le Cernnunar n’aperçoit que des cadavres qui jonchent le sol. Les corps de nains et d’orcs recouvrent le sol. A cet instant, il est frappé par une masse énorme. Dissimulé dans l’ombre, un troll colossal à fait irruption au milieu de gobelins et font un carnage. Karnos se relève à demi sonné et profite de la présence de deux solides Manteaux Noirs qui se ruent sur le Troll, pour le frapper à son tour et passer sous ses jambes afin de gagner la sortie sur le pont supérieur.

Le Cernnunar charge à vive allure sur le pont quasi déserté, un gobelin lui barre la route. Il le percute alors de plein fouet dans son élan et le fait basculer en contrebas. Hua shan lance ses puissants sortilèges de foudre. De rage, ses éclairs viennent percuter le Béhémoth, l'affaiblissant autant que possible. Eowen se met à couvert pour échapper à la pluie de flamme mais ne manque aucune ouverture pour décocher ses flèches. Il couvre Kanors qu’il aperçoit sur le pont prêt à bondir sur la Bête.

Torek aperçoit la scène et se doute que Karnos est prêt à donner le coup fatal au Monstre. Il se lance de front avec quelques hommes, directement sur la Bête. Il empoigne les chaînes de ses mains et commencent à monter pour atteindre la gueule du Béhémoth. Il le frappe alors de toute sa rage lui brisant plusieurs dents au passage.
La bête ouvre alors sa puissante mâchoire et saisit le banneret nain, le transperçant de ses crocs de part en part sous les yeux médusés de Hua Shan et des soldats présents et impuissants. Torek hurle de douleur, emporté dans la gueule du Monstre qui le secoue atrocement.

Kanors s’élance mais une pierre embrasée le percute sur l’épaule, déviant quelque peu sa trajectoire. Il manque de tomber en reprenant sa forme humanoïde et se raccroche in extremis au marteau de Torek, que le seigneur nain tient toujours dans sa main droite. Le sang du nain et la salive pâteuse ruisselle du corps du seigneur nain, toujours en vie dans les mâchoires du monstre, hurlant d’agonie, et coule sur le bras de Karnos. Dans un dernier élan de courage, Torek tire de toutes ses dernières forces sur son marteau pour permettre à Karnos d’atteindre l’oreille de la Bête, lui implorant de porter le coup fatal.

Karnos s’agrippe à la fourrure et à l’oreille du Monstre et se retient sur sa corne frontale, à genoux. La Bête secoue la tête avec rage, plante ses énormes griffes dans le corps de Torek et tire de toute ses forces. Torek "Crin d’acier" est alors ouvert en deux par la taille, son armure cédant sous la pression du Monstre comme une vulgaire robe de lin, une mare de sang et d’entrailles recouvre alors le sol...

Kanors tente de se mettre debout et saisit la lance sur laquelle il a fixé le fragment de corne. Tous ceux qui sont témoins de la scène s’arrêtent de respirer l’espace d’un instant, alors que Dan’za, elle aussi présente sur le corps de la Bête, accrochée avec ses griffes, lui somme de frapper de toute ses forces. Le Cernnunar lève la lance et frappe sur la plaie, plongeant le fragment de corne profondément dans la chair du Monstre…

Le Béhémoth pousse alors un ultime rugissement de souffrance qui déchire la vallée. Une puissante onde de choc se déploie alors, renversant tout sur son passage. Karnos est éjecté contre la tour sud et tombe à demi conscient au sol. Hua Shan part à la renverse sur plusieurs mètres. Même Eowen, protégé par la tour, choit comme s’il venait d’y avoir un tremblement de terre. La bête pousse un dernier râle d’agonie et s’effondre au sol, laissant apparaître sur sa joue... une larme…

Les Trolls sont rapidement mis en déroute et fuient sans demander leurs restes dans les méandres de la montagne. Les Nains et nos amis se relèvent peu à peu. Les blessés sont soignés par les runicologues, les morts sont comptés dans la souffrance...

Karnos se met à chercher son fidèle compagnon Soulimane qu’il n’a qu’aperçu brièvement au cours de la bataille. Dan’za lui indique qu’il était avec ses frères, à l’arrière du Monstre, avant qu’elle ne le perde de vue. Le Cernnunar s’approche de la zone, une épaisse fumée de cendres s’élève encore en ces lieux. Il aperçoit alors une crinière rousse caractéristique, le corps est comme demi enterré. Il creuse et reconnaît alors son ami, mortellement touché. Karnos tente bien de l’examiner à la hâte mais comprend bien qu’aucun sortilège ni aucune potion ne pourra le faire revenir désormais…

Les Nelwens pleurent les leurs, Torek "Crin d’acrier" n’est plus… Aucun crie de victoire ni aucun moment de liesse ne résonnent dans la vallée… des buchers sont allumés, les corps des seigneurs sont placés à part, alors que le seigneur Nelwen de Caraneg s’accorde quelques mots pour rendre hommage au défunts et souligner le courage que les soldats ont eu dans ce combat, soulignant les efforts de tous: des unités d’élites, des Vand’rills de Dan’za et de nos amis sans qui rien n’aurait été possible…

Le gros du contingent repart en direction de la cité de Nosvalle pour les funérailles de Torek. Plus d’un quart des effectifs ont été décimés, et les blessés sont encore plus nombreux, sans compter les Vand’rills contrôlés par le Béhémoth qui n’ont pas survécu à la bataille… Le corps de Soulimane est rapatrié, suivit par un long cortège…

Une fois arrivé à la cité de Nosvalle, le crépuscule pointe déjà. La cérémonie funéraire peut prendre place. Torek "Crin d’Acier" est inhumé dans la crypte seigneuriale. Les valets, les capitaines s’accordent quelques mots à l’intention de leur seigneur défunt qui s’est battu jusqu’à son dernier souffle comme il l’a toujours fait : un exemple de courage et de ténacité. Nos amis saluent l’effort de ceux qui ont combattu au poste de Larch et rendent hommage à Soulimane pour son courage. Le corps de ce dernier sera rapatrié au domaine de Réaro...

Le Béhémoth n’est plus, la menace qui planait sur les pauvres Vand’rills asservis devrait s’estomper avec la mort du Monstre… Les Golems des montagnes vont s’assurer que les piliers d’aurocs, qui diffusaient le flux magique jusqu’en terres de Baram, soient rapidement détruits ; ce qui aura pour effet de libérer, par la même occasion, les esclaves des mines Hildanes…

Nul doute que le roi de Baram devra accepter la libération immédiate des Vand’rills sous peine d’engendrer un incident diplomatique sans précédent. Nos amis vont peut-être penser à quitter le Royaume de Thuranbrand et rejoindre de nouveaux horizons. En attendant, ils préparent leur départ pour le domaine de Réaro…

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NeoZell
TerräFormeur
TerräFormeur
avatar

Association : T&C
Nombre de messages : 1452
Age : 33
Localisation : Moissac

Feuille de personnage
Jeu de Rôle: Terrä
Nom du Perso:

MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   Lun 19 Juin 2017 - 17:35

Chapitre 19: Une paix retrouvée.



Nos amis sont décorés de la médaille d'honneur, distinction obtenue et méritée suite au combat livré au poste de Larch contre le Béhémoth et ses alliés. Le groupe est humblement remercié, même Dan'Za est décorée de cette distinction pour les services rendus, elle et ses Vand'rills. A titre posthume, Soulimane, grâce à son rôle primordial dans cette affaire, est lui aussi gratifié de cet honneur. La paix revient peu à peu dans la vallée de Nosvalle...

Alors qu'un certain nombre de Vand'rills rescapés des mines naines et de l'exploitation sont raccompagnés à la frontière afin qu'ils puissent rejoindre en toute sécurité la protection de leur forêt d'origine, nos amis décident de partir pour le domaine de Réaro pour offrir à Soulimane une sépulture de choix. Dan'za et les Vand'rills qui la suivent, refusent de retourner au nord d'Escondra. Sans en expliquer véritablement les raisons, il semblerait que Dan'za préfère désormais s'installer ailleurs et commencer une nouvelle vie...

Le groupe souhaite réellement aider leurs camarades Vand'rills et discutent ensemble d'un endroit favorable à leur implantation. Sachant les Nelweens débiteurs de la petite communauté de Dan'za, nos amis considèrent qu'une installation des Vand'rills aux frontières des terres de Thuranbrand et de la Forêt Noire semble être un bon point de départ. En examinant les cartes, une forêt de taille modérée au sud-ouest du domaine de Falrim paraît être un lieu adéquat. Toutefois, Dan'za devra obtenir le consentement d'un seigneur Nelween, Falrim "fines runes", et l'approbation du seigneur Elven Solstice de la Forêt Noire afin d'éviter toutes complications diplomatiques. Eowen se porte volontaire pour mener les négociations...

Après plus d'une bonne quinzaine de jours passés au domaine Raéro, Karnos entreprend l'élaboration d'une pièce de bois artisanale représentant un lion majestueux, confectionnée de ses propres mains, afin de rendre honneur à la sépulture de son ami défunt Soulimane. Il paie également un tailleur de pierre Nelween pour façonner une pièce identique. Rollünd, le manteau Noir remis de ses blessures, passe voir nos amis pour les féliciter encore de leur victoire sur le Béhémoth. Baradin, un marteau d'airain, rejoint le groupe pour s'assurer du devenir des Vand'rills sur ces terres.

Hua Shan, de son côté, s'occupe de faire exorciser les dizaines d'esprits que son auroc a absorbé pendant la bataille. Il retourne alors au temple de Terrä et remet le cristal de magie aux prêtres Nelweens avant que le sortilège ne lui échappe et que les spectres deviennent incontrôlables. Il compte ensuite passer voir l'ermite des montagnes, celui-là même qui lui a prêter la Pierre de savoir qu'il a confectionner pendant de nombreuses années. Pourtant, le Cosmo Magnar est plus qu'attiré par le pouvoir de la pierre et son auspice de Meïlir le pousse plus que jamais à la curiosité concernant les secrets de la magie...

Le Magus de Thamasa en vient même à mentir au vieil ermite. Il prétexte que la Pierre de savoir aurait été perdue pendant la bataille car Hua Shan ne peut se résoudre à la rendre sachant toute la connaissance que pourrait lui apporter un tel artefact. Le vieux Nelween est abattu d'entendre la fausse nouvelle; il s'agit là du travail de toute une vie et Hua Shan peut constater, à regrets, de la profonde tristesse qui empli le cœur du vieux Nelween...

Après quelques jours, la conscience du Cosmo Magnar commence à lui jouer des tours. Il décide d'utiliser la Pierre de savoir une dernière fois avant de se résoudre à la rendre au vieux Nelween. L'artéfact lui confère des visions de son ancien temple: visiblement, les adeptes de Meïlir sont revenus, le temple commence à reprendre vie peu à peu, les sectateurs responsables de la misère qu'à connu le temple ont été chassés et punis. Hua Shan peut désormais rendre la Pierre magique le cœur un peu plus léger sachant que les siens ne sont plus en danger... L'ermite des montagnes retrouve enfin le sourire lorsque le Magus lui rend la Pierre, il le remercie même chaleureusement, trop heureux de pouvoir enfin terminer son œuvre...

Eowen est parti pour le domaine de Falrim, à l'Ouest du royaume de Thuranbrand. Son statut et ses distinctions lui permette de rapidement avoir une entrevue avec le seigneur banneret de ce domaine, Falrim "fines runes". Le semi-elfe expose au seigneur la nécessité d 'accueillir, dans une forêt à proximité, la petite communauté de Vand'rills qui compte une bonne vingtaine d'âmes et quelques enfants. Le vieux Nelween finit par accéder à la requête d'Eowen à la condition que le seigneur de la Forêt Noire en fasse de même afin d'assurer les échanges diplomatiques.

Le semi-elfe prend alors la route pour la Forêt d'Ambervale et arpente ses chemins sinueux, sous la canopée obscure des lieux, qui le mène jusqu'au royaume de Solstice. Le patriarche le reçoit et un long entretient s'ensuit dans lequel Eowen va faire part de toutes les informations qu'il dispose concernant les événements et le Béhémoth. Le seigneur Solstice le félicite pour son efficacité et l'encourage à veiller sur le Royaume des Nelweens.  En outre, le sorceleur fait part de la volonté des Vand'rills de s'installer à proximité de la Forêt Noire.

Le Patriarche elfique y voit une excellente opportunité pour Eowen d'agir en tant qu'intermédiaire entre les Elfes de la Nuit, les Nelweens de Thuranbrand et les Vand'rills de Dan'Za. Cela devrait leur permettre de garder un œil sur cette zone frontalière. Le seigneur Solstice y ajoute une simple condition, Eowen sera responsable des affaires qui lieront désormais les Vand'rills au lieu d'installation et devra s'acquitter des relations diplomatiques diverses, ce qu'Eowen accepte derechef.

Plusieurs jours plus tard, en soirée, alors que tous profitent d'un bon dîner au manoir Raéro, un messager Nelween apporte une missive royale. Sa majesté Dwerun "Couronne d'Eriador" fait savoir au seigneur Raéro que le roi de Baram consent à donner leur congé aux Vand'rills suite à l'affaire. Le fameux géologue hildan clairement responsable de toute cette histoire aurait agit seul, en dehors des lois du royaume. En dépit du manque de confiance que pourrait exprimer les mots du roi de Baram, il semblerait toutefois que les Vand'rills vont être raccompagnés chez eux sur-le-champ, ce qui ravis nos amis.

Le cours du minerai a repris sa donne initiale, la concurrence des mines Hildanes disparaît au bout de quelques semaines et le roi de Baram rappelle l'importance de l'alliance Hildano-Nelween par temps de guerre afin de clôturer l'affaire diplomatiquement. Désormais, nos amis sont certains d'avoir rétabli la paix en ces terres et ont assuré la liberté aux Vand'rills asservis dans mines du nord-est d'Escondra...

Toutefois, il reste bien une chose que notre groupe désirerait entreprendre: participer à l'installation des Vand'rills de Dan'za dans la forêt aux frontières des royaumes. Après une sérieuse préparation, le convoi de Vand'rills, escorté en tête par nos amis, prend le chemin de la plaine de Ragham. Arrivé sur place, le groupe a la malchance de tomber sur un mauvais esprit d'Ambervale, un Ulfarore. Une créature mi-tréant mi-faune, d'un taille impressionnante. Rares sont ces esprits capables de se faufiler au-dehors des frontières de la Forêt Noire. Toutefois, pour Eowen, il s'agit là d'une chance de purger les lieux pour des décennies de la présence de tout esprit maléfique...

Le monstre fait plusieurs mètres, aussi nos amis se répartissent de telle manière à l'affronter sur différents points du corps. Eowen tire ses flèches de feu pendant que Karnos charge de front en lançant ses javelots. Bradin tente de frapper les jambes de la créature pour le faire basculer. Hua Shan lance ses éclairs dévastateurs. L'Ulfarore pousse un râle sourd et grave et une nuée de corbeaux étranges se ruent sur nos amis. Le Cosmo Magnar est emporté dans cet élan et doit se métamorphoser pour se sortir avec difficulté de ses assaillants volatiles qui le malmènent dans les hauteurs.

Pendant ce temps, Karnos tente une passe, avec agilité il frappe les jambes du monstre et se faufile sous le corps de la créature pour le prendre à revers, alors que L'ulfarore frappe Baradin de ses poings massifs, l'envoyant rouler quelques mètres plus loin. Le Nain ne se laisse pas abattre et se relève rapidement, empoignant son marteau d'arain et frappant le plus fort possible sur la jambe gauche du monstre. Eowen frappe à nouveau, une flèche de feu en plein poitrail. Le monstre pousse un hurlement alors que les attaques combinées de nos amis le font basculer vers l'arrière. Karnos, surpris par la chute, ne peut éviter le corps massif de la bête. Partiellement écrasé par la masse de l'Ulfarore, il arrive à s'extirper tant bien que mal et frappe rapidement le flanc du monstre.

Dan'za profite que l'Ulfarore soit à terre pour sauter sur son torse et le lacérer de coup de griffes et de morsure pendant que Baradin frappe la tête de son lourd marteau. Hua Shan est enfin débarrassé des corbeaux et rejoint le groupe, il lance un sortilège d'exorcisme qu'il avait mémorisé derniers temps et le monstre commence à se dessécher comme une souche de bois morte. L'Ulfarore tombe en morceaux, son essence maléfique s’évanouit avec lui...

Le convoi peut enfin s'installer pour de bon, à proximité d'une large rivière. Une magnifique clairière entourée d'arbres épais et généreusement fournis de feuillages non loin de plusieurs arbres fruitiers. L'installation va prendre des semaines. Karnos se montre particulièrement efficace à la tâche, comme toujours, fier de pouvoir aider les siens  à repartir sur des bases solides. Eowen supervise la création du village et s'arrange avec les nains du domaine voisin. D'ailleurs, les Nelweens se montrent particulièrement enclin à aider, notamment les bûcherons et les menuisiers d'une scierie se trouvant à proximité.

Hua Shan fourni une autre forme d'aide. Peu enclin au travail manuel, il en profite pour donner la leçon aux plus jeunes. Désormais dans la peau d'un professeur et d'un véritable tuteur pour cette nouvelle jeunesse Vand'rill, il se prend rapidement d'affection pour la communauté et les enfants le lui rendent bien...

Il a fallu plus d'un mois de travail intense avant que le village ne soit sur pied, mais désormais, les Vand'rills vont pouvoir mener une vie paisible, après toutes les épreuves qu'ils ont vécu, grâce à nos amis qui sont généreusement remercier par toute la communauté.


C'est ainsi que s'achève cette campagne dans le Royaume de Thuranbrand...



Epilogue


Karnos: Après avoir aider à bâtir le village, il est pris d'affection par une Cernnunar qui manifeste son envie de garder le mercenaire auprès d'elle. Karnos lui fait comprendre que malheureusement son cœur l'appelle sur les routes. Il repartira louer ses services dans le Royaume Nelween dans lequel il va jouir d'une excellente réputation et où il sera respecté de tous, y comprit par les plus grands seigneurs Nains. Il retournera régulièrement au domaine Raéro pour se recueillir sur la tombe de son ami Soulimane. De temps à autres, il repassera par le village pour s'assurer que l'installation des Vand'rills se passe au mieux mais rapidement son métier va le rappeler ça et là. Reconnu comme un mercenaire d'élite, le centaure au bois de cerf, pourfendeur du Béhémoth de la vallée de Nosvalle, distingué à plusieurs reprises dans le Royaume de Thuranbrand, roulera sa bosse de mercenaire respecté. Son nom résonnera encore longtemps en ces terres...

Hua Shan: Le Cosmo Magnar s'est rapidement pris d'affection par les enfants du village pour lequel il sera plus qu'un professeur mais un véritable mentor. Dan'za ne restera pas longtemps indifférente et exprimera son transport. Hua Shan retournera à l'académie de Thamasa où il passera le "Master Magus" lui permettant d'enseigner les secrets des Astres Cosmiques dont il est devenu Maître.  A mi-temps, il sera un professeur de magie et un chercheur en Arcanes Astraux. Pour l'autre mi-temps, Hua Shan retournera au village des Vand'rills où il pourra se ressourcer et mener une vie paisible aux côtés de Dan'za et de la communauté fraîchement établie. Ses écrits sur les sortilèges cosmiques associés à Meilïr et Azël resteront des références en la matière et seront étudiés avec intérêt à l'académie de Thamasa des décennies durant...

Eowen: Le semi-elfe prendra très au sérieux son rôle de médiateur entre les différentes races: Los'Sylvans, Vand'rills et Nelweens. Tel un gardien sur ces terres, il gardera toujours un œil sur le village mais également sur le Royaume de Thuranbrand, prêt à agir dans le cas où le Mal reviendrait en ces lieux. Il prendra plusieurs fois la route de Thargol, restant mystérieux sur les raisons qui le poussent à retourner au plus profond de la vallée de Nosvalle. Respecté de tous, d'aucun sait qu'Eowen est là pour protéger ces domaines et il n'aura jamais besoin de justifier ses mystérieux voyages. En véritable sorceleur de la Forêt Noire,  il organisera souvent des chasses pour s'assurer que les Ulfarores ne pénètrent pas les lieux de paix que le semi-elfe protège. Il veillera sur ces terres encore longtemps après maintes et maintes générations de Vand'rills dans cette forêt, pour lesquels il sera Eowen, "le sorceleur aux flèches de feu"...

_________________
Terrä, c'est par là.
TerräFormeur
()_()
(='.'=)
(")_(")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Le royaume de Thuranbrand] Hua Shan/Karnos/Eowen/Soulimane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Royaume D'arélidon
» Wu Zhang, Capitale du Royaume de Xian
» Arrivée de l'Ambassadeur du Royaume du Castille et León
» [Guide]Peinture pas à pas d'un chevalier du Royaume.
» [Refusé] Le noble déchu d'un royaume perdu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trollistes & Compagnie :: JEUX DE RÔLE :: Terrä :: Campagnes personnalisées-
Sauter vers: